redirection

Winamax SISMIX 2024-Main Event - 1C

Derniers rounds

Une affluence monstrueuse attendue sur les Day 1C et D qui pourrait bien battre le record de Lloret del Mar

Main Event 5 500 MAD (Départ du Day 1C)

salle

Tels des boxeurs prêts à se fritter, les joueurs pénètrent dans la salle Jean Bauchet. Certains ont déjà enfilé les gants pour se castagner sur les autres Day 1 comme Guillaume Darcourt, Mathieu Pontin ou Chouffologue. D'autres comme Juaniitoooo ou Lyegaia montent sur le ring pour la première fois. Pour chacun des participants, aujourd'hui sera la dernière chance pour composter son ticket pour la deuxième journée qui aura lieu demain, l' objectif est simple : ne pas finir K.O.

lyegaia
Comme nous l'évoquons depuis le début de ce festival, les chiffres de participation sont proprement hallucinants : 705 pré-inscrits et une liste d'attente actuelle de 200 joueurs. Ne prenez pas peur tout de suite car l'organisation a pris acte des difficultés qui ont été rencontrées ces derniers jours en mettant en place une caisse supplémentaire. Celle-ci a pour but de fluidifier le trafic en permettant aux personnes déjà enregistrées de récupérer leur numéro de siège sans attendre trop longtemps. Bien entendu, la priorité du jour est axée sur le Main Event avec le but de faire rentrer un maximum de joueurs. Pour bien faire quelques ajustements ont été nécessaires : le Desperado prévu initialement à 17h est pour l'instant maintenu, cependant les inscriptions ne se feront qu'à partir de 15h. Nous vous tiendrons informé s'il y a une évolution quant au programme.

Kool Shoon
Au coup d'envoi, ce sont 575 joueurs qui sont assis et pour lancer le coup d'envoi devant une telle foule, il fallait forcément une bête de scène capable d'ambiancer un public en un claquement de doigt. Ça tombe bien, Winamax possède dans son Team Pro, un petit jeune en devenir qui a du talent micro en main : un certain Kool Shen ! "Pas le temps de niaiser" balance l'ancien rappeur avant de faire monter la sauce avec un : "Vous êtes chauds ???" Si les joueurs les plus réveillés ont répondu à l'appel du chanteur, ça ne suffisait pas au goût de celui-ci : "Oh !! Je ne vous entends pas... EST-CE QUE VOUS ETES CHAUUUUUUD !!!", la réponse est beaucoup plus unanime : "OUUUUUAI !!" répond la salle exaltée ! "Alors shuffle up an deaaaaaal !!".

Il Mary-raise

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Matthieu Mary

Chaque festival est l'occasion de découvrir de jeunes loups aux crocs acérés souhaitant dévorer la vie à pleines dents et dépecer leurs adversaires à coups d'incisives. Parmi ce type de profil on s'arrête sur Matthieu Mary, un jeune lyonnais de 22 ans membre du P@l qui découvre pour la première fois l'ambiance des festivals Winamax : "Le cadre est vraiment incroyable. On peut profiter des breaks pour piquer une tête dans la piscine et profiter de la pool party. Ça permet de vraiment couper avec le poker là où sur d'autres tournois la pause n'est qu'un lieu d'échange d'historique de main." De l'expérience en live, Matthieu en a malgré son âge puisque après deux ans de jeux il compte plus de cent tournois live à son actif (Un joli volume) : "Je joue principalement les tournois à petits fields qui tournent autour de chez moi à Aix les Bains ou Annecy." On note effectivement de nombreuses lignes à son palmarès dont une victoire en février dernier pour 9 700 €.

Pour autant anakin- (son pseudo Winamax) garde la tête sur les épaules buchant à côté de ses ranges ses cours de master en Marketing digital. Mais pour lui, tel qu’il le décrit, les études sont un plan de secours pour l’avenir. Sa véritable envie, c’est de passer professionnel un jour ou l’autre : « Aujourd’hui je travaille mon jeu, j’ai la motivation et l’envie. Une fois que mes études seront finies je me lancerai dedans, c’est la suite logique. L’état d’esprit avec lequel j’aborde le poker depuis quelques années est déjà dans une mentalité pro mais je préfère quand même être diplômé pour avoir un back up. »

Pour l’instant ça ne passe pas comme prévu sur ce Main Event puisqu’il envoie aujourd’hui sa troisième cartouche. Espérons pour lui que ce soit la bonne puisque rappelons-le, il s’agit du dernier jour pour mettre des jetons dans le sac. Pour y arriver Matthieu s’emploie en montant des jetons « il m’a re-raise » nous dit-il avant de détailler : « J’ouvre Low Jack A8 défendu par la grosse blinde, sur Q45, je c-bet un tiers, il sur-relance, je paie. Turn T, il check et je fais deux tiers. River K il check de nouveau et je saccoche 80% pot, il call/muck. »

Actuellement, il est compté à 100 000 à la première pause soit deux fois le tapis de départ.

Un beau lot de consolation

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Joao
Lors du KING5, la phase de heads-up donne parfois lieu à des scénarios difficiles à avaler. C'est ce qui est arrivé à l'équipe des Prêt à raboter, qui se sont vus partir à Vegas en quarts de finale : ils menaient 2-0 au terme des deux premiers duels... Avant de finir par perdre 3-2, au bout d'un dernier duel interminable, qui a duré pas moins de 70 minutes. "On était déçus, forcément, ça s'est joué à rien", se souvient Joao Martins, l'un des membres de l'équipe, dont le quintet est en course dans ce Day 1C. "Mais on a kiffé, c'était très intéressant". Au final, la team s'est donc contenté d'un package live pour un event Winamax, et a décidé de l'utiliser sur ce SISMIX : "C'est une décision collective. Moi je ne voulais pas spécialement venir, mais le temps est bon ici, on passe un bon moment, explique "JPMartins13", qui était déjà venu au SISMIX en 2018. Je suis très content de venir avec eux. On a loué un appartement à côté du golf... Nous sommes une équipe de potes. Moi je suis le Portugais de l'équipe, on réside tous dans le Sud de la France, j'habite à Hendaye." Ingénieur dans l'agro-alimentaire, Joao explique qu'il joue de manière récréative online, mais aussi sur quelques festivals live de temps en temps. Alors, Prêt à raboter ?

Un beau cadeau d’anniversaire

Main Event 5 500 MAD (Day 1A)

Charlotte Robb

Quand tu joues un flip avec Dix-Dix contre As-Dame

Membre historique de la Darshan Team, (un Club qui a notamment vu naître une certaine Gaëlle Baumann) où elle a passé dix années dans le bureau et 5 ans en tant que présidente du Club, Charlotte Robb dispute ici son deuxième tournoi à 500 € après la finale du Winamax Poker Tour 2024. La raison en est simple : ses potes de la Darshan se sont cotisés pour lui offrir l'entrée au SISMIX pour son anniversaire. Ou pour être plus précis, ils se sont cotisés pour lui offrir le buy-in de la grande finale, mais Charlotte a eu la bonne idée de gagner un tournoi online à 2€ de son Club sur Winamax pour s'offir son siège pour cette finale. Elle a donc reporté son ticket sur ce SISMIX pour sa première apparition sur le festival.

"Quitte à venir à Marrakech, autant faire un peu de tourisme, nous raconte-t-elle, on est une quinzaine de la Darshan, on est venu en groupe, il doit y en avoir 8 qui sont sur ce Day 1C. On est là depuis mardi, on a été voir les cascades d'Ouzoud, on a passé une nuit dans le désert, j'ai fait du dromadaire. Certains ont choisi de grinder un peu plus que les autres, mais pour nous, le poker, ce sera pendant les trois prochains jours. Ce qui est marrant, c'est que même des nanas de joueurs qui sont venues ici pour profiter vont jouer quelques tournois, elles se sont entraînées et elles vont jouer le Ladies."

Scénariste dans le vraie vie, celle qui a écrit plusieurs épisodes à succès de la série HPI diffusée sur TF1 et développe elle-même plusieurs projets de série à l'heure qu'il est, Charlotte est une véritable passionnée depuis des années, du genre à se réunir tous les dimanches pour aller jouer des freerolls dans son club parisien. "C'était clairement un rêve de venir jouer un 500€, et pour l'instant, ça se passe hyper bien. L'ambiance est incroyable à mon table, j'ai l'impression de me retrouver dans mon club, ça parle des coups, ça refait le match, ça plaisante, un vrai bon moment. En plus, j'ai run comme Jésus depuis le début, j'ai touché deux fois As-Roi, fait un brelan, déstaké une joueuse sur un flip. Pour te raconter mon run, j'ai défendu 5-3 off en BB sur un open payé deux fois. Et c'est venu 6-4-2 avec un tirage couleur. J'ai pris 10k à une joueuse, j'aurais pu prendre plus mais une doublette est venue sur la rivière et je la mettais sur un brelan au flop."

Après quatre heures de jeu, elle pointe à 120 000 jetons et a l'air de savourer ce moment. L'un de ses voisins de tablée avec qui elle aime se friter l'a même reconnue en début de journée. Il y a 5 ans, on était passé dans une émission de Club Poker Radio, et il se souvenait m'y avoir vue. Dingue, non ?

Charlotte Robb

Quand le croupier retourne un Dix directement sur le flop

Porte-paroles des sats’

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

mariam
Il y a une chose qu'on apprécie particulièrement lorsque l'on se rend au SISMIX : dénicher au milieu de centaines de joueurs les qualifiés ayant obtenu leur package via un satellite à 10 €. C'est le cas par exemple de Mariam qui, comme lors du WIPT en février, est parvenue à décrocher son ticket pour le Main Event dès sa première tentative. Une aubaine pour cette joueuse de live originaire de Marseille qui avait quoi qu'il arrive prévu de se rendre à ce SISMIX Marrakech. "Le billet d'avion était déjà payé. J'avais pré-réservé l'hôtel, j'étais prête à partir, et peu de temps avant la fin des sats, j'ai finalement eu la bonne idée de tenter ma chance. Quelques semaines plus tard, la voilà donc installée en freeroll sur le Day 1C du Main Event. Mais le plus drôle dans cette histoire, c'est que Mariam s'est assise à la table 31, le 31 mai, jour de son anniversaire. Si ce n'est pas un signe du destin...

jeremy
Une belle histoire à raconter, Jeremy en a aussi une. S'il n'est pas né le 31 mai et assit à la table 31, le local résidant à deux heures de Marrakech du côté de Essaouira a, lui aussi, chip son package live SISMIX grâce à sa première place obtenue sans accroc sur l'un des derniers satellites programmés. "C'était vraiment tout droit. J'ai run comme pas possible, mais on ne va pas s'en plaindre hein". Une sacrée perf' pour ce spécialiste du 3-handed qui a désormais pour ambitions de basculer vers les MTT. "J'ai un projet poker sur trois ans. Après une première année où j'ai beaucoup grind online sur les Expresso et les Tridents, j'en ai un peu ma claque et j'aimerais maintenant me tourner vers les tournois. Le fait d'avoir de l'expérience m'aide énormément à m'adapter à certaines situations lorsque je me retrouve en tournoi".

Très axé bankroll management, Jeremy n'est pas du genre à jouer ce qu'il ne peut pas se permettre de perdre. Son truc à lui, c'est de se qualifier pour des Events via des satellites. D'ailleurs, il n'en est pas à son premier coup d'essai. "L'an passé, j'avais déjà gagné mon ticket pour le Main, mais j'avais bust en seulement 30 minutes. Cette année encore, j'ai eu la réussite escomptée. On pourrait clairement m'appeler monsieur Ticket. Je me rends uniquement sur des festivals live grâce aux tickets que je glane via des satellites. Mais, grâce à une victoire acquise quelques mois plus tôt en Espagne pour près de 3 000 €, j'ai pu commencer à construire ma bankroll pour le live. Pour l'heure, Jeremy a déjà accompli certains objectifs qu'il s'était fixé, à savoir, tenir plus de trente minutes sur le Main. Si c'est désormais chose faite, ne manque, selon ses dires, "plus qu'à faire un selfie avec Gus Hansen pour repartir de Marrakech sans regret". Gus, si t'entends ça...

Gisèle, une vétérane à Marrakech

Main Event 5 500 MAD (Day 1B)

Gisèle - Gus Hansen

On sait, il se passe énormément de choses sur ce Day 1C, avec une affluence qui n'en finit plus de grimper (la barre des 900 entrants vient d'être franchie), mais prenons tout de même le temps de revenir sur l'un des moments forts de la veille, à savoir... l'arrivée de Gus Hansen sur un festival Winamax. Pour son premier SISMIX, The Great Dane a attiré une foule bien compacte, au milieu de laquelle chacun n'attendait qu'une chose : se faire tirer le portrait aux côtés de l'un des joueurs de poker les plus influents et respectés de ce millénaire.

Parmi cette poignée de fan boys and girls (on les comprend, on aurait fait pareil), une est sortie du lot : Gisèle Mouz, 68 ans. Même une fois à table, cette petite dame aux cheveux grisonnants se démarque immédiatement, obligée d'utiliser deux chaises empilées l'une sur l'autre pour se maintenir au même niveau que ses adversaires.

Gisèle

L'histoire de Gisèle avec le poker a commencé par l'entremise de son fils. "C'était il y a douze ans, se remémore-t-elle. À cette époque, il jouait déjà dans un club. Il me voyait à la maison, sans grand-chose à faire et ça le rendait triste. Un jour, il m'a invité à aller jouer au club avec lui. Et voilà comment tout a commencé."

Gisèle - Gus Hansen

De retour à jeudi midi, où toutes les personnes présentes dans le Salon Jean Bauchet à ce moment-là ont pu se rendre compte de l'admiration que Gisèle voue à Gus. "Je l'adore, je suis folle de lui ! C'est une idole pour moi, une référence du jeu. Je ne pouvais pas laisser passer cette occasion."

De son côté en revanche, "je crois que je suis un peu trop âgée pour devenir membre du Team Winamax !, nous a-t-il glissé entre deux rires. En vérité, je n'ai pas d'objectif clair, je vais simplement essayer de m'amuser et d'aller le plus loin possible." Une source de motivation qui semble avoir porté ses fruits, puisque quelques heures après cette interview, Gisèle se qualifiait pour le Day 2, dans l'argent, avec un tapis de 221 000. Ce, pendant que son idole danoise envoyait deux premières bullets à blanc.

Gisèle

La Valentinoise nous a également partagé sa vision des choses concernant le rapport entre âge et compétitivité dans le poker. "Je ne crois pas que mon âge ou mon expérience de vie me donnent un quelconque avantage. Je dirais même que c'est l'inverse. Qui plus est, étant une femme et plus âgée, on me regarde plus, je suis comme une cible. Je trouve donc ça encore plus difficile pour moi." Une raison de plus de se féliciter pour cette qualification obtenue haut la main, et avec le sourire !

Traduction et adaptation par Flegmatic

Le jeu de la Dame

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Almira Skripchenko

Pour les moins de 30 ans, peut-être que vous n'aurez jamais lu son nom sur un coverage poker, et pourtant, il y a 15 ans, Almira Skripchenko faisait partie du Team Winamax, de 2007 à 2012, aux côtés, entre autres, de Alexia Portal, Anthony Roux, Guillaume de la Gorce, Antony Lellouche et déjà Davidi Kitai, seul survivant de cette époque dans la Team.

Depuis, Almira avait totalement disparu des radars au niveau des tournois de poker, privilégiant l'activité dans laquelle elle excelle depuis l'enfance : les échecs. Grand maître et 7 fois championne de France entre 2004 et 2022, elle disputait épisodiquement quelques compétitions et commentait aussi de gros tournois internationaux.

Mais alors, que nous vaut ce retour sous les couleurs de Wina en tant que WIP ? "En fait, il s'agit d'un concours de circonstances. L'année dernière, je suis allée à la fête que donnait Guignol (Aurélien Guiglini) pour son départ de Winamax. Il y avait beaucoup de gens du poker. En discutant avec Aurélien de nos bons souvenirs respectifs de cette période, il m'a parlé du statut de WIP et du fait que beaucoup de sportifs avaient accès à quelques tournois grâce à ça. Il m'a dit qu'en tant que joueuse d'échecs, ça pourrait les intéresser de me reprendre dans le groupe, et ils ont décidé d'organiser une activité à Bratislava pour les joueurs qui pouvaient me défier sur l'échiquier en marge du tournoi."

Pour son premier tournoi de reprise, à Bratislava en septembre dernier, Almira Skripchenko entre dans les places payées (210ème du Main Event), une grosse satisfaction pour elle 12 ans après sa dernière ligne Hendon Mob. "C'est un éternel apprentissage, ce jeu, pendant mes années Wina, je n'avais jamais joué en 6-Max, je dois m'adapter, mais je me mets beaucoup moins de pression qu'avant, je ne suis plus à la recherche du play optimal, comme je pouvais l'être aux échecs. Je joue plus pour le plaisir."

Davidi Almira

Quand je lui demande ce qu'elle ressent en repensant à ses années Wina, Almira Skripchenko a les yeux qui brillent. "C'est une éternelle source de joie de repenser à cette période, en plus je vois toujours les amis de l'époque, je vois très souvent Davidi, Manub, Nico Levi. J'ai un resto où beaucoup de joueurs de poker viennent manger, je ne les ai jamais vraiment quittés, tous ces liens qu'on a réussi à préserver après tant d'années, ça me remplit de joie."

En tout cas, il semblerait que la joueuse reprenne goût aux cartes. Celle qui avait terminé 3ème du France Poker Tour en 2010 (son plus gros résultat à ce jour) va faire un petit tour du côté de Vegas cet été. "Je fais un petit écart, pour une fois, mais j'y vais pendant 10 jours pour jouer quelques petits tournois des WSOP". On se rappelle avec émotion qu'elle avait atteint une table finale sur un event à 2 000 $ en 2009. Et si elle remettait ça cette année ?

Almira et Team Winamax

Almira posant avec une partie du Team Winamax à Bratislava en 2023

Vieux de la vieille

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Ce Day 1C s'étend sur quatre espaces disctincts : la salle principale Jean Bauchet, le salon égytien, le plateau télévisé à la piscine du Palace, et le dôme, cette grand tente où les joueurs suent à grosses gouttes. Et dans ce dôme, on reconnait plusieurs vieiles gloires du poker marrakchi.

Houssam
On commence avec Mohamed Houssam, connu pour avoir gagné le WPT Marrakech ici-même en 2011. À l'époque, l'un des meilleurs joueurs marocains du début des années 2010 grindait online et se régalait en même temps sur des tournois live au niveau disons hétérogène, même si les joueurs locaux ont beaucoup progressé depuis dix ans, de l'avis général. Arrivé sur ce Main Event vers 17 heures, Mohamed n'a pas perdu de temps pour prendre sa place : "Obligé !" sourit-il. C'est mon échauffement avant Las Vegas. Je pars juste après, et je reste jusqu'à la fin du Main Event. Je vais rejoindre des amis à Los Angeles, et on part à cinq ou six pour les WSOP. Je compte jouer le 5k 6-Max et le Main donc, qui est mon tournoi le plus important." Restaurateur à Casablanca dans le civil, Mohamed, qui facture 443 000 $ de gains en tournois live, semble en tout cas très heureux de taper le carton : "Le poker, c'est mieux ! Si je bust, je jouerai le High Roller, car il est difficile de se réinscrire dans le Main Event, ou alors je jouerai un tournoi KO." ITM sur le High Roller des WSOPC Marrakech en janvier, le double vainqueur MPO, qui ne rate jamais une édition du SISMIX (son meilleur résultat est une 102e place en 2018) et avait réussi trois ITM WSOP l'an passé, compte bien retrouver le run d'il y a 13 ans...

Karib
Lui aussi jouait à la même époque que Mohamed : Omar Karib est parmi nous, messieurs-dames ! Un petit événement : "Ce doit être mon 3e tournoi live depuis 2017," explique Omar. "J'en ai fait un à Aix notamment." Ancien joueur professionnel, le Marocain avait alors laissé tomber les cartes et quitté le pays pour se consacrer à son entreprise de cosmétiques naturels issus du Maroc, et basée dans le Sud de la France. En tout cas, Omar n'a pas trop changé depuis ses derniers exploits au Es Saadi, et a surpris toute la table, votre serviteur compris, quand il a assuré qu'il facturait 58 printemps : "Visiblement, ça marche bien les cosmétiques", plaisantait son voisin de table, alors que Sylvain "Sylleo" Roullet (ci-dessous) est assis en siège 3. "C'est le sport, je fais trois fois dix kilomètres de footing par semaine", assurait le résident de Draguignan.

Roullet
Sinon, Omar nous explique que le poker, c'est derrière lui désormais : "Je n'ai plus le temps. Mon entreprise fonctionne au max pendant la haute saison. Je reviens juste au Maroc en janvier-février pour faire les commandes. Alors peut-être que je ferai les WSOP-C en janvier prochain... Vegas ? J'y suis allé de 2010 à 2013, mais je n'y suis plus retourné. Quand je rejoue, ça me plait, ça reste un plaisir... Mais je ne veux pas retomber dans le jeu. La dernière fois que je suis venu au Maroc, je n'ai pas mis les pieds dans un casino. Il faut savoir prioriser, je ne peux pas concilier poker et travail." En tout cas, le champion de l'IPT San Remo 2011, qui avait également gagné de beaux tournois en France, semble de pas avoir perdu la main, comme quand on l'a vu overbet à la river sur un tableau 10-10-8-8-5, donnant un petit mal de crâne à son adversaire. Et ce, même si Omar nuance : "Avec les jeunes d'aujourd'hui, je ne comprends plus rien !" Trop modeste, Omar, 35e du SISMIX en 2017, et qui possède certainement le bagage suffisant pour leur tenir tête... On attend de voir.

Kondah
Quelques tables plus loin, on retrouve également Abdelhadi Kondah, qui a certainement plus de lignes Hendon Mob que vous n'en aurez jamais : 149, pour 676 000 $ de gains accumulés (et encore, il doit manquer un paquet de résultats), dont une victoire à 385 000 MAD sur le Mazagan Poker Million en 2010, et une 3e place à 100 000 € sur un Side Event de l'EPT Barcelone 2015. Le vétéran, qui était présent à Paris pour jouer l'EPT où il a réussi quelques places payées et pris son ticket pour le Main Event à 5 300 €, organise toujours l'Agadir Poker Festival trois ou quatre fois par an dans la ville éponyme. Sinon, on le voit toujours autant sur les tournois des casinos marocains, et ça ne semble pas prêt de s'arrêter...

Halliez
Le dôme abrite également Dimitri Halliez, qui joue à la gauche de ShiShi. Dim' nous explique qu'il est venu jouer tout le week-end, après être déjà passé en janvier, et que ce Day 1C constitue sa première bullet. Lui aussi est donc un régulier de Marrakech, où il signait déjà des résultats en 2011.

ShiShi
Quant à Shishi, il a eu la chance d'interviewer Gus Hansen à l'occasion de Club Poker Radio, et a visiblement kifffé l'expérience. Il faut dire qu'il a découvert le poker en 2019, à une époque où The Great Dane était l'une des figures emblématiques du jeu : "C'est le client parfait ! Tu lui poses une question, et il parle pendant cinq minutes. Il faut dire qu'on l'a mis à l'aise dès le départ avec une bonne blague... Il m'a aussi dédicacé son livre, et pour l'anecdote, il m'a expliqué que c'est la première fois qu'il signait Gustav Hansen. C'est un collector désormais !" Plus qu'à faire une "Mazet" en éliminant l'idole... qui a malheureusement déjà sauté une première fois dans ce Day 1C.

En route pour le grand chelem

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Antoine Goutard

Vivant ici à Marrakech depuis plusieurs années, Antoine Goutard vient de se marier avec une marocaine. Entre les papiers pour démêler un mariage mixte franco-marocain et une volonté de passer le plus de temps possible avec sa femme, le jeune grinder se contente dorénavant de participer aux tournois à Marrakech et de focus le grind online. C'est notamment la raison qui fait qu'on ne le voit beaucoup moins sur le circuit ces temps-ci, se contentant de jouer le MPO, les WSOP-C ou le SIXMIX sans quitter l'Afrique.

Pour se rattraper, quand on lui propose un aussi beau tournoi que le SISMIX, il décide (ou les cartes lui font décider ça) de le jouer 6 fois et est en route pour le grand chelem des bullets. "C'est des conneries de dire que je devrais atteindre telle ou telle place pour rembourser le buy-in que j'ai mis, c'est comme si j'avais joué 6 fois le SISMIX en 6 ans, en vérité, c'est un autre tournoi à chaque bullet." Vous l'aurez compris, Antoine en est à sa 6e bullet sur le Main Event "et j'ai déjà la 7ème dans la poche pour le Turbo".

Et pourtant, depuis fin 2023, Antoine a une belle étoile au-dessus de lui, puisqu'il fait partie d'un deal de staking/coaching monté par Inaus et Emilien, un autre gros reg de MTTs.com qui doit faire partie du top 5 français. 8 joueurs parmi lesquels moktavarium ou Chevre.Miel profitent des connaissances de Thomas Santerne pour progresser et limiter les risques en tournoi, un deal gagnant/gagnant pour les deux parties. Antoine m'avoue que 2023 était sa première année perdante, frustré par quelques demies sur des tournois qui promettaient 6 chiffres à la win, et qu'il avait eu besoin d'un déclic. "Depuis que j'ai commencé avec Inaus, j'ai dû prendre 150k online alors que j'étais tombé à 20k de roll, j'ai l'impression que ça m'a beaucoup reboosté d'être dans ce deal et de discuter avec des joueurs plus forts. C'est vraiment un système gagnant-gagnant dont tu as besoin pour progresser. Alex Kulev avait coaché Inaus, Inaus me coache et moi, je coache aussi des joueurs moins forts. T'as besoin de quelqu'un pour te faire passer des steps, et par exemple, je ne pourrais pas me faire coacher par Kulev directement, c'est un système pyramidal, tu fais avancer quelqu'un qui est un peu moins fort que toi, tu l'aides à passer des étapes, à progresser."

La dernière bullet d'Antoine, la 6e donc, s'est achevée d'une manière brutale, après moins d'une heure de jeu. "Lojack open à 3 000, payé deux fois. Je défends de BB avec T-8 off. Flop T-8-5, tout le monde checke jusqu'au bouton qui fait 7 000. Je check/raise directement à 60 000. Il me snap avec une paire de Valets. Turn 5." La bullet d'avant avait duré 15 minutes, suite à une confrontation paire de Dames contre paire d'As à tapis preflop. On espère que la 7e sera la bonne pour Antoine Goutard, sur le Day 1D Turbo qui démarre à 19h00.

No W in SISMIX

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Davidi Kitai en 2014 dès la toute première édition. Kool Shen en 2016. Adrián Mateos en 2018. Plus que n'importe quel autre, le SISMIX est historiquement le festival Winamax live préféré des membres de notre Team Pro. Surtout si l'on ajoute la deuxième place de Sylvain Loosli en 2015 et la cinquième de Mehdi Chaoui l'an passé. En fait, il n'y a qu'en 2017 qu'aucun W rouge ne s'est invité en TF. Et ne nous voilons pas la face, cela risque d'être compliqué d'y parvenir cette année. Après deux Day 1, seul Pierre Calamusa a réussi à composter son ticket pour le deuxième tour, et encore, avec un tapis nettement en deçà de la moyenne. Pour l'heure, ce Day 1C ne semble pas vouloir inverser cette tendance.

Romain Lewis

Arrivée à Marrakech jeudi, Leo Margets a vu ses deux bullets disparaître en à peine quinze minutes, un laps de légèrement trop court pour que nos photographes réussissent à lui tirer le portrait. À peu près au même moment, Romain Lewis voyait lui aussi ses deux vies s'éteindre, après en avoir déjà dépensé quelques-unes lors des jours précédents. Après sa table finale inaugurale sur le Battle Royale, pas si facile de capitaliser sur ce résultat pour le Bordelais, qui s'était faufilé jusqu'en 22ᵉ place en 2016.

Gus Hansen

De retour dans le Salon Jean Bauchet au lendemain de son entrée manquée sur ce Main Event, Gus Hansen a lui aussi connu un redémarrage compliqué. À une lettre près, The Great Dane nous rejouait l'un des duels mythiques de la grande époque de Full Tilt Poker, face à Viktor Blom. À la place, le Danois s'est retrouvé embarqué dans un coup bourbier impliquant... Blon, un WIP freestyleur espagnol (photo ci-dessous).

Blon

Tout démarre par une ouverture à 3 000 du joueur au bouton, payée en SB par Gus. À sa gauche, Blon, qui avait déjà posé un jeton bleu de 5 000 en guise de grosse blinde, veut payer à son tour, mais ajoute un deuxième jeton de 5 000. Un move considéré à juste titre par le croupier comme une surrelance, à hauteur de 10 000. Logiquement, tout le monde paie pour voir un flop J43.

Tout le monde check jusqu'au bouton, qui envoie une jolie cartouche à 25 000. Avec seulement 31 000 jetons devant lui, Gus décide de tout envoyer au milieu. Blon s'écarte du chemin, mais évidemment pas le bouton, qui retourne 97. "I'm dead," reconnait sans peine le Danois, en bien mauvaise posture avec J7. Ni full, ni carré runner-runner ne vient le sauver et c'est un nouveau retour à la caisse pour Gus. C'est ce qu'on appelle un premier SISMIX à la dure.

Gaëlle Baumann
Les espoirs du Team Winamax sur ce Day 1C reposent donc sur les deux nouveaux arrivants que sont Gaëlle Baumann...

Mustapha Kanit
...et Mustapha Kanit. Andiamo!

Même pas besoin d’attendre

Victime de son succès, le Main Event de ce SISMIX Marrakech a attisé la convoitise de tellement de joueurs que certains d'entre eux ont dû passer par la case file d'attente pendant un petit moment. Enfin, ça dépend pour qui. Une chose est sûre, Glenn et Anthony n'ont eux pas eu à patienter un seul instant. Leur technique ? Buy-in leur ticket en miles sur la boutique.

boutique miles main
Omniprésent sur les festivals live Winamax depuis maintenant dix ans, Glenn n'en est cependant pas à son premier coup d'essai. "J'ai l'habitude d'acheter mon buy-in sur la boutique. Pour le moment, on ne peut pas dire que cela m'ait réussi. Pour être honnête avec vous, j'ai réussi à ITM le Main qu'une seule fois en quinze tentatives. Mais, ça remonte quand même à 2016, où j'étais parvenu à finir à une très belle 15e place. Depuis, plus rien. Alors, concernant mes objectifs, on ne va pas s'en fixer de trop gros. Si je parviens à être ITM, ce sera déjà une belle victoire et cela me permettrait de mettre fin à cette longue période de disette".

Pour Anthony, c'est une première : premier buy-in en miles sur la boutique, mais aussi, et surtout, son tout premier festival live Winamax. Pourtant, le Marseillais a l'habitude de parcourir le circuit live. "J'ai déjà fait Aix-en-Provence, la Grande Motte, etc, mais je suis plutôt un joueur de cash game live moi. Mais, cette année, avec mes potes, on avait envie de voir à quoi ressemblait un Event Wina et je dois dire que je ne suis pas déçu". Pour garder le sourire tout au long du festival, ce plombier de métier a déjà une petite idée de la place à laquelle il aimerait terminer sur ce Main : "premier, rien d'autre. On n'est pas venu là pour faire de la figuration". Alors, rendez-vous dimanche soir en table finale ?

He’s got a ticket to ride

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Ils étaient une douzaine en lice au départ de la journée, et il ne semble en rester qu'un à 19 heures : Mathieu Maroccini est le dernier représentant de la caste des "qualifiés tickets" dans ce Day 1C, comprenez ceux qui ont gagné leur buy-in de 500 € pour ce Main Event. Pour le résident normand, l'histoire s'est écrite un peu par hasard : "C'était il y a un mois ou deux. Je pensais m'inscrire sur un satellite package à 50 €, mais je me suis trompé, en fait c'était juste un ticket." Une victoire plus tard, voilà Mathieu de retour au Maroc, après trois ans d'absence. "J'ai déjà fait le SISMIX deux fois, je suis aussi venu aux WSOPC. Cela fait tout de même dix ans que je viens à Marrakech, j'ai de la chance ici, j'y ai fait mes meilleurs résultats." À son actif, une 8e place sur le Main Event du WPT National en 2016 pour 11 000 €, et deux places payées sur des Main Events SISMIX, notamment, pour un total de 50 000 $ de gains en live.

Après cette période plutôt faste, Mathieu confie avoir complètement arrêté le poker, et effectue donc un retour pas forcément prévu sur le circuit : "Mon dernier tournoi live était à l'EPT Prague en 2019 (5e d'un Side Event à 1 100 € pour 15 000 €). C'était l'occasion de revenir, on gardait un bon souvenir du SISMIX avec mes potes. Alors on est une dizaine à être venus de Caen, entre copains. C'est cool d'être là, il y a tout : le soleil, le poker, les soirées... Il y a plus de vie que sur un EPT !" En tout cas, Matthieu est là avant tout pour le kiff : "C'est les vacances. Si ça match tant mieux, sinon tant pis. J'ai quand même pris mon ticket presque par hasard..."

Comme sur des roulettes

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

enzo
Grand amoureux des festivals live Winamax, Enzo, qui avait remporté son ticket pour le Main Event au sortir d'une très belle huitième place sur le Main Event B du Winamax Club Trophy il y a près de deux mois, a donc fait le choix d'utiliser son ticket sur le Day 1C de ce Main Event du SISMIX Marrakech. Une idée qui, pour l'heure, semble lui donner raison. Peu avant le dinner break et après près de neuf heures de jeu, le membre de Caen Poker a en sa possession un stack plus qu'honorable, avec près de 330 000 jetons. Pour ce faire, celui qui n'a pas manqué de passer bon nombre de flips la veille lors du Winamax Beer Pong Open (quarts de finaliste), a de nouveau su être fort cartes en mains.

"On ne va pas se mentir, ça ne se passe pas trop mal. J'ai eu quelques setups en ma faveur. En début de journée, j'ai eu deux Rois contre deux Dames dans un pot 5-bet. À chaque fois que j'ai joué des gros pots, j'étais tout le temps devant et je le restais. Mais, ce qui m'a réellement fait décoller, c'est ce flip que je passe dans un pot 3-way face à Jimmy Cabot et un short qui avait fait tapis pour une dizaine de blindes. Jimmy Cabot a payé avec A-K dépareillé et j'ai décidé de squeeze avec ma paire de Dames, et là encore, ça a tenu. Pour le moment, on peut dire que c'est tout droit. Maintenant, il faut que le run continue de me suivre en revenant du dinner break et à ce moment-là, on pourra fêter ça". Une bien belle manière de rentabiliser un ticket glané à la force du poignet !

Le monde se divise en deux catégories

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Le monde du poker se divise en deux catégories : ceux qui grindent sur les tables réelles et ceux qui cliquent. Voici deux portraits de chacun des profils.

Palvini

Lors de la dernière Grande Finale du Winamax Poker Tour, on avait vu le parcours de Jeremy Palvini s'arrêter en 19ᵉ position. Certains auraient été déçus d'une telle place, mais pour le sudiste, c'était le début d'une grande aventure, celle de devenir papa. À l'époque, le grand événement se faisait attendre, depuis, il est arrivé et aujourd'hui c'est avec cette nouvelle casquette qu'il aborde sa vie professionnelle. "C'est un kiff de dingue, regarde comme elle est belle" dit-il en montrant une photo de la "pitchoun". Forcément, avec une telle arrivée, le planning du grinder a quelque peu été chamboulé : "Je n'ai pas touché de cartes depuis mars, mais là, c'est ma femme qui m'a poussé à venir."

Pour éviter de rester trop longtemps loin de la famille, Jeremy est arrivé jeudi après une nuit blanche et il a directement jump dans le Main Event. Avec la fatigue, malgré le talent, la première cartouche ne s'est pas spécialement bien passé. En revanche, sur ce Day 1C, c'est autre chose puisqu'il a monté 625 000 sur le niveau 1 000 / 2 500 : "J'étais à 40 000 il y a encore une heure et demie et depuis ça run good." La phrase à peine terminée, il joue un coup dans lequel il met son adversaire à tapis pour ses derniers 25 000 sur un board AQAJ6. Le joueur à risque réfléchit un moment "You call, it's finish", lui dit Palvini dans un anglais approximatif. Le joueur décidera de payer et verra le Marseillais lui retourner QQ pour un joli full floppé. Avec un tel stack et le run qui est associé, les probabilités pour aller chercher un Day 2 sont relativement fortes. Il devra néanmoins batailler avec un solide adversaire assis à sa gauche : un certain Maxime Chilaud.

Fryda

Le deuxième fait partie de la catégorie discrète mais très performante. Victor Fryda fait partie de la clique de joueurs expatriés à Malte. 3ᵉ du WPO Bratislava en septembre dernier, le grinder online n'a pas arrêté de perfer. "Je suis parti à Chypre où j'ai fait 100% d'ITM sur un festival pour plus de 50 000 €". Quant aux événements organisés par le W rouge, Victor les connait bien, et c'est quasiment devenu une habitude de le voir deep run nos tournois. C'est ainsi qu'en début de festival, il finissait 3ᵉ (encore) du Battle Royale. "C'est la seule fois où on est allé au Theatro. La fête, l'ambiance c'est bien, mais il faut rester en forme pour jouer." Pour un grinder online, on le sait, ce type de discipline est la clé du succès.

Barthe tabasse

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Corinne Barthe

Privés de présence féminine - ou presque - dans les phases avancées du Day 1A et 1B, on se rattrape sur ce 1C où les femmes sont partout. Même si elle vient d'être déplacée à une autre table, Corinne Barthe a déjà gagné sa journée, en partageant l'affiche avec Gus Hansen sur sa première table du SISMIX 2024. La joueuse de Agen Poker avait déjà joué le tournoi l'an dernier, profitant de ses vacances pour venir jouer aux cartes pendant quelques jours. Cette fois, pas de vacances, mais quelques jours exclusivement pour jouer au poker.

"C'est vraiment sympa de pouvoir partager un moment de poker avec des joueurs comme ça, me confiait-elle à la pause. Même si le mot est un peu fort, je suis honorée d'avoir joué à sa table. En plus, il est très gentil et respectueux, très élégant avec les femmes. J'avais déjà fait la même expérience avec Julien Martini sur un autre tournoi, et il avait été très agréable avec moi."

Pour remercier Gus de son "élégance", Corinne l'a un peu malmené, comme ce pot où elle se fait 3-barrel par le danois sur un tableau 4A955 quand elle a KQ en main. Elle ne laissera même pas son adversaire retourner sa main et dévoilera sa couleur trouvée river pour monter à 200 000 jetons, en absorbant 60 000 jetons à Gus sur ce spot.

Même si mon collègue Flegmatic se montrait alarmiste pour les joueurs du Team, Gus Hansen négocie mieux sa 4e bullet, puisqu'au dernier comptage, il culminait à 300 000, soit pas mal de piles de 5, comme il aime en faire.

Gus Hansen

Franchement, elle m'a vraiment roulé dessus, Corinne !

Baron travaille du chapeau

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Baron

Présent sur tous les festivals depuis Lloret del Mar, Baron Braggi est un client incontournable. Venu ici avec sa fille pour lui faire découvrir son monde et sa passion, il est indéniable qu'il est ici comme un poisson dans l'eau. Entre les pool parties, le beer pong et autres joyeusetés, lui et ses mythiques chapeaux sont de tous les events. On l'a notamment vu participer au Planète Rap d'hier : "C'était un kiff, le rap c'est le monde dans lequel j'ai navigué pendant des années alors pouvoir échanger avec la crème de la jeune génération et Fred Musa c'est forcément un plaisir."

Qualifié sur ce Main Event via un Hit&Run Baron navigue sur ce tournoi avec une vingtaine de blindes. « Je n’ai pas eu de gros spots depuis le début, donc forcément, on se maintient. Après, le jeu à cette profondeur on le connait. » On est pas inquiet pour le bonhomme, question maniement de la zone short stack ninja, on le sait capable de sortir du chapeau des coups de légende.

On ne change pas un joueur qui gagne

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Benhaddou
On l'a raté à plusieurs reprises depuis le début de ce SISMIX : après avoir tenté sa chance sans succès lors des deux premiers Day 1 du Main Event, le tenant du titre Issam Benhaddou est de retour pour défendre son titre ! Vous l'aurez compris, le run n'est pour l'instant pas aussi fluide que l'an passé : le Marocain, qui joue sa 3e bullet dans ce Day 1C, nous confie qu'il a subi beaucoup de setups défavorables depuis le coup d'envoi de l'édition 2024. "Hier, j'ai perdu avec deux Rois, mais aussi avec deux As contre As-Dame, et deux As contre deux Dames, qui a fait la Dame river lors du Day 1A (Issam a d'ailleurs filmé le coup comme preuve de cette poisse). J'ai aussi perdu avec As-Roi contre 9-9, j'ai 3-bet, il a payé, et il a fait trois Neufs..." Avec 9 blindes restantes, le local de l'étape a aussi perdu avec deux Dix contre As-5...

"Mais je suis obligé de tenter le back-to-back, s'exclame Issam, qui ne veut évidemment rien lâcher sur le tournoi qui l'a fait entrer dans la légende du poker marrakchi. "C'est évident que ça me fait quelque chose de le refaire." Et cela fait également son petit effet auprès de ses compagnons de jeu. "Il y a des joueurs qui me reconnaissent, et veulent prendre une photo avec le vainqueur de l'an passé. Ce sont de bonnes vibes, je le fais avec plaisir." Sinon, Issam, toujours aussi bienveillant avec ceux qui l'entourent, n'a pas changé ses habitudes depuis sa victoire. "Je joue toujours des tournois au Es Saadi, et aussi à Agadir." Il a notamment pris la 6e place du High Roller de l'UDSO Marrakech en octobre dernier. Une expérience sur un bel event hors du Maroc ? Que nenni. "Je suis un enfant du soleil. Si je me lève et qu'il n'y a pas le soleil, je déprime. Et je joue aussi online : ça va, je ne me plains pas." A deux heures de la fin théorique du Day 1C, Issam Benhaddou possédait un tapis de 110 000 jetons. Le champion parviendra t-il à atteindre le Day 2 pour espérer concrétiser ses rêves de doublé ? Réponse en fin de journée.

Sylvain Roullet, alias Sylleo, est un régulier des tournois live Winamax. S'il possède un tapis de 325 000, on l'a vu perdre contre 9-7 sur un tableau avec deux Neufs et un Sept, alors qu'il avait misé 50 000 jetons sur la river. Pour le reste, il nous confie avoir gagné un coinflip à 327 000 jetons avec As-Roi contre deux Dames, dans un pot où tout est parti préflop. De quoi espérer améliorer son score de 2014, où il avait terminé à la 60e place du Main Event SISMIX.

Kroll story bro

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Raphael Kroll

Il a fait un passage fulgurant dans le paysage du poker français, il y a 14 ans déjà, en finissant runner-up de la Finale du Partouche Poker Tour derrière une certaine Vanessa Selbst. Raphaël Kroll, ce nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant, son one time sur ce tournoi, sur l'un des tournois incontournables de l'année, nous avait tous marqués, à l'époque... en 2010. Un joueur de cash-game sorti de nulle part qui se retrouve à jouer pour 1 300 000 € sur une table finale calquée sur le modèle des November Nine, dont on avait espéré la conclusion pendant des mois.

Après une prestation sans fausse note sur la table finale, hormis un heads-up expédié contre la joueuse américaine qui avait duré cinq mains (il avait 5-bet shove Roi-6 dépareillé quand elle avait une paire de Dames), celui qui rasait sur les tables online en 5/10, 10/20 sous le pseudo raphaelbis avait pris 800 000 € dans cette affaire (et pas en gagnant un Expresso Nitro en 2 minutes !), une perf XXL qui est restée sans suite. Un succès flamboyant... sans suite, puisqu'on n'a pratiquement plus vu Raphaël sur les tournois live, sa Hendon Mob n'affiche d'ailleurs qu'une dizaine de lignes et s'arrête en 2014.

La raison, une sombre histoire avec un ogre à 4 lettres, dont je vous laisse imaginer les lettres (ça commence par un F) et un changement de vie, pour ce sympathique résident maltais qui retourne faire des études de psychologie, espérant décrocher un poste dans la recherche. Finalement, c'est dans l'immobilier qu'il retrouvera un second souffle, en attendant de trouver quelque chose qui l'anime autant que le poker pendant ses jeunes années.

Il y a deux jours, après avoir bust sa première bullet, il me confiait ne pas avoir joué au poker pendant ces dix dernières années, mais voulait regoûter au plaisir des cartes. Il a l'air de trouver ses bonnes sensations d'antan, puisqu'il pointe déjà à 350 000. Le coup qui l'a fait décoller, un 3-barrel all-in de Patrick Treezy avec As-9 quand Raphaël avait As-Valet sur un tableau 8-4-3-J-3 et jouait son tournoi sur la rivière.

L'avantage, c'est qu'à l'époque de sa splendeur online, Raphaël jouait principalement en heads-up et en 6-max sur les tables de Winamax, donc jouer ici son premier tournoi en 6-max ne lui fait pas peur. "Même si c'est lointain, j'ai quand même quelques restes." Et s'il allait nous claquer un deuxième one time 14 ans plus tard ?

Kroll Selbst

Un énorme Quetelart

Main Event 5 500 MAD (Day 1C)

Adrien Quetelart

J'allais vous raconter que j'avais trouvé le chipleader actuel du tournoi, un Red Diamond qui joue très cher en short-track sur les tables de Winamax, surtout après l'avoir vu passer à 800 000 après une belle défense 8-2 suité qui s'est transformée en flush. Un vrai film de cul pour Adrien Quetelart.

Et pourtant, lui qui joue ici son premier SISMIX mais est habitué aux festivals Winamax (il se fait inviter en sa qualité de Red Diamond) vient de profiter de ma présence pour effectuer un énorme bluff qui est venu se fracasser contre un mur.

Après une ouverture à 12 000 UTG d'Alexandre Peich, Adrien 3-bet à 31 000 un cran à sa gauche. Il se fait payer et envoie ensuite trois bons péchons tout au long d'un board TAA44, 15 000 flop, 50 000 turn et 183 000 et tapis sur la rivière. Son adversaire ne pouvait pas payer plus vite, avec AT en main pour full floppé, tandis que Adrien détenait QJ pour pas grand chose.

A la table d'Almira Skripchenko, sur laquelle vient d'apparaître Javier Tsunamy, Adrien Quetelart chute à 500 000 après ce 3-barrel ballzy, tandis que son adversaire a désormais un stack équivalent. Et si le premier millionnaire de ce Day 1C se faisait connaître sur cette table 13 ?

Le jour le plus chaud

CLIQUEZ ICI POUR LE CLASSEMENT COMPLET DU DAY 1C Main Event 5 500 MAD (Fin du Day 1C)

DJ

En 2014, Davidi Kitai remportait le SISMIX premier du nom devant 669 entrants. Dix ans plus tard, le Day 1C de l'édition 2024, troisième des quatre journées de départ au programme, a enregistré à lui tout seul 986 inscriptions. Voilà qui devrait vous donner une idée du chemin parcouru par notre festival marrakchi. Après un retour tonitruant en 2023 qui avait déjà affolé les compteurs, le SISMIX est entré dans une nouvelle dimension cette année, devenant ni plus ni moins que le plus grand tournoi 6-max jamais organisé dans l'histoire du poker. Mais le bilan chiffré, on vous l'a gardé au chaud pour un autre article. Alors à la place, dans celui-ci, on va se concentrer sur ce qu'il s'est passé ces quinze dernières heures. Vous verrez, c'est déjà pas mal.

Une bulle à partager

Flegmatic

Non, ce n'est pas Flegmatic qui a fait la bulle

Un poil plus longue que les jours précédents, la bulle aura duré cinq mains, entrecoupée d'une pause de 15 minutes qui aura fait rager quelques impatients. Ce sont finalement deux joueurs qui ont sauté sur la même main, à deux tables différentes, deux joueurs qui repartiront de ce Main Event sans passer par la case argent.

Bulle

Mourant avec 11 000 devant lui, Kevin Boutier a choisi d'investir ce qui lui restait UTG avec A2. Il est payé deux fois avant que Petre Bogdan Ionescu ne l'isole avec A6 de grosse blinde. Le joueur roumain trouve un 6 sur le flop pour sceller l'affaire et délivre ainsi tous les joueurs restants dans le field.

Bulle

Tous sauf Yann Jaeck qui a mis son tapis d'une quinzaine de blindes en jeu avec TT sur un flop JJ9. Payé par A9 chez le futur chipleader Don Cho, il voit le croupier révéler un dévastateur A sur la rivière pour l'envoyer bouler hors des places payées. Car la règle est simple ici sur ce tournoi avec plusieurs flights : l'argent est atteint au Day 2 et donc on ne split pas la première place payée comme ce qui se fait habituellement sur les autres tournois.

Cho devant

Don Cho

Grâce à cette élimination chanceuse, Don Cho s'empare du chiplead sur la dernière main de la journée, pour finir à 1 139 000. Une journée qu'il nous a décrit comme "extrêmement chanceuse à partir du dinner break", ajoutant que "tout s'est passé comme dans un rêve et que tous les setups étaient de son côté".

Venu ici en vacances avec quelques amis qui ont joué aussi le Main Event mais "ont tous bust parce qu'ils sont nuls", ce Sud-Coréen qui vit en Angleterre travaille toute l'année en tant que croupier sur les EPT et d'autres gros événements pokéristiques à travers le monde, comme les WSOP. Il se définit avant tout comme un joueur de cash-game Omaha. C'est d'ailleurs dans cette variante qu'il a réalisé sa plus grosse performance sur le circuit, en remportant un Side Event sur l'Irish Open pour 8 855 € en 2017.

Se définissant comme un amateur complet, avec seulement quatre lignes Hendon Mob en une dizaine d'années, Don Cho est passé par un satellite live en début de semaine pour obtenir son ticket pour le Main Event.

Un SISMIX à 25 cents

Lucas Resines

Juste derrière, Lucas Resines bag un tapis de 991 000 après une "journée de rêve". "J'ai démarré en trombes, rembobine-t-il, en éliminant deux Red Diamonds, un avec paire de 10 contre paire de Rois dans un pot 3-bet où ça part sur un flop hauteur 10, et un autre avec deux As contre deux Rois 200 BB deep. Ensuite, pas énormément de gros coups, mais que des bluffs qui passent ou des values où je me fais payer. Ah si, j'ai perdu un énorme pot qui m'aurait fait passer à 1,2 million, un coup difficile à perdre, puisque je défends Dame-10 et je check/raise sur Q-T-2. Mon adversaire me met tout avec Q-8 et fait quinte runner-runner."

Joueur de cash-game live dans le Sud-Ouest, il vient au SISMIX pour la première fois... et ça lui a coûté 25 centimes. "En fait, j'ai entendu sur la chaîne Twitch WebTV Marrakech, Clément "LeChybreur" Lafon qui annonçait un tournoi privé qui permettrait au gagnant de remporter un package pour le SISMIX. Je me suis inscrit, j'ai joué le tournoi en regardant Top Chef à la télé avec ma copine. C'était un tournoi à 300 joueurs, winner takes all, et j'ai gagné."

Pendant toute la journée, il s'est félicité de ne pas être affecté par les mauvais coups subis à la même table. En tant que joueur de cash-game, il est habitué à perdre son stack, recaver et passer au coup suivant. Même sur le pot à 1,2 million, il n'a pas bougé une oreille, oubliant rapidement la déception pour se remettre à l'ouvrage et finir la journée en beauté avec le deuxième stack de ce Day 1C.

ToulousAmax

Nathan Pascal

Hasard du seat draw, Lucas a terminé sa journée juste à la gauche de celui qui le talonne au classement, Nathan Pascal. Pote de Nolan Madene, qui a terminé hier avec près de 900 000, ce énième Toulousain a, lui aussi, tracé sa route jusqu'aux cimes du chipcount, puisqu'il reviendra samedi avec 920 000 jetons.

"C'était ma troisième bullet depuis le début, précise le jeune homme de 21 ans, et ça s'est super bien passé. Je suis très content de mes moves, j'ai touché deux fois les As et j'ai même éliminé Davidi Kitai avec une paire de Valets contre son As-6. C'est une petite fierté, j'avoue." Une excellente journée après avoir "tout blank depuis le début du festival, dont le Starter et quelques autres Side Events." En tout cas, pour son premier festival Winamax, qui constitue aussi sa première fois en 6-max en live, Nathan "se régale. On joue plein de mains, ça va vite, j'adore." Et un converti de plus !

Le Top 10

Jérémy Palvini

Nom Prénom Jetons
Cho Don 1 139 000
Resines Lucas 991 000
Pascal Nathan 920 000
Rahal Antoine 784 000
Boughrara Rachid 740 000
Palvini Jérémy 730 000
Peich Alexandre 721 000
Kroll Raphaël 705 000
Jawhar Mounir 665 000
Quintas Araujo Soares Hugo Miguel 640 000

Day 1C : le chip-count officiel

Team Winamax : et de deux qui font trois

Gus Hansen

Alors que Romain Lewis et Leo Margets sont encore en train d'en découdre sur le Day 1D Turbo à l'heure à laquelle ces lignes sont tapées, ils seront quoi qu'il arrive deux membres du Team Winamax à avoir placé des jetons dans un sac ce vendredi soir. Une fois n'est pas coutume, Mustapha Kanit n'a eu besoin que d'une seule bullet, immédiatement convertie en un joli ticket pour le Day 2, assorti d'un stack tout ce qu'il y a de plus honorable (387 000).

Mais une fois de plus, c'est la superstar Gus Hansen qui a fait le show, trustant la table télévisée durant la deuxième partie de la journée. On l'a noté vu abandonner une quinte river après avoir floppé les nuts, quand son adversaire avait envoyé une belle sacoche avec quinte supérieure. Et puis, The Great Dane a aussi fait parler sa magie à tapis préflop (voir ci-dessous). Soyez donc rassurés si vous n'avez pas encore réussi à vous faire dédicacer votre exemplaire de Every Hand Revealed, Gus l'aimant à selfie sera bien présent au Day 2 de son premier SISMIX, avec un beau tapis de 318 000.

Rémi se souviendra de la fois où il a joué à la table de Gus Hansen... #SISMIX pic.twitter.com/uX2EEqOPuX

— Winamax Poker (@Winamax) May 31, 2024

À noter qu'il n'y aura en revanche pas de back to back dix ans plus tard pour Davidi Kitai, sorti aujourd'hui comme son compère du Team et également vainqueur en 2016 Kool Shen. Le lauréat de 2018 Adrián Mateos étant de son côté déjà de l'autre côté de l'Atlantique pour disputer les WSOP, si le destin veut qu'un W rouge soulève à nouveau le trophée du SISMIX, c'en sera forcément un nouveau. Pour en finir avec nos Pros, comme à Bratislava, l'ex-membre du Team devenue WIP Almira Skripchenko franchit l'obstacle de ce Day 1, avec 142 000 jetons.

ShiShi

Et un premier Day 2 de SISMIX validé pour ShiShi ! "D'habitude, j'étais pas mal à Dublin, mais ici, je n'avais jamais passé le Jour 1." La reconversion active en joueur de tournoi se poursuit pour Mika, qui n'en finit plus de cocher les cases une par une. Le membre de Kill Tilt a d'autant plus savouré cette journée que passée pour bonne partie sur l'une des tables annexes du solarium télévisé. "Franchement, j'étais à la meilleure place pour jouer, lâche-t-il. J'avais le petit courant d'air qui va bien, la vue incroyable sur la piscine, c'était top." Qui plus est, c'est là qu'il s'est constitué son tapis de 490 000. "Je suis arrivé avec huit blindes, j'ai dit à mes nouveaux voisins de table que j'allais remonter et que j'allais bien les emmerder et c'est exactement ce qu'il s'est passé." Une certaine idée du bonheur.

Sofian Benaissa

Sofian Benaissa, régulier du casino Es Saadi, en a fait une belle en fin de journée. Il faut dire que le Marocain ne voulait pas revenir au Day 2 avec 14 blindes. Alors après une relance, il défend avec 52. Les deux joueurs checkent le flop 2QJ et le turn 8, avant que le relanceur initial ne mise 35 000 sur la river... 2. Ni une ni deux, Sofian envoie son tapis pour 140 000, et est payé par deux As. Et voilà comment le Marocain reviendra au Day 2 avec un stack déjà plus satisfaisant, situé dans la moyenne ! Une première place payée en live depuis trois ans (selon Hendon Mob) pour le vainqueur du Super High Roller des WSOPC Marrakech 2020.

Erika Moulet

Grosse satisfaction aussi pour Érika Moulet. Au terme d'une longue journée, la présentatrice de 100% Poker signe son tout premier ITM en live. Elle reviendra demain avec 223 000 pions. L'accompagneront une belle cohorte de têtes connues, de Marrakech comme de nos events live : les streamers Sacha 'PyroSC' Cohen (627 000), Mathieu Pontin (388 000) et Mathestarz (280 000), les top regs du Es Saadi Maxime Chilaud (294 000) et Dimitri Halliez (418 000), le jeune papa grinder Jérémy Palvini (730 000), l'ambassadeur du poker espagnol au Maroc Javier 'Tsunamy' (82 000), l'un de nos plus illustres Wameurs Sylvain 'Sylleo' (504 000), le finaliste de la Grande Finale du Winamax Poker Tour 2023 Clément 'showdown' Muller (316 000) ou encore notre ancien collègue Stanislas Lunel (420 000, photo ci-dessous).

Stan

Cette journée folle touche à sa fin, mais ce qui nous attend pour le reste de ce SISMIX est encore plus alléchant. Ce samedi, un énorme écrémage va avoir lieu sur le Main Event, tandis que démarreront deux des Side Events les plus attendus de la semaine, le Monster Stack (13h, 4 000 MAD) et le Highroller (14h, 15 000 MAD). Si vous laissez le poker de côté pour rester autour de la piscine, vous ne serez pas déçus non plus, avec une pool party animée par le headliner Klingande, avant une soirée apéro animée par Philippe Maurice et sa bande, suivie d'une petite finale de Ligue des Champions à savourer au Theatro. Elle est pas belle, cette vie ?

Flegmatic & Tapis_Volant

La galerie photo officielle