redirection

PokerStars European Poker Tour Londres 2022-Main Event - 5

Un premier niveau agité

Main Event - 5 300 £ (Day 5)

Contrairement au dernier niveau du Day 4, le premier de ce Day 5 nous a, comme attendu, apporté son lot d'éliminations. Ce qui était moins attendu en revanche, est l'identité des sortants en question. Le premier à rendre les armes fut ainsi Marton Czuczor. Derrière une ouverture UTG de Nicolas Vayssières avec KQ, Roman Hrabec paie en small avec 99 et voit le Hongrois engager sa vingtaine de blindes avec AQ. Le Tchèque s'acquitte de la somme et tombe du bon côté de la pièce suite à un facétieux board K9834. Double runner-up EPT à Prague et Barcelone, Marton Czuczor ne visera cette fois pas la gagne, et se contente d'une seizième place bonne pour 29 800 £.

Ben Heath

Quelques minutes plus tard, c'est au tour de la table extérieure de s'animer. À partir d'un min-raise de Ben Heath au cut-off, Alexandre Vuilleumier opte pour un clic back à 120 000 en grosse blinde puis un premier petit barrel à 75 000 sur le flop 652. Le J amène un second barrel du Suisse, qui doit cependant faire face à une relance à tapis de l'Anglais pour 550 000. L'ancien joueur d'échecs paie dans la seconde avec deux belles flèches rouges, en danger contre la paire de 55 de Heath. Malheureusement pour ce dernier, la rivière est un 8, scellant la fin de son parcours en quinzième position, pour un gain légèrement supérieur de 34 250 £. "Il avait très envie de jouer le 10K," lance alors Benjamin Pollak. Il ne croyait pas si bien dire, Heath ayant filé au bureau des inscriptions pour s'inviter à la fête de ce High Roller en début de Day 2.

Sergio Coutinho - Jamie Flynn

Deux sorties qui font les affaires des short stacks Erik Seidel, Sergio Coutinho et Jamie Flynn, tous revenus aujourd'hui avec entre 15 et 10 blindes. Assis côte à côte, les deux derniers vont finir par s'expliquer, le temps d'une confrontation inévitable à ces profondeurs : paire de 7 pour le Portugais contre paire de 10 chez l'Irlandais. Après avoir doublé quelques minutes plus tôt contre Alexandre Vuilleumier, Coutinho ne peut rien faire sur ce coup, et retombe à sept blindes.

Vuilleumier - Coutinho - Pollak all-in

Elles seront engagées peu après dans un coup rocambolesque à plus d'un titre. Une fois de plus, c'est Vuilleumier qui allume la mèche, avec un open de 65 000 depuis le cut-off. Coutinho relance à hauteur de 150 000... en se laissant un jeton de 5 000 derrière. Depuis la grosse blinde Benjamin Pollak l'imite avec un 4-bet à froid, lui aussi pour la quasi-intégralité de son tapis. La parole revient au Suisse, qui met tout le monde d'accord en annonçant "all-in". Histoire de gratter un temps précieux, l'ami Sergio place alors au milieu du tapis sept de ses neuf time banks, avant d'engager le reste de son tapis. Pourquoi ce petit ballet bien fastidieux ? Encore et toujours pour un palier, en l'occurrence de 7 000 £ entre la 14e et la 13e place.

Entre temps, Benjamin vend la mèche à Nico, venu voir ce qui se tramait, en lui révélant qu'il détient deux As. Ce que le Français ne sait pas... c'est qu'Alexandre Vuilleumier aussi ! Après un boards anodin, les deux hommes se partagent donc le petit tapis de Sergio Coutinho, qui n'a pas trouvé d'aide avec son QT. Malgré toutes les précautions du monde, le Portugais repart donc avec 34 250 £ pour sa quatorzième place.

Table 1

Jamie Flynn

Jamie Flynn, l'un des grands gagnants de ce premier niveau.

1/ Benjamin Pollak (France) 605 000 (15 BB) 3/ Nils Pudel (Allemagne) 2 400 000 (60 BB) 4/ Ian Hamilton (UK) 2 450 000 (61 BB) 5/ Alexandre Vuilleumier (Suisse) 2 880 000 (72 BB) 7/ Jamie Flynn (Irlande) 1 145 000 (28 BB) 8/ Jack Sinclair (UK) 2 695 000 (67 BB)

Table 2

Nicolas Vayssières - Erik Seidel

Nicolas Vayssières et Erik Seidel seront les deux joueurs les plus en difficulté à la reprise.

2/ Nicolas Vayssières (France) 575 000 (14 BB) 3/ Erik Seidel (USA) 340 000 (8 BB) 4/ David Docherty (Écosse) 3 580 000 (89 BB) 5/ Aleem Kanji (UK) 790 000 (20 BB) 6/ Danut Chisu (Roumanie) 1 060 000 (26 BB) 7/ Harry Lodge (UK) 1 970 000 (49 BB) 8/ Roman Hrabec (Rép. Tchèque) 3 410 000 (85 BB)

Tableau de bord 13 joueurs restants (sur 749 inscriptions) Blindes : 20 000 / 40 000 / 40 000 Tapis moyen : 1 728 462 Prochain sortant : 41 100 £

Le programme de ce Day 5 (niveaux de 90 minutes)

Level 24 : 15 000 / 30 000 / 30 000 Level 25 : 20 000 / 40 000 / 40 000 Level 26 : 30 000 / 60 000 / 60 000 Level 27 : 40 000 / 80 000 / 80 000 Level 28 : 50 000 / 100 000 / 100 000

Pause de 20 minutes entre chaque niveau La partie sera arrêtée dès qu'il ne restera plus que six joueurs

Le Roi maudit

Nicolas Vayssières quitte ce tournoi sur un bad beat (13e, 41 100 £) Main Event - 5 300 £ (Day 5)

Nicolas Vayssières All-in

Il devait bouger, il le savait. Il avait même probablement profité de la pause pour échafauder des scenarii probables et prendre ses décisions à l'avance. Aussi, quand Roman Hrabec lui a demandé ses 13 BB restantes en bataille de blindes, Nicolas Vayssières n'a pas eu besoin de réfléchir bien longtemps avant de payer avec QT. Il connait le profil du Tchèque au dix millions de dollars de gains online, et a eu le temps d'évaluer son agressivité. Lors du niveau précédent, sur la rivière d'un board QT2A9, Hrabec avait placé un check/raise de 70 000 à 400 000 dans trois joueurs avec T8, faisant passer à Nico son T9.

Et de fait, ce QT, il est devant, et bien devant même le T9 du Tchèque, qui trouve un flop plutôt sympathique pour lui : QJ2. Le T offre deux paires à Chevre.Miel, qui doit toujours éviter un 8 ou un Roi. De Toulouse à Paris en passant par la Bretagne, le clan français retient son souffle, mais c'est bien un K qui écrase la river de tout son poids.

Nicolas Vayssières

"Je savais que je ne devais pas partir à tapis contre lui," glisse Nico, pour souligner la réussite et la solidité qui collent à la peau de Roman Hrabec depuis quelques jours. Forcément déçu d'échouer aussi près de sa première table finale EPT, on lui fait confiance pour tirer du positif dans les prochains jours de ce nouveau deep run en live, qui s'arrête donc en treizième position, pour un gain de 41 100 £. La dernière chance du clan tricolore sur ce tournoi s'appelle donc Benjamin Pollak, toujours dans la zone rouge, mais toujours en vie.

Tableau de bord 12 joueurs restants (sur 749 inscriptions) Blindes : 20 000 / 40 000 / 40 000 Tapis moyen : 1 872 500 Prochain sortant : 41 100 £

Une finale sans Français

Benjamin Pollak éliminé en 11e place (49 350 £) Main Event - 5 300 £ (Day 5)

Benjamin Pollak

Son numéro d'équilibriste l'a amené loin. Il aurait même pu lui ouvrir les portes de la finale. Mais après avoir longtemps tenu avec un tapis en dessous de la moyenne, puis autour des 15-20 blindes, Benjamin Pollak a fini par céder. Plusieurs fois entre aujourd'hui et hier, il a grappillé des jetons en envoyant la boîte sans être payé. Jusqu'à donc ce dernier coup contre Jack Sinclair, sur lequel il n'a rien à se reprocher.

Benjamin Pollak OUT

Suite à une ouverture de ce dernier, le Français trouve une paire de 5 et pousse au milieu ses 420 000 restants, soit 10,5 blindes. L'Anglais est tout heureux de payer avec une paire de 10 qui ne tremble jamais le long d'un board 93J7A. Sept ans et demi après avoir terminé quatrième de l'EPT Deauville, Benjamin Pollak ne goûtera donc pas de nouveau au plaisir d'une finale EPT, et encaisse à la place 49 350 £ en récompense de sa belle onzième place. C'en est donc terminé des chances tricolores ici à Londres.

Erik Seidel

Quelques minutes plus tôt, un autre éternel short stack avait fini par lâcher prise. Erik Seidel avait pourtant eu le plaisir de découvrir une paire de 7 en premier de parole pour mettre en jeu ses dix dernières blindes, mais David Docherty a trouvé deux As un cran plus loin. La première TF EPT de la légende américaine devra attendre encore un peu. À la place, le nonuple vainqueur WSOP termine 12e pour 41 100 £.

Tableau de bord 10 joueurs restants (sur 749 inscriptions) Blindes : 20 000 / 40 000 / 40 000 Tapis moyen : 2 247 000 Prochain sortant : 49 350 £

Une finale au fort accent britannique

Trois Anglais, un Écossais et un Irlandais accèdent à la finale à neuf Jack Sinclair est le nouveau leader Alexandre Vuilleumier, Romain Hrabec, David Docherty et Harry Lodge sont en embuscade Main Event - 5 300 £ (Day 5)

Jack Sinclair

C'est une finale extrêmement ouverte à laquelle nous allons avoir le droit sur ce EPT Londres. Certes, Jack Sinclair (photo) a profité de ce début de Day 5 pour prendre l'ascendant et s'élever à 1,5 million de jetons au-dessus de ses poursuivants. Après avoir signé l'élimination de Benjamin Pollak, l'Anglais a notamment valorisé une quinte contre Alexandre Vuilleumier pour atteindre son plus haut point du tournoi. Certes, le finaliste du Main Event des WSOP 2017, titré l'année suivante sur le Main Event des WSOP-Europe et runner-up cet été du Main Event Estrellas à Barcelone, est désormais le joueur le plus expérimenté du field en live. C'est donc en toute logique qu'il aborde cette table finale à neuf avec le costume de favori.

Mais dans son rétro, Mister Sinclair a de nombreuses raisons de se méfier. Quatre principales raisons tout d'abord, répondant aux noms d'Alexandre Vuilleumier, Roman Hrabec, David Docherty et Harry Lodge. Tous comptés entre 74 et 67 blindes, ils ont montré leurs forces à un moment ou un autre du tournoi. Spécialiste de cash game, le Suisse, ancien joueur d'échecs professionnel, a trouvé les bonnes mains aujourd'hui pour se maintenir dans le peloton de tête. Terreur online avec dix millions de gains à son palmarès, le Tchèque a notamment signé l'élimination de notre Nicolas Vayssières national, qui le qualifie comme "un degen, mais dans le bon sens du terme. Il prend tous les spots." Notamment contre Docherty, qui a semblé moins à son avantage aujourd'hui lors des demi-finales qu'hier, lorsqu'il sortait deux joueurs coup sur coup avec deux As contre deux Rois. Plus discret mais tout aussi efficace, Lodge ne sera pas non plus à sous-estimer, d'autant qu'il est le seul à avoir déjà connu le frisson d'une finale EPT. C'était en 2017, à Prague, où il avait terminé cinquième derrière Kalidou Sow.

Nils Pudel

Plus bas, autour des 50 blindes, le producteur/réalisateur de films Danut Chisu représentera le clan des amateurs, éclairés toutefois avec plus d'un million de dollars acquis en tournois live depuis 2013. Deux crans plus loin, Nils Pudel (photo) sera la caution germanique indispensable à toute finale EPT, salué depuis plusieurs jours par nombre de joueurs ayant eu affaire à lui. Enfin, Jamie Flynn et Ian Hamilton sont pour l'instant décrochés mais pourraient revenir complètement dans la partie à la faveur d'un double up. Trois éliminations nous séparent de la fin de cette avant-dernière journée. Messieurs, bonne chance !

Le seat draw de la table finale

Table Finale

1/ Jack Sinclair (Angleterre) 4 555 000 (114 BB) 2/ Harry Lodge (Angleterre) 2 690 000 (67 BB) 3/ Jamie Flynn (Irlande) 775 000 (19 BB) 4/ Alexandre Vuilleumier (Suisse) 2 950 000 (74 BB) 5/ Ian Hamilton (Angleterre) 650 000 (16 BB) 6/ Danut Chisu (Roumanie) 2 035 000 (51 BB) 7/ Roman Hrabec (Rép. Tchèque) 2 760 000 (69 BB) 8/ Nils Pudel (Allemagne) 1 850 000 (46 BB) 9/ David Docherty (Écosse) 2 760 000 (69 BB)

Blindes : 20 000 / 40 000 / 40 000 Tapis moyen : 2 496 667

Les prix restants à distribuer aujourd'hui

9e : 61 350 £ 8e : 79 750 £ 7e : 103 700 £

Les éliminés des demi-finales

Aleem Kanji

Ils remportent 49 350 £ 10e Aleem Kanji (Angleterre, photo) 11e Benjamin Pollak (France)

Ils remportent 41 100 £ 12e Erik Seidel (USA) 13e Nicolas Vayssières (France)

Ils remportent 34 250 £ 14e Sergio Coutinho (Portugal) 15e Ben Heath (Angleterre)

Il remporte 29 800 £ 16e Marton Czuczor (Hongrie)

Flynn à l’anglaise

Jamie Flynn premier sortant de la table finale (9e, 61 350 £) Main Event - 5 300 £ (Day 5 et Finale)

Jamie Flynn

Deuxième plus petit tapis des seize demi-finalistes ce midi, puis deuxième plus petit tapis des neuf finalistes : Jamie Flynn a passé son Day 5 en queue de peloton et pourra se féliciter d'avoir tirer le maximum qu'il a pu de son stack limité. D'autant que son dernier coup sur ce tournoi s'est joué tout seul : derrière une ouverture d'Harry Lodge au low-jack, l'Irlandais annonce "all-in" pour ses huit dernières blindes.

Son KQ a besoin d'aide contre le AT de l'Anglais, et en trouve sur un flop K43. Le turn est un inoffensif 4 mais la rivière est un A. Jamie Flynn l'Irlandais est bouté hors de cette table finale londonienne et de ce tournoi, à une neuvième place lui rapportant 61 350 £. C'est moins que les 91 000 $ engrangés pour son Top 100 sur le Main Event des WSOP en 2018, mais cela constitue tout de même son deuxième meilleur résultat en live.

Tombé à un million sur le coup précédent après avoir tenté de bluffer un Danut Chisu qui avait frappé les deux paires max au flop, Harry Lodge s'offre un peu d'air grâce à cette élimination en remontant au-dessus des trente blindes.

Le point à huit joueurs restants

Danut Chisu

1/ Jack Sinclair (Angleterre) 4 495 000 (75 BB) 2/ Harry Lodge (Angleterre) 2 025 000 (33 BB) 3/ Alexandre Vuilleumier (Suisse) 2 400 000 (40 BB) 4/ Ian Hamilton (Angleterre) 2 275 000 (38 BB) 5/ Danut Chisu (Roumanie) 4 500 000 (75 BB) 6/ Roman Hrabec (Rép. Tchèque) 2 655 000 (44 BB) 7/ Nils Pudel (Allemagne) 1 385 000 (23 BB) 8/ David Docherty (Écosse) 2 735 000 (45 BB)

Tableau de bord 8 joueurs restants Blindes : 30 000 / 60 000 / 60 000 Tapis moyen : 2 808 750 Prochain sortant : 79 750 £

Le Prince Harry destitué

Harry Lodge sorti après une longue phase à huit (8e, 79 750 £) Main Event - 5 300 £ (Day 5 et Finale)

Harry Lodge

On a tendance à dire que le niveau suivant la pause dîner est celui dont il faut se méfier. Parce que la meta game entre des joueurs qui ont déjà passé plusieurs heures ensemble peut prendre le pas sur la théorie ; parce que les écarts se creusent et les profondeurs se tassent ; parce que les organismes commencent à fatiguer. On ne pense pas prendre trop de risques en avançant que c'est une combinaison de tous ces facteurs qui a précipité l'élimination d'Harry Lodge.

Celui-ci défend sa grosse blinde avec T6 face à une ouverture au hi-jack de Roman Hrabec. Puis, faisant face à une mise de continuation à 175 000 du Tchèque, il décide de tout envoyer, soit 955 000, sur le flop 962. Un bon "stop & go" des familles pour celui qui pointe alors en queue de peloton parmi les huit derniers finalistes, pour mettre la pression sur le relanceur initial, censé avoir moins connecté ce flop que lui. Problème : Hrabec est en posession de deux beaux As et s'acquitte de la somme dans la micro seconde. Un turn 9 et une river 7 plus tard, Harry Lodge disait au revoir à ses rêves de couronne ici à Londres. Cinquième du PSC Prague en 2017, il termine huitième de cet EPT pour 79 750 £.

Danut Chisu

Faute d'éliminations, le niveau précédent nous avait offert son lot de coups sortis d'ailleurs. Vous en voulez combien ? Deux ? C'est parti. Le plus déjanté est sans conteste celui impliquant Danut Chisu. Derrière une ouverture UTG à 120 000 de Nils Pudel, payé par Ian Hamilton au bouton, le Roumain veut suivre mais se trompe au moment de mettre ses jetons au milieu : ce sera finalement une relance, depuis la small blinde pour 180 000. Avec deux Rois, l'Allemand se frotte les mains et fait monter les enchères à 475 000. L'Anglais jette son Dame-Valet mais avec 97, le producteur ciné est intéressé et paie pour voir le flop AJ3. Cherchant à appâter son adversaire, Pudel mise tout petit, 125 000, soit environ un dixième du pot. Chisu ne veut toujours pas lâcher sa hauteur 9 et les deux hommes voient apparaître un 6 turn, sur lequel rien n'est misé. La river est magique pour le Roumain, une Q, sur laquelle il mise 720 000, faisant fuir Pudel. Tombé à un million, ce dernier parviendra à doubler quelques minutes plus tard, lorsque son A4 se transformera en flush pour battre le AQ de Jack Sinclair.

La deuxième main est une nouvelle démonstration de la capacité de Roman Hrabec à aller chercher de la value dans n'importe quel spot. Il défend d'abord sa grosse blinde avec 76 puis prend l'initiative dès le flop 632 avant d'envoyer deux barrels supplémentaires à 375 000 et 450 000 sur le turn 7 et la rivière 4. Avec A4, pour un flush draw max devenu troisième paire, Alexandre Vuilleumier le suit jusqu'au bout, tombant à deux millions tandis que Hrabec s'élevait à 5,3 millions.

Tableau de bord 7 joueurs restants (sur 749 inscriptions) Blindes : 40 000 / 80 000 / 80 000 Tapis moyen : 3 210 000 Prochain sortant : 103 700 £

La douche écossaise

David Docherty dernier éliminé de la journée (7e, 103 700 £) Main Event - 5 300 £ (Day 5 et Finale)

David Docherty

Le Day 5 avait été le sien, au point de se sentir coupable. Grâce à deux confrontations gagnées avec deux As contre deux Rois, David Docherty s'était envolé au classement, loin au-dessus de la mêlée, assurant presque son siège en finale dès le début des demi-finales. Et si son tapis n'a jamais retrouvé la splendeur de ce moment-là, avec une poignée de jetons envolés par ci, par là, il conservait toutes ses chances au moment de prendre place autour de sa première TF EPT. Oui mais voilà, cette finale justement, elle ne lui a jamis vraiment souri. La faute notamment à un 3-barrel bluff envoyé avec A7 sur un board Q62284 contre un Alexandre Vuilleumier résolu à ne pas lâcher son KQ.

Basculé soudainement dans le clan des short stacks, Docherty n'a alors d'autre choix que de faire preuve de prudence. Du moins, jusqu'à ce que le nouveau chipleader Roman Hrabec ouvre depuis le cut-off et que l'Écossais découvre une paire de 5 en small blind. Il 3-bet alors à hauteur d'1,1 million, se laissant moins de 500 000 derrière. Une somme que vient lui demander Jack Sinclair un cran plus loin, après avoir trouvé de son côté AQ. Le flop J86 est sûr pour Docherty, mais le 9 turn est l'une des pires cartes qu'il pouvait voir arriver. Ses craintes sont confirmées avec l'apparition d'un 4 river.

L'histoire reste belle pour le sympathique Docherty, venu disputer cet EPT grâce à sa victoire à 50 000 € en début de mois sur le High Roller à 2 200 € du FPS de Divonne les Bains. Sans ça, jamais il n'aurait fait le déplacement jusqu'à Londres et aurait encaissé le premier gain à six chiffres de ce tournoi, un chèque de 103 700 £ venait valider sa belle septième place. Une élimination qui marque en même temps la fin de ce Day 5, douze minutes et dix secondes avant la fin du dernier niveau prévu au programme. On se retrouve très vite pour la conclusion et l'état des tapis des six derniers prétendants au titre.

Les six hommes qui voulaient être roi

Roman Hrabec mène une finale très ouverte Les Anglais Jack Sinclair et Ian Hamilton parviendront-ils à garder la couronne à la maison ? Main Event - 5 300 £ (Fin du Day 5)

Roman Hrabec

Il y a une certaine logique à retrouver Roman Hrabec en tête après un peu plus de sept heures de jeu supplémentaires aujourd'hui. Depuis notre arrivée à Londres ou presque, qui a coïncidé avec sa deuxième place sur le High Roller à 2 200 £ de l'UKIPT, nous sommes assaillis d'éloges en tous genres concernant le professionnel tchèque. Doté d'un palmarès online long comme le bras, qualifié de "degen, mais dans le bon sens du terme" par l'une de ses victimes du jour Nicolas Vayssières (voir plus bas), il a semblé se faire payer à chaque fois qu'il était en value et faire abandonner ses adversaires lorsqu'il était en bluff. On ne sait pas pour vous, mais pour nous cela ressemble à la marque des grands. Après l'avoir vu joué un grand nombre de mains dans tout un tas de spots très différents, la seule inconnue de la journée de vendredi sera de savoir comment il gèrera sa première grande finale live, devant les caméras, avec tout de même l'équivalent de 770 000 € à aller chercher. Jusqu'à présent, il ne nous a pas donné de raison de commencer à douter de lui.

Jack Sinclair

Cette expérience "en dur", c'est justement ce que peut faire valoir celui qui sera son adversaire le plus dangereux, Jack Sinclair. Finaliste du Main Event des WSOP, vainqueur du Main Event des WSOP-Europe, runner-up d'un gigantesque Estrellas cet été à Barcelone, l'Anglais ne risque pas d'être intimidé par les enjeux, ni par le pedigree de ses voisins de table. Pas loin d'être décroché, il est revenu sur les talons de Hrabec et de son dauphin Danut Chisu à la faveur du lancer de pièce fatal à David Docherty. Et si Sinclair aura la position sur le Tchèque, attention à ne pas sous-estimer le Roumain. Certes amateur et placé volontiers du côté serré de la variance, le vétéran de cette finale aime aller voir des flops, et a prouvé qu'il est parfois capable de sortir des clous. Avec 5 millions de jetons, soit un peu plus de soixantes blindes, la wild card de cette finale, ce sera lui !

Ian Hamilton

Wild, Ian Hamilton et Nils Pudel ne le sont clairement pas. Mais avec son jeu en ligne, l'Anglais s'est prémuni contre les grosses variations, préférant à la place limiter la variance et faire augmenter son capital doucement, mais sûrement. Cela suffira-t-il à le faire gagner ? Quant à l'Allemand, estimé par ses pairs au même titre que Hrabec, il n'a pas vraiment eu les cartes pour renverser la vapeur, même s'il doit sa survie à un double up chanceux contre Jack Sinclair. Enfin, Alexandre Vuilleumier est peut-être le plus difficile à cerner autour de cette table finale. Non professionnel, mais tout de même joueur régulier, avec toutefois une plus forte appétence pour le cash game que les tournois, l'ancien joueur d'échecs est celui qui a le plus oscillé aujourd'hui, alternant bonnes et moins bonnes décisions. À voir comment il s'adaptera à sa nouvelle condition de short stack, qu'il n'a que très peu connu depuis le début du tournoi.

Les Français sans solutions

Benjamin Pollak

C'est un euphémisme que de le dire : cette cinquième journée n'était pas celle des Français. Partis respectivement les huitième et treizième tapis des demi-finalistes, Nicolas Vayssières et Benjamin Pollak n'ont jamais réussi à remonter, donnant même parfois l'impression de nager à contre-courant. La faute tantôt à des moves audacieux, comme ce bluff de Roman Hrabec qui fait abandonner à Chevre.Miel ses deux paires sur la rivière ; tantôt à un manque de réussite criant, à l'image de ce bad beat subi par Nico contre ce même Hrabec, la faute à un maudit Roi river ou ce double up manqué par Ben Pollak sur un 3-way all-in : le Français avait trouvé deux As en grosse blinde pour envoyer la boîte... mais Alexandre Vuilleumier tenait les deux autres !

Solides, résilients, attentifs aux paliers, mais aussi prêts à se mettre en danger lorsqu'ils jugeaient que l'occasion était bonne, nos deux Frenchies se sont donc arrêtés aux portes de la finale, avec une treizième place prometteuse pour Nicolas et un Top 10 pour Benjamin, passé tout près d'une seconde TF EPT plus de sept ans après sa cinquième place à Deauville. Ils ont accompagné dans le rail aujourd'hui d'autres pointures comme le double runner-up EPT Marton Czuczor (16e), victime d'un banal lancer de pièce ; Ben Heath (15e), crucifié par la paire d'As de Vuilleumier ; et Erik Seidel (12e), éternel short stack depuis deux jours et finalement stoppé par David Docherty.

Le seat draw à l'entame du dernier jour

Siège Joueur Tapis Blindes
1 Jack Sinclair (Angleterre) 4 840 000 60
2 Alexandre Vuilleumier (Suisse) 1 695 000 21
3 Ian Hamilton (Angleterre) 3 505 000 44
4 Danut Chisu (Roumanie) 5 025 000 63
5 Roman Hrabec (Rép. Tchèque) 6 135 000 77
6 Nils Pudel (Allemagne) 1 270 000 16

Blindes au départ du Day 6 : 40 000 / 80 000 / 80 000 (pour 12 minutes et 10 secondes)

Les sortants du jour

Il remporte 79 750 £ 8e Harry Lodge (Angleterre)

Il remporte 61 350 £ 9e Jamie Flynn (Irlande)

Ils remportent 49 350 £ 10e Aleem Kanji (Angleterre, photo) 11e Benjamin Pollak (France)

Nicolas Vayssières

Ils remportent 41 100 £ 12e Erik Seidel (USA) 13e Nicolas Vayssières (France)

Ils remportent 34 250 £ 14e Sergio Coutinho (Portugal) 15e Ben Heath (Angleterre)

Il remporte 29 800 £ 16e Marton Czuczor (Hongrie)

L'échelle des gains

# Gains
Vainqueur 664 400 £
Runner-up 414 650 £
3e 296 150 £
4e 227 800 £
5e 175 250 £
6e 134 800 £

On se retrouve demain matin pour une présentation détaillée des six finalistes, avant d'attaquer la dernière ligne droite qui nous amènera vers le couronnement du vainqueur. Can't wait!