redirection

Winamax SISMIX 2024-Main Event - 2

La folie se poursuit

453 joueurs, déjà tous ITM, vont tenter de rallier le Day 3 Main Event 5 500 MAD (Début du Day 2)

C'est reparti dans ce Main Event de dingue ! Le Day 2 a débuté à 12h09 exactement ce samedi (13h09 en France), et nous avons encore besoin de deux espaces pour faire rentrer les 453 joueurs au départ, tous assurés d'un minimum de 11 000 Dirhams (environ 1 000 €) : "C'est la première fois que nous devons utiliser la salle Jean Bauchet et le chapiteau au départ d'un Day 2 du SISMIX", expliquait ainsi au micro le Live Event Manager de Winamax, Matthieu Duran. Dans son discours d'introduction, ce dernier n'a également pas manqué de revenir sur les chiffres de cette édition 2024 : "Vous avez été 44% de joueurs en plus que l'an passé sur le Main Event !" Matthieu a également détaillé le programme de cette journée de samedi : au niveau poker, ce sera le Monster Stack à 4 000 Dirhams et le High Roller à 10 000 Dirhams en plus du Main Event, deux tournois prévus sur deux jours, sans oublier le Rodeo KO (16 heures), le Royal Omaha (17 heures) et le Sprint de 21 heures. Au niveau fiesta, on retrouvera la tête d'affiche électro de ce SISMIX : Klingande sera chargé d'ambiancer la pool party de l'après-midi dès 14 heures. Ensuite, rendez-vous pour les jeux apéros à 19 heures, puis pour une expérience inédite au Theatro Stadium, où l'on matera la finale de la Ligue des Champions entre le Real Madrid et Dortmund (bonjour à nos amis espagnols), le tout avant la traditionnelle nuit dans ce même Theatro, menée par Viga.

Mais on souhaite aux joueurs de ce Day 2 de ne pas trop en profiter, en tout cas pas avant ce soir : leur objectif est avant tout d'atteindre le Day 3 de ce tournoi. Selon le Tournament Director Mickael Milliat, cela devrait être le cas sous les coups de 23 heures, histoire ne de pas créer de journée à rallonge avant le sprint final : "On va jouer jusqu'à trois ou quatre tables restantes, on va aviser," explique t-il. Il faudra tout de même éliminer plus de 420 joueurs pour en arriver là, avec des niveaux qui passent de 30 à 35 minutes, alors que la partie a repris aux blindes 4 000 / 8 000 / 8 000. Le chipleader est actuellement le Sud-Coréen Don Cho, avec 1 139 000 jetons, et non pas Salaheddine Lamamri comme cela a été indiqué dans le chipcount de début de Day 2 (petite erreur de mention sur un sac de jetons, ça arrive). Mais l'une des grosses attractions de ce Day 2 sera évidemment la table télévisée, avec un casting qui fait rêver pour débuter : les pros Winamax Romain Lewis et Pierre Calamusa croiseront le fer en streaming sur nos chaînes Twitch et Youtube, avec les commentaires de PonceP et Flavien Guenan, 30 minutes de différé et les cartes des joueurs visibles. Vous pourrez également suivre l'action de cette journée dans notre reportage écrit, avec moult photos à l'appui, et sur nos réseaux sociaux ! On vous détaille très vite le prizepool de ce Main Event... Bonne journée à tous !

Démentiel

Le prizepool officiel du Main Event est tombé : le vainqueur recevra un million et demi de dirhams marocains, soit près de 140 000 €

TROPHEE VAINQUEUR
Attendue avec impatience par bon nombre de joueurs en lice sur ce Day 2 du Main Event de ce SISMIX Marrrakech, l'annonce de l'échelle des prix a au même titre que l'an passé fait beaucoup de bruit dans une salle Jean Bauchet pleine à craquer. En même temps, lorsque l'on apprend que le vainqueur de ce SISMIX remportera près de 500 000 dirhams marocains en plus par rapport à l'an dernier et que les deux premières places promettent pour la première fois un minimum d'un million de dirhams, difficile de ne pas s'extasier. En euros, cela correspondrait à passer de 92 000 € pour le vainqueur 2023 à 140 000 € pour celui de cette année. En revanche, en ce qui concerne le prix du min-cash, on prend les mêmes et on recommence : 11 000 dirhams marocains, soit un peu plus de 1 000 €.

Rang Prix (dirhams)
Vainqueur 1 500 000
Runner-up 1 100 000
3e 755 000
4e 520 000
5e 370 000
6e 270 000
7e 200 000
8 & 9 150 000
10 & 11 115 000
12 à 14 90 000
15 à 17 70 000
18 à 23 55 000
24 à 29 45 000
30e à 35e 37 000
36e à 47e 30 800
48e à 59e 26 200
60e à 71e 22 800
72e à 95e 20 400
96e à 119e 18 400
120e à 143e 16 600
144e à 191e 15 000
192e à 239e 13 400
240e à 287e 12 000
288e à 454e 11 000

Bref.

busto en 1 min
Comme très souvent au moment d'entamer le Day 2 d'un Main Event, nombreux étaient les joueurs à se lever de leur chaise après seulement quelques secondes passées à leur table. Parmi les premiers éliminés du jour ayant tenu moins d'une minute avant d'aller chercher leur prix, on dénombre un certain Fabrice à qui il restait seulement six blindes. Même sort pour Danis et ses quatres petites blindes. Si Xavier en avait lui deux fois plus, cela n'a pas suffi à le maintenir en vie. "Je me suis retrouvé avec A-2 suité au cutoff, je ne me voyais pas faire autre chose qu'all in". Au grand désespoir de ce dernier, la small blinde n'a mis que quelques secondes à payer avec son A-J dépareillé resté devant jusqu'au bout.

Pour Rudy, l'histoire est encore plus cruelle. Alors qu'il ne lui restait qu'une petite blinde au moment de prendre part à ce Day 2, devinez quelle était sa position à l'heure de la première main jouée ? Grosse blinde, évidemment. Un tapis dans le noir et puis s'en va. Juste derrière lui dans la file d'attente des bustos, on retrouvait Mika, autre victime précoce n'ayant rien pu faire.

120 joueurs en une heure !

On a déjà perdu plus d'un quart du field restant en une heure de jeu Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Salle 1
Les deux premiers niveaux de ce Day 2 sont quasiment terminés, et le moins qu'on puisse dire, c'est que l'écrémage attendu se fait à vitesse grand V ! Plus vite qu'un flow de La Fouine à Planète Rap, on a ainsi vu plus de 120 joueurs rejoindre le rail, qui sont partis au bureau des paiements pour aller chercher un min-cash à 11 000 Dirhams.

Parmi eux, on recense...

Mike
Mike D'Inca

Moundir
Moundir

Sow
Kalidou Sow

Guiguon
Bernard Guigon

... mais aussi Pierre Calamusa, notre streamer K0ERING et le Baron Ben Bragi. Pour les autres, il leur faudra terminer dans les 288 premiers pour gratter un palier et encaisser 12 000 Dirhams... Cela ne devrait pas traîner !

À cent à l’heure

Près de la moitié du field a déjà rejoint le rail après quatre niveaux Main Event 5 500 MAD (Day 2)

140 minutes de jeu se sont écoulées dans ce Day 2, et le rythme des éliminations ne faiblit pas : au moment de partir pour une première pause de 25 minutes, une autre centaine de joueurs a pris la porte ! Plus de 200 joueurs ont donc déjà disparu de ce tournoi, et Mickael Milliat semblait confiant pour tenir l'objectif ce cette journée : terminer sous les coups de 23 heures.

Da Silva
Parmi les derniers sortants, on recense notamment Halim El Yaacoubi, mais aussi Julien Da Silva et son chapeau Pikachu, suite à un bluff manqué contre Suleiman Mohamed. Ce dernier relance en position UTG, et Julien défend sa blinde. Sur le flop Q-7-4, Suleiman continue son agression en misant une blinde et demi, payé par son adversaire. Sur le turn 7, Julien décide de lead pour 2,5 blindes, suivi par Suleiman. La river est une brique, et Pikachu envoie directement son tapis restant, soit 11 BB. Le Marocain hésite avant de s'aligner avec KQ... Bonne inspiration, Julien était en pleine pampa avec 85. Suleiman possède désormais pas loin d'1,3 million de jetons.

Guignol
Bon départ également pour "Guignol" : Aurélien, qui avait débuté avec 700 000, est monté à 960 000, avec rien de spécial à signaler. "Mais il y a beaucoup de jetons à ma table", note l'ancienne tête chercheuse de Winamax. Plus qu'à s'en emparer...

Anas
"C'est la meilleure table, on va animer tout le festival !" nous confie un joueur enthousiaste. Et c'est peu dire : il faut dire que notre homme est assis avec Mounim Kaddouri (400 000), Anas Tadini (1 000 000), qui a pris la place de Rachid El Yaccoubi, et Leo Margets (1 300 000)... On a vu l'Espagnole ramasser un joli pot avant le break, sans être payée river, alors qu'Anas n'a pas hésité à toucher le poitrail d'un de ses adversaires durant la main en question : "Hola, ça bat fort !" dit-il en plaisantant. En tout cas, tout cela va vite filer en table télévisée.

On a aussi croisé Omar Karib, avec 350 000 : "Je suis un peu revenu", confie le Marocain, qui avait débuté le Day 2 avec 146 000. Le membre de la Team Frietjes Team, Fab, est lui assis derrière un tapis de 200 000.

Palvini
Jeremy Palvini a débuté avec 730 000, et pointe à 900 000. "J'ai gagné un petit coinflip à 100 000", détaille le Marseillais, qui joue avec Guillaume Darcourt (1 000 000)

Tableau de bord Reprise au level 23 - Blindes 7 000 / 14 000 BB Ante 14 000 245 joueurs restants (sur 2 736 entrées) Tapis moyen : 558 367 Prix assuré : 12 000 MAD

Réguliers sur le carreau

chilaud
Réguliers du circuit live habitués à enchainer les grosses perfs', Maxime Chilaud et Rayane Mokhtar n'ont cette fois pas su rester en vie bien longtemps au cours de ce Day 2 du Main Event SISMIX. Deux évictions toutefois bien différentes. Pour le premier cité, il fallait attendre la river pour connaître son sort. Après avoir open 26 000 (2,1 BB), Maxime voit l'un de ses adversaires défendre sa main. Le flop 6A7 pousse alors le régulier à miser 25 000 et ce dernier se voit call dans la foulée. Le turn vient un 3 et les deux joueurs check. River, Q. Dès lors, Maxime Chilaud bet 42 000 et se voit rapidement relancé à tapis par son opposant. Au sortir d'un très long temps de réflexion, Maxime finit par payer sans être rassuré. À raison : face à son Q-10 dépareillé, son adversaire claque ses cartes et montre 45 qui lui donne donc la quinte.

mokta
De son côté, Rayane "moktavarium" Mokhtar n'a pas eu à réfléchir aussi longtemps dans son coup à la bulle d'un palier. Après un open du low-jack et un 3-bet du cutoff, Rayane trouve une magnifique paire de Dames en small blinde et décide de pousser ses 19 dernières blindes au milieu de la table (en se laissant un jeton tout de même). Confiant, le vainqueur du BPT Namur 2024 ne le reste toutefois que quelques secondes, la faute à la grosse blinde qui ne se fait pas prier pour payer avec sa paire de Rois. Sur le board, pas de surprise et Rayane est éliminé. "Je suis un peu dégouté, mais c'est le jeu. Après avoir commencé la journée avec seulement huit blindes, j'ai réussi à monter à 32 blindes, j'étais bien. Malheureusement, on finit par tomber sur un setup inévitable qui aurait pu me permettre de remonter à 530 000. Si j'avais gagné ce coup, j'aurais pu commencer à réellement jouer mon jeu, mais ce sera pour la prochaine fois !"

kanit
Autres évictions remarquées, celle de notre Team Pro Italien, Mustapha Kanit suivie de près par celle du très gros régulier de Marrakech, Fouad Zouiten. On note également l'élimination de Mathias Moutaoukil.

Animateurs de premiums

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Moulet
Il se passe des choses à la table de ShiShi et Erika Moulet ! On commence par la présentatrice de 100% Poker, qui nous confie vivre des ascenseurs émotionnels : "C'est une belle table, il y a une belle ambiance, une belle énergie, explique Erika. J'ai eu un bon amortissement avec deux As..." Le coup en question ? Relance de notre WiP à 40 000, et défense d'un joueur Red Diamond en BB. Erika se fait check-call 50 000 sur un tableau 4-5-6, et on tapote la table sur un 10 au turn. La river est un 8, et son opposant donk-bet 100 000. Payé par Erika, qui possède la main gagnante. De quoi pointer à 800 000 jetons, elle qui avait débutée la journée avec 223 000. "Il y a aussi un côté psychologique avec ShiShi", explique Erika, après avoir foldé contre ce dernier.

Shishi
Venons-en à ShiShi, justement. Il vient de trouver un full double up... Avec deux Rois cette fois. Relance de l'animateur du CP Radio au cut-off, call d'Adil Zouil au bouton. Mika laisse son opposant mise 50 000 sur un flop 8Q9, puis ce dernier annonce tapis pour 370 000 sur le turn 4. ShiShi opte pour le call, et joue contre 79. Sa main tient sur la river A, et lui permet de passer à 950 000... Quant à Adil, il doublera lui aussi quelques instants plus tard avec deux Rois : "Je reviens !", prévient-il.

Said
Tahar Said est compté à 1,2 millions : cela fait 500 000 jetons de gagnés depuis le début de la journée.

Mazet
Tout va bien chez Flo Mazet : "J'ai sorti deux shortstacks, à chaque fois avec les As, et j'ai gagné un coup avec deux Rois contre deux Valets." Résultat ? 920 000 chez notre collègue !

Jésus
"On peut dire que le chipleader run comme Jésus." Merci à Henri, de la rédaction espagnole, pour sa contribution humoristique à notre coverage, qui en avait bien besoin. Le Jésus en question, c'est Ioan Ionescu, obligé de faire des piles de 40 : le Roumain est compté à 2,5 millions (!) et écrase ce début de journée, avec près de trois fois la moyenne

Almira
À sa gauche, l'ex-pro Wina Almira Skripchenko vient de trouver un triple-up pour remonter aux alentours des 300 000...

Hansen
... un peu mieux que le néo-pro W Gus Hansen, compté à 220 000

Tableau de bord 15 minutes à jouer au level 23 - Blindes 8 000 / 16 000 BB Ante 16 000 194 joueurs restants (sur 2 736 entrées) Tapis moyen : 705 154 Prix assuré : 13 400 MAD

Toujours plus haut, toujours plus fort

montagne
Alors que le Day 2 de ce Main Event du SISMIX Marrakech bat son plein depuis maintenant quatre heures, plusieurs catégories de joueurs semblent se dessiner. D'un côté, les joueurs qui tentent du mieux qu'ils peuvent de se maintenir en vie à 173 left, et de l'autre, ceux qui ont tellement de jetons qu'il en devient difficile de les ranger. Parmi les énormes stacks de ce début de journée, on retrouve un certain Petre Bogdan Ionescu. "Pour le moment, ça peut difficilement mieux se passer. J'ai entamé la journée avec près de 600 000 et pour l'heure, je dois avoir aux alentours de 2,7 millions. En espérant que ça continue comme ça". (photo ci-dessus)

montagne
"Miam, miam, à moi les jetons"
big
"Ça t'impressionne, hein ?"
big
"Comment vais-je bien pouvoir récupérer tous les jetons de la table..."

Anonymous

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Nicolas Jahan

Voici un régulier de notre circuit live qui passe généralement sous les radars. Aujourd'hui fini l'anonymat, on braque les projecteurs sur Nicolas Jahan. En 2019 Winamax délocalisait pour la première fois le SISMIX à Lloret del Mar, ce fut l'occasion pour ce grinder de l'ombre de se montrer et d'inscrire ses premiers drapeaux sur son profil Hendon Mob.

Depuis, le joueur ne manque pas une occasion pour participer à nos événements. "Sur ce festival je suis sur une bonne lancée, j'ai fait trois ITM pour trois tournois joués" confie-t-il. Avec un ratio pareil, la confiance est boostée "J'avais monté 386 000 jetons pour le day2, et aujourd'hui ça swing pas mal." Monté à 1.2 million au premier break, il perd ensuite un flip avec 77 contre AQ pour vingt-deux blindes le faisant retomber à 350 000 pions :"J'ai pris un coup sur la tête" raconte le poitevin. Habitué aux ascenseurs émotionnels, il se ressaisit en remontant petit à petit jusqu'à trouver un deuxième lancé de pièce pour vingt-deux blindes. Cette fois, sa paire de sept tient face à AQ dépareillé.

Marcadet
Entouré par Christopher Marcadet et Sonny Franco, Nicolas est encerné. Il devra manœuvrer avec prudence sans pour autant se laisser marcher dessus, bref, manier l'alchimie parfaite du poker pour battre sa meilleure place sur un Main Event Winamax : une 39e place à Lloret del Mar.

Au pire, il y a la pool party

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Gus Hansen

Le rythme des éliminations est tel sur ce Day 2 que l'on vous avoue avoir un peu de mal à suivre. Alors qu'ils étaient 245 au moment de notre point précédent sur les dernières éliminations en date, les voici désormais... moitié moins. Forcément, il y a eu de la casse parmi les têtes d'affiche, à commencer par deux des trois derniers membres du Team Winamax, Leo Margets et Gus Hansen (on vous en reparle en détail très vite), les réguliers du Es Saadi Sonny Franco, Omar Karib et Sofian Bounaya, notre ancienne W rouge Grand Maître d'échecs Almira Skripchenko, l'un des chipleaders du Day 1B Jorden Verbraeken, les membres du Stream Gang Christopher Marcadet et Matthew Choffardet, le vainqueur du Winamax Poker Tour 2023 Sébastien Lesoif et le finaliste Clément Muller ou encore Florian Conan, le papa de Marius et Arthur.

On vous rassure, on connait encore du monde, et certains ont même beaucoup, beaucoup de jetons. Alors ne partez pas tout de suite parce que votre petit favori a sauté. Dites-vous qu'il est certainement en train de se préparer à faire son entrée sur le Monster Stack, ou à se trémousser à la pool party animée par notre headliner Klingande et son saxophone (ça aussi, on vous en parle prochainement). En d'autres termes : c'est le SISMIX, tout va bien.

Ils remportent 16 600 MAD

Sonny Franco

125e Leo Margets (Team Winamax) 139e Gus Hansen (Team Winamax) 140e Sonny Franco

Ils remportent 15 000 MAD

Sébastien Lesoif

148e Christopher Marcadet (Stream Gang) 154e Sébastien Lesoif 160e Omar Karib 168e Jorden Verbraeken 178e Almira Skripchenko

Ils remportent 13 400 MAD

Matthew Choffardet

217e Matthew Choffardet (Stream Gang) 224e Florian Conan 227e Clément Muller 228e Sofian Bounaya

Clément Muller

Tableau de bord XX minutes à jouer au level 27 - Blindes 15 000 / 30 000 BB Ante 30 000 XXX joueurs restants (sur 2 736 entrées) Tapis moyen : XXX XXX Prix assuré : XX XXX MAD

Action Dan

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Dan Chikly

À 150 left sur le Main Event, on continue de découvrir des joueurs au sein du field restant, comme ce gars dont je reconnais le visage et qui m'apostrophe "Tu fais un article sur moi, hein, Victor ?" Le temps de remettre mon cerveau à l'endroit, j'essaye de retrouver où j'ai vu ce type. Sa tête me dit vaguement quelque chose. Un ancien pote du lycée ? Il connaît mon prénom, déjà c'est un indice, la plupart des joueurs du field ne connaissent que mon pseudo. Mais, oui, c'est bien sûr, c'est un croupier, les collègues qu'on voit le plus quand on couvre un tournoi.

Croupier indépendant à Namur, Dublin et sur le circuit des BPT, Dan Chikly s'est depuis posé dans un Casino à Bâle en Suisse, pour être plus tranquille. Mais les tournois internationaux, il y retourne pour ses vacances, notamment les events Winamax. "On a été élevés au 6-Max sur Wina, donc c'est toujours un plaisir de venir jouer sur ce format en live. J'avais déjà fait Bratislava en septembre dernier, avec une petite perf sur un Side, je suis venu avec des potes, en mode vacances et si on peut aussi deep run au passage, c'est encore plus chouette."

Et sinon, en terme de jetons, Popess se porte pas pas mal du tout avec 1,5 million devant lui, soit plus de soixante blindes. "C'est un rêve depuis 18h, ce tournoi, tu laisses bluffer les gens, ils bluffent, tu décides de valoriser, ils payent." J'ai quand même l'impression que tous les mecs qui deep run me servent la même limonade. Est-ce que ce serait ça la clef pour monter des jetons sur un tournoi ?

Girard, ça repart

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Hugues Girard

Perfer sur un tournoi Winamax sur l'année, ça ne lui suffit pas. Runner-up de la Grande Finale du Winamax Poker Tour en mars dernier pour 126 000 €, au terme d'un heads-up épique contre Jérémy Cauchard, Hugues Girard poursuit sur son exceptionnelle lancée. Alors que le nombre de joueurs restants sur ce Main Event vient de passer sous la barre symbolique des cent, le Parisien caracole dans le peloton de tête avec 3,3 millions de jetons, soit pas loin de trois fois la moyenne.

"Je suis arrivé avec 350 000, rembobine le prof d'histoire-géo, je suis tombé à neuf blindes suite à une rencontre trips contre full et ensuite ça s'est très bien passé." Il nous raconte notamment un joli 3-barrel shove en bluff d'un de ses voisins alors qu'il avait trouvé un carré, pas mal de grind et un brelan floppé. "J'ai 3-bet avec As-2 off de grosse blinde et, sur 2-2-4-x-10, j'ai misé petit deux fois et fait tapis river. Mon adversaire s'est chauffé à me payer avec As-10."

Et voilà comment on se place parmi les prétendants au titre du plus gros tournoi 6-max du monde, pour son tout premier SISMIX. "J'étais déjà venu plusieurs fois à Marrakech il y a une quinzaine d'années, principalement pour jouer en cash game." Aujourd'hui, Hugues est surtout concentré sur le poker de tournoi live, ce qui semble plutôt bien lui réussir. Dans la foulée de sa médaille d'argent au Palais des Congrès, il a enchaîné avec quatre finales dont un titre entre Paris, Cannes et La Grande Motte.

On espère que ce run dantesque le suivra à Las Vegas, où il se rendra dans quelques jours. "Je vais bien évidemment jouer le Main Event. C'est un tournoi sur lequel je fantasme depuis tellement longtemps. Je vais enfin passer le miroir. Je me souviens, à l'époque, je suivais comme un dingue les épisodes diffusés sur ESPN. Pour la finale d'Antoine Saout [en 2009, NDLR], j'étais branché sur une infographie qu'un mec avait créée. C'était un peu pété, mais on était comme des fous à chaque gros coup." L'objectif est donc clair pour cet été : être celui qui fait vibrer les foules dans le temple du jeu. En attendant, une nouvelle finale sur ce SISMIX fera l'affaire.

Tableau de bord 24 minutes à jouer au level 29 - Blindes 20 000 / 40 000 BB Ante 40 000 97 joueurs restants (sur 2 736 entrées) Tapis moyen : 1 410 309 Prix assuré : 18 400 MAD

La dernière carte du Team W

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Romain Lewis

Comme vous le racontait hier mon collègue Flegmatic, le SISMIX est un festival qui défie les statistiques concernant les performances des membres du Team, avec trois victoires, celle de Davidi Kitai sur la première édition en 2014, Kool Shen en 2016 et Adrián Mateos en 2018. A cela, on peut rajouter la deuxième place de Sylvain Loosli en 2015 et la 5e place de Medhi Chaoui l'an dernier, un festival qui sourit particulièrement au Team depuis la création de l'événement.

Gus Hansen

Sur cette édition 2024, il ne reste qu'un seul représentant de la Team W à 124 joueurs restants, après la sortie brutale de Leo Margets en table télévisée et celle de Gus Hansen un peu plus tôt. Si vous avez l'oeil, vous aurez reconnu un certain Romain Lewis, en feu sur ce SISMIX après sa 4e place du Battle Royale il y a quelques jours.

Pour la nouvelle recrue du Team, c'est une confrontation paire de 10 contre les Valets et les Rois qui a précipité sa chute. Il avait alors 20 blindes et n'est pas parvenu à trouver un 10 salvateur pour espérer briller sur ce Day 2. Il termine 139e de ce Main Event du SISMIX. La dernière fois qu'il avait fait ITM, c'était aussi sur le Main Event, mais celui des WSOP... en 2019.

Leo Margets

On pensait Leo Margets insubmersible, mais un certain Anas Tadini s'est dressé sur sa route et l'a amputé d'une énorme partie de son stack. Sous le pistolet, elle ouvre à 50 000 avec 65 et 1,1 million de stack, et fait face à un 3-bet à 135 000 d'Anas avec KK en main. Elle décide de payer en position. Les deux joueurs découvrent un flop A5K sur lequel Anas envoie une première praline à 170 000. Leo paye rapidement avec la bottom paire. La turn 5 fait pousser des cris aux commentateurs PonceP et Flavien Guenan sur le stream. On imagine bien que notre Team Pro va avoir bien du mal à se sortir de cette situation. Elle se contente de payer les 300 000 demandé par Anas. La river K aurait peut-être pu la sauver, mais elle décide de suivre son plan et de payer les 310 000 restants à Anas, pour découvrir la mauvaise nouvelle, un beau carré de rois chez son opposant. Tombée à 8 blindes, elle défend 97 sur un open et donk bet all-in sur un flop J65 pour tomber à nouveau face à deux beaux Rois.

7e du WPO Bratislava en septembre dernier après un court passage sur la table finale, Leo Margets doit se contenter de la 125e place sur ce Main Event du SISMIX.

On a donc perdu successivement Pierre Calamusa (éliminé par Romain Lewis en table télévisée), Mustapha Kanit, Gus Hansen et Leo Margets sur ce Day 2 et Romain Lewis se retrouve seul pour défendre les couleurs du Team. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il se fait boxer de tous les côtés, en table télévisée, d'abord, où il a réussit à perdre Roi-Dame contre Roi-5, après s'être fait check/raise puis 2-barrel all-in sur une turn KJ8T quand son adversaire a trouvé un 5 sur la rivière pour se sauver. Alors qu'il aurait pu monter à 1,6 million si sa main avait tenu, Romain chute alors à 1,1 million.

Romain Lewis

Retourné dans l'anonymat de la salle Jean Bauchet, au milieu de la vingtaine de tables restantes, Romain Lewis a bien failli perdre encore beaucoup sur un coup, mais a limité les dégâts. Après une relance à 55 000 du joueur UTG, il se contente de flat au hijack, la grosse blinde défend. Sur le flop Q9J, le relanceur initial envoie un c-bet à 80 000 et se fait payer uniquement par Romain. La turn K pousse Romain à mettre 280 000 devant lui après le check adverse, une mise insuffisante pour le faire folder. Sur la rivière 9, Romain check-back après le check adverse et se voit montrer Q9 pour full. Blasé, Romain flashe TT pour une quinte et chute alors à 900 000.

Stream machine

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Hadrien Gallois
Assis à la même table que Guillaume Darcourt, on retrouve Hadrien Gallois. Coiffé d'un élégant couvre chef, cette machine de streaming n'est pas pour autant ici pour faire le gentleman. Son but reste simple et classique : dépouiller ses adversaires. Après avoir bouclé sa première avec un tapis de 490 000 jetons Zchance44 a connu les hauts et bas inhérants à la discipline. Monté à 800 000 jetons il a reperdu plus de la moitié de ce capital en perdant deux dames contre deux rois. La main suivante, "L'oignon" change de sens puisque c'est lui qui sera du bon côté du "set up" avec AA contre paire de rois. "Le reste je l'ai monté au poignet." Le toulousain est toujours dans une dynamique positive puisqu'il est compté à 1,1 million à l'approche de la pause.

D’ailleurs en parlant de pause, le membre du Stream Gang nous avoue prendre un peu de recule sur les tables virtuelles. Cependant pour retrouver le feu du grind, Hadrien a une méthode : le bankroll challenge. Pour rappel, après une première période professionnelle, « Zchance » avait tout stoppé avant de revenir sur les tables en déposant 50 €. Ce défi il l’a déjà réussi une première fois, mais ici l’exercice est plutôt axé vers la transmission et la pédagogie, car sa réelle motivation est de voir sa communauté progresser pas à pas. Parti de 200 € il vient de passer la barre des 500 € : Historique !!

Il devra délaisser les petites limites quelque temps puisque son programme passe par Vegas et les WSOP, Mais avant de se projeter, il reste encore à monter des jetons sur ce Main Event sur lequel il vient de prendre place en table télévisée. Vous pouvez le suivre en direct sur YouTube et Twitch. Après sa victoire sur le Monster Stack l’an passé, l’histoire serait belle.

Voyage au centre de Nuts’R

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Tom

Venu avec la bande de gapençais, Tom n'est pas le tout à fait le même profil que son collègue ayant gagné le Bounty ITM, son approche étant moins "poker panache" que GTO. Depuis le WPO Bratislava où on l'avait rencontré, son parcours est passé par un voyage de quatre mois au Cambodge au sein du centre Nuts'R "C'était très sympa, je pense avoir beaucoup progressé techniquement. En plus le pays était dépaysant, c'était chouette." Le projet est simple : crush le poker de tournoi peu importe les limites.

Passé au Day2 sur son premier essai, il a déballé de son sac ce matin 450 000 rondelles. À la faveur d’un bon tirage de table il est tombé sur un profil espagnol qu’il décrit comme une « calling station », ce dernier a visiblement été généreux puisqu’il lui tout donné sur quatre mains. Assis derrière un tapis de 3 millions il possède deux fois la moyenne actuelle.

Au fond la forme

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Elle est située tout au fond de la salle Jean Bauchet, mais elle mérite cependant un petit slalom entre les tables : la 6 propose en effet un casting de qualité, avec notamment Nolan Madene (1 500 000), Dimitri Halliez (1 800 000), Guillaume Garcia (1 100 000) et Evrard Zaouche (550 000).

Garcia
Si on vous a déjà parlé des deux premiers nommés dans ce reportage, les deux autres méritent également qu'on s'attarde sur leur profil, à commencer par Guillaume Garcia. En effet, nous avons affaire à un joueur particulièrement en réussite à Marrakech : "Je suis venu deux fois, et j'ai fait deux tables finales !" Et pas sur des petits festivals s'il vous plaît : il a ainsi terminé second d'un ring event des WSOPC ici-même en début d'année pour 113 500 Dirhams, avant de prendre la 7e place du Main Event pour 410 000 MAD. Sinon, Guillaume est aussi connu pour avoir remporté l'UDSO Gujan-Mestras en août dernier, pour 44 000 €. "Depuis, je ne fais que du live", explique ce joueur qui a fait ses armes online, en mode récréatif. Et le succès est bien là : depuis mars 2023, le joueur d'Hendaye cumule 20 places payées sur le circuit. Enfin, 21, à présent : et il possède 21 blindes pour tenter de faire la passe de trois...

Zaouche
Evrard Zaouche, quant à lui, est un visage bien connu du circuit français et européen : il y a notamment réussi une finale sur le BPT Ribeauvillé en 2012 (4e), une autre sur le DSO Lloret de Mar en 2014 (3e), et une troisième sur le PKR Live de Cannes 2014 (4e), pour ne citer que ses résultats les plus marquants. À Marrakech, celui qui est directeur d'un cinéma à Nîmes a atteint une TF sur un petit Side Event des WSOPC 2017, et réussit donc sur ce tournoi son meilleur score au Maroc

[EDIT] Evrard termine 76e pour 20 400 MAD

À noter également le double-up d'Idir Haiche avec 7-7 contre K-10, pour remonter à 1,1 million.

Tadini
Anas Tadini a évité le pire avec K-10 contre K-9 en passant après une mise adverse sur la river d'un tableau K-10-J-9-9. Il est compté à 1,2 million

Tableau de bord 29 minutes à jouer au level 31 - Blindes 30 000 / 60 000 BB Ante 60 000 73 joueurs restants (sur 2 736 entrées) Tapis moyen : 1 873 972 Prix assuré : 20 400 MAD

Poker cruel

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

shishi
Pour remporter un tournoi de poker devant des milliers de joueurs, il faut de temps en temps mettre des petites horreurs. Présentateur légendaire du Club Poker Radio, Micael Busto a comme son nom l'indique éliminé l'un de ses adversaires en lui infligeant un deux outer river. Face à la relance de son adversaire en small blinde, Shishi trouve une paire de cinq en big blind et décide de le relancer à tapis. Aussitôt payé par la petite blinde qui claque sa paire de Valets sur la table. Dès lors, Shishi fait grise mine, à raison. Et ce n'est pas le flop 3-J-4 qui lui redonne le sourire. Sur le turn, le croupier retourne un 7 qui offre alors un mince espoir à celui qui officie habituellement en cash game. Quasi sûr de perdre ce coup selon ses dires, Shishi voit finalement la magie opérer sur la river : c'est un 6 qui offre une quinte miraculeuse au membre du CP qui se voit propulser à près de 2,9 millions de jetons. "Oh p***** elle est belle celle-là, je n'y croyais pas une seconde".

luigi
À la table d'à côté, une autre petite horreur a vu le jour quelques minutes plus tard. Si cette dernière n'est pas aussi violente que la précédente, il y a de quoi repartir un poil frustré. Assis au siège deux de la table numéro quatre, Luigi paye le tapis de 500 000 jetons réclamé par son adversaire à sa droite. Les deux joueurs retournent leur carte et on assiste alors à un flip des plus classiques : paire de 6 pour Luigi contre un A-Q dépareillé chez son opposant. Mais alors que la croupière retourne dans un premier temps une Dame qui offre un léger sourire à ce dernier, la deuxième carte du board est un 6. Cruel, le turn l'est d'autant plus puisque c'est à nouveau un 6 qui vient s'écraser sur la table pour le plus grand bonheur de Luigi qui remporte ce pot.

guignol
Enfin, une petite dernière pour la route. Tombé à trois blindes au sortir d'un flip perdu avec deux Dames, Matthew alias "mathestarZ" envoie dès la main suivante ses derniers jetons au milieu de la table. En grosse blinde, Aurélien alias "Guignol" réfléchit quelques secondes et finit par payer avec son 9-2 dépareillé. "Tu vas voir qu'il va te mettre l'horreur" réagit sur le coup celui qui l'avait fait tomber bien bas la main précédente. Un jynx ? Carrément. Devant avec son A-3 suité, Matthew le reste pas longtemps au sortir d'un flop 4-2-K. Si un 5 ou un As peut offrir un mince espoir au streamer français, un Roi sur le turn puis un autre sur la river viendront doucher ce dernier.

Dans les règles de Liarte

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Julien Liarte

Croisé lors de son deep run sur le Battle Royale, Julien Liarte, patron du circuit EPT, aura passé sa semaine marocaine sur les tables. Battle Royale, Main Event 1A, 1B, 1C, une obstination qui a porté ses fruits puisqu'il a fini par se qualifier pour le Day 2 avec une vingtaine de blindes. Le reste était du bonus, et son beau deep run sur le Main Event vient de s'achever à la 71e place du tournoi, pour un gain de 22 800 MAD, une élimination qui s'est produite à la table de Romain Lewis, quand il resteal ses 10 dernières blindes avec As-3 contre As-Valet et n'a pas réussi à chatter.

Tout sourire après son élimination, Ato ne voulait retenir que le plaisir de ce deep run. "Franchement, tout le Day 1C, c'était un kiff, j'étais sous le dôme près de la table télévisée, avec vue piscine. En plus, c'est du 6-Max, c'est vraiment plaisant à jouer. Le Day 2, c'était plus difficile, mais j'ai bien chatté dès le départ en passant A-6 contre As-Roi, une sorte d'extra life. Je suis revenu à l'average, mais c'est devenu compliqué sur ma dernière table avec Romain Lewis et Idir Haïche, j'avais quelques leaks, je savais pas trop quoi faire dans plein de spots. Quand j'ai pris le spot avec As-3, je me disais que ça pouvait passer. J'ai fait As-6 contre As-Roi, je peux bien faire As-3 contre As-Valet, c'est un flip pour moi."

Mais n'allez pas croire que le patron de l'EPT est juste venu se faire un kiff, c'était surtout un vrai joueur à la base. Parce qu'en fait, il y a 15 ans, il était reg de NL100 et est venu s'installer à Malte pour grinder avec son ami Kroktachon (un régulier des tournois Winamax) avec qui ils échangeaient beaucoup sur Wam-Poker. Quelques shots en NL200, en 400, mais jamais il n'est parvenu à crever le plafond de verre qui lui aurait permis de devenir pro. A ce moment-là, il s'est rabattu sur une offre pour travailler au support de PokerStars en 2013, à Malte, plus précisément au "Customer Support Night Shift". Ensuite, de promotion en promotion, il a gravi les échelons pour devenir le boss du circuit EPT, un peu l'équivalent de Mathieu Duran sur les tournois Winamax, travaillant en étroite collaboration avec Cédric Billot, le responsable des Live Events chez PS.

Arrivé lundi à Marrakech, il n'aura fait qu'une seule soirée, trop occupé à jouer aux tables. "L'expérience joueur est tellement cool ici au Sismix que ça met une bonne ambiance aux tables. C'est très fair-play, ça se check après les mains, ça se dit GG, bonne chance, c'est une ambiance très détendue qui fait plaisir. Nous, on retrouve un peu ça sur les étapes qui se passent au soleil comme Barça ou Monte-Carlo, même si c'est quand même très différent. J'ai même retrouvé un de mes potes de l'époque où je jouais beaucoup, Sylleo, avec qui on parlait beaucoup sur Wam-Poker, on se balançait nos HHs en se demandant ce qu'on devait faire dans tel ou tel spot, en 2010."

L'interrogeant ironiquement sur sa possible reconversion en joueur pro, Julien m'expliquait très humblement qu'au moment où il avait décroché son premier job, il s'était rendu compte qu'il n'avait pas le niveau pour devenir joueur pro. "J'aimerais bien jouer le Main Event des WSOP, c'est quand même un de mes rêves de joueur, un EPT aussi, bien sûr, mais c'est plus compliqué vu mon poste. On a bien vu des gens de chez nous qui passaient de l'autre côté comme Kenny Hallaert, mais cela reste relativement rare."

Vous les femmes

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Erika Moulet

Erika Moulet est en plein kiff : "Les sensations sont incroyables, c'est mon premier SISMIX, c'est le tournoi dont on me parle toute l'année et je suis encore dessus." Arrivée avec 230 000 jetons à midi, elle a réussi à grimper jusqu'à plus de deux millions. "J'ai doublé sur Shishi, mais après j'ai essayé de le bluff et il m'a attrapé" dit-elle en rigolant. Erika et le poker, c'est une grande histoire d'amour qui n'a pas commencé à la création de 100% Poker puisqu'elle jouait déjà à l'époque de l'ACF :"Après j'ai eu trois enfants et je n'avais plus du tout le temps. Maintenant je peux enfin revivre cette passion." En possession de 20 BB à la reprise, son tapis reste encore impactant pour ses adversaires, il faudra cependant le faire fructifier pour qu'on puisse espérer la voir poursuivre son parcours au troisième jour. Elle pourra compter sur son éminence grise et binôme de plateau qui la coach : le bienveillant Ponce P.

Erika Moulet
Nadine Rhode fait doublement partie des minorités ici, car oui, c'est triste mais les femmes dans le poker représente un faible pourcentage du field. Outre ce fait là, la joueuse est l'une des rares non francophone de ce tournoi puisqu'elle est allemande. Pour autant aucun de ces deux caractères n'est un handicap dans notre jeu, la preuve, elle est encore présente avec un tapis de trente de big blinds. Elle est notamment tombée contre un joueur à qui elle a pris plusieurs gros coups : AK contre KK, puis avec AK elle open/call du Low Jack une relance de son voisin de gauche. Sur le flop KQJ les jetons volent, malgré une main particulièrement sexy, elle reste mal embarquée contre la JJ. Heureusement pour elle la river se matérialise en un 3 salvateur. Pour terminer, elle gagne un tapis dans lequel deux autres joueurs sont impliqués. Sa paire de rois tiendra contre paire de dix et paire de valets éliminant Gus Hansen par la même occasion.

Manager dans le marketing digitale, Nadine est plus que motivée par le jeu puisqu'elle a décidé de passer à mi-temps sur son travail afin de se consacrer davantage au poker. Elle se dédie également à la promotion du poker féminin puisqu'elle s'emploie à coacher les membres de son club (le Henzdamenclub), une association réservée aux femmes.

Stream Machine

Main Event 5 500 MAD (Day 2)

Hadrien Gallois

Assis à la même table que Guillaume Darcourt, on retrouve Hadrien Gallois. Coiffé d'un élégant couvre chef, il n'est pas non plus ici pour faire le gentleman. Son but reste simple et classique : dépouiller ses adversaires. Après avoir bouclé sa première journée avec un tapis de 490 000 jetons, zChance44 a connu les hauts et bas inhérents à la discipline. Monté à 800 000 jetons, il a reperdu plus de la moitié de ce capital en perdant avec deux Dames contre deux Rois. La main suivante, "l'oignon" change de sens puisque c'est lui qui sera du bon côté du "set up" avec deux As contre paire de Rois. "Le reste, je l'ai monté au poignet." Le Toulousain est toujours dans une dynamique positive puisqu'il est compté à 1,1 million à l'approche de la pause.

D'ailleurs, en parlant de pause, le membre du Stream Gang nous avoue prendre un peu de recul sur les tables virtuelles. Cependant, pour retrouver le feu du grind, Hadrien a une méthode : le bankroll challenge. Pour rappel, après une première période professionnelle, "ViensMonAgno" avait tout stoppé avant de revenir sur les tables en déposant 50 €. Ce défi, il l'a déjà réussi une première fois, mais ici, l'exercice est plutôt axé vers la transmission et la pédagogie, car sa réelle motivation est de voir sa communauté progresser pas à pas. Parti de 200 € il vient de passer la barre des 500 €. Comme il le dit si bien lui-même : historique !

Il devra délaisser les petites limites quelque temps puisque son programme passe par Vegas et les WSOP. Mais avant de se projeter, il reste encore à monter des jetons sur ce Main Event sur lequel il vient de prendre place en table télévisée. Vous pouvez le suivre en direct sur YouTube et Twitch. Après sa victoire sur le Monster Stack l'an passé, l'histoire serait belle.