Se connecter
S'inscrire





WSOP 2021 - Rubriques - Good Morning Vegas
Répondre au sujet    Index des Forums -> WSOP 2021
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2  Suivante
Aller à la page :
Auteur Message
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 04/10/2021 10:40   Sujet du message: WSOP 2021 - Rubriques - Good Morning Vegas Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : le Team W soigne son entrée

Quoi, déjà un pro du Team Winamax en finale d'une épreuve des WSOP ? Mieux que ça : ils sont deux.

Mustapha Kanit Adrian Mateos
Le tournoi du jour : High Roller 25 000 $ (Day 2 et Finale)

Vous vous demandiez quel serait le premier joueur du Team Winamax à disputer une finale WSOP cette année ? Il fallait plutôt se demander… lesquels. C’est à Mustapha Kanit et Adrian Mateos que l’on doit cette entrée en matière très réussie de l’escadron W : même pas une semaine après son arrivée à Vegas, le prestigieux duo italo-espagnol disputera ce soir la finale du premier gros tournoi de No-Limit des WSOP, le Highroller à 25 000 $. Une table finale qui a déjà débuté puisque les organisateurs ont fait durer le Day 2 jusqu’à cinq joueurs restants.

Pour nos prétendants, quels sont les enjeux ? À 27 ans, Adrian est en quête d’un quatrième bracelet qui cimenterait encore un peu plus son statut de meilleur joueur ibérique de l’histoire, deux ans après avoir remporté l’un des derniers gros tournois organisés avant la pandémie. Mustapha, lui, signe la cinquième finale de sa carrière sur les Championnats du Monde, mais son étagère à trophées ne comporte encore aucun bracelet. Les deux n’auront pas la tâche aisée puisqu’ils reprendront la partie en infériorité numérique (une quarantaine de blindes chacun) face au chip-leader Tyler Cornell (124 BB), Michael Liang (85 BB) et Jonathan Jaffe (60 BB). Tout ce beau monde se battra pour la gloire éternelle… et un peu de blé, aussi : 833 289 dollars très exactement.

Écoutons Adrian au micro d’Alex, notre reporter Espagnol : « J’ai passé le Day 2 plus ou moins au-dessus de la moyenne. J’étais très à l’aise, assez calme. Je n’ai pas joué de gros pots, d’ailleurs je n’ai jamais joué de coup à tapis qui m'aurait fait doubler. Une fois arrivé en finale, je n’ai pas pu jouer une main, ou presque, je ne recevais rien de jouable. En plus, avec la présence de plusieurs joueurs short, il y avait beaucoup d’ICM, j’étais obligé de jouer serré. J’ai eu de la chance que quatre joueurs sautent rapidement ensuite, j’ai pris plusieurs paliers ainsi. Là, je suis dernier en jetons, mais avec 35 blindes j’ai de quoi jouer au poker. Je vais me battre pour ce quatrième bracelet ! »

Deux pros du Team Winamax s’affrontant sur la même finale WSOP : la chose est réjouissante… mais est de moins en moins rare ! Personne n’a oublié la doublette Joao Vieira / Pierre Calamusa lors de l’édition 2019 (les équipes de Dans la Tête d’un Pro étaient aux premières loges), et les plus anciens se rappellent qu’en 2009, Almira Skripchenko et Antony Roux nous avaient déjà fait le même coup. En tout cas, le moment est idéal pour faire chauffer la CB et craquer sur un abonnement PokerGo : la partie sera retransmise en mode "cards up" à un horaire assez tardif pour nous (voir plus bas).

Le Français du jour : David Benyamine

BenyamineC’est l’un de nos running gags favoris des WSOP : sur chaque édition ou presque, le premier tricolore que l’on croise sur le podium réservé aux tables finales est David Benyamine. C’est donc sans la moindre surprise que l’on félicite le plus Américain des Français pour sa troisième place sur le HORSE à 25 000 $. Un podium qui vaut 236 626 $ : c’est le plus gros ITM de Benyamine depuis 2013, mais connaissant les habitudes du bonhomme, il s’agit avant tout d’un budget qui sera entièrement réinvesti sur les prochaines épreuves chères des WSOP.

Le vainqueur du jour : Connor Drinan

Connor Drinan Winner PhotoNon, Connor Drinan n'est pas que ce joueur qui a encaissé un bad beat légendaire avec deux As sur le Big One for One Drop à un million de dollars. D'abord parce qu'avec plus de 11 millions de billets verts engrangés en tournois live depuis plus de dix ans, l'Américain fait partie depuis un bon moment des valeurs sûres du circuit - au point d'en oublier qu'il n'a que 32 ans - mais aussi parce qu'il est désormais l'heureux détenteur de deux bracelets WSOP. Le premier vous a peut-être échappé, puisque c'est online que le natif de l'Illinois est allé le chercher l'an dernier, sur un Event GGPoker à 10 000 $ lui ayant rapporté la bagatelle d'1,4 million. Professionnel discret, Drinan a fait honneur à sa réputation en raflant le second sur un "petit" tournoi de Omaha Hi-Lo à 1 500 $, face à plus de 600 joueurs tout de même. Il empoche 163 252 $ pour l'occasion, après s'être lui-même chargé de priver Robert Mizrachi d'une cinquième breloque, en le sortant en troisième position (71 602 $). Il a ensuite dû en découdre pendant près d'une heure face au spécialiste de PLO Travis Pearson, qui monte lui sur son deuxième podium WSOP (2e, 100 901 $). Pour Drinan, il ne s'agit que de son quatrième titre en live, le premier depuis un High Roller à 10 000 $ remporté dans le cadre de l'EPT Barcelone. Il ne fait peut-être pas de bruit, mais il est toujours là Connor.

La stat du jour : 12 975

2 649 entrants sur le Day 1A vendredi, 4 455 le lendemain pour le Day 1B et un raz-de-marée de 5 871 entrées ce dimanche : le bien nommé tournoi The Reunion a réussi son pari. Avec un total de 12 975 joueurs, il a non seulement montré à la terre entière que l'on peut aujourd'hui organiser un tournoi d'envergure en plein ère (post ?) Covid, et a en plus dépassé son garanti de 5 millions de dollars pour grimper à 5 449 500 $. Comme au temps de ce bon vieux monde d'avant, on a pu assister à des scènes que l'on a un temps pensé ne plus jamais revoir : des salles pleines, des couloirs bondés, des files d'attente interminables, le tout dans une ambiance apparemment détendue et bon enfant. On se demandait dans notre récap' de vendredi si les amateurs allaient répondre présent, ils ont montré ce week-end que l'on pourra compter sur eux cet automne. Les esprits chagrins pourront toujours avancer que The Reunion fait deux fois moins bien que le Big 50 il y a deux ans, mais ni la structure (niveaux de 30 minutes contre 50, trois Day 1 contre quatre), ni l'événement, ni le contexte ne sont comparables. Pour l'heure, et en attendant de connaître le futur vainqueur, contentons-nous de ce que nous avons : une belle et heureuse réunion.

Les tweets du jour





Parce qu'une courte vidéo vaut parfois mieux qu'un long discours, voilà à quoi ressemblaient les couloirs du Rio dimanche à l'occasion du Day 1C de The Reunion. Mieux valait partir un peu avant le début du break pour espérer passer plus de quelques secondes dehors...




"Les WSOP nécessitent de la persévérance, de la patience et un niveau d'endurance olympique. Et une fois que l'on a terminé de faire la queue pour s'inscrire il faut encore jouer au poker." Sam Grafton, amateur de bons mots.




"J'ai joué deux tournois sur ces WSOP 2021, j'en ai gagné un, mais au total je perds de l'argent." Vainqueur du Covid Relief Event pour 48 681 $ "seulement", Jeremy Ausmus n'a visiblement pas connu la même réussite sur le High Roller à 25 000 $... L'argent part mais heureusement, les bracelets, eux, restent.




On tient déjà la première victoire française de cet automne à Vegas. GG Florian ! 



La vidéo du jour





C'est LA vidéo qui a fait le tour de la planète poker ce week-end. Après avoir atteint les places payées d'un tournoi WSOP pour la première fois de sa vie sur The Reunion, George McBride a laissé éclater sa joie, allant jusqu'à verser quelques petites larmes. Le bonheur, le soulagement, la fierté... Le poker, quoi.



L'info en + du jour

sats WSOPOn connaît les pseudos du premier qualifié Winamax pour le Main Event. Kiriicocho est sorti vainqueur du satellite « classique » inaugural dont l’affluence réjouissante (88 inscriptions) a permis de constituer une dotation valant quasiment le double du prix du package. Le runner-up Am4ncI0 s’est donc régalé aussi, avec une récompense à peine inférieure : 9 316 €. En attendant la prochaine édition (dimanche à 21h), les packages peuvent tomber à tout moment sur nos Expresso à 25 € : on nous fait signe dans l'oreillette que quelques-uns d'entre vous en ont déjà profité ce week-end...

Lundi 4 octobre : demandez le programme !

L’affaire est entendue : notre attention sera monopolisée par la table finale du Highroller squattée par Mustapha Kanit et Adrian Mateos. Préparez-vous à une longue nuit, cependant : PokerGo annonce un horaire résolument peu Europe-friendly de 2 heures du matin pour le coup d’envoi du streaming « cards up ». En parallèle, le Day 2 du tournoi Reunion rassemblera les survivants des trois Day 1 organisés au cours du week-end, et l’épreuve de Dealer’s Choice avancera tranquillement vers les places payées. Du côté des Day 1, le Rio nous propose deux coups d’envoi bien différents : un Deepstack à prix plancher (600 $) et un Omaha High-Low en mode « Championship », entendez par là à 10 000 $ l’entrée. Les anciens s’en souviennent avec émotion : c’est sur cette épreuve que David Benyamine avait, en 2008, mis fin à dix ans de disette Française aux WSOP.

Flegmatic & Benjo


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 05/10/2021 11:35   Sujet du message: Good Morning Vegas : nouveaux visages, patience et parapluie Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : nouveaux visages, patience et parapluie

Si notre attention était toute tournée vers le "Final Five" du Highroller à 25 000 $, où Mustapha Kanit (5e) et Adrián Mateos (3e) ont dû se contenter de places d'honneur, le petit monde des WSOP ne tourne jamais autour que d'un seul tournoi. Nouvelle démonstration avec notre gazette du jour.

Le vainqueur du jour : Tyler Cornell

Tyler Cornell Winner Photo 25KAvec un seul bracelet décerné dans l'enceinte du Rio cette nuit, le choix du héros de ce paragraphe n'était pas bien difficile. Et si l'on aurait aimé voir le bijou attaché autour du poignet d'un joueur portant un W rouge sur la poitrine, il est finalement revenu à Tyler Cornell, en plus d'un chèque non négligeable de 833 289 $, après un duel final remporté par Michael Liang. Le nom de ce nouveau vainqueur ne vous dit rien ? Rien d'étonnant à cela. Malgré une première ligne live remontant à 2008 et de fréquentes escapades estivales à Vegas, Cornell ne s'était invité qu'une seule fois en finale, et brièvement, se classant 9e d'une boucherie de Hold'em à 1 500 $ en... 2010. Comme nous l'apprennent nos confrères de WSOP, c'est d'abord online que Tyler a fait ses armes, avant de passer au cash-game live. Un professionnel de l'ombre donc, qui a profité de l'édition en ligne des World Series l'an dernier pour décrocher ce qui était alors son meilleur résultat en MTT, une huitième place sur le Main Event GGPoker à 5 000 $ pour près de 330 000 $. Un high score explosé aujourd'hui donc, pour celui qui attaquait le Day 3 de ce "25K" avec un confortable chiplead, avant de faire face aux premiers assauts de Jonathan Jaffe et Adrián Mateos puis de parfaitement maîtriser la phase à trois. D'ores et déjà de quoi en faire l'un des hommes à surveiller pour la suite de ces WSOP.

La Française du jour : Lou Bohringer



D'accord, la vidéo ci-dessus ne date pas d'aujourd'hui, ni d'hier d'ailleurs, mais elle a le mérite de vous offrir un rapide tour du propriétaire des principales salles et couloirs du Rio cette année - que les vendeurs de chargeurs de téléphone semblent avoir enfin déserté, ouf ! - et du nouveau visage de PokerNews pour cette édition, la Française Lou Bohringer. Dans un anglais impeccable quasiment dénué de tout accent, celle qui est aussi à la ville la fille de l'acteur Richard Bohringer - et donc la sœur de Romane - part chaque jour à la rencontre des joueurs qui font l'événement, comme ce fut le cas samedi dernier avec la sensation virale du week-end, George McBride. En plus de son aisance face caméra, Lou semble également plutôt bien tenir les cartes, puisqu'elle a réussi à se glisser parmi les places payées de The Reunion, en compagnie d'une poignée d'autres Français (voir ci-dessous). Quant à savoir comment on passe des plateaux parisiens aux moquettes des ballrooms vegasiennes, on espère pouvoir lui poser la question en personne lors des semaines à venir.

La stat du jour : 12

Éplucher sur WSOP.com les (nombreuses) lignes de résultats des tournois les plus courus est toujours une bonne idée lorsque l'on veut se rendre compte du contingent tricolore présent sur place. Sur les 1 820 joueurs ITM de The Reunion, nos petits yeux fatigués ont ainsi repéré 12 Français, et non des moindres. Si nous n'avons pas encore la chance de connaître Christophe Enrici, Dominique Chouarnier, Cédric Adam, Maurice Talane ou encore Frédéric Maniez, certains usual suspects ont déjà ouvert leur compteur, à l'image de Jonathan Therme, François Tosques, Sonny Franco, Maxime Chilaud, Samy 'miles cordis' Dubonnet, Julien Martini, Jérémy Saderne et Hugo Larachiche. Si vous lisez ces lignes et que vous faites partie de ces Frenchies que les WSOP n'ont pas affublé de notre beau drapeau bleu-blanc-rouge, n'hésitez pas à venir vous manifester sur nos réseaux. Pour info, sachez qu'en interne, les prédictions tournaient autour de 30 Français présents aux tables du Rio dès la première semaine. Avec encore plusieurs compatriotes à la recherche de leur première place payée et des arrivées en terre américaine qui se poursuivent au compte-gouttes, on devrait largement y être.

Tous les résultats français aux WSOP

Le(s) tweet(s) du jour








Et de deux Français en plus à Vegas. Good luck François et Bertrand !










Cet automne à Vegas comme durant le reste de l'année, le compte Twitter de Pierre Calamusa est un must follow pour qui aime l'auto-dérision et les tilts sous contrôle. Allez Pierrot, il va bien finir par arriver ce premier ITM !







On le pensait mort et enterré, surtout au temps du Covid, de ses fameux gestes barrière et autres distances de sécurité, mais non : le poker 10-handed est bel et bien vivant aux tables des WSOP. Amis joueurs, soyez prévenus et armez-vous de patience.







Qu'est-ce que ce sera pour vous ? On sent déjà le brocolis d'ici...







"Il est temps de reconnaître et d'accepter que les WSOP ont changé. Ce n'est plus "notre" (les professionnels) festival. C'est un événement pour les rêveurs, ceux qui veulent en découdre le temps d'un week-end et les nouveaux venus. Et nous, en tant que communauté devrions être reconnaissants de ça. D'année en année, les WSOP restent la meilleure chance pour le poker de croître." Merci Matt Berkey pour ces bons mots. Et dans le cadre de nos reportages sur les WSOP ou ailleurs, vous pouvez compter sur nous pour faire autant la lumière sur les amateurs que les pros.



La photo du jour





Toute la pluie tomberait-elle sur Brandon Shack-Harris, même au beau milieu de l'Amazon Room ? Ou le double détenteur de bracelets chercherait-il à se protéger des bad beats ? On vous laisse chercher de votre côté, nous on sèche...



L’info qui fait chier du jour

Travel tiltLa nouvelle, préoccupante pour les Européens projetant d’arriver à Vegas juste à temps pour le Main Event des WSOP, est relayée ce matin par SuperCaddy sur le ClubPoker et nous provient du site HighStakesDB : la fenêtre de tir de « début novembre » annoncée par l’administration Biden quant à la réouverture des frontières US serait en train de se transformer en un « aux alentours du 8 au 13 novembre ». Bien sûr, ces dates ne sont que de pures rumeurs à ce stade - plus de deux semaines après la bonne nouvelle initialement lâchée par la Maison Blanche, on attend encore sa concrétisation en un décret officiel et tamponné par Tonton Joe. Mais si cette rumeur se vérifiait, alors le Main Event passerait à la trappe pour les nombreux joueurs du Vieux Continent (et de tout un tas d’autres pays du globe) qui n’étaient pas enclins à aller passer deux semaines au Mexique, au Canada ou à Dubai pour contourner le règlement encore en vigueur. Car les inscriptions pour le Big One fermeront en début d’après-midi le 9 novembre, quatre heures après le coup d’envoi du Day 2…

Mardi 5 octobre : demandez le programme !

Le premier Event à 25 000 $ des WSOP est terminé, et un autre prend le relais, et non des moindres : le Heads-Up Championship débute à 23 heures en France, avec une tripotée de stars au départ, sans doute quelques membres du Team W qui tenteront de faire mieux qu’Alexandre Luneau, demi-finaliste en 2016, et on l’espère quelques Français, en plus de Johan Guilbert, qui a déjà annoncé sa participation sur les réseaux. N’est-ce pas Arthur Conan, vainqueur du bracelet WSOP Online sur ce Heads-up Championship il y a un mois ?

Un autre tournoi estampillé Championship, mais à 10 000 $ celui-là, est également à l’affiche : on entamera ainsi le Day 2 du Omaha Hi-Lo 8 or Better Championship. Sur les 72 joueurs en lice (128 inscriptions au total), on retrouve évidemment du lourd avec le chip-leader Michael Noori, David Benyamine (tiens tiens) en 3e place, ainsi que Mike Gorodinsky, Dylan Linde, Brandon Shack-Harris, Mike Matusow ou encore Daniel Negreanu dans le premier tiers du classement. Quand au Deepstack à 600 $, il a attiré pas moins de 4 527 joueurs : ils ne sont plus que 216, dont un palanquée d’Américains et deux petits Français répertoriés : Hannes Jeschka (dans le Top 20) et Damien Gayer, plutôt shortstack. La belle histoire pourrait venir de Tony Miles, qui n’a plus qu’une blinde et demi…

On connaitra aussi la conclusion de deux tournois : celle du Dealer’s Choice à 1 500 $, où ils ne sont plus que 11 joueurs en course pour les 97 915 $ promis à la gagne. Ray Henson mène la danse alors que 4 vainqueurs de bracelets WSOP sont en course pour le doublé : Andrew Kelsall, le bien nommé Nathan Gamble, Naoya Kihara et Adam Friedman. On suivra aussi la fin de l'énorme tounoi The Reunion, où cinq Américains tenteront de transformer leur chèque initial de 500 $ en premier prix de 513 604 $.

Enfin, le Super Turbo Bounty sur un jour promet du beau poker panache, tandis que débutera également un 1 500 $ Limit Hold'em sur trois jours.

Flegmatic, Benjo & Rootsah


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 07/10/2021 10:55   Sujet du message: Good Morning Vegas : quand soudain, c'est le drame Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : quand soudain, c'est le drame

WSOP Poker Go
Photo : Mark Goldman pour PokerGo




On a frôlé la panique au Rio mercredi, lorsque tous les ordinateurs des WSOP ont décidé de planter en même temps, forcant les organisateurs à décaler le coup d'envoi de la majorité des épreuves au programme du jour. Heureusement, le bug n'a duré qu'un temps et les Championnats du Monde ont pu reprendre leur cours normal. Comme chaque matin, on vous en livre ses petites et grandes histoires.

Le bug du jour

Peu avant 22 heures (13h à Vegas), le groupe Whatsapp du Team Winamax se remplissait de messages paniqués : il était absolument impossible de s’inscrire à quoi que ce soit aux WSOP. En ligne sur son ordinateur, en personne au Rio : pas moyen de prendre son ticket, tout avait planté. Il n’y a jamais de bon moment pour une panne (tous les sites de poker en ligne en savent quelque chose), mais celle-ci, qui concernait l’intégralité de l’Intranet du groupe Caesar’s dans toute l’Amérique, ne pouvait pas plus mal tomber, survenant au moment stratégique ou des milliers de joueurs arrivent pour rejoindre en late reg l’épreuve de No-Limit entamée à 11 h ou prendre un peu d’avance sur le tournoi de variantes de 15 heures.
 







L’impact de ce crash informatique global fut tel que tous les tournois au programme de mercredi, y compris les épreuves annexes à petit budget, ont dû être décalés. Deux heures plus tard, tout était heureusement rentré dans l’ordre. On ne saura jamais si c’était la faute de Mike Matusow (voir plus bas).

Le tournoi du jour : Heads-up Championship 25 000 $ (Day 2)

Était-ce pour garder dans l'enceinte du Rio tous les ballas qui avaient décidé de participer au tournoi de H.O.R.S.E. à 25 000 $ de début de festival ? Toujours est-il que de 10 000 $ lors des éditions précédentes, le prix d'entrée du Heads-Up Championship affiche lui aussi 25 000 $ sur le programme 2021, pour un field forcément réduit mais forcément (très) costaud. On pourrait presque citer l'intégralité des 57 joueurs à avoir tenté leur chance sur ce format si particulier, dont une majorité de réguliers des festivals highrollers, comme le très en forme Michael Addamo, Mikita Badziakouski, Seth Davis, Koray Aldemir, Stephen Chidwick, Ali Imsirovic, le récent finaliste du 25K Jonathan Jaffe ou encore Cary Katz. Le Team Winamax était lui représenté par ses têtes d'affiche européenes Adrián Mateos, João Vieira et Mustapha Kanit, tandis que le clan français s'avançait avec trois autres visages bien connus, ceux de Julien Martini, Johan Guilbert et Bertrand Grospellier.
 






Malheureusement, parmi ces six-là, aucun n'a réussi à rallier les quarts de finale synonymes de places payées. Alors qu'ElkY et notre Italien préféré s'inclinaient d'entrée respectivement face à James d'Ambrosio et Dan Zack, Yoh_Viral, Naza, et Amadi ont dû s'avouer vaincus lors des 16e, battus par Gabor Szabo, Aleksandr Shevlyakov et Bin Weng. C'est d'ailleurs ce dernier qui a mis fin au parcours de Julien Martini au tour suivant, infligeant au Corse une quatrième bulle en cinq participations à ce tournoi. Après deux tours supplémentaires joués ce mercredi à Vegas, les demi-finales opposeront d'un côté le ténor Jason Koon, toujours à la recherche de son premier bracelet, à l'inconnu finlandais Henri Puustinen et de l'autre, Dan Zack à Gabor Szabo, jeune joueur hongrois dont la meilleure perf' live est une quatrième place sur le Highroller du dernier... WPO Dublin. Tout ce beau monde est donc désormais à deux marches du titre et d'un premier prix de 243 981 $.

Le Franco-Belge du jour : Adam Kitai

Davidi - Adam Kitai

Rassurez-vous, il n'est pas né avec cette tête.





Pourquoi Davidi Kitai ne fait pas partie du cortège de joueurs du Team Winamax déjà présents au Rio ? D'abord parce que le Génie est depuis quelques années adepte de WSOP "petits-mais-costauds" (séjour resserré mais chargé en gros tournois) mais surtout parce que cette année, Kitbul et sa femme Caroline attendaient un heureux événement. C'est ainsi qu'en ce lundi 4 octobre 2021, cette famille de génies s'est agrandie avec la venue au monde d'Adam, Franco-Belge de son État né à Monaco (sympa le passeport). Toutes nos félicitations aux parents (et à la grande sœur). Adam, on se donne rendez-vous aux WSOP 2043 ?

Le chiffre du jour : 66

Phil Hellmuth
Cette diabolique statistique correspond au nombre de finales disputées sur les WSOP par un certain Phil Hellmuth. C’est un record absolu, évidemment, qui s’explique par la longévité exceptionnelle de Poker Brat sur les Championnats du Monde (en plus d’un talent qui n’est plus à prouver) : parmi les regs en activité à la fin des années 90, Hellmuth est l’un des derniers encore debout trente ans plus tard. Son challenger actuel appartient à la génération suivante mais semble pour le moment hors de portée : Daniel Negreanu n’a joué « que » 47 finales WSOP.

La 66e TF WSOP d’Hellmuth arrive à peine trois jours après la 65e, une 6e place sur le HORSE à 25 000 dollars. Ce 16e bracelet (un record aussi, cela va sans dire), Hellmuth va devoir aller le chercher sur cette épreuve de Omaha High-Low à 10 000 $ qui redémarrera ce jeudi soir : il n’a certes plus que quatre joueurs à battre, mais il possède un stack minuscule. Mais on peut supposer qu’Hellmuth en a vu d’autres…

Le(s) tweet(s) du jour
 





Ça y est, le compteur est débloqué pour Aladin Reskallah sur ces WSOP ! Le double Top Shark fait partie des 108 joueurs à avoir passé le cap du Day 1 et fait leur entrée dans les places payées de l'Event #13, un tournoi de Hold'em à 3 000 $. Aladar aura une dizaine de blindes à faire fructifier demain, en compagnie de deux compatriotes, Jonathan Therme (40 BB) et ElkY (28 BB), et d'une poignée de joueurs réputés à l'international comme Michael Gathy, Anton Wigg, Maria Konnikova, Niall Farrell, Darren Elias, Sam Grafton et Matt Affleck.
 







Deux salles, deux ambiances.




La veille de ce fameux problème informatique qui a causé une panne généralisée sur le système de Ceasars, Mike Matusow avait déjà causé un léger indicent technique : en débranchant son téléphone portable d'une prise, l'Américain a semble-t-il fait un peu plus que cela, causant l'arrêt soudain de la clock du PLO8 Championship. "Est-ce que je dois le rebrancher ?" Oui mais le PC Mike, pas ton portable...



La photo du jour

In N Out Burger
Très peu de clichés en provenance de Vegas sont à même de nous faire ressentir le FOMO autant que celui-ci, saisi par Pierre Calamusa : une pause-dîner dans la Chapelle Sixtine des hamburgers, j'ai nommé le In-N-Out, en compagnie de sa compagne Delphine et du couple Tony Miles/Aneta. Cela fait plus de deux ans que nous n’avons pas pu toucher à cette création divine qu’est le Double Double, et pour cause : cette chaîne n’est implantée que dans une poignée d’États américains, et nulle part ailleurs. Les plus observateurs d’entre vous auront remarqué que l’on compte sur cette photo cinq sandwiches pour quatre convives : on supposera donc que LeVietF0u avait comme d’habitude très faim hier soir.

L'article du jour

Chez nos amis de PocketFives, Jack Stanton prend la plume pour s’adresser à ceux qui découvriront les WSOP pour la première fois les WSOP : 10 Do’s And Don’ts For World Series of Poker First-Timers. Parmi les choses à faire absolument : des suggestions d’ordre philosophique (« Soyez excité ! ») mais aussi des conseils pratiques (« Inscrivez-vous la veille »). À éviter, en revanche : boire trop de café, se stresser inutilement, ou encore le grand classique « Fuyez les récits de bad beats ». Une lecture utile (en anglais) pour ceux d’entre vous qui ont (ou vont) gagner leur package pour le Main Event via les satellites exclusifs de Winamax !

Jeudi 7 octobre : demandez le programme !
 


WSOP Poker Go
Photo : Mark Goldman pour PokerGo




On vous a fait le topo un peu plus haut : le Heads-up Championship rendra son verdict en commençant par des demi-finales prévues à 1h du mat’ en France. On connaîtra également le meilleur joueur de l’année en Omaha Hi-Lo 8 or Better, puisqu’ils sont encore 5 pontes en course dans l’Event Championship de la variante. Parmi eux, un Phil Hellmuth en quête d’un 15e bracelet mais néanmoins très shortstack, accompagné d’un casting de haut niveau comprenant le large chipleader Ari Engel, Zachary Milchman, Eddie Blumenthal et Andrew Yeh, alors que Robert Mizrachi, déjà 3e du 1 500 $ Omaha H/L il y a quelques jours, a échoué à la 7e place (47 987 $) et devra attendre pour son 5e bracelet WSOP. Le vainqueur encaissera 317 076 $.

Gabriel Nassif n’est plus là, alors les tournois de Limit Hold’em ont perdu de leur intérêt pour le clan français : si le 1 500 $ s’achèvera ce jeudi, les spécialistes les mieux rollés devraient switcher dans le Limit Hold’em Championship qui débute ce soir. Le 1 500 $ Stud (261 entrées), où João Vieira a tenté sa chance, se poursuivra également tout comme le 3 000 $ NLHE avec une petite colonie française encore en lice à 108 joueurs left, menée par un Antony Darmani en seconde position au chipcount et complétée par Benjamin Chalot, Jonathan Therme, Clement Van Driessche et ElkY. En Hold’em, un 1 500 $ 6-Max sur trois jours débute aussi ce jeudi.

Benjo, Flegmatic & Rootsah


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34268

MessagePosté le: 08/10/2021 11:10   Sujet du message: Good Morning Vegas : une soirée 100 % regs Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : une soirée 100 % regs

Trois vainqueurs ont ajouté leurs noms au palmarès des WSOP jeudi soir. Chacun à leur façon, ils faisaient déjà partie de l'histoire du poker...

La perf' du jour : Koon, un nom de moins sur la liste



Koon
Il l'a fait, enfin ! (Crédit photo : PokerGo)




À chaque entame de WSOP c’est la même rengaine : on sait que Pokernews va nous pondre l’un de ses marronniers favoris, à savoir un papier sur le thème de « qui-c’est-les-meilleurs-joueurs-à-n’avoir-jamais-gagné-un-bracelet. » (mais on ne s'en lasse pas, hein). Parmi les gamblers régulièrement mentionnés (notamment dans la plus récente édition de l'article), le nom de Jason Koon revenait toujours aux côtés des Dan Smith et autres Steve O'Dwyer. Car il faut dire que depuis quelques années, l’Américain fait partie de ceux qui ont le plus profité de la déferlante des parties high stakes jouées en Asie : sans faire de vagues, sagement installé au milieu des Phil Ivey, Tom Dwan ou autres Paul Phua, le natif de Virginie-Occidentale est devenu l’une des figures incontournables de ces cash-games où les millions de dollars (hong-kongais le plus souvent) passent de main en main devant les caméras du monde entier, mais aussi un régulier des plus gros tournois Highroller de la planète. Songez qu’outre les fortunes accumulées en cash-game (il a gagné le plus gros pot de l’histoire du CG télévisé, 2 090 000 €), Koon occupe la 9e position de la All-Time Money List, avec plus de 32 millions de dollars de gains banqués en tournois live dont 17 titres, presque tous énormes. Une anomalie, donc, dans la liste des joueurs sans bracelets. Jusqu’à hier soir.

Car Jason Koon a fait en sorte que son patronyme n'apparaisse plus jamais dans le maronnier de Pokernews, en remportant le prestigieux Heads-up Championship à 25 000 $. Un tournoi extrêmement relevé, où l'on ne peut triompher sans talent. Alors certes, Koon semble avoir bénéficié d’un tableau plutôt favorable : pour aller au bout, il a successivement éliminé Chris Brewer, Nicolas Morris, Johannes Becker, Jack Daniels (ça ne s’invente pas), le spécialiste finlandais du heads-up Henri Puustinen et enfin Gabor Sczabo en finale. Mais attention à ne pas sous-estimer sa performance : si cette liste est dépourvue de grands noms, elle n’en reste pas moins constellée de joueurs confirmés, qui lui ont donné du fil à retordre

Après être passé à deux doigts de la correctionnelle face à l'Allemand Becker en 8èmes (lui aussi joueur de HU réputé) et avoir bénéficié d’un petit coup de pouce du destin en demies contre Puustinen, Koon a ainsi dû s’employer lors dernier duel face au Hongrois (photo ci-dessous), qui avait notamment sorti YoH_ViraL en 16e de finale. 

Gabor SczaboS’il est plutôt inconnu dans la spère High-Roller, chez Winamax on sait de quoi il est capable : il avait terminé quatrième du Highroller du WPO Dublin en 2018. Et au cours du tournoi qui nous intéresse aujourd'hui, Gabor a tout de même écarté David Peters, Mikita Badziakouski puis Dan Zack en demi-finales, rien que ça. Lors de l'ultime duel, il a résisté durant près de quatre heures à la machine Jason Koon, tout se jouant sur un coup à tapis préflop au bout de 3 h 30 de jeu : après cela, le Hongrois n’a jamais pu remonter la pente, finissant par rendre les armes mais étant récompensé avec le plus gros gain de sa carrière, 150 790 dollars. Déjà runner-up d’un tournoi de heads-up Hold’em/Omaha lors des WSOP 2012, Koon a donc attendu très longtemps avant d'avoir une nouvelle chance de faire mieux : il ne l'a pas laissée passer. Avec ce titre, ce joueur discret, qui avoue lui-même ne pas suivre la mode des streamers poker pour se concentrer sur le jeu, encaisse 243 981 dollars et fête de la meilleure des manières sa toute récente signature en tant que pro GGPoker ainsi que la naissance de son fils, venu au monde il y a tout juste deux semaines. Et appose enfin son nom dans les livres d’histoires des WSOP.



Koon-Bracelet
Crédit photo : PokerGo
 



Le fail du jour : des Bleus pâles dans le 3k

Ces dernières années, les tournois WSOP à 3 000 $ l'entrée ont clairement bien réussi aux Français. Prisés par le clan tricolore, ils ont ainsi rapporté deux des derniers bracelets bleus, gagnés par Ivan Deyra et Thomas Cazayous en 2019. Alors quand on a parcouru le chicount pour le Day 3 de l’Event #13, un NLHE à 3k de buy-in donc, on s’est autorisé à rêver : pas moins de 6 Français, dont au moins 5 pros, étaient encore en course pour le bracelet parmi les 108 joueurs restants, avec un Anthony Darmani carrément second en jetons. Sauf que le rêve s’est finalement transformé en cauchemar.

ElkYEn effet, aucun d’entre eux n’est parvenu à se glisser dans le Top 20 : notre Team Pro Aladin Reskallah (80e), Benjamin Chalot (78e), Clément Van Driessche (64e), Jonathan Therme (56e), ElkY (32e, photo) et enfin Anthony Darmani (23e) ont tous sauté les uns après les autres. Bon, il faut dire que le field était bien relevé : parmi les joueurs ITM, on recence Niall Farrell (12e), Tristan Wade (14e), Maria Konnikova (25e), Brock Parker (26e), Matt Affleck (31e), Christian Harder (33e), JJ Liu (43e) ou encore Joe Kuether (50e), pour ne citer que les noms ronflants du Top 50.

Michael GathyMais tout de même, la déception est là, surtout quand on voit le casting du Final Day : le chipleader Brandon Caputo, qui a connu un gros rush en début de TF, et son dauphin, le détenteur de 4 bracelets WSOP Michael Gathy (photo), semblent avoir le champ libre pour le dernier acte où leurs adversaires semblent moins expérimentés. Le Bruxellois a donc une belle occasion d'écrire l'histoire en trois pièces : distancer Davidi Kitai (qui possède 3 breloques) au classement du nombre de bracelets belges, rejoindre le cercle fermé et prestigieux des 26 joueurs ayant déjà remporté 5 bracelets WSOP, et intégrer le club mythique de ceux ayant gagné 5 bracelets en No Limit Hold’em : rien de moins que Phil Hellmuth et Doyle Brunson.

Le non-évènement du jour : Phil Hellmuth



Phil Hellmuth
Crédit photo : PokerGo



Avec aussi peu de jetons pour reprendre le combat, sa partie était loin d’être gagnée, et c’est somme toute logiquement qu’elle n’a pas été gagnée : éliminé rapidement en cinquième place de la finale du Omaha High-Low à 10 000 $ (remportée pour finir par le collectionneur de victoires Ari Engel), Phil Hellmuth devra attendre avant de pouvoir brag à propos d’un historique seizième bracelet. Bah, te fais pas de mouron, Phil : ton record est invincible pour cinq ans au moins, à part si un autre Phil (Ivey) ne décide de se réveiller en gagnant subitement les cinq qu’il lui manque pour te rejoindre.

Les Tweets du jour
 




Il y a trois ans, tous les joueurs de poker mélomanes avaient bondi en voyant son nom apparaitre au sommet d’une épreuve de Stud (et devant les caméras de Winamax) : la légende du rock indé Steve Albini est de retour aux WSOP ! Nous sommes en 2021 et le producteur de Nirvana, PJ Harvey, les Pixies et consorts (la liste est interminable) continue de se cantonner à sa variante favorite à sept cartes. C’est vêtu d’un superbe t-shirt à l’effigie de Queen Dolly Parton qu’il a manqué de peu une seconde finale (9e) sur l’épreuve dont il était sorti vainqueur en 2018. Parmi les cinq joueurs qui se battront ce vendredi soir pour le bracelet : les deux éternels online kids que sont David Williams et Shaun Deeb.
 


Premier tournoi, première place payée : welcome to Sin City, Romain Lewis. Après Mustapha, Adrian et Pierre, les membres du Team Winamax continuent de soigner leurs entrées sur les WSOP…
 


Certains pros ont encore un peu de mal à s’ajuster à la nouvelle temporalité des Championnats du Monde.
 


Une émouvante pièce en quatre actes. Encore bravo !
 


La Cool Story Bro du jour (saupoudrée d’une pincée de whine) vous est offerte par le Top Shark en titre.
 


Pour ceux qui se posent la question : oui, la Poker Kitchen des WSOP n’a pas été épargnée par l’inflation.



Et la palme de la célébration la plus lapidaire revient à...





Les stats pas géniales du jour

Meme Hangover
Membre historique du forum ClubPoker et grand expert en toutes choses ayant trait à Las Vegas et les WSOP, salette s’est livré à un petit exercice de comparaison entre les tournois des éditions 2019 et 2021 des Championnats du Monde. Verdict ? C’est guère folichon. La chute de l'affluence va de moins 8 % (pour le tournoi de Stud qui n’allait de toute façon pas attirer grand monde) jusqu’à moins 39 % (pour le tournoi réservé aux employés de l’industrie casinotière). « On s’en doutait […] avec toutes les contraintes (travel ban, peur de certains joueurs, antivax, etc…), le tout était de savoir de combien ? » explique salette sur le forum du CP. Attention cependant, ces chiffres sont évidemment provisoires, les WSOP étant un festival très long : nous n’en sommes qu’à la huitième journée d’un marathon qui en compte plus de cinquante. Les joueurs de toute l’Amérique (à défaut, pour le moment, des joueurs du monde entier) ont encore largement le temps de se pointer à Vegas au cours des semaines à venir. « Un test important ce [week-end] avec le début du Millionaire Maker qui avait fait 8 809 entrées en 2019 (3 930 au 1A), on va savoir […] on en est. »

Vendredi 8 septembre : demandez le programme !



Rio
Crédit photo : PokerGo



On vous en parlait plus haut : la finale du 3 000 $ pourrait bien voir Michael Gathy devenir l’un des meilleurs joueurs de l’histoire des WSOP, et Brandon Caputo gagner un premier bracelet après 22 ITM WSOP cumulés : à mater sur PokerGO à partir de 2 heures du mat’ en France si vous avez l'abo. On suivra aussi la conclusion du 1 500 $ Stud : Shaun Deeb et David Williams sont encore en lice avec de bons tapis.

Rendez-vous également pour le Day 2 de l’Event #15 à 1 500 $, le premier tournoi 6-Max de ces WSOP, avec 9 Français en course à 94 joueurs restants dont un trio Sonnny Franco - Richard Amar - Hugo "GoD NaTT" Larachiche dans le Top 13, sans oublier nos Teams Pros Winamax Romain Lewis (66e au classement) et Joao Vieira (avant-dernier au chipcount) : tout ce beau monde est déjà ITM (218 places payées) et assuré de 3 373 $.

Ce vendredi, on attend aussi avec impatience le lancement du Millionnaire Maker à 1 500 $ (parce que ça nous rappelle des bons souvenirs et que c’est vraiment un tournoi de ouf) et un tournoi très spécialisé : le Mixed Triple Draw Lowball, qui mélangera Ace to Five, Deuce to Seven et Badugi, exclusivement en Limit. Inscription : 2 500 $.

Benjo et Rootsah

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 11/10/2021 13:50   Sujet du message: Good Morning Vegas : Saint-Malod, Captain João et Sup Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : Saint-Malod, Captain João et Super Phil

Un Français sorti de nulle part qui passe tout près d'un bracelet, un nouveau podium pour le Team Winamax, un casting de dingues pour la finale du Stud Championship et un concours de flash géant : retour sur un deuxième week-end animé.

Le tournoi du week-end : Mixed Triple Draw Lowball 2 500 $

Bref chipleader alors qu'il ne restait plus que trois joueurs, João Vieira a dû se contenter de la médaille de bronze sur l'Event #18, un tournoi de Mixed Games en Limit combinant Deuce to Seven, Ace to Five et Badugi. Le Portugais rejoint donc Mustapha Kanit, Adrián Mateos et Pierre Calamusa dans le rang des finalistes frappés d'un W rouge sur ces WSOP. Le deuxième bracelet attendra pour Naza, qui voit tout de même sa bankroll enrichie de 57 558 $, qui ne tarderont pas à être réinvestis. Par exemple sur le "5K 6-max" sur lequel il s'était imposé il y a deux ans et qui démarre ce mardi à Vegas ?

Le Français du week-end : Jérémy Malod


Malod
Crédit photo : PokerGo.com



Après David Benyamine sur le HORSE à 25 000 $, après Pierre Calamusa sur le Super Turbo Bounty, la troisième grosse perf' française de ces WSOP 2021 est venue de là où on ne l'attendait pas : le nom de Jérémy Malod nous était complètement inconnu au moment où nous l'avons vu apparaître tout en haut des tablettes de l'Event 15, un 6-max à 1 500 $. En allant sur Poker52 consulter le compte-rendu de Fabien Richard, l'un des seuls journalistes européens ayant réussi à entrer aux USA cette année (GG), on apprendra que Malod est un joueur de cash-game originaire de Lyon, qui parcourt habituellement la planète poker avec un ami prénommé Johan. Longtemps chip-leader lors de la toute première finale WSOP de sa carrière, allant même jusqu'à se retrouver en possession de 70% des jetons en circulation, Malod n'aura cependant rien pu faire lors du dernier duel, placé face à un Bradley Jansen bien aidé par le sabot. Un commentaire du Français après cette deuxième place à 193 711 $ ? "Pas grave, next." Gageons que Malod va délaisser quelque peu les cash-games au cours des prochaines semaines, et retrouver bien vite le chemin de l'Amazon Room.

Le pas-encore-millionaire du jour

5 326 inscriptions sur le Millionaire Maker à 1 500 $ l’entrée :  c’est beaucoup… mais c’est 40 % de moins qu’en 2019. La baisse d’affluence pressentie lors de la première semaine des WSOP 2021 semble donc se confirmer sur le premier tournoi de No-Limit emblématique du festival. On partage l’avis du confrère SuperCaddy sur le ClubPoker : « Pas bien surprenant, et sans doute pas bien grave non plus au regard du contexte si particulier dans lequel se tient le festival cette année. » Passons, donc… et intéressons-nous plutôt à un field qui ne compte plus que 170 joueurs après deux jours de jeu. 799 joueurs ont été payés : la bulle est derrière nous depuis longtemps. Parmi ceux qui ont déjà écrit leur nom au palmarès du tournoi, citons Aladin Reskallah (724e), Florian Ribouchon (672e), François Tosques (413e), Pierre Calamusa (213e), ou encore Jérémy Saderne (203e). Le chip-leader se nomme Darry Ronconi : en grande difficulté avec moins de 10 BB à la bulle, l’Américain entamera le Day 3 avec plus de 100 BB.

WSOP
On repère un tricolore tout en haut du classement : Thomas Eychenne, avec 2,275 millions. Derrière, on ne retrouve que des noms familiers : Clément Richez (35e), le vainqueur KING5 Antoine Goutard (73e), le Team Pro François Pirault (86e - photo), Sonny Franco (125e), et enfin Adrien Delmas (168e), qu’on est ravis de revoir sur un chip-count, neuf mois après son départ du Team Winamax. L’objectif pour tout ce beau monde : se rapprocher un peu plus du premier prix, dont vous aurez probablement déjà deviné le montant.

La finale du week-end : casting 4 étoiles sur le Stud Championship

[Phil Hellmuth]On vous parlait en fin de semaine dernière de la 66e finale WSOP de Phil Hellmuth (un record, et de loin), sur l'épreuve Championship de Omaha High-Low, avant qu'elle ne tourne court à cause d'un petit tapis. Ce mardi, le Poker Brat aura une bien meilleure chance d'accrocher un seizième bracelet à son poignet, puisqu'il abordera le Day 3 du Stud Championship avec le chiplead à sept joueurs restants. Entre le grand Phil et une nouvelle breloque ? Oh pas grand monde, simplement Anthony Zinno (deux bracelets, une pelletée de finales), le grand copain de Julien Martini et top reg des high rollers du circuit James Chen, Stephen Chidwick (qu'on ne présente plus) ou encore Jack McClelland, ancien directeur des WSOP dans les années 1980 et pensionnaire du Poker Hall of Fame depuis 2014. Sans nul doute le plus beau casting de finalistes depuis le début de ces World Series, qui se battra pour le premier prix de 182 872 $ et un titre hautement prestigieux.

La blague du jour : le Flip & Go Event





Nous n’avons pas trouvé beaucoup d’infos à propos de ce qu’il est bien convenu d’appeler la plaisanterie la plus marrante de cette édition 2021 des WSOP : le Flip & Go à 1 000 $, entamé dimanche. Le principe est simple (si ce n’est dérangé du cerveau) : à chaque table, tous les joueurs sont obligatoirement à tapis dès la première main, sans aucun autre choix possible (il y a juste une petite particularité : chacun reçoit 3 cartes et doit immédiatement en jeter une). Le gagnant de la main est qualifié pour le Day 1 (programmé dans la foulée le dimanche soir), où le tournoi reprend, dans l'argent et sur un format Turbo classique. Bien entendu, les re-entries étaient autorisés en nombre illimité : il aura par exemple fallu 13 tentatives à Adrián Mateos pour gagner son premier coup à tapis… Mais avec seulement 3 755 $ remportés pour sa 52e place sur le Day 1, l’Espagnol a quitté ce Flip & Go sans récupérer son investissement initial. 23 joueurs seront au départ du Day 2 ce lundi soir : on y reconnaît David Peters, Elio Fox ou encore Jake Schwartz. Pour en savoir plus sur ce tournoi où l'ambiance fut plus présente que le skill, rendez-vous sur cet article de Chad Holloway sur PokerNews. On y apprend entre autres qu'un total de 1 232 buy-ins ont été dépensés : le prize-pool dépasse donc sans forcer le million de dollars.

Les tweets du week-end





Alors que tout le monde s'écharpe en MTT, le Top Shark 2020 Léo 'Ya 2 ecoles' préfère taper le carton aux tables de cash game high stakes de la King's Lounge. Avant de partir en quête de bracelet sur le "5K 6-max" ?




Erik Seidel a trouvé face à lui un adversaire qui a du chien.




Pas de panique Remko, après deux ans de sevrage, tu es probablement simplement atteint de la fièvre des WSOP.




"Petit rappel pour tous les joueurs présents aux WSOP. Il est facile de s'énerver contre un croupier ou un joueur qui commet une erreur à table qui peut influencer le reste de l'action. Mais gardez en tête que beaucoup d'entre eux sont nouveaux ou n'ont pas joué/travaillé depuis des années. Essayez simplement de les aider et de leur rappeler les bonnes pratiques. Sauf en ce qui concerne les récidivistes. Eux, vous avez le droit de leur faire une prise de karaté." Merci Faraz Jaka pour ce petit conseil tout en bienveillance.




Pendant ce temps, on ne sait pas ce que Daniel Cates prend, mais on n'est pas sûr d'en vouloir.



Lundi 11 octobre : demandez le programme !


WSOP Poker Go
Crédit photo : PokerGO.com



On vous a déjà parlé du Millionnaire Maker, dont le Day débutera ce soir. Quoi d’autre en ce lundi au Rio ? On suivra de loin la fin du bizarre tournoi Flip & Go, mais on fera un peu plus attention à l’incroyable casting réuni en finale du Stud Championship. Il reste encore un peu trop de monde (304 joueurs) sur l’épreuve mixte Pot-Limit/Limit Omaha High-Low pour y faire vraiment gaffe. Et les coups d'envoi ? À 11 heures, heure locale, le tournoi Ladies débutera avec sa désormais traditionnelle formule empêchant les relous de s’inscrire : le prix d’entrée est fixé à 10 000 $, mais les femmes bénéficient d’une réduction de 90 %. Un peu plus tard, on pourra s’essayer à une épreuve 8-game 6-max pas trop chère (1 500 $ le ticket).

Benjo & Flegmatic


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 12/10/2021 11:40   Sujet du message: Good Morning Vegas : On_The_Road... to the final table? Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : On_The_Road... to the final table?

Le Team Winamax agrandit à toute vitesse sa collection de deep-runs, le Ladies démarre en l’absence des joueuses non-américaines, une controverse éclate, un anti-vax se cantonne au jeu en ligne, et un cador américain encombre un peu plus son armoire à trophées.

Le Français du jour : François Pirault

François PiraultSur les six tricolores parmi les 170 joueurs au départ du Day 3 du Millionaire Maker, il n'en reste désormais plus qu'un seul à 20 restants et avouons-le, il s'agit de notre petit préféré : François Pirault aura 25 belles blindes devant lui ce mardi pour continuer de croire au million de dollars promis au vainqueur. Avant cela, cette troisième journée avait été fatale à Adrien Delmas (168e, revenu avec un tout petit stack), Clément Richez (76e), au Champion KING5 Antoine Goutard (65e), Sonny Franco (64e, déjà son troisième ITM de l'automne) et enfin Thomas Eychenne, 21e et dernier sortant du jour. Un temps dans les hauteurs du chipcount, On_The_Road a connu un coup d'arrêt lors de l'avant-dernier niveau en payant un gros bet river de la part d'un adversaire qui avait trouvé un full. Il aurait toutefois pu espérer signer un meilleur comeback si, lors d'un 3-way all-in, le joueur qu'il couvrait n'avait pas trouvé un As au flop pour faire passer son As-Dame devant sa paire de Dames. Avec une moyenne qui plafonne à 33 BB, il garde toutes ses chances, surtout à une table où nous n'avons reconnu personne, et avec six joueurs sur sept entre 15 et 29 blindes.

Une fois encore, en embuscade derrière le chipleader Philip Verel, l'épouvantail numéro 1 sera ce diable (rouge) de Michael Gathy, quatrième au classement de fin de journée et donc toujours en course pour un cinquième bracelet, quelques jours après avoir terminé troisième de l'Event #13. Il retrouvera à sa table l'Espagnol Nabil Cardoso, croisé en 2015 en finale de l'EPT Malte. Pas non plus de quoi faire peur à notre Top Shark en titre, qui ne visera rien d'autre qu'une quatrième table finale pour le Team Winamax en moins de dix jours. En attendant, il est déjà assuré de 28 480 $ et n'aura besoin de laisser passer que deux éliminations pour signer son plus gros cash en tournoi live. Décidément, nos W rouges ne perdent pas de temps cet automne !

Le vainqueur du jour : le double triplé d'Anthony Zinno

Anthony ZinooDes joueurs qui ne comptent pas parmi les grandes stars charismatiques de notre jeu préféré, mais qui font pourtant partie des références du poker mondial : voilà un profil très répandu aux tables des WSOP. Le genre de mecs sur lesquels on peut mettre sans crainte un billet pour une Fantasy League WSOP par exemple : ils rapporteront souvent un bon paquet de points. Anthony Zinno et James Chen, respectivement vainqueur et runner-up du Stud Championship à 10 000 $ lundi soir (62 entrées), font indéniablement partie de ce portefeuille de bons investissements.

Le premier s'est surtout forgé une réputation sur l'autre grand circuit du poker mondial, le World Poker Tour, dont il a remporté trois Main Events, dont deux consécutivement en 2015 (année magique où il avait aussi gagné un bracelet), rejoignant un temps les légendes Gus Hansen et Carlos Mortensen au palmarès (avant que Darren Elias ne mette tout le monde d'accord en remportant 4 titres WPT). Le second, lui, fait davantage partie de ces talents découverts aux WSOP : s'il compte quelques beaux résultats sur le circuit asiatique, on se souvient que le Taiwanais avait remporté un très gros bracelet en gagnant le Super High Roller des WSOP-Europe à Rozvadov en 2019 pour 2,8 millions d'euros de gains, un palmarès complété par trois autres tables finales WSOP, sans oublier un bon paquet de places payées sur les events WSOP online depuis deux ans. Une chose est certaine, les larrons auraient fait tout deux de beaux vainqueurs : mais c'est finalement l'Américain qui a passé à son poignet son déjà troisième bracelet WSOP ! Oui, il avait déjà gagné le High Roller PLO en 2015 (année décidément magique) et aussi en Omaha Hi-Lo en 2019 : avec Mortensen, il est le seul à détenir ainsi trois titres WPT et trois bracelets WSOP. Si tout s'est passé en Texas Hold'em au WPT, Zinno est donc bien plus performant sur les tournois de variantes au Rio, pour lesquels il est visiblement tout aussi doué qu'en NLHE : après sa victoire, le joueur originaire de Rhode Island a confié à Pokernews qu'il ne travaillait pas son skill en Stud depuis longtemps... tout en concédant humblement qu'il était loin de posséder le niveau des meilleurs joueurs de la variante. Celui qui a récemment franchi la barre des 10 millions de dollars en tournois live remporte finalement 182 872 $, James Chen se contentant de 113 024 $ au terme de deux heures de heads-up.

Phil Hellmuth, lui aussi, aurait fait un beau vainqueur : en quête de son 16e bracelet depuis le début du festival, il jouait déjà sa troisième finale dans ces WSOP 2021 - toutes les trois sur des tournois de variantes ou Mixed Games -, la 67e de sa carrière. Mais le Poker Brat essuie un nouvel échec en terminant au pied du podium (54 730 $) derrière le Bolivien José Paz-Gutierrez (3e pour 77 227 $), ce qui ne fera certainement que renforcer sa motivation alors qu'il reste encore plus de 65 bracelets à aller chercher d'ici la mi-novembre.

McClellandDans un casting final où l'on recensait pas moins de 20 bracelets WSOP autour de la TF, on notera aussi la 5e place de Jack McClelland pour 40 284 $, son plus gros gain en carrière (photo ci-contre - crédit PokerGO.com) : ancien directeur de tournoi des WSOP, membre du Poker Hall of Fame depuis 2014, cela fait quatre décennies qu'il roule sa bosse aux tables de Vegas, et n'a pas décroché du poker game malgré une transplantation du coeur en 2013 (pour en savoir un peu plus sur la légende, lisez cet article de Pokernews). À signaler également la 6e place pour 30 842 $ de Stephen Chidwick, remarqué sur les tournois High Rollers de l'Aria depuis septembre et qui devrait bien sélectionner ses events au Rio : l'Anglais et ex-numéro 1 mondial se chauffe tranquillement pour aller chercher un second bracelet après ce premier ITM aux WSOP 2021.

Crédit photo A. Zinno : Melissa Haereiti / PokerNews

Le tournoi du jour : un Ladies à 99 % américain

La dernière édition « du monde d’avant » du Ladies des WSOP avait offert de beaux moments de ferveur au sein du clan Français, avec la mémorable troisième place de Sandrine Phan, redoutable compétitrice révélée deux ans plus tôt en finale du WiPT, et qu’on connaissait déjà bien chez nous à Winamax puisque Sandrine fut longtemps membre de l’équipe du service client de la room. Deux ans plus tard, aucune chance de voir s’agiter des drapeaux tricolores autour de la finale du Ladies : l’envoyé spécial de Poker52 Fabien Richard n’a croisé qu’une seule joueuse Française autour de cette épreuve dédiée au poker féminin, Rosalie Petit. Avec l’élimination dès le Day 1 de « 4Bettencourt », membre de l’équipe victorieuse du KING5 (on avait déjà aperçu son coéquipier et compagnon Antoine Goutard au départ d’autres épreuves du Rio), le total de françaises au départ du Day 2 du Ladies sera de très exactement zéro. On l’a déjà dit et on aura sûrement  l’occasion de le redire : la fermeture des frontières US à pas mal de pays férus de poker continue de faire du mal aux chiffres d’affluence des WSOP, en particulier dans des épreuves comme celles-ci, avant tout destinées aux amateurs (ou amatrices dans le cas présent) qui disposaient de beaucoup moins de latitude que les pros pour s’organiser une quarantaine de deux semaines hors de l’espace Schengen. Ainsi, avec 644 inscriptions cette année contre 968 en 2019, le Ladies encaisse une baisse de 33 %.
 

Sofia Lovgren
Crédit photo : PokerGO.com



Cela ne nous empêchera pas de repérer pas mal de têtes connues du poker américain dans le classement, sous la chip-leadeuse Angelina Rich : la vétéran JJ Liu, Ebony Kenney, Jamie Kerstetter, Amanda Baker, Marle Cordeiro, Jennifer Shahade, Vanessa Kade ou encore Xuan Liu. Les non-américaines encore en lice se comptent sur les doigts d’une seule main : citons la Suédoise Sofia Lovgren (en photo) et l'Allemande Natalie Hof.
 







Au chapitre des curiosités, notons qu’un homme a décidé de s’inscrire, en dépit de la désormais traditionnelle règle tarifaire censée garantir un tournoi véritablement 100 % féminin (le ticket coûte 1 000 $ pour les femmes et dix fois plus pour les hommes). Mais l’Américain Tom Hammers n’avait semble-t-il que des bonnes intentions au moment de rejoindre le Ladies en compagnie de son épouse et de sa fille, ayant annoncé d’entrée de jeu que ses gains seraient intégralement reversés à une œuvre de charité féministe. En fin de compte, Hammers aura surtout fait gonfler le prizepool, puisqu’il n’a pas survécu au Day 1.

Les inscriptions sont closes et l’échelle des prix est déjà connue : les 97 joueuses qui entreront dans l’argent mardi soir se partageront un magot de 573 160 dollars.

Le shit-storm du jour : les chaises musicales de Kelly Minkin



Kelly Minkin
Crédit photo : PokerGO.com



Tiens, un micro-scandale, ça nous avait manqué. Tout commence avec un tweet du professionnel Adam Hendrix, qui annonce savoir qu’un.e « pro très connu.e a pu se désinscrire du 6-max après avoir jeté un oeil à sa table de départ. Le superviseur l’a informé.e qu’il.elle ne pourrait pas se réinscrire. Quelques heures plus tard, la même personne était aperçue à une table du même tournoi. Les superviseurs étaient au courant et aucune pénalité n’a été donnée. »






Si elle était avérée, cette pratique constituerait a minima un bel exemple d’angle-shooting et, étant donné qu’elle aurait été validée par les superviseurs, ouvrirait une sacrée brèche : on pourrait dès lors se désinscrire et réinscrire à loisir d’un tournoi jusqu’à trouver une table de départ qui nous convienne. De fait, les faits relatés par Hendrix - qui s’était gardé de révéler l’identité du pro en question - seront rapidement confirmés par la principale intéressée, la très respectée Kelly Minkin, mais avec l’ajout d’une justification pas anodine :

 






« J’étais assise à une table en 3-handed, à côté d’un joueur qui m’a harcelé dans le passé et m’a volé de l’argent. Comme le tournoi n’avait pas encore débuté, j’ai demandé l’autorisation de me désinscrire. »

L’ire de la twittosphère poker s’est rapidement calmée après cette précision d’importance, mais plusieurs pros, comme Brian Hastings, se sont inquiétés du précédent que cette situation pourrait créer : on pourrait facilement imaginer que des joueurs mal intentionnés s'en servent à des fins moins louables. Pour en savoir plus sur cet incident, rendez-vous sur HighStakesDB.

Le tricard du jour : Alex Foxen

Alex FoxenSi vous n'êtes pas allé faire un tour sur le compte Twitter d'Alex Foxen depuis un moment - ou si, comme votre serviteur, vous n'étiez jamais allé faire un tour sur le compte Twitter d'Alex Foxen avant aujourd'hui - vous risquez d'avoir un léger choc : non, l'ancien n°1 mondial n'a pas troqué sa carrière de joueur de poker pour une blouse de médecin virologiste, il est simplement et farouchement "anti-vax" et anti-passe sanitaire et ne (re)tweet presque plus que des informations à ce sujet. Autant dire que Monsieur Bicknell et sa chère et tendre Kristen, qui partage ses opinions, n'ont pas prévu de poser le moindre orteil cet automne sur la moquette du Rio, qui n'autorise pour rappel que les joueurs pleinement vaccinés à jouer les WSOP. Un boycott qui ne semble pas s'appliquer aux Events Online des World Series, puisque quelle ne fut pas notre surprise de retrouver un certain Alex Foxen à la huitième place du premier tournoi estampillé WSOP.com à 5 300 $ organisé le 3 octobre (juste devant Arthur Conan, 10e). Avouez que dans le contexte actuel, voir l'Américain décrocher ainsi son tout premier bracelet sera pour le moins cocasse...

Les tweets du jour
 





Profitant d'une légère accalmie côté Hold'em dans le programme des WSOP, Aladin est allé faire un tour au Venetian, se glissant jusqu'en 17e place d'un gros 1 000 $ promettant autour de 170 000 billets verts à la gagne. "Busto contre un enf*** de Scandi qui a reshove avec paire de 2," a commenté Aladar, reparti du Strip plus riche de 7 000 $, qui seront en partie réinvestis sur la prochaine grosse échéance à venir : le "5K 6-max". À noter que Romain Lewis s'est lui classé 65e de ce même tournoi.




Toujours pas de 16e bracelet pour le grand Phil, qui se défoule à la place sur n'importe quoi de sucré lui tombant sous la main. Et si c'était ça un régime de champion ?




On connaît un Niall Farrell qui n'a pas fini de s'amuser avec le patronyme du joueur espagnol Igancio Moron, un "imbécile" par ailleurs toujours en course sur le Millionaire Maker.




"On n'arrête pas de jouer parce que l'on devient vieux, on devient vieux parce que l'on arrête de jouer." La maxime usée jusqu'à la corde du jour absolument pas signée par Doyle Brunson vous est offerte par Doyle Brunson.






Mardi 12 octobre : demandez le programme !



PokerGo
Crédit photo : PokerGO.com




Le Ladies reprendra à 11h (20h en France) avec 170 joueuses pour 97 payées : l’objectif est d’arriver en finale dès ce soir, mais de s’arrêter ensuite à cinq joueuses restantes. Même topo en ce qui concerne le Millionnaire Maker : ce n’est que mercredi soir que le vainqueur sera connu. Dans l’intervalle, on espère bien que notre Top Shark François « On_The_Road » Pirault aura pu prendre place autour de ce qui serait sa toute première table finale WSOP. Un bracelet sera tout de même remis ce mardi soir au Rio puisque le tournoi mixte de Omaha High-Low (moitié Limit, moitié Pot-Limit) est prévu pour être joué d’une traite malgré un nombre de survivants assez élevé (27), parmi lesquels (tiens tiens) un certain Daniel Negreanu avec un stack moyen. Le 8-game 6-max à 1 500 $ a séduit 484 joueurs : on n’en retrouvera que 184 au départ du Day 2, parmi lesquels Michael Mizrachi et David Williams avec de gros stacks.

Aux WSOP, chaque journée est un éternel recommencement et les premiers arrivés qui enquillent les tournois sans succès depuis deux semaines commencent à peut-être à se sentir comme Bill Murray dans Un Jour Sans Fin. Ainsi, ceux qui n’ayant franchi aucun Day 1 hier pourront se remettre à l’ouvrage sur le Day 1 d’un PLO low-cost (600 $) ou sur l’épreuve emblématique de la génération online et qui devrait attirer la quasi-totalité des tricolores présents à Vegas : le 6-max à 5 000 $. Vous savez très bien qui est le champion en titre sur ce tournoi : vous savez même exactement comment il est parvenu au firmament…

Benjo, Rootshah & Flegmatic


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34268

MessagePosté le: 13/10/2021 13:15   Sujet du message: Good Morning Vegas : Gathy électrise, Hellmuth crise Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : Gathy électrise, Hellmuth crise

Alors que le Belge Michaël Gathy se rapproche un peu plus d'un quintuplé historique, Phil Hellmuth continue de marquer ses WSOP 2021 de son empreinte. Cette fois, c'est dans les oreilles des spectateurs qu'il a laissé une trace indélébile, après une nouvelle prestation scénique remarquée lors de la finale du Stud Championship. Heureusement que le casting du Day 2 du "5K 6-max" est là pour apporter un peu de tendresse au milieu de cet océan de jurons.

Le Français Belge du jour : Michaël Gathy

Michael GathyOn ne va pas se le cacher : malgré toute notre envie de voir François Pirault rallier la finale du Millionaire Maker, s'il avait fallu nous extorquer notre favori pour se glisser parmi les cinq joueurs qualifiés pour le Day 4, notre choix se serait porté sur Michael Gathy et ce pour plusieurs raisons. Avec le quatrième tapis sur vingt au départ de la journée de mardi, au sein d'un field dépourvu de têtes de série, le Belge n'avait pas grand-chose à craindre de personne, et y a sans doute vu comme nous une opportunité en or de se rapprocher de son cinquième bracelet - ce qui serait une première pour un joueur européen - et de son premier gain à sept chiffres. D'autant que quelques jours après un premier podium sur l'Event #13, il surfe toujours sur une confiance qui semble ne jamais le quitter.

Avec 36 blindes pour attaquer ce "Final Five", le Belge le plus titré aux WSOP sera dans l'ombre du large chipleader Daniel Lazrus (déjà sacré fin juillet sur un Bracelet Event en ligne) et de l'Espagnol Ignacio Moron (dont le patronyme continue de nous faire glousser chaque matin) mais devant les deux Américains Jeffrey Gencarelli et Darryl Ronconi. Des noms qui ne pèsent pas bien lourd sur le papier face au palmarès et surtout l'expérience du Belge lors de ce genre de grands rendez-vous mais qui vont forcément tout donner pour tenter de mettre la main sur le million de dollars à la gagne. Une somme à laquelle ne peut donc plus rêver On_The_Road, éliminé prématurément en quinzième place pour 42 935 $, au terme de ce qui ressemblait fort à un jour sans, puisque le Top Shark 2021 a également envoyé deux bullets sans succès sur...

Le tournoi du jour : 6-max 5 000 $ (Day 1)

5K 6max
578 inscriptions contre 815 en 2019 : même si le chiffre final de la participation sera un poil plus élevé – il est possible de s’inscrire jusqu’au tout début du Day 2 – l’emblématique « 5K 6-max » souffre lui aussi de l’absence des pros européens, brésiliens, anglais, et autres nationalités toujours sous le coup du travel ban en vigueur depuis un an et demi. Mais on ne boudera aucunement notre plaisir : entre des pros qui ont déjà deux semaines de Vegas dans les jambes et d’autres tout fraîchement débarqués de l’aéroport McCarran, le chip-count regorge d'assez de grandes figures du poker tricolore pour nous garantir de rester scotchés à nos écrans au cours des trois prochaines journées.

Antoine Goutard miniatureCe chip-count de fin de Day 1, vous pouvez le consulter en cliquant ici : on y retrouve 192 joueurs et joueuses (un tiers des partants - la journée fut sans surprise très animée), avec en tête de proue un certain Antoine Goutard (photo), troisième avec 477 500 unités, suivi immédiatement par Erwann Pécheux avec 476 000. Sonny Franco n’est pas bien loin avec ses 289 000, au-dessus de Daniel Negreanu (265 400). En milieu de peloton, on croise bien serrés Jonathan Therme (219 400), Kool Shen qui vient tout juste d’arriver en ville (198 600), Johan « Yoh_Viral » Guilbert (179 800), et un nom qui fleure bon le monde d’avant le COVID, celui de Christophe Benzimra (175 200). Vers la fin du classement figurent David Benyamine (101 100), Maxime Chilaud (79 500), Nicolas « Chevre.Miel » Vayssieres (70 300), Adrián Mateos (66 000) ElkY (63 000), Julien Martini (53 000), et enfin João Vieira avec son stack de départ (49 100).

Romain Lewis miniatureEux sont en revanche passés à la trappe durant le Day 1 : Pierre Calamusa, François Pirault, Romain Lewis et Aladin Reskallah (après être tous les quatre passés par la case re-entry), David Peters, Kenny Hallaert, Chris Moorman, Mustapha Kanit (sur la dernière main de la journée !) ou encore Stephen Chidwick.

Rendez-vous dans notre galerie photo pour une petite sélection de clichés du 5K 6-max signés Delphine, notre agente infiltrée sur le terrain. Merci Delphine !

Les tweets du jour : Hellmuth fait (encore) jaser

La sélection du jour est presque entièrement consacrée aux réactions suite à la prestation de Phil Hellmuth en finale du Stud Championship après un pot perdu face au futur vainqueur Anthony Zinno, qu’on qualifiera pour être polie de « controversée ». Une tirade explosive en direct sur le stream de PokerGO qui nous aura au moins permis de réviser nos jurons en langue anglaise.

Le pro Chris Kruk ne mâche pas ses mots : « Hellmuth est une gigantesque honte pour le poker tout entier. »




Lex Veldhuis préfère ironiser : « Le fait qu’il ait sorti un livre titré ‘Positivité’ est le plus gros bluff de l’histoire. »


Le journaliste Thomas Keeling nous dégaine un montage des meilleurs (pires ?) moments de la finale, éditorialisé sans équivoque : « Une ordure. »


Aux commentaires durant cette finale et avec probablement plusieurs centaines d’heures de vol à regarder jouer Phil Hellmuth, Norman Chad est lui aussi sans équivoque : « Il FAUT que ça cesse, mon pote. »


Et le principal intéressé ? Il avoue avoir « été trop loin », mais arrive en même temps à botter en touche : « J’aime Anthony Zinno et il m’aime aussi » :


Et Zinno confirmera la chose moins d’une heure plus tard :


Sans surprise, les trolls sont de sortie : « Phil, ma grand-mère était ta plus grande fan mais après ta table finale elle était tellement choquée par ton comportement qu’elle est morte. Merci Phil il ne me reste plus aucune grand-mère. » RT si c trist :


La question mérite d'être posée : si l'on colle un énorme bad-beat à Hellmuth et qu'il ne s'enerve pas, passe-t-on à côté de quelque chose d'essentiel ? (Ouvrez le tweet pour participer au sondage et connaître le résultat des suffrages)


Pendant ce temps, Shaun Deeb met en garde contre… les gens qui entrent dans ta chambre du Rio en pleine nuit pour te détrousser. Ah oui, tout de même :


Enfin, un grand bravo à l’un de nos regs les plus acharnés, qui vient de remporter son package pour le Main Event des WSOP après une petite poignées de tentatives. Il n’y a plus qu’à espérer que les frontières ouvrent rapidement, désormais !











La vidéo du jour : du Hellmuth 100 % NSFW





Vous voulez encore du Phil Hellmuth ? Alors jetez-vous sur cette version 1080p Extended Director's Cut... mais censurée à l'américaine comme il se doit, avec donc tout un tas de "bips" qui sonneront comme une douce mélodie à vos oreilles. Le plus beau là-dedans (ou le pire, c'est selon) ? Ce montage de 12 minutes et 45 secondes n'est même pas assez long pour contenir l'intégralité des sorties fleuries de l'ami Phil. Qu'à cela ne tienne, on continuera de se passer en boucle ce splendide passage qui commence à 5 minutes 45. Enjoy.





Mercredi 13 octobre : demandez le programme !


Mikiyo Aoki



Pardonnez-nous, on a écrit n’importe quoi hier [je me dénonce : c’est Benjo, NDLR] : le Day 2 du Ladies s’est arrêté plus tôt qu’annoncé, avec 17 joueuses restantes, et ce n’est que ce mercredi soir que sera connu le casting des cinq dernières prétendantes. Bref, qu’importe : l’excellente Mikiyo Aoki (runner-up de ce même tournoi en 2014 - photo) trône en tête d’un chip-count où l’on repère aussi les professionnelles JJ Liu (25 ans d’expérience cartes en main), Cherish Andrews, Marle Cordeiro, Amanda Baker et… Thi Nguyen. Attendez, « notre » Thi Nguyen, sixième du 5K 6-max en 2016, au casting de la Saison 2 des Winamax Live Sessions, et auteur de l’un des plus beaux folds de ces dernières années ? Nous avons été chercher les renseignements à la source : négatif, mon colonel. Dixit son compagnon Jimmy Guerrero : « Il s’agit d’une joueuse canadienne avec le même prénom. Nous sommes à la maison avec Thi, elle est enceinte de 8 mois et demi. » Cette homonymie nous aura donc permis d’apprendre un très heureux (et très imminent) évènement, c’est déjà ça de pris. Au nom de toute l’équipe Winamax, nous félicitons chaudement l’un de nos couples préférés dans le poker !

C’est aussi ce soir que l’on connaîtra le premier millionnaire des WSOP, sur le tournoi du même nom, avec un Michael Gathy absolument on fire parmi les cinq finalistes (voir ci-dessus). Sur le 8-game 6-max à 1 500 $, la table finale est presque prête et là aussi, le bracelet sera décerné mercredi soir. Peut-être à Connor Drinan, actuellement deuxième au classement ? Cela constituerait le premier doublé de cette édition 2021, puisque le discret mais efficace Américain est déjà sorti victorieux du Omaha High-Low à 1 500 $ il y a dix jours à peine. Mais attention, devant lui il y a un certain Ryan Hugues, lui aussi déjà titré deux fois sur les WSOP, c’était en 2007 et 2008.

L’épreuve de Pot-Limit Omaha low-cost (600 balles le ticket) a attiré 1 572 inscriptions : après un Day 1 joué allegro, ils ne seront que 72 au départ du Day 2, tous ITM depuis un bail. Aucun joueur français au chip-count officiel, et pour dire vrai zéro nom qui nous met véritablement la puce à l’oreille. En ce qui concerne le fameux 5K 6-max, c’est une autre histoire, dont on vous a déjà dévoilé les grandes lignes un peu plus haut.

Les joueurs n’ayant pas emballé de jetons dans un sac hier soir pourront se tourner vers le Day 1 d’un classique Freezeout NLHE à 1 000 $ à 11h (20h en France), ou opter pour un H.O.R.S.E. pas beaucoup plus cher (1 500 $) à 15 heures.

Flegmatic & Benjo

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 14/10/2021 11:25   Sujet du message: Good Morning Vegas : KS est back dans les backs Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : KS est back dans les backs

Kool Shen au Day 3 du "5K 6-max" pour son premier tournoi de l'automne, un Français méconnu bien placé au Day 2 d'une grosse boucherie, Romain Lewis en course pour un énorme "bounty mystère" au Wynn, un premier doublé WSOP pour 2021 : de potentiellement calme, ce mercredi vegassien s'est agité d'un coup et pour notre plus grand plaisir !

Le Français du jour : Kool Shen

Kool ShenIl ne fait pas de bruit, il n'a même pas annoncé son arrivée à Las Vegas sur les réseaux sociaux, mais Kool Shen a bien fait le déplacement pour ces WSOP et n'a pas mis longtemps à se mettre en action. Un tournoi en fait. Alors que ses petits camarades du Team Winamax Adrián MateosJoão Vieira et Mustapha Kanit (dotés de plus petits tapis) ont rendu les armes lors des premiers instants du Day 2 et que le clan français se délestait dans les places payées d'éléments comme Antoine Goutard (80e), Jonathan Therme (60e) et Johan Guilbert (54e), Bruno est parvenu à slalomer parmi les nombreuses têtes de série, pour se glisser parmi les 31 survivants d'un field "petit mais costaud". Avec une grosse vingtaine de blindes devant lui ce jeudi, il aura fort à faire face à des pointures comme John Racener (chipleader), Jonathan Jaffe, Ben Yu, Yuri Dzivielevski, Vanessa Kade, Daniel NegreanuNick Petrangelo ou encore Nacho Barbero. Déjà assuré d'un chèque de 15 200 $, KS tentera de se frayer un chemin parmi le Final Five pour imiter son "compatriote" João Vieira, tenant du titre pendant quelques jours encore.

La surprise du jour : Clément van Driessche

Clément Van Driessche
11 heures de jeu, 97% d'élimination. Autant dire qu'il faut passer entre quelques balles pour espérer gagner sa place au Day 2 d'un tournoi comme l'Event #26 de ces WSOP, un Freezeout de No-Limit Hold'em à 1 000 $ joué à un rythme soutenu avec des niveaux de seulement trente minutes. Après le zéro pointé de la veille côté français sur un tournoi similaire en Pot-Limit Omaha, on se dirigeait vers un résultat similaire en remontant le fil des places payées sans voir l'ombre d'un drapeau bleu-blanc-rouge.

Et puis, un tricolore est apparu sur le chipcount officiel de fin de journée pour "save the day" comme on dit là-bas : Clément Van Driessche (photo, étrangement appelé Van Dressel dans les colonnes du coverage WSOP.com). Pas le plus connu de nos représentants outre-Atlantique cette année et pour cause : après avoir vécu un temps au Maroc, Clément a pris la direction du Cambodge et du centre de formation NutsR, où il fréquente notamment notre pro Aladin Reskallah et Romain '1mSoWeak' Nussmann.

Dans la foulée de deux ITM signés sur l'Event #13 à 3 000 $ et le Millionaire Maker, ses deux premiers aux WSOP, Clément sera bien placé pour attaquer la deuxième et dernière journée du tournoi, avec le neuvième tapis des 38 survivants, devant notamment le recordman de bagues WSOP-Circuit Maurice Hawkins, qu'il aura l'occasion d'affronter dès la reprise ce jeudi midi, heure de Vegas, puisque les deux hommes partagent la même table. À la clé après ces deux jours menés tambour battant : un bracelet doré bien sûr mais aussi un joli chèque de presque 200 000 $.

La stat du jour : 1
 













Les doublés en une seule année civile de World Series, ce n'est pas si fréquent. Le dernier en date, en live tout du moins, a été réussi en 2019 par un certain Robert Campbell, qui avait ensuite remporté le classement du joueur de l'année des WSOP. Mais s'il y a un peu plus de deux ans nous avions attendu 67 events à Las Vegas pour admirer une telle performance, en 2021 il a fallu deux "sessions" de Championnats du Monde pour accomplir ce petit exploit : les WSOP online cet été (réservées aux joueurs US) et donc les WSOP en live cet automne. Et l'heureux élu se nomme cette fois Daniel Lazrus : après avoir remporté rien moins que le High Roller des WSOP Online à la fin juillet pour 205 000 $ de gains, ce joueur dont le premier résultat sur le circuit date de 2019 seulement s'est tout simplement octroyé l'énorme Millionaire Maker ce mercredi, raflant donc un million de dollars au passage. Il lui a fallu moins de dix lignes Hendon Mob pour entrer dans l'histoire des WSOP...

La fake news du jour : un duel à 100 millions de dollars ?
 











Quand Dan Bilzerian parle de ses performances au poker, on a toujours un doute. Depuis toujours, le milliardaire prétend s'être fait des dizaines de millions de dollars lors de parties privées ultra-high stakes. Une info quasi invérifiable. Alors on apprend que The Blitz pourrait disputer un heads-up à... 100 millions de dolllars, on peut se permettre d'émettre quelques réserves. Tout est parti de la récente publication du livre de Dan, The Setup, où il raconte avoir gagné des sommes folles contre un autre milliardaire, Alec Gores. Piqué au vif, ce dernier aurait donc proposé à Bilzerian un duel où les deux joueurs poseraient 50 millions sur la table selon les sources de Pokernews, ce qui en ferait sans doute le HU le plus cher jamais joué, à des enjeux encore supérieurs à l'affrontement entre The Corporation, une team formée des meilleurs pros, et un autre milliardaire, Andy Beal, il y a une quinzaine d'années. Un joueur contre qui Gore aurait d'ailleurs déjà gagné 50 millions de dollars... Mais peut-on raisonnablement croire qu'un duel télévisé avec des enjeux aussi élevés ait la moindre chance de se monter ? Pour le savoir, la rumeur prétend qu'il faudra attendre la fin des WSOP pour la mise en place de l'affrontement. On demande à voir.

Les tweets du jour
 





Peu en réussite au Rio depuis son arrivée à Vegas, Romain Lewis est parti s'amuser du côté du Strip et a prolongé le plaisir jusqu'au Day 2 d'un tournoi qui pourrait bien se transformer en véritable boucherie. Allez Romain, va nous chercher cette belle enveloppe à 250 000 $ !




150 $ pour un demi-Subway, 230 $ pour un cheeseburger, 150 $ pour un paquet de fruits secs et cacahuètes : quand Phil Hellmuth a faim, il ne compte pas. Qui a dit pigeon ?




Joli bénéfice net après un peu plus d'une semaine à Vegas pour François Pirault - en bonne partie grâce à son deep run sur le Millionaire Maker - qui a bien mérité une petite journée de repos et un bon restaurant.




Greg Raymer, David Williams et Josh Arieh : le Top 3 du Main Event 2004 accompagné du directeur de tournoi de l'époque Matt Savage. Time flies... Quant au "helluva lot prettier", on vous laisse juger par vous-mêmes.




Tenez, une petite bad beat story, cela faisait longtemps, non ? Celle-ci vous est offerte par un maître en la matière, Allen Kessler, qui avait donc 7 chances sur 8 de remporter ce coup bien random de Razz... jusqu'à ce fichu Roi sur la septième street.




Pour contrebalancer ce mauvais karma, voici quatre beaux sourires signés Hayley, l'une des photographes officielles des WSOP.




Réponse dans un mois pour toi Pierre.



Jeudi 14 octobre : demandez le programme !



Jetons PokerGO
Crédit photo : PokerGO.com




Chip-leader du Ladies à 17 joueuses restantes hier soir, Mikiyo Aoki l’est toujours en milieu de finale : avec 98 blindes et seulement quatre adversaires devant elle, l’Américaine semble favorite pour  faire mieux que sa seconde place acquise sur l’épreuve féminine en 2014. Mais attention : elle joue hors de position sur Debora Brooke et ses 86 BB.

594 inscriptions ont été enregistrées sur le HORSE à 1 500 dollars : l’Anglais Adam Owen (3,5 millions de gains en live mais encore zéro bracelet) trône en deuxième position au classement juste derrière un certain Mark Dickstein, ils ne sont plus que 196 en course pour 90 places payées. Pas mal de vieux de la veille ont validé leur ticket pour le Day 2, citons en vrac Norman Chad, Phil Hellmuth, James Woods, David Williams, ou encore Barry Greenstein. Pas de Français repéré dans le chip-count !

Le Freezeout No-Limit à 1 000 $ a progressé à une vitesse hallucinante : 1 358 inscrits au Day 1, seulement 38 qui reviendront pour le Day 2, parmi lesquels le Français Clément Van Driessche, 9e au classement et ITM pour la troisième fois du festival. Le prize-pool de 1,2 million de dollars promet 200 00 $ au vainqueur final, qui sera connu dès ce soir.

La grosse affaire du jour sera pour nous le Day 3 du 5K 6-max avec un Kool Shen short-stack mais vaillant parmi les 31 derniers joueurs (dont Daniel Negreanu, John Racener, Nick Petrangelo et Frank Kassela), l’objectif du Day 4 sera un casting de 5 finalistes qui se rapprocheront tout près d’un premier prix de 562 667 $.

Les Day 1 du jour ? On a le choix entre un PLO High-Low à prix modique (1 000 balles) et une épreuve taillée pour les cash-gameurs pros de Macao, le Short-Deck à 10 000 $. Rappel des règles : il s’agit de No-Limit Hold’em mais avec seulement 32 cartes dans le paquet. Du coup, l’ordre des combinaisons change : la couleur bat le full !

Flegmatic, Rootsah & Benjo


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34268

MessagePosté le: 15/10/2021 13:05   Sujet du message: Good Morning Vegas : Jo, João et Antho ont des projet Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : Jo, João et Antho ont des projets

Jonathan Therme, Anthony Zinno, João Vieira : bien placés pour les Day 2 de leurs tournois respectifs, ces joueurs en forme depuis le début des WSOP viseront évidemment plus haut ce week-end, alors que Kool Shen, Clément Van Driessche et Romain Lewis n'ont pu atteindre les cimes. Lara Einsenberg a elle déjà planté son drapeau au sommet...

Le Français du jour : Jonathan Therme


Lewis Therme
Préparation sportive avant de plonger dans les WSOP en compagnie du Team Winamax pour John.



4 : c’est le nombre d’ITM déjà réussi par Jonathan Therme à Las Vegas depuis le début des WSOP il y a deux bonnes semaines. Car l’ancien acolyte de Romain Lewis chez PokerSphère, est, comme son compère du Team Winamax, arrivé Sin City dès le début des Championnats du Monde après avoir passé ses deux semaines de quarantaine obligatoire à faire de la plongée au Mexique. Sauf que pour l’instant, ces places payées, si elles permettent de mettre un peu de beurre dans les épinards et surtout de financer d’autres tournois, sont loin d’être des life-changing winnings pour John : "Corback" fait par exemple partie des nombreux français n’ayant pas transformé l’essai dans le "5k 6-Max". Sa feuille de stats au 15 octobre est la suivante, du premier ITM au plus récent :

WSOP - Event #4 The Reunion 500 $ : 1 194e pour 1 001 $
WSOP - Event #13 NLHE 3 000 $ : 56e pour 6 558 $
DeepStack Championship - Event #16 Ultimate Stack 1 100 $ : 86e pour 2 234 $
WSOP - Event #60 NLHE 6-Handed 5 000 $ : 60e pour 10 050 $

John ThermeBref, pas de quoi sauter au plafond, même s’il s’agit de l’un des meilleurs bilans FR depuis le début des WSOP. En revanche, les choses pourraient bien changer ce week-end : le grinder a terminé le Day 2 de l’Event #28, un PLO à 1 000 $ joué en 8-Handed, avec le troisième tapis des 60 survivants. Bon, ok : si le Bordelais a déjà fait une partie du chemin au bout d’une folle journée de poker d'un peu plus de 11 heures qui a vu le field passer de 1 069 joueurs aux huit dernières tables du tournoi, on sait que la route est encore longue dans ce MTT joué dans une variante où tout peut vite basculer d’un côté comme de l’autre. Mais Corback, qui compte pas moins de 12 ITM sur les tournois online siglés WSOP depuis 2020, est clairement à l’aise et motivé dès qu’il y a un bracelet en jeu. Avec l’un des trois seuls stacks au dessus du million de jetons (dont celui du chipleader Ryan Gibson), John et ses 103 blindes se mesureront pour le Day 2 à Joseph Cheong et ses 45 BB, trois crans à sa gauche, tandis qu’on retrouve également Dylan Weisman, Michael Perrone ou Alexandre Yen au sein d’un line-up restant finalement plutôt dépourvu de têtes d’affiche. Une chance à saisir ? John, en tout cas on te le souhaite.

La lady du jour : Lara Eisenberg, breaking good

Einsenberg
Un peu comme ce bon vieux Walter White parmi les barons de la drogue, ce n’était pas elle qu’on attendait au sommet de la hiérarchie des Ladies dans le tournoi éponyme des WSOP. Pourtant, Lara Eisenberg a prouvé que sa petite cuisine était bien la meilleure en s’offrant le titre, au nez et à la barbe de joueuses bien mieux fournie en jetons en début de TF : elle était d’ailleurs shortstack officielle au début du Final Day ! En tête au chipcount à cinq joueuses restantes, ses deux dauphines Deborah Brooke et Mikiyo Aoki n’ont ainsi rien pu faire pour arrêter l’irrésistible remontée de la future championne, qui peut remercier la seconde nommée : c’est sur elle que Lara s’est refait la cerise en lui prenant un gros coin flip d’entrée de jeu, avant de lui piquer le chiplead sur une confrontation As-Roi contre As-Dame.

À partir de là, personne n'a revu Lara, qui s’offre ensuite le scalp de Diana Cooley (4e pour 36 269 $), achève la pauvre Mikiyo Aoki (3e pour 50 525 $) avant de conclure rapidement le heads-up contre une Deborah Brooke (runner-up pour 71 507 $) qui avait pourtant parfaitement débuté la finale en sortant rapidement l’un des membres du Women's Poker Hall of Fame, JJ Liu (5e pour 26 458 $). Lara Eisenberg, loin d’être une novice sur le circuit avec déjà une bague WSOP Circuit à son actif et 15 places payées WSOP, remporte ainsi le plus grand titre de sa carrière assorti d’un chèque de 115 694 $ : elle cumule désormais 336 302 $ de gains en tournoi live en 37 ITM depuis 2013. Louant l’ambiance autour des tables dans ce Ladies Championship, elle a exhorté les femmes à foncer tenter leur chance aux tables, et compte maintenant fêter sa victoire avant de revenir jouer le Main Event. Pour elle, l’histoire s’est en tout cas bien terminée.

Le joueur bouillant du moment : Anthony Zinno

ZinnoOn ne va pas vous resservir une énième fois la théorie du rush, mais force est de constater que certains joueurs sont particulièrement performant sur les WSOP ces derniers temps : Michael Gathy (deux finales), Phil Hellmuth (trois TF), ou encore… Anthony Zinno. Il y a quelques jours, l’Américain a ainsi brillament remporté son troisième bracelet WSOP dans le Stud Championship, trois jours après avoir manqué de peu la finale dans un Event à 1 500 $ de la même variante. Alors autant dire qu’on n'est qu'à moitié surpris de le voir trôner largement en tête du chipcount après le Day 2 du tournoi de HORSE à 1 500 $ (594 entrées, prizepool de 792 990 $), lui qui a pris l’habitude de perfer sur les tournois de variantes aux World Series. Anthony a même fait une quinte flush en Limit Hold'em sur la dernière main de la journée…

Comme d’hab', le triple vainqueur WPT n’a pas semblé perturbé le moins du monde par un field pourtant de grande qualité : en vrac, on retrouvera ainsi Koray Aldemir, Joe McKeehen, Ari Engel, Max Pescatori, Randy Ohel, Brock Parker, Roland Israelashvili et j’en passe parmi les 18 joueurs restants pour le Day 3 alors qu'Allen Kessler (71e), Jason Somerville (63e), Shaun Deeb (49e) et Brian Hastings (48e) ont terminé dans l’argent, sans oublier Constantine Zdanowich, 21e du haut de ses… 94 ans ! À noter que plus tôt dans la journée le commentateur des WSOP sur CBS Norman Chad a sauté sur la première main du hand-for-hand mais a tout de même réussi à partager le gain de la 90e place, soit 1 200 $ pour lui. Zinno et ses compères, eux, joueront pour un premier prix de 160 636 $. L’Américain connait le chemin.

Le tournoi du jour : 10 000 $ pour 32 cartes

Ces dernières années, c’est LA variante devenue populaire dans les parties High-Stakes : le Short Deck. Plébiscitée par les joueurs asiatiques notamment, ce Texas Hold’em joué avec seulement les 32 meilleures cartes du paquet (provoquant une modif’ dans l’ordre des combinaisons, avec la flush qui bat le full) a vu son influence grandir : les pros ont bien été obligés de s’y mettre, vu qu’ils avaient quelques gambleurs chauds d’action… Toujours à la pointe des tendances (et aussi pour attirer davantage cette clientèle High-Stakes à ses tables), les WSOP proposent ainsi depuis 2019 un tournoi de Short Deck à 10 000 $.

JoaoAprès la première édition remportée par Alex Eipstein pour près de 300 000 $ et qui avait attiré 101 joueurs, l'event de cette année n’a enregistré que 59 inscriptions, pâtissant évidemment des diificultés pour Européens et Asiatiques d’arriver à Vegas. Mais il est encore possible de s’inscire d’ici le Day 2 (ce qui avait fait progresser le field de plus de 60% en 2019) et le casting vaut le détour : dans le Top 10 pour le Day 2 qui débutera avec 19 joueurs, on retrouve ainsi Dan Shak (4e), Chance Kornuth (5e, déjà 4e du tournoi en 2019), Jason Koon (7e), et notre team Pro João Vieira, toujours aussi à l’aise sur les tournois de variantes. Le Madérois disposera du 9e tapis pour tenter d’aller chercher la seule place qui compte à ses yeux : la première, avec aussi Dan Zack, Stephen Chidwick, Adam Owen, Chris Brewer ou encore Daniel Negreanu à ses trousses au chipcount. Autant dire qu’on risque d’assister à du grand spectacle, comme c’est le cas depuis le début du tournoi… Et si le Short Deck devenait la nouvelle variante hype au Portugal ?

Les tweets du jour








L'un était parti du fond du classement - et a visiblement bénéficié d'un petit coup de pouce à distance de sa femme - l'autre était chipleader au départ du Day 3 : Galen Hall et John Racener se retrouveront sous le Thunderdome WSOP ce vendredi pour la table finale du "5K 6-max", mais avec les deux plus petits tapis, derrière notamment le chipleader Eric Tsai et Jonathan Jaffe, déjà quatrième du Highroller à 25 000 $ la semaine passée. Une TF sans Kool Shen donc, qui a chuté bien trop tôt à notre goût lors de cette troisième journée, en 29e place, pour un premier ITM toutefois encourageant de 18 000 $.




Lui aussi aurait pu nous faire vibrer la nuit dernière, mais Clément Van Driessche a terminé son beau parcours en 18e position (sur 1 358 joueurs) sur le Freezeout à 1 000 $. Une troisième place payée en dix jours pour l'expatrié cambodgien, qui en appelle forcément d'autres.




Pendant ce temps se jouait au Wynn un tournoi auquel on aurait bien aimé participer : le Mystery Bounty à 1 000 $. Le principal est simple : pour chaque joueur éliminé lors du Day 2 et au-delà, vous tirez une enveloppe contenant donc une récompense surprise allant de 500 à... 250 000 $ ! Un jackpot qui n'a pas mis longtemps à tomber dans les mains de Donald Nimneh, un routier de l'Omaha. On vous laisse admirer sa réaction au moment de découvrir le montant.




Romain Lewis n'a lui pas connu autant de réussite sur ce tournoi, se contenant d'un 118e place et d'un bounty à 500 $. Toujours bon à prendre cela dit avant d'attaquer le Monster Stack des WSOP.




"Si vous jouez le tournoi Flip & Go, vous êtes une grosse partie du problème. Il n'y a absolument rien de bon à cela, à part pour les comptes des WSOP. C'est le piège à fric le plus honteux de l'histoire. Arrêtez de leur donner le droit de nous voler bon sang !" On dirait que Jared Jaffe n'est pas très content du nouveau format de tournoi proposé cette année par les World Series...




On ne se lasse pas de ces détournement de cartes Magic, surtout lorsqu'ils concernent notre tiltard préféré Phil Hellmuth.



Vendredi, samedi et dimanche 15, 16 et 17 octobre : demandez le programme !

Chips
Crédit photo - PokerGO

Cette nuit, João Vieira rendra son titre obtenu en 2019 dans le 5K 6-Max : le futur champion se trouve parmi Eric Tsai, Scott Ball Tingyi Tsai, Jonathan Jaffe, Bin Weng, Galen Hall et le chipleader du début du Day 2, John Racener. À la clé ? Plus d’un demi-million de dollars pour le vainqueur, alors que tout le monde est déjà assuré de 81 736 $. On suivra également trois Days 2 : celui du HORSE à 1 500 $ avec Anthony Zinno (22 heures en France), celui du PLO 1 000 $ avec Jonathan Therme (20h en France) et donc celui du 10 000 $ Short Deck avec Naza114 (22h en France).

Ce week-end verra également le lancement des Events #30 à #34 : le Monster Stack à 1 500 $ et ses deux Days 1 vendredi et samedi, deux tournois de Deuce to Seven (un No Limit 2-7 Lowball Draw ce vendredi et un Limit Lowball Triple Draw dimanche, les deux à 1 500$), un HORSE à 3 000 $ samedi, un Deepstack 8-Handed à 800 $ dimanche et enfin un event online (réservé aux joueurs actuellement au Nevada) pour le Sunday grind sous la forme d’un PLO Crazy 8’s à 888 $ de buy-in.

Flegmatic et Rootsah

WSOP : le coverage Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34268

MessagePosté le: 18/10/2021 14:45   Sujet du message: Good Morning, Vegas : enfin le Hellmuth qu’on aime Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning, Vegas : enfin le Hellmuth qu’on aime

Un doublé express, une légende qui persiste et signe, une bonne nouvelle attendue par tous les joueurs d'Europe, une nouvelle finale pour le Team Winamax, un Monster Stack prometteur pour le contingent tricolore : on n'a pas manqué de raisons de se réjouir ce week-end.

La stat du jour : sweet sixteen!
 






Cette fois-ci il n’a pas crié, il n’a pas menacé de foutre le feu, il n’a pas juré comme un charretier. Enfin, pas beaucoup. À la place, pour sa quatrième finale au Rio en même pas trois semaines, il s’est contenté de faire ce qu’il sait faire mieux que personne d’autre dans l’histoire du poker : gagner des bracelets. Avec cette seizième récompense sur les World Series of Poker, Phil Hellmuth cimente un peu plus sa place de meilleur joueur de l’histoire des Championnats du Monde, creusant d’un cran supplémentaire l’écart qui le sépare d’autres légendes du poker qui ont quelque peu délaissé les WSOP ces dernières années - le fameux « club des 10 bracelets » formé par le semi-retraité Doyle Brunson, le désormais invisible Johnny Chan, et le moins motivé Phil Ivey.

« Motivé » : voilà bien un terme (parmi tant d’autres) qui sied comme un gant à Hellmuth, dont la soif de victoires et l’envie de marquer l’histoire sont semble-t-il restées intactes depuis sa première victoire au Binion’s Horseshoe il y a maintenant 32 ans de cela. Rendez-vous compte : depuis son sacre originel sur l’édition 1989 du Main Event, l’enfant terrible du poker a traversé les époques, résisté aux modes, vu défiler des générations entières de joueurs et remporté des bracelets au cours de cinq décennies consécutives. On fait les comptes : 5 durant les 90’s, 4 durant les 00’s, 4 autres durant les 2010’s et, dans la nuit de dimanche à mardi, son premier de la décennie 2020. L’été dernier, Hellmuth a fêté ses 57 ans. Très loin de l’âge de la retraite pour un joueur de poker : qui pourrait prédire combien d’autres il en gagnera avant de sucrer les fraises ?

Phil Hellmuth
D’autant qu’après avoir si longtemps été décrié (à tort ou à raison) comme étant un « simple » joueur de No-Limit Hold’em, incapable de se diversifier vers des formats censés être plus pointus, le 21e siècle l’a vu enfin triompher dans des formats exotiques. Après deux victoires en Razz en 2012 puis 2015, le voilà qui se défait d’un field de 272 inscrits dans le format Deuce to Seven joué en No-Limit. Gagner dans cette variante de cow-boys, au programme des WSOP depuis les débuts entre Texans des années 70, c’était un objectif poursuivi de longue date par Hellmuth. « J’en voulais un depuis les années 80 parce que c’était le bracelet le plus cool à gagner. C’est le tournoi que Chip [Reese] et Doyle [Brunson] ne manquaient jamais. Tous les gros joueurs, comme Billy Baxter – tous les champions se pointaient juste pour ce tournoi. À l’époque ça jouait pour 10 000 $, on pouvait recaver, alors je me retrouvais à dépenser 50 000 $ tellement je le voulais, ce bracelet. » Après avoir échoué en deuxième place face au même Baxter en 1993, après s’être incliné contre John Juanda en 2011, Hellmuth la tient enfin, sa victoire en « Deuce ».

C’est acquis depuis longtemps, et cela ne changera peut-être jamais : Hellmuth est le recordman incontesté des victoires sur les WSOP. Le record d’ITMs, il est aussi à lui. Le Main Event, il l’a déjà gagné avant même la naissance de beaucoup de ses adversaires d’aujourd’hui. Quelles pages lui reste-t-il à écrire dans le Livre d’Or des WSOP ? Pourquoi pas atteindre la première place de la All-Time Money List ? Il y figure actuellement en quatrième place. Mais ce qui trotte avec insistance dans la tête d’Hellmuth, c’est surtout le statut de Player of the Year des WSOP. Trois fois, dans le passé, depuis sa création en 2004, ce satané titre honorifique (mais qui donne droit à une bannière géante affichée au-dessus des tables) lui est passé sous le nez : face à Jeff Madsen (2006), Ben Lamb (2011), et enfin Greg Merson (2012). Au terme des 30 premières épreuves des WSOP 2021, Hellmuth pointe en seconde place au « POY » juste derrière un Anthony Zinno venant tout juste de signer le premier doublé de cette édition (voir ci-dessous). Il reste encore une bonne cinquantaine d’épreuves au programme : inutile de vous demander où vous pourrez trouver Phil tous les jours jusqu’au 23 novembre…

Le doublé du week-end : Anthony Zinno
 











Deux bracelets en une semaine : c’est l’exploit réussi par Anthony Zinno dans ces WSOP 2021. Alors oui, ça à l’air incroyable comme ça, mais visiblement pour l'Américain cela ne fait que répondre à une feuille de route précise selon le tweet de Ryan Leng ci-dessus : apparemment, Anthony vise rien de moins que le titre de Player of The Year sur les WSOP, et cela passe évidemment par des performances comme sa dernière victoire sur l’Event #27, un tournoi de HORSE à 1 500 $. Déjà chipleader à l’issue du jour 2, Zinno a tranquillement conclu l’affaire, ajoutant 160 636 $ à sa fiche Hendon Mob déjà riche de plus de 10 millions de dollars de gains en tournois live, venant notamment à bout de Randy Ohel (runner-up) et Max Pescatori (8e) en finale. Il s’agit donc de la seconde breloque de ces WSOP pour le joueur originaire de Rhode Island (la première avait aussi été gagnée en Stud il y a quatre jours) et la quatrième de sa carrière : Anthony devient ainsi le seul joueur de l’histoire à détenir 3 titres WPT et 4 bracelets WSOP (tous dans des tournois de variantes), une réussite dûe selon lui au travail abattu durant la pandémie pour améliorer son poker.

Cette victoire permet en tout cas à Anthony de se hisser en tête du Leaderboard du Joueur de l'Année des WSOP, où Phil Hellmuth lui colle désormais au train. Les deux joueurs possèdent près de 500 points d’avance sur Jason Koon et Ari Engel, ce qui constitue un confortable matelas dans ce classement dont les points sont calculés en prenant en compte la taille des fields et le classement des joueurs sur chaque tournoi. Si Hellmuth et Zinno continuent à perfer, ce ne sera pas facile de les rattraper avec encore plus d’une soixantaine de tournois à jouer pour améliorer leur score. A noter que Koon mène lui un nouveau classement apparu cette année, le "No Limit Velo Lederboard", prenant uniquement en compte les events live et online (sur WSOP.com) disputés en No Limit Hold'em? les Casino Employees, Seniors, Super Seniors, Ladies, et Tag Team étant exclus des deux Leaderboards.

La très bonne nouvelle du week-end

Il était temps ! Après un mois de louvoiements, la Maison-Blanche a enfin dévoilé la date exacte à laquelle les frontières américaines rouvriront enfin pour les voyageurs en provenance d’Europe, du Royaume-Uni et de la Chine. Le 8 novembre, donc, soit après la tenue du dernier Day 1 au programme du Main Event (il tombe le 7). Tant pis pour nous, alors ? Non ! Très réactifs, les organisateurs des WSOP ont aussitôt annoncé l’ajout au programme de deux Day 1 supplémentaires (1E et 1F), qui permettront à pas mal de pros restés à la maison de traverser l’Atlantique d’arriver dans les temps pour entendre Jack Effel prononcer les mots « Shuffle up and deal ». Un beau geste qui témoigne de la considération des pontes de Vegas pour les joueurs non-américains. Merci !
 






Cet ajout de dernière minute devrait ravir nombre de pros qui n’ont pas pu entendre la douce mélopée de Le Bon, La Brute et le Truand depuis deux ans… mais va bousculer quelque peu la suite du Big One. Ainsi, toutes les journées à partir du Day 2 se retrouvent décalées de 24 heures. Cependant, la finale se tiendra aux dates prévues depuis le début, les 16 et 17 novembre. L’explication est simple : la journée de pause qui était prévue le 15/11 passe tout simplement à la trappe.

Voici le nouveau déroulé jour-par-jour du Main Event :
 












Les obstinés du week-end : François Pirault et Clément Van Driessche

Pirault MSCe n’est pas la première fois qu’on parle d’eux dans nos colonnes : et pour cause, les deux jeunes loups grindent sans relâche depuis le début des WSOP, enquillant les tournois comme des perles. Pour l’instant, le bilan est mitigé : si tous les deux sont passés près d’un bon one time, ils n’ont pas encore réussi LA grosse perf' tant attendue. François "On_The_Road" Pirault a ainsi chuté en 15e place du Millionaire Maker sur un field de 5 326 inscrits (pour un gain de 42 935 $ tout de même) tandis que Clément "KorteX" Van Driessche (3 ITM sur ces WSOP) s’est bien fait kiffer jusqu'en demi-finales de l’Event #26.

En ce début de semaine, les deux sharks auront cependant une nouvelle chance de briller : tous deux font partie des Français les mieux placés pour le Day 3 du Monster Stack à 1 500 $, Clément disposant du 57e tapis et François du 78e, alors que François Tosques (285e), Nacim Amakrane (291e), Samy Boujmala (439e), Florian Ribouchon (440e), Sylvain Loosli (456e) et Antoine Saout (484e, on commençait à désespérer de voir son nom sur un tableau de résultats) ont fini dans l’argent. Les Tricolores seront aussi représentés au Day 3 par Axel Jacquin (63e), Ivan Deyra (76e), Jeremy Saderne (127e), et le runner-up de la dernière Top Shark Academy Arnaud Enselme (136e). ainsi que les têtes d’affiche Ryan Leng (chipleader), Jason Wheeler (2e), Uri Reichenstein (8e), Chris Brewer (15e), James Romero (19e), Upeshka De Silva (21e) ou encore Bart Lybaert (23e). Tout ce beau monde est assuré d’un cash de 4 527 $, alors que le vainqueur encaissera 610 347 $ et qu'une place en finale vaudra un minimum de 64 490 $. Ce sera déjà le premier objectif pour nos Frenchies, ce qui serait la 4e TF de l'escouade bleue dans ces WSOP après les secondes places de Jeremy Malod et Pierre Calamusa ainsi que le podium de David Benyamine. On_The_Road (31 BB) débutera à la table de Dylan Linde (27 BB) tandis que Clément (41 BB) commencera par en découdre avec le chipleader (136 BB), Dylan Wilkerson (68 BB) et Ankush Mandavia (18 BB). Allez, cette fois, on va au bout ?

Le « ça va bien finir par passer » du week-end

Joao Vieira
Infatigable Joao Vieira. Une semaine après sa troisième place en Lowball, le Portugais du Team Winamax a de nouveau fait une apparition sur le podium réservé aux finales. Sur l’épreuve de Short Deck, Joao se contente cette fois d’une cinquième place bonne pour 42 885 $ (le titre a filé dans les bras de Chance Kornuth). Mais vous connaissez l’animal : il ne s’arrêtera pas tant qu’il n’aura pas ajouté un second bracelet à son poignet. Enfin, il s’arrêtera une nuit, grand max. Dès le lendemain, il partira immédiatement en quête du troisième.

La photo du week-end

Dylan Weisman
Elle est signée Hayley Hochstetler, boss de l’équipe de reporters photo officielle des WSOP : elle montre un Dylan Weisman décollant littéralement du sol après sa victoire sur le Pot-Limit Omaha à 1 000 $ (avec un petit coup de main de ses potes). « Je revis ma bar-mitzvah ! »

Les tweets du week-end



Un brag qui n’a pas super bien vieilli : si la pro New Yorkaise a fini par décrocher une honnête 21e place, on en connaît un qui a ensuite bien profité de l’unique re-entry proposé sur ce tournoi :
 




Parmi les (nombreux) témoignages d’admiration suite au 16e bracelet d’Hellmuth, celui d’un ami de trente à l’esprit revanchard bien connu :
 



Lundi 18 octobre : demandez le programme !



Entrée WSOP
Crédit photo - PokerGO.com



On suivra évidemment avec attention le Monster Stack, dont le Day 3 débute à 19 heures en France, avec donc six Bleus encore en course. Aucun cependant n’est aussi bien placé que Florian Guimond dans le Day 2 du 8-Handed Deepstack à 800 $ : le grinder possède le 8e stack (55 BB) à 159 joueurs restants, derrière le chipleader Alex Miles et Mukul Pahuja (6e) notamment. Il sera accompagné à sa table par Francois Evard (16 BB), le reste du clan français étant composé d’Adrien Delmas (23 BB) et Cédric Adam (15 BB) et un certain Ernest Wittman (27 BB).

Un troisième tournoi de HORSE (3 000 $ de buy-in, 282 entrées), est également en cours : Eli Elezra mène les troupes pour le Day 2, devant Maria Ho, Barbara Enright, Daniel Negreanu, Brandon Shack-Harris, Amnon Filippi ou encore David Williams, le shortstack officiel. Aucun Français n’a atteint les 43 places payées. Adam Owen est lui aux commandes du Deuce to Seven joué en Limit (1 500 $ l'entrée), où il reste 76 joueurs sur 285 dont Thomas Eychenne et Julien Martini au milieu d’un bon banc de sharks.

Du côté des Day 1, on regardera de loin le lancement dess Events #35 et 36, une belle boucherie de NLHE à 500 $ sur deux jours et le Dealers Choice 6-Handed Championship à 10 000 $ prévu pour finir mercredi et dont le casting promet d'être bien relevé.

Benjo et Rootsah

WSOP : le coverage Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34268

MessagePosté le: 19/10/2021 11:10   Sujet du message: Good Morning Vegas : ça chauffe pour les Bleus Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : ça chauffe pour les Bleus

Et de quatre podiums pour le clan français ! Après David Benyamine, Pierre Calamusa et Jérémy Malod, Florian Guimond s'est à son tour offert une médaille, en bronze, sur le Deepstack à 800 $. En espérant un cinquième dès aujourd'hui au Day 2 du Freezeout 500 $ avec François Pirault et Rosalie Petit.

Le podium du jour : Florian Guimond

Florian GuimondTroisième pour sa première ligne WSOP en live sur Hendon Mob : c’est la très belle perf’ qu’a réussi Florian Guimond lundi dans l’Event #33, un 8-Handed Deepstack. Un résultat en forme de confirmation du talent d’un joueur qui fait partie des tout bons grinders de sa génération, ayant fait ses armes sur une room concurrente du monde hippique (un titre WPT Online notamment), et qui s’est illustré sur Winamax sous le pseudo miichel59266, avec lequel il a notamment terminé runner-up du Grand Tournament il y a un peu plus d’un an. "La Twice" a aussi remporté le Sunday Surprise et un titre WSeries. Une confirmation, car avant la pandémie, Florian avait commencé à s’illustrer en live, notamment sur le circuit France Poker Open où il avait compilé quelques tables finales, dont une 3e place sur le Highroller du FPO Lyon 2019 qui lui avait rapporté 11 200 €. Un score désormais largement éclipsé par les 124 671 $ remportés pour ce 4e podium français aux WSOP 2021, après ceux de Pierre Calamusa, Jeremy Malod et David Benyamine. Le coach SpinForWin a en tout cas montré à ses élèves qu’ils pouvaient lui faire confiance… On mentionnera aussi la 10e place pour 20 342 $ de Cédric Adam au sein de ce field qui avait comptabilisé 2 778 entrées, ou encore la 26e de Damien Gayer (8 589 $), les deux joueurs signant leur seconde place payée dans ces WSOP. Le bracelet est revenu à Ran Koller (269 478 $) à l’issue d’un duel 100% israélien contre Ran Ilani (runner-up pour 166 552 $).

Crédit photo : Melissa Haereiti - Pokernews

Le "try again" du jour

Eli ElezraLarge chipleader au départ de la finale à huit, Eli Elezra espérait y décrocher son cinquième bracelet. Derrière, Maria Ho était bien placée pour espérer décrocher son tout premier tandis que Daniel Negreanu, pour sa première TF de l'automne avait dans le viseur sa septième breloque. Mais ni le Kid Poker (8e), ni l'Américaine (5e), ni l'ancien membre des commandos israëliens (4e) n'ont réussi ne serait-ce qu'à monter sur le podium  du H.O.R.S.E. à 3 000 $, victimes d'un Jim Collopy qui s'est rapidement emparé de la tête en Limit Hold'em pour ne plus jamais la lâcher. Une table finale clinquante qui sacre non pas une superstar mais un professionnel discret, présent sur le circuit depuis la fin des années 2000 et qui avait déjà triomphé sur la scène des World Series, en 2014 à Melbourne lors du festival Asia-Pacific. Mais on ne se fait pas de souci pour Eli, Maria et Daniel : on les reverra sous les spotlights des feature tables, et sans doute plus tôt qu'on ne le pense.

Les tweets du jour











Il y avait du monde pour assister à la Bracelet Ceremony de Phil Hellmuth, qui en a profité pour s'excuser en personne de son comportement lors de la finale du Stud Championship, avant de revenir sur ce que représente pour lui ce 16e bracelet, le tout premier en Deuce to Seven. Oh et ne t'inquiète pas François, le Poker Brat a mis 32 ans à construire son palmarès. On parie que d'ici là ton armoire à trophées aura elle aussi fière allure.




Petit rappel utile signé Phil Galfond : non ce n'est pas de la faute du croupier si votre brelan se fait craquer par un flush draw sur la river.




"Première main à ma table : le bouton laisse un walk aux joueurs dans les blindes qui étaient sit out." C'est aussi pour ça qu'on aime les WSOP. 



Mardi 19 octobre : demandez le programme !

Jetons

Crédit photo - PokerGO.com




Sur les 2 931 joueurs au départ du tournoi Freezeout à 500 $, il ne sont plus que 132 onze heures de poker plus tard. Les taux d'élimination délirants des Day 1 continuent de nous affoler. Les boucheries de Hold'em qui pullulaient aux WSOP au milieu des années 2010 seraient-elles en train de faire leur grand retour au Rio cette année ? Toujours est-il que ce grand écrémage se poursuivra ce mardi à partir de midi, le long d'un Day 2 qui ne s'arrêtera que quand sera connu le vainqueur du bracelet et des 167 272 $ à la gagne. Derrière le Russe Denys Chafikov et son chiplead fragile (50 blindes seulement), ils seront deux Français à y prétendre et non des moindres : François Pirault (29e, 24 BB), dans la lignée de son deep run sur le Monster Stack et Rosalie Petit (101e, 11 BB), qui signe son tout premier ITM aux WSOP, mais déjà le troisième cet automne.

Sur le Monster Stack, il ne reste que 24 prétendants au titre mais le vainqueur ne sera connu que dans la nuit de mercredi à jeudi. Après les éliminations entre autres de Arnaud Enselme (136e), Jérémy Saderne (108e), François Pirault (92e) et Clément Van Driessche (42e), seul subsiste Ivan Deyra pour défendre le clan tricolore du haut de ses 16 blindes. Il reprendra notamment à la table d'un homme en forme, Ryan Leng, deuxième au chipcount et triple vainqueur de bracelet, dont deux cette année (un online et l'autre au Rio, en 8-Game).

En dehors du Hold'em nous surveillerons bien sûr le Day 2 du Dealer's Choice Championship, avec João Vieira et David Benyamine dans le Top 5 sur la quarantaine de joueurs restants, loin derrière le large chipleader Nacho Barbero, tandis que débutera à 14 heures la finale d'un tournoi de Deuce to Seven Triple Draw à 1 500 $, où David 'Bakes' Baker visera un troisième bracelet.

Au rayon des nouveautés enfin, cette journée verra le lancement de deux tournois de NLHE radicalement opposés : un Super Turbo Bounty à 1 500 $ (niveaux de 20 minutes, prime de 500 $ pour chaque joueur éliminé) et l'épreuve la plus chère du programme jusqu'à présent, le High Roller à 50 000 $, sur leque Adrián Mateos et Mustapha Kanit tenteront de faire au moins aussi bien que sur le 25K inaugural.

Flegmatic et Rootsah

WSOP : le coverage Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 20/10/2021 09:15   Sujet du message: Mini WSOP : BRELANCIAGA à la pointe du Highroller Répondre en citant Signaler un Abus

Mini WSOP : BRELANCIAGA à la pointe du Highroller

Mini WSOP

Le 8-max Championship des dernières Winamax Series, deux Battle Royale, deux podiums de Highroller, et ce uniquement depuis juillet, à quoi s'ajoutent une deuxième place sur le 6-max KO Championship d'avril 2020 et un gros HR remporté dans la foulée : vous l'avez compris à son palmarès, BRELANCIAGA est ce que l'on appelle chez nous un top reg. Un vrai. À tel point que la victoire à 15 110 € conquise sur le Highroller à 500 € de ces Mini WSOP ne constitue que son quatrième plus gros gain.

Une chose est sûre, ce nouveau titre ne fut certainement pas le plus facile à aller chercher, tant la finale a longtemps semblé verrouillée par celui qui s'y présente en position de chipleader, Shadowgold. Apparemment plus habitué à la vitesse supersonique des Expresso Nitro les plus chers qu'aux joutes high stakes en MTT, ce dernier ne ainsi pas de temps pour accentuer son avance, se chargeant de montrer le chemin du paradis à 1Dieudupoker (main #3), de chasser le short stack neichaSN (#5) puis de faire boire la tasse à Loleau22 (#11). La TF n'a démarré que depuis onze mains, il reste encore six joueurs, mais Shadowgold est déjà assis devant plus de la moitié des jetons en circulation. Et il ne va pas s'arrêter là. S'il ralentit légèrement le rythme durant la petite trentaine de mains qui suit, laissant à BRELANCIAGA le soin d'envoyer une patate de forain au membre du Team NutsR SeptGeckos (#32), le leader reprend sa marge en avant en profitant de son stack ultra dominant pour payer light les tapis de yepaki (#39) et Bilouuute (#43) et terminer devant.





La phase à trois peut débuter, un autre habitué de ces colonnes, NiT aMere, complétant le casting. C'est d'ailleurs lui qui va sonner la révolte le premier avec un joli hero call (#52)... auquel Shadowgold répond aussitôt (#55). Une résistance éphémère qui prend fin à la main #91 pour NiT aMere sur un anecdotique lancer de pièce. Runner-up du Main Event fin septembre pour un peu plus de 20 000 €, il encaisse cette fois 7 709 €. Avec 36 blindes face aux 88 de Shadowgold, BRELANCIAGA fait face à une montagne au départ de ce heads-up mais entreprend sereinement l'ascension, en mettant moins de dix mains à passer devant. Le coup de piolet décisif a lieu sur la main #114 avec une paire de Dames bien rentabilisée. Deux mains plus tard, il plante son drapeau tout en haut de ce Highroller, laissant à un Shadowgold que l'on imagine déçu les 10 792 € de la deuxième place. Et lui d'asseoir un peu plus son statut de requin de nos MTT depuis 18 mois.

Sur l'autre tournoi de la soirée, un Hold'em en mode Knockout bien plus accessible avec son prix d'entrée de 15 €, C. Hoskinson a aussi su renverser le large chipleader loveur-bet lors du heads-up final, après être tombé à quinze petites blindes à quatre joueurs restants. Double vainqueur du Pistolero, du TNT et runner-up du Tea Time fin septembre, il multiplie par plus de trois son meilleur score chez nous, en ajoutant 1 806 € de primes aux 2 489 € de la première place.





















Event Dotation Vainqueur
#35 - NLHE KO 15 €
REPLAY
41 607 € C. Hoskinson - 2 489 € + 1 806 €
#36 - NLHE Highroller 500 €
REPLAY
57 150 € BRELANCIAGA - 15 110 €


Point de No-Limit Hold'em à se mettre sous la dent ce mercredi soir mais un beau tournoi de Pot-Limit Omaha à 15 € et une épreuve qui parlera aux amoureux de variantes fortunés : le H.O.R.S.E. Championship à 100 €.

Mini WSOP : des tournois tous les soirs jusqu'au 22 novembre


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34268

MessagePosté le: 20/10/2021 13:20   Sujet du message: Good Morning Vegas : João ne lâche rien Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : João ne lâche rien

LeVietF0u remet une pièce dans le jukebox, Joao Vieira persévère, le Monster Stack s'achève, et les prétendants au Hall of Fame se dévoilent.

Le tournoi du jour : Dealer's Choice, aka l'embarras du choix

Joao Vieira
Comme d'habitude, on peut compter sur le label "Championship", qui désigne le tournoi WSOP le plus cher dans une variante donnée, pour nous offrir des phases finales à tomber par terre. Nouvelle démonstration avec une épreuve ciblant par définition les pros les plus expérimentés : le Dealer's Choice 6-max à 10 000 $ et son catalogue La Redoute de variantes parmi lesquelles piocher (vingt au menu, excusez du peu). Bien malin celui qui saura désigner à l'avance le vainqueur parmi les dix derniers joueurs de cette épreuve en ayant rassemblé 93 : tout le monde est bon, tout le monde fait peur, depuis le chip-leader Jake Schwartz (3,2 millions sur Hendon Mob mais il cherche encore un bracelet) jusqu'à la lanterne (W) rouge Joao Vieira (ça sera déjà sa troisième finale WSOP en trois semaines).

Daniel NegreanuEntre les deux il y a Daniel Negreanu, qui doit être bien vert de ne pas encore avoir fait vraiment parler la poudre au Rio cet automne, au contraire de son meilleur ennemi Phil Hellmuth qui cherchera sa cinquième finale en trois semaines. Qui d'autre ? Tenez, comme s'il n'y avait pas déjà assez de grandes gueules en stock, on vous en sort deux autres du placard : Matt Glantz et Mike Matusow. Plus posé mais pas moins terrifiant : Mike Gorodinsky, qui en connaît un rayon en variantes et en adversité de poids puisqu'il a triomphé sur le Poker Player's Championship à 50 000 $ en 2015, il cumule deux bracelets au total. Il reste encore un peu de place ? Ajoutons Andrew Kelsall (un bracelet online l'an passé) et, histoire de faire baisser un peu le taux de testostérone, la Californienne Carol Fuch, déjà sacrée en Dealer's Choice en 2015.

Ah, on avait gardé le meilleur pour la fin : Adam Friedman. Vous ne le placez pas ? Le monsieur a remporté le Dealer's Choice Championship en 2018... puis en 2019. La vache, quel field !

Le Français du jour : Pierre Calamusa

LeVietF0u nous a refait le coup du gros deep run en Super Turbo Bounty, et même s'il a encore une fois échoué très près du bracelet, la satisfaction reste de mise. Financièrement, au moins. On vous raconte tout dans cet article.

Le vainqueur du jour : Michael Noori
 


Noori
Crédit photo : PokerGO



À première vue, Michael Noori était un joueur américain comme il en existe des dizaines aux tables des WSOP : un bon reg de live avec quelques centaines de milliers de dollars de gains en tournois live. Un nom qu'on remarque dans les chipcounts de tournois grâce à ses multiples deeps runs sur le circuit, surtout aux World Series, et qui finit toujours par revenir dans les derniers tours des drafts WSOP. Mais pas un nom ronflant, le Californien n'ayant jusqu'ici jamais remporté de victoire majeure. Bref, le mec toujours placé, mais jamais gagnant. Sauf que c'est maintenant de l'histoire ancienne.

Car après 148 lignes de résultats sur Hendon Mob depuis 2008, Michael Noori a enfin connu son one time. Il lui a fallu treize ans de tournois live, 61 places payées et quelques tables finales aux WSOP pour ainsi remporter un premier bracelet, et pas n'importe lequel : le très convoité Monster Stack à 1 500 $. Pour y arriver, l'Américain a dû remonter la pente après être tombé à... 1,5 blinde en table finale, puis a dû venir à bout de l'épouvantail de la TF, un Ryan Leng (runner-up pour 377 220 $) déjà titré sur ces WSOP (dans l'Event #23) et possédant un stack dominant, qu'il a battu après un rapide heads-up. Pas mal pour un joueur qui se dit meilleur en variantes, mais qui est performant sur le format Monster Stack en NLHE puisqu'il avait déjà terminé dans le top 1% de ce tournoi en 2017 et 2018. Bref, la pièce est enfin tombée du bon côté pour Michael.

Un titre qui lui rapporte 610 437 $, son premier cash à 5 chiffres et qui lui permet de quasiment doubler ses gains en carrière et de dépasser le million de dollars de gains accumulés aux WSOP. Il s'agit aussi de son premier trophée sur le circuit depuis... 2013, et une petite victoire sur un tournoi d'Open Face Chinese Poker (quand on vous dit qu'il gère en variantes). Huit ans sans titre : c'était long, mais ça valait le coup d'attendre...

Les stars du jour : la sélection pour le Hall of Fame 2021

ElkYC'est une légende du poker moderne, et il pourrait bien devenir une légende du poker tout court : notre Bertrand 'ElkY' Grospellier national fait officiellement partie des dix joueurs nommés pour intégrer le Poker Hall of Fame cette année ! Le Nancéen, qui a eu 40 ans en février (soit l'âge minimum pour être éligible, trop bas selon le journaliste Pauly McGuire, qui s'explique ici) y figure pour la première fois, tout comme Layne Flack (malheureusement décédé cet été) à titre posthume et Michael Mizrachi (également nouveau quarantenaire). Les fans ont complété la prestigieuse liste en votant pour Isai Scheinberg, Matt Savage, Mike Matusow, Ted Forrest, Chris Ferguson, Eli Elezra et Antonio Esfandiari. Un choix validé par le Poker Hall of Fame Governing Council, qui a estimé qu'ils remplissaient les autres critères requis : avoir affronté les meilleurs, avoir joué les plus grandes compétitions, avoir résisté aux affres du temps, avoir gardé un niveau constant et gagné le respect de leurs pairs et enfin, pour les non-joueurs, avoir contribué de manière significative à la croissance et au succès du poker.

À l'heure actuelle, difficile de dégager un favori pour succéder à Huck Seed, seul lauréat l'an passé (alors que deux joueurs sont normalement intronisés chaque année depuis 2006) : mais cette session 2021 pourrait être celle de l'industrie du poker puisque le directeur de tournoi Matt Savage semble avoir les faveurs des pronostics, tout comme le fondateur d'une certaine room au pique rouge, Isai Schenberg (en attendant le retour dans la liste des commentateurs WSOP Norman Chad et Lon McEachern l'an prochain). C'est maintenant aux 32 membres du Poker Hall of Fame de trancher. Une chose est certaine, les rookies ont peu de chances de rafler la mise, et ElkY ne devrait pas faire mieux cette année que Bruno Fitoussi, nommé quatre fois ces dernières années mais jamais élu. Pas grave : pour nous, t'es le meilleur, Bertrand.

L'article du jour

François PiraultDécidément, pas un jour ne passe sans que le nom de François Pirault n'apparaisse dans ces colonnes. Même si pour cette fois, ce n'est pas nous qui relayons les exploits du Top Shark 2021 mais le site Actu.fr, et plus particulièrement sa section nantaise. Originaire de Sautron, charmante bourgande située non loin de Cité des Ducs de Bretagne, On_The_Road a attiré l'œil de la presse locale, qui lui tire donc le portrait dans la foulée de sa perf' à 43 000 $ sur le Millionaire Maker. On y découvre sa routine, faite de "réveil à 9h du matin, petit-déjeuner compoé de deux œufs et de fruits, puis préparation mentale et physique," et qu'il se passe dans son casque des "musiques de méditation pour stimuler sa concentration." Esprit sain, corps sain, deep runs qui s'enchaînent : tout y est !

Les tweets du jour





Le Life Goal du jour par François Pirault.




Comme Amadi, Johan Guilbert aussi est passé par la case re-entry sur le Highroller à 50 000 $, mais contrairement à la máquina, Yoh_Viral a franchi le Day 1.




On en connaît un qui était particulièrement détendu aujourd'hui. Il faut croire que ça aide de remporter un 16e bracelet.




Que c'est beau parfois Vegas la nuit.




Une victoire sur le Daily 250 $ de 13h du Rio pour 15 000 $ le 11 octobre, une deuxième pour 2 100 $ le 13 sur celui à 150 $ de 22h et une troisième le 18 sur le 400 $ de 19h pour 10 000 billets verts de plus : un certain Mike Lane est en train de raser les tournois quotidiens de la Pavillion Room. Comme quoi, il n'y a pas que les WSOP qui valent le coup d'être joués au Rio.



Mercredi 20 octobre : demandez le programme !


Razz
Crédit photo : PokerGO



Vamos João! Vous l'aurez compris, nous n'auront d'yeux que pour João Vieira ce mercredi, le Madéros s'étant invité sur un nouveau Day 3 de choix sur ces WSOP 2021, celui du Dealers Choice à 10 000 $. Et même s'il débutera cette dernière ligne droite avec le dixième et dernier tapis, on peut compter sur le Portugais pour tout donner au milieu d'un casting douze étoiles (voir plus haut).

Bon, on s'intéressera tout de même aussi à YoH_ViraL qui semble décidément avoir fait des tournois high-stakes son nouveau terrain de jeu : toujours en piste avec le 8e stack sur 21 dans un Highroller à 50 000 $ hyper-relevé (72 entrées), où l'on connait quasiment tous les noms au chipcount, le Français aura une nouvelle occasion de banquer un gain à six chiffres même si on ne connait pas encore la répartition du prizepool. Dans ce tournoi sur trois jours, c'est Michael Addamo qui a démarré en trombe et mène la danse devant Erik Seidel mais surtout Mustapha Kanit, notre Team Pro italien étant pour l'instant très bien placé avec le 5e tapis. Il connait plus de réussite que son coéquipier Adrián Mateos, qui a envoyé deux bullets sans succès, et le seul autre Français du field, Julien Martini, éliminé en fin de Jour 1.

Au chapitre "Shuffle Up and Deal", on regardera le lancement dest des Events #39 (un 1 500 $ Pot Limit Omaha sur trois jours joué en 8-Handed) et du H.O.R.S.E Championship à 10 000 $ sur quatre jours, celui que Fabrice Soulier avait gagné il y a dix ans. Et si un autre Frenchie commémorait cet anniversaire avec un beau deep run ?

Benjo, Rootsah & Flegmatic

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1509

MessagePosté le: 21/10/2021 11:00   Sujet du message: Good Morning Vegas : Friedman, back to back to back Répondre en citant Signaler un Abus

Good Morning Vegas : Friedman, back to back to back

Deux pros du Team Winamax ont encore tutoyé les sommets, tandis que l'histoire s'est écrite avec un grand "H" en police 72 sur le podium télévisé.

L'incroyable exploit du jour : une triplette d'une autre planète



Friedman Hellmuth
Photo : PokerGO.com



Au moment où a débuté le dernier duel sur le Dealer’s Choice Championship, sur le coup de minuit heure de Vegas, personne n’ignorait qu’une nouvelle page de l’histoire du poker serait écrite, quelque soit l’issue du match. D’un côté du ring, un Phil Hellmuth plus que jamais moine soldat de sa propre légende, enclin à remporter un dix-septième bracelet record (moins d’une semaine après le seizième !) et définitivement décoller l’étiquette « No-Limit only » qui lui a longtemps collé à la peau. De l’autre côté, Adam Friedman. Un nom résonnant forcément un peu moins fort dans les oreilles du fan de poker, mais pour qui les enjeux étaient tout aussi monumentaux : ce sosie de Seth Rogen cherchait tout bonnement à remporter cette épreuve prestigieuse pour la troisième fois consécutive. Ne cherchez pas à un tel accomplissement dans les archives des WSOP : la chose n’a jamais été faite en cinquante-et-un ans.

Sur les épaules de chacun de ces deux pros pesaient donc des enjeux allant bien au-delà des 250 000 dollars promis au vainqueur. Et ces deux prétendants en auront donné pour leur argent aux spectateurs et aux followers en distanciel rafraîchissant le reportage officiel toutes les deux minutes, nous offrant un duel de deux heures trente disputé des variantes aux antipodes les unes des autres, depuis le classic NLHE jusqu’à des formats dont on n’est même pas sûrs de connaître les règles, tel le Badacey (renseignement pris, il s’agit d’un jeu de partage très prisé des habitués de la Bobby’s Room, où la meilleure main de Badugi split avec la meilleure main de Ace-to-Five lowball)
 

Friedman Hellmuth
Photo : PokerGO.com

 


Entamant l’ultime mano a mano avec un léger avantage, Hellmuth parviendra à le creuser un peu plus grâce à des showdowns gagnants sur le Badacey sus-cité, avant que Friedman ne reprenne des couleurs sur des formats plus classiques : PLO et NLHE. Les coups les plus importants de ce duel pour l’histoire auront lieu dans la version No-Limit du Deuce to Seven, Hellmuth ratant deux tirages de suite pour tomber à moins de vingt blindes, avant de se faire hero call par un Friedman ayant eu le nez creux avec une hauteur Valet : Hellmuth était en plein bluff. Cinq minutes plus tard, le dernier coup se jouait en Badugi : la hauteur 9 de Friedman était bonne.

FriedmanC’est donc bel et bien Adam Friedman, auteur du premier triplé de l’histoire des WSOP (et pas sur n’importe quel tournoi !) qui aujourd'hui dans l'histoire du poker. Pour se consoler, Hellmuth pourra se dire que cela fait déjà bien longtemps qu’il fait partie de la légende des Championnats du Monde : il faut savoir en laisser un peu pour les autres ! (Photo : PokerGO.com)
 




Cette statistique - irréelle - a été publiée alors que le duel était encore en cours. On peut désormais y ajouter quelque chose comme 365 jours !
 




Le mec beaucoup trop chaud du jour : Addamo le rouleau-compresseur

Michael AddamoIl est le joueur qui a mis le feu à la planète High Roller pendant trois semaines entre septembre et octobre. Tout a commencé sur le Poker Masters, qu'il a bouclé en fanfare en remportant les deux derniers tournois au programme, les 50K et 100K de clôture, pour un gain combiné de 1,84 million de dollars. De quoi lui permettre d'enfiler sans coup férir la fameuse purple jacket revenant au vainqueur du Leaderboard. L'histoire aurait pu s'arrêter là mais elle se poursuit une dizaine de jours plus tard sur le Super High Roller Bowl à 300 000 $, qu'il remporte également pour 3,4 millions de billets verts supplémentaires. De part et d'autre de cette perf' stratosphérique ? Pas grand-chose, juste deux podiums sur deux HR à 50 et 200K organisés à l'Aria, pour 866 000 $ de plus. Lui, c'est Michael Addamo, le véritable épouvantail de cet automne et nouveau numéro 1 de la All-Time Money List australienne, ayant mis fin au règne sans partage de Joe Hachem entamé au milieu des années 2000.

Il est l'homme sur toutes les bouches des high stakeurs de Las Vegas, celui dont tout le monde se méfie, dont tout le monde a peur même. Son rush de ces dernières semaines lui confère presque une aura d'invincibilité, et ce n'est certainement pas le scénario du High Roller à 50 000 $ de ces WSOP qui va en atténuer la puissance. Énorme chipleader à la fin du Day 1, bouclé avec plus de 200 blindes, Addamo a poursuivi sur sa lancée le lendemain et sera l'immense favori de la troisième et dernière journée ce jeudi, avec 95 BB devant lui, soit presque 2,5 fois plus que son plus proche poursuivant, Justin Bonomo. Ce dernier mène un groupe de poursuivants pas piqué des hannetons composé d'Erik Seidel, Gal Yifrach (qui est allé jusqu'à jeter un brelan contre Addamo en fin de Day 2 sur un board certes dangereux) et d'un Chris Hunichen très short stack.

Mais même face à de tels adversaires, tout autre résultat qu'une victoire de l'Australien représenterait une énorme surprise. Trois ans après un doublé signé entre Vegas et Rozvadov, l'Aussie ne vise évidemment rien d'autre qu'un troisième bracelet, en plus d'un premier prix de 1 132 968 $ qui viendrait mettre encore un peu plus de beurre dans les épinards. À ce niveau de poker là, où tout se joue sur une poignée de micro-détails, une telle domination reste rare, même sur des fields qui n'atteignent que rarement les trois chiffres. Michael Addamo aurait-il quelque chose en plus, une longueur d'avance sur ses collègues high stakeurs ? Éléments de réponse à partir de 1 heure du matin, heure française, pour un Final Five particulièrement excitant.

Les places d'honneur du jour : João et Musta, si près, si loin

Mustapha KanitL'un est Portugais et partait dixième sur dix au Day 3 du Dealer's Choice Championship. L'autre est Italien et était tranquillement placé dans le Top 5 sur les 27 joueurs au départ du Day 2 du High Roller à 50 000 $. Au final, João Vieira n'a pu remonter son lourd déficit en jetons, s'inclinant en dixième position pour un peu plus de 20 000 $, sur un ultime coup de Badacey perdu contre le futur champion Adam Friedman. Déjà la cinquième place payée sur ces WSOP pour Naza, passé tout près de sa troisième finale. Et la quatrième ne sera ni sur le tournoi de Pot-Limit Omaha à 1 500 $, sur lequel il a envoyé deux bullets sans succès, ni sur le H.O.R.S.E. Championship, où il n'a tenu qu'une poignée de niveaux. Il y a des jours comme ça...

Quant à Mustapha Kanit, s'il a parfaitement mené sa barque jusqu'à atteindre sa deuxième TF de l'automne avec un peu plus de 25 blindes, celle-ci a rapidement tourné court lorsque son As-Dame joué à fond préflop s'est heurté aux deux As de Gal Yifrach. Pas grand-chose à se reprocher sur ce coup là pour notre Italien préféré, à qui ce nouveau deep run sur un tournoi High Roller, achevé en huitième place, rapporte la bagatelle de 126 141 $. Le W rouge ne gagne toujours pas mais il continue de se montrer !

Les tweets du jour
 





Le tigre est en toi François.




Justin Bonomo n’était peut-être pas présent pour le début des WSOP, mais il n’a visiblement pas tardé à se remettre dans le bain avec une première table finale dans le High Roller à 50k où il sera second en jetons...


… un tournoi dont Michael Addamo est actuellement l’énorme chipleader. Dan Smith, éliminé en 10e place et ITM pour 87 500 $ (mais pourtant perdant de 12 500 $ suite à son re-entry), avait pourtant tout prévu pour affronter la bête, même une bonne séance de cryothérapie. Quand on dit que les meilleurs joueurs de poker du monde se préparent comme des sportifs de haut niveau…





Visiblement, certains résidents du Rio n’en ont pas grand-chose à faire des Championnats du Monde de poker…
 





La phrase du jour signée Stu Ungar, ça mérite forcément notre attention. Parlez-en à Adam Friedman…
 



C'est officiel, les billets d'avion sont réservés, les chambres au Rio sécurisées : la rédac' Winamax débarquera à Las Vegas le 8 novembre pour - enfin - débuter le volet "présenciel" de ce coverage WSOP. Si vous nous cherchez ce jour-là, facile : on sera en train d'imiter ce toutou...


Le programme du jour


Player
Crédit photo - PokerGO



Si la finale du Highroller à 50 000 $ monopolisera évidemment l’attention ce jeudi (voir plus haut), les Français semblent avoir choisi les tournois de variantes pour s’illustrer ces prochains jours : David Benyamine est en effet cinquième en jetons à l’issue du Day 1 du H.O.R.S.E Championship 10 000 $, une journée à laquelle le prétendant au Hall of Fame ElkY a également survécu (51e). Pour l’instant, il reste 71 joueurs en lice à l'aube du Day 2. João Vieira a été éliminé prématurément, tandis que Shaun Deeb a buy-in vingt minutes avant la fin du Day 1 - les inscriptions sont possibles jusqu’au début du Day 2. Le vainqueur ne sera normalement connu que samedi : vous l’aurez compris, la route est encore longue pour nos deux Frenchies.

Ivan Deyra, lui, a choisi le Pot Limit Omaha, dans sa version à 1 500 $ : il entamera le Day 2 en sixième position parmi les 58 survivants (821 entrées au total). Le classement est actuellement dominé par le spécialiste Josh Arieh, Robert Blair et l’inévitable Ryan Leng. Sylvain Loosli a été éliminé peu avant la fin du Day 1, au milieu d'un field particulièrement relevé (Daniel Zack, Jan-Peter Jachtmann, Ari Engel, Maxx Coleman, Christian Harder, Amnon Filippi, Scott Baumstein, Ben Yu sont encore in), Romain Lewis n’ayant pas non plus réussi son premier gros deeprun du festival sur ce tournoi.

Pour ce jeudi, le programme annonce aussi le coup d’envoi d’un NLHE Freezeout 2 500 $ sur trois jours (Event #41) où l’on devrait retrouver pas mal de Frenchies, et d'un 1 500 $ Razz (Event #42) prévu sur la même durée, où en revanche on serait bien surpris de dénicher plus d'une poignée de tricolores...

Benjo, Flegmatic et Rootsah

WSOP : le coverage Winamax


_________________
Ni Dieu, ni maître, mais des frites bordel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quisnorky
Prend ses marques
Prend ses marques


Inscrit le: 21 Avr 2011
Messages: 92

MessagePosté le: 21/10/2021 21:27   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Hellmuth qui passe à un cheveu de la victoireet d'un nouveau bracelet, quelle légende ce gars.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2  Suivante
Aller à la page :
Répondre au sujet    Index des Forums -> WSOP 2021

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
visit counter