Se connecter
S'inscrire





Le fil des News
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2, 3 ... 356, 357, 358  Suivante
Aller à la page :
Auteur Message
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 265

MessagePosté le: 03/05/2021 13:08   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 2 mai

Les top regs ont charbonné dur en ce dimanche post-Fête du Travail, avec beaucoup de jolis noms à l'affiche. Venez, on a bossé pour vous afin de vous récapituler tout ça.

Sur ses deux oreilles

De la chance, il en faut forcément pour remporter un tournoi de poker et a fortiori un Sunday Surprise à plus de 12 000 entrants. Ce n'est certainement pas CHATAR DU 43 qui dira le contraire, lauréat de l'édition de cette semaine pour 8 298 €, dont 2 214 en bounties. Lui dont les trois meilleurs résultats précédents étaient des deuxièmes ou des troisièmes places (avec une victoire sur le Deep Run en 2015 tout de même, juste en-dessous) est cette fois parvenu à conclure pour repartir avec son tout premier chèque à quatre chiffres. Il pourra même dormir avec, dans son nouveau lit "boxspring" digne d'un hôtel 5 étoiles doté de multiples couches sous le matelas pour vivre les plus belles des nuits. Et ce, après avoir bingé la dernière série à la mode directement depuis son plumard grâce à la TV intégrée. Ne lui reste plus qu'à faire un peu de place dans la chambre à coucher.

SUNDAY SURPRISE 100K 10 € - 12 336 inscriptions - Prizepool 111 024 €
Vainqueur : CHATAR DU 43 - 6 084 € + 2 214 €

gaufreancien les a tous croqués

Guillaume Diaz, RobinDesNOiX, le vainqueur Winamax Series Be water et le champion Main Event LeF4dsp_fr : ce dimanche soir, ils étaient tous réunis autour de la table finale du Grand Tournament, notre tournoi mensuel à 1 000 € réservés aux ballas. Mais ils n'ont rien pu faire contre celui qui avait déjà remporté la version Funday à 500 € de cette même épreuve en janvier dernier : gaufreancien. Parti en tête au départ de la TF, il n'a quitté le Top 2 que l'espace de quelques mains, après avoir fait doubler Robin mais avant de doubler à son tour contre un Be water qui n'allait pas s'en remettre (6e, 6 840 €). À partir de là, le reste de la finale se transforme en un mano a mano entre gaufreancien et RobinDesNOiX, les trois derniers concurrents étant réduits aux rôles de simples observateurs. À part peut-être Maitrii, qui se charge d'éliminer dpeters17 (5e, 9 626 €) avant de livrer une belle résistance lors du 3-handed, ne sortant que sur un lancer de pièce au terme d'un runout cruel (3e, 18 987 €). Entre temps, notre volatile38 national s'était écrasé au pied du podium sans avoir véritablement pu déployer ses ailes. Il empoche tout de même 13 526 €.

Équilibré sur le papier (67 BB contre 55), le heads-up tourne pourtant rapidement à l'avantage de gaufreancien, qui grignote la majorité des (petits) pots disputés et surtout les rares un peu plus gros. Un déroulement plutôt sage qui n'appelait pas une telle fin, avec une surprenante tentative de hero call de la part de Robin, qui ne peut que constater les dégâts face à une couleur floppée. Habitué à collecter les lauriers sur à peu près tout ce que notre grille compte de tournois brandés, et lauréat du High Five en avril 2020, ce dernier claque ici une nouvelle perf' de choix, et va pouvoir redistribuer aux pauvres les 26 632 € collectés... ou pas. Une victoire à 37 335 € qui ne constitue pas non plus le meilleur résultat de gaufreancien mais nul doute qu'il saura s'en contenter. Et vous de même en jetant un œil au replay ci-dessous.

GRAND TOURNAMENT 1 000 € - 155 incriptions - Prizepool 147 250 €
Vainqueur : gaufreancien - 37 335 €

Comme à Hollywood Boulevard

Par où commencer ce véritable défilé de stars qui a déferlé ce dimanche sur nos tables les plus chères ? Peut-être par le Purple, où -OURS BRUN- (8e, 1 939 €) a manqué de peu une finale foulée par Super_Castor (7e, 2 372 €), Castle Frank (6e, 2 271 €), Antoine 'luxusreisen' Goutard (4e, 4 498 €), Cyril Gane (3e, 5 870 €) ou encore Happydris (2e, 8 151 €). Tout cela pour que l'emporte un good2cUg6 moins bankable (on l'a quand même vu sur le podium du 6-max Championship des Series de janvier) mais désormais plus riche de 13 917 €, dont très exactement 7 800 en bounties. Vu d'ici, ça ressemble drôlement à un tremplin vers d'autres futurs très grands rôles.

PURPLE 500 € - 135 inscriptions - Prizepool 63 450 €
Vainqueur : good2cUg6 - 6 116 € + 7 800 €


Scénario similaire sur le Highroller où un autre nom d'envergure s'est fait refouler aux portes de la TF, en la personne de Louis 'Paslui' Linard (8e, 1 953 €) et où deux vedettes ont joué les premiers rôles sans grimper tout en haut de l'affiche. Il s'agit en l'occurrence du runner-up du dernier 4 Million Event Sheev P. (5e, 5 578 €) et d'un homme qui n'a plus rien à prouver question palmarès de prestige, le Top Shark 2016 Florian 'DaytonFlyers' Decamps (2e, 15 525 €). Encore que, à en croire le Sudiste, il ne compte toujours pas dans son armoire à trophée la statuette du Highroller et devra donc attendre un peu puisqu'il s'est fait devancer cette fois par un nogpolsoj qui en est au moins à son cinquième. Le plus gros, bon pour 21 786 €.

HIGHROLLER 250 € - 429 inscriptions - Prizepool 99 528 €
Vainqueur : nogpolsoj - 21 786 €

On en connaît un autre à qui le printemps réussit, dans des proportions dantesques. Runner-up du Million Event pour 75 000 € derrière Zumbacafew09, Inauspicious avait refait parler de lui le dimanche suivant en s'enfilant le Shooter. Deux semaines plus tard, il réapparaît dans ces colonnes avec une victoire autrement plus prestigieuse, acquise sur le Battle Royale et avec la manière ! Aux 9 587 € de la première place, il a ainsi ajouté 10 182 € de primes, évitant au passage les dents acérées du top reg Grand Squale (4e, 6 878 €). Un oiseau de mauvais augure oui, mais uniquement pour ses adversaires.

BATTLE ROYALE 200 € - 700 inscriptions - Prizepool 128 800 €
Vainqueur : Inauspicious - 9 587 € + 10 182 €

Rudes comme des agneaux


On a appris à le connaître à force de le voir streamer ses sessions et grâce à une belle interview signée Flegmatic : s'il prône la bienveillance autour des tables, Hadrien "ViensMonAgno" est sans pitié dès qu'il prend un siège sur Wina. Résultat, il s'offre l'XTREM de dimanche - suite à un re-entry - pour un sympathique billet de presque 5 000 €, après avoir notamment dominé en finale Antoine "luxusreisen" (4e pour 1 686 €), l'un des tout récents vainqueurs du KING5. On imagine que celui qui a déjà gagné le Battle Royale l'an passé et avait terminé second du Highroller des Winamax Pokus ne vas pas laisser passer l'occasion de se faire fabriquer un nouveau trophée à poser sur sa cheminée !

Marg a Table, lui, ne faisait que battre son record de gains sur Wina en carrière depuis quelques semaines : rien qu'en avril, il a terminé second du Highroller et du Prime Time, terminé 5e du Marathon Championship des Wina Series, et remporté le Rush Hour. Ce dimanche, il a mis la barre encore plus haut en remportant son premier titre sur un tournoi au buy-in à trois chiffres, avec un XTASE qui lui permet de battre à nouveau son meilleure score sur notre site : 8 449 €, dont plus de la moitié en bounties. Autant dire que lui non plus n'a pas été tendre avec ses adversaires...

XTREM 100 € - 229 inscriptions - Prizepool 20 610 €
Vainqueur : ViensMonAgno - 4 845 €

XTASE 100 € - 550 inscriptions - Prizepool 49 950 €
Vainqueur : Marg a Table - 3 768 + 4 681 €

À force de mater le Top 5 des mains de la semaine chaque lundi avec les trésors que vous nous envoyez à multiplex@winamax.fr, on en arrive presque à anticiper les catastrophes qui se préparent... Mais si on a réussi à prédire plus ou moins ce qu'il se passerait lors des quatres premiers coups, on n'avait pas pensé à la conclusion de la main n°1... Allez, à vous de jouer aux devinettes.

Soldiers of fortune


Un joueur nommé NL_Soldier qui gagne le Gladiator, ça ne s'invente pas. Et après être passé tout proche de la victoire cette année à plusieurs reprises (trois tops 10 Wina Series, un podium sur l'XTASE), il est enfin parvenu à rester le dernier debout dans l'arène, une perf' récompensée par son plus gros gain en carrière sur Winamax, 6 905 €. En parlant de guerriers, Spartan1 continue lui à mettre en pièce ses adversaires : déjà vainqueur du Battle Royale dimache dernier, le voilà qui crush maintenant le Rush Hour pour un peu plus de 4 000 €. dylan-62100, lui, avait également approché le Graal à plusieurs reprises, et l'a enfin ramené à Calais (si l'on en croit le code postal de son pseudo) en se hissant en tête du Top 50.

Un Starter pour continuer : Ajattelutapa, qui a gagné le Ninja et terminé 3e d'un event Wina Series en avril, a banqué un autre sympathique billet hier soir. Grand habitué de ces colonnes avec des victoires prestigieuses dans le Purple ou le Highroller notamment, yepaki s'offre une petite sucrerie avec le Monster Stack 50 €, tandis que TheMaxPower, 3e d'un Last Longer en février, a cette fois laché toute la gomme dans le Shooter.


Et tout le bazar...



Près d'un an après avoir gagné le Monster Stack 20 € et avoir terminé second du Flipper, Ekaitxo est toujours aussi à l'aise sur les tournois à 20 balles, en témoigne son titre dans le Tea Time, alors que qazar a mis la pagaille dans le Flipper, et qu'El_capeon a bien porté son pseudo dans le Monster Stack 20 €. Le Tea Time en mars, le Money Time en avril, et désormais La Fièvre pour débuter le mois de mai : Max Rope continue lui son rythme d'un tournoi brandé gagné chaque mois, lui qui a aussi réussi le petit exploit d'atteindre trois TF vendredi soir (Rocket, Ball Trap et Tornado) ! coolstack84 a fini par posséder tous les jetons dans le Night Club, tandis que Raise_Air en a mis partout dans le Guerilla. Cocox59, qui essaie d'habitude de mettre la daronne à l'abri en Expresso, a finalement vu que c'était tout aussi rentable de le faire en MTT sur le tournoi cher à Mohamed Henni...




Bravo à tous pour vos performances du week-end et bonne chance aux tables de Winamax cette semaine. N'oubliez pas : on diffuse en exclu une passionnante Trilogy pour occuper vos soirées !

Tous les tournois Winamax

Les pages à suivre

t in f wtv wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1483

MessagePosté le: 30/04/2021 14:10   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Fête du Travail ou pas, nos tables restent ouvertes ce samedi avant un dimanche d'apothéose très cinématographique.

Enfin une bonne nouvelle : si tout se passe bien (on croise tous les doigts, même ceux des pieds) les cinémas rouvriront le 19 mai. En attendant, pourquoi ne pas se chauffer sur une trilogie digne de Retour Vers le Futur, Le Parrain ou Camping ? On parle ici de la Trilogy Winamax, qui fait son retour dimanche avec une triplette d'épreuves 6-max KO offrant au minimum deux millions d'euros combinés. Les Day 1 seront à l'affiche tous les jours jusqu'au mercredi 12 mai : les héros ne s'étant pas fait buter à la fin du premier film seront au casting du Day 2 le soir même, avant la conclusion de la trilogie le lendemain.

Le Sunday Surprise de la semaine ? Une ode à la fainéantise. Un poème à la gloire de la paresse ! Oui, le plus surprenant des tournois de Winamax combine astucieusement deux des passe-temps préférés des branleurs de tout poil (dont, soyons honnêtes, nous faisons partie) : la sieste et la télé. Un plumard équipé d’un écran intégré : on le confesse, on ne croyait pas la chose possible avant que nos collègues du marketing ne nous soumettent le cadeau de la semaine. Mais c’est pourtant vrai. Notre foi en l’humanité (et le farniente) est donc restaurée. Ouf ! Zzzzzzz….

Que personne ne bouge, c'est un Hold-Up ! Non vraiment, ne bougez plus des tables de cash game GO FAST, sur lesquelles ne cessent de tomber depuis le début de semaines des bonus de type sonnants et trébuchants. Car oui, le Hold-up, c'est ça : un alléchant supplément allant de 5 à 500 blindes qui peut venir s'ajouter à votre prochaine main à n'importe quel moment. Et ce, sans que n'ayez rien besoin de faire ! Enfin, à part mettre le pied sur l'accélérateur une fois le magot à portée de main pour le ramener chez vous le plus vite possible. Attention quand même avant d'essayer de faire sauter la banque : la cagoule est non fournie.

Ce n'est pas parce que la Ligue 1 s'empare de Winamax TV dimanche soir (pour un Monaco-Lyon appétissant, avouons-le) que le poker bat en retraite sur notre grille de programmes. Bien au contraire. Dès ce vendredi soir, vous retrouverez ainsi le petit prodige Romain Lewis pour une nouvelle session Stream Gang en solo, suivi 24 heures plus tard du déluré Angelus. Dimanche soir, il faudra se tourner vers notre chaîne Twitch pour une nouvelle soirée MTT pleine d'action, avant de revenir sur Wina TV le lendemain pour l'habituel combo Multiplex Poker / Top of the Pok, avec Guillaume Diaz et PonceP en guise d'ultime duo de choc. Ça donne envie pas vrai ?

Vous vous souvenez des Winamax Live Sessions ? Mais si vous savez, ces parties de cash game high stakes endiablées entre pros, amateurs et regs méconnus tournées de le cadre cossu du feu Cercle Clichy-Montmartre. En trois saisons, l'émission nous a offert bon nombre de coups de légende, entre bluffs improbables et hero calls de folie. Justement, la main sortie de derrière les fagots pour ce dernier numéro en date du Check-Up rentre pile dans ces deux catégories. D'un côté, le représentant du Club Poker Damien, pas venu à la table des grands pour se laisser intimider ; de l'autre, Pierre, un habitué des cercles qui n'a pas peur de jouer gros. En guise d'arbitre, Pierre Calamusa, à table lors de ce mano a mano dantesque, qui l'analyse ici à froid. Alors : énorme spew ou coup de génie ? La réponse est dans notre article !

Oublions un instant l'omnipotent No-Limit Hold’em et penchons-nous sur les monomaniaques du poker, ces passionnés qui ont dédié leur vie à la maitrise d'un seul et unique format de niche. Depuis Billy Baxter, qui collectionne depuis 40 ans des titres en Lowball, jusqu’à Andy Beal, milliardaire ne jouant qu'en Limit Hold’em en heads-up, en passant par Loren Klein, roi du PLO en tournoi : voici notre Top 5 des plus beaux spécimens de spécialistes.

Seulement 18 mois après avoir découvert les tables de Winamax, Jérémy alias « Zumbacafew09 » s’est fait un nom en remportant le Million Event des Winamax Series. Entretien avec un débutant déjà bien gagnant.

Si vous suivez l’actualité online et passez vos soirées sur notre chaîne Twitch, vous connaissez forcément leurs visages et leurs pseudos. Eux, se sont les shérifs, vainqueurs haut la main du KING5 après une prestation implacable en finale contre l’équipe menée par un certain Guillaume Diaz. Luxusreisen, Rosalie "FallGirl" Petit, IllicoBusto, Chevre.Miel et Cap Haddock : ces stars du poker en ligne tricolore vont donc prochainement s’assoir en freeroll à la table du plus beau tournoi du monde, le Main Event des WSOP. Pour les quatre cinquièmes d’entre eux, il s’agira de leur tout premier pèlerinage à Las Vegas ! En attendant ce baptême de feu, jetez-vous sur notre récap de la dernière soirée de notre championnat par équipes.

Jeudi soir s'est achevé le deuxième plus gros Main Event de l'histoire de Winamax (derrière l'indétrônable édition à un million d'euros), avec plus de 800 000 € distribués. Une telle somme qui ne pouvait engendrer qu'un gagnant XXL, qui en a récupéré à lui tout seul plus de 10%. Au terme d'une finale à rebondissements et d'un heads-up mené tambour battants, _Wallah_ s'est offert le premier prix de 47 780 €, augmenté de - tenez-vous bien - 32 230 € de bounties. Une performance de très haut niveau, disséquée dans notre article dédié, replay à l'appui.

Nous ne sommes pas tous égaux face au risque. Notre tempérament naturel, notre éducation ou encore nos expériences passées sont autant de facteurs qui influent plus ou moins consciemment sur notre capacité à vouloir sortir de notre zone de confort. En partant de l'exemple - extrême certes - de l'entrepreneur à succès Oussama Ammar, Aladin Reskallah vous livre dans son blog paru cette semaine les clés pour épouser pleinement L'amour du risque.

Volatile au-dessus d'un nid de requins


Semaine de Coupes d'Europe oblige (et ce sera la même chose lors des jours à venir), seul l'ami volatile38 a eu les honneurs de Top of the Pok lundi dernier, pour une session coupée en deux mais deux fois plus intéressante que d'habitude (si, si). Si vous préférez le poker amateur, direction le replay du Multiplex Poker pour admirer Veunstyle en plein Hold-Up aux tables de GO FAST, . Et si vous êtes en manque de bad beats, le Top 5 devrait comme d'habitude vous rassasier.

Bonne chance à tous aux tables et bon week-end sur Winamax ! 


Les pages à suivre

t in f wtv wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 265

MessagePosté le: 30/04/2021 10:32   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

_Wallah_, promesse tenue

Chipleader de la finale, puis winner du tournoi : le vainqueur du Main Event 500K a su mener sa barque pour encaisser plus de 80 000 €. À revoir en replay.

806 208 € de prizepool : vous ne rêvez pas, c'est bien la dotation distribuée lors du Main Event de cette semaine, ce qui en fait l'un des plus gros de l'histoire de Winamax. Il faut dire que l'offre était alléchante avec 12 Day 1, un tournoi joué en mode Knockout et surtout un garanti de 500 000 €, qui a donc volé en éclats grâce aux plus de 7 000 inscriptions à 125 € recensées ! Résultat : pas moins de 884 joueurs ont pu atteindre les places payées, avec certaines têtes connues dans le top 100 comme IOwnUFrench (93e), Cap Haddock (67e), Petitbamboo (65e), JASONDU52 (48e), Toxikull (34e), RealLuckBox (19e) ou encore Cyril Gane (8e), qui a donc bullé la table finale à sept.

En revanche, tout roulait à ce moment pour _Wallah_, confortable chipleader pour aborder le dernier acte de ce tournoi exceptionnel et aller chercher les 47 780 € (sans compter les bounties) promis au vainqueur. Cependant, il voit vite revenir sur lui son dauphin Veloutaaax, mais rabat le caquet à la main #25 d'un Wololo. tombé à moins de cinq blindes (7e pour 11 223 €, bounties inclus). C'est ensuite Veloutaaax qui va se charger d'envoyer promener - avec volupté - FFS STFU (6e pour 15 377 €) qui doit encore regretter d'avoir slowpayé sa paire d'As. Les Pockets Rockets, une main contre laquelle Ageless92 va prendre un coup de vieux fatal un peu plus tard (5e pour 18 033 €) via chakani, tandis que Veloutaaax commence à se détacher sérieusement en tête, compilant la moitié des jetons en jeu à quatre joueurs restants après avoir pris quelques pots moyens à _Wallah_ (mains #59 et #63). La situation va rester quasiment en l'état durant une petite cinquantaine de mains, avant qu'un chakani réduit à moins de dix blindes ne mette son tournoi en jeu préflop contre _Wallah_, qui ne lui laissera aucune chance (4e pour 27 236 €). Favori pour être le prochain sortant sur la liste avec 20 Big blinds en sa possession contre 50 BB chez _Wallah_ et 103 BB chez Veloutaaax, ZzwoufwoufzZ parvient pourtant à doubler (main #117). Mais l'embellie ne dure pas longtemps : cinq mains plus tard, il se heurte à ce qui restera comme LA main de cette finale, une paire d'As - chez _Wallah_ cette fois -, terminant sur le podium pour 35 377 € et concluant en beauté un mois d'avril qui l'avait déjà vu remporter le Go Fast il y a deux semaines.


Résultat, c'est un duel équilibré qui débute alors entre les deux chipleader au départ de la TF : mais Veloutaax annonce tout de suite la couleur pour prendre l'ascendant en partant à tapis de façon osée (main #123). Le début d'un heads-up survitaminé : _Wallah_ se refait tout de suite la cerise et se détache en quelques mains seulement (main #131 notamment), jusqu'à posséder cinq fois plus de jetons que son adversaire après la main #137, qui fera plaisir aux amateurs de home games. À cet instant aucun des deux joueurs n'a encore foldé préflop depuis le coup d'envoi du mano à mano... Après un HU où seulement deux coups se seront achevés sans voir les trois premières cartes, Veloutaax rend finalement les armes 15 mains plus tard, pour n'avoir pas su trouver le bouton fold contre la quinte floppée et bien camouflée de  _Wallah_. Il encaisse tout de même un très beau chèque de 53 785 €, lui qui avait déjà gagné le Shooter et terminé 3e du Prime Time cette année. Quant à _Whalaa_, il a donc su emmener son stack dominant en début de TF jusqu'à la victoire finale en 153 mains, et ramasse pas moins de 82 011 €, dont une grosse partie en bounties, lui qui avait déjà terminé ce Main Event... en 13e place la semaine dernière et 15e fin mars. Et selon nos archives, il s'agit du second plus gros gain distribué depuis la création du tournoi. On en connait un qui a bien fait d'insister... Revivez sa victoire en replay :


Main Event KO 500K - Du 25 au 29 avril
7 072 entrées (dont 1 199 re-entries) - Prizepool : 806 208 € 


Classement complet du Main Event


Après cette version XXL, le Main Event retrouve son habillage plus habituel mais jamais démodé la semaine prochaine : 150 000 € garantis et six Days 1 du dimanche 2 mai à 16 heures jusqu'au mardi 4 mai à 18h30 (accessibles via un buy-in de 125 € ou nos satellites à 10 €), avant le Day 2 mardi à 21 heures. Il y a encore moyen de se faire un très beau billet...

Le Main Event sur Winamax

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34242

MessagePosté le: 30/04/2021 07:56   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : Les spécialistes

Le No-Limit Hold'em ? Très peu pour eux ! Focus sur ces joueurs atypiques qui ont dédié leur carrière et construit leur légende autour d'une seule variante.



Depuis le début du siècle, que ce soit du côté des initiés ou du grand public, lorsque l'on entend le mot "poker", on pense avant tout au No-Limit Hold'em. Pourtant, il fut un temps pas si lointain ou le "Vegas sans limite de pot" n'était qu'une déclinaison exotique de plus, cantonnée aux seconds rôles, dans l'ombre de ce bon vieux poker fermé, du Stud ou encore du Omaha. S'il parait inconcevable aujourd'hui d'espérer vivre du poker sans en passer par le NLHE, ce que l'on appelle désormais "les variantes" restant l'apanage des World Series of Poker ou des tables de cash game les plus chères de la planète (live comme online), ils sont nombreux à être passés à la postérité sans crier all-in à tout bout de champ. Limit Hold'em, Stud, Deuce to Seven, PLO et PLO8 : en plus d'être Américains, les cinq joueurs suivants ont tous comme point commun d'avoir consacré la quasi-intégralité de leur carrière poker à un jeu bien spécifique, ne s'autorisant que sporadiquement des sorties sur d'autres variantes. Dans ce Top 5, on ne parlera donc pas de génies touche-à-tout comme Chip Reese (la légende qui a donné son nom à l'actuel trophée remis chaque année au vainqueur du Poker Players Championship à 50 000 $), des Frenchies Alexandre Luneau et Sébastien Sabic, de Michael Mizrachi (triple vainqueur dudit PPC) ou encore de Phil Ivey (10 bracelets, aucun en No-Limit Hold'em). Nous consacrons ici les monomaniaques, les vrais ! Prêt à voyager à travers cinq univers alternatifs ?

Billy Baxter (formats "lowball")



Cela fait maintenant 45 ans que Billy Baxter gagne sa vie aux paris sportifs, et aussi au poker… et pourtant, le natif d’Augusta, Géorgie passe son temps à fold des brelans, râle quand il reçoit une paire d’As, et abandonne systématiquement ses tirages couleur. Forcément : le père Billy n’aime que le poker pratiqué en format « Lowball » (Nullot en VF). Visez un peu son palmarès sur les World Series of Poker : sept bracelets remportés entre 1975 et 2002, mais zéro de gagné dans les variantes « high » traditionnelles telles que le Hold’em ou le Omaha ! C’est simple, il n’y a qu’un seul joueur au monde qui a réussi à faire mieux aux WSOP sans avoir jamais triomphé sur un tournoi de NLHE : Phil Ivey et ses 10 bracelets. Bref, son kif’ à Billy, c’est les mains pourries. Rien ne l’amuse plus que d’aller chercher une belle hauteur 7 en Deuce to Seven ou le « Ace-to-Five » synonyme de nuts en Razz. Lui qui a connu les premières éditions des WSOP avec les Doyle Brunson, Johnny Moss et autres Jack Strauss au milieu des années 70 a carrément attendu l’année 1997 pour signer sa première place payée sur une variante non-low ! Par la suite, la déferlante No-Limit Hold’em et la raréfaction progressive des variantes exotiques l’ont amené à démontrer qu’il savait aussi jouer le haut : en 2010, on l’a par exemple vu en finale du gros WPT à 25 000 $ du Bellagio. Mais qu’importe : ce vieux de la veille, intronisé au Hall of Fame en 2006 et à qui on doit aussi d’avoir stacké l’incroyable come-back de Stu Ungar sur l’édition 1997 des WSOP, reste aujourd’hui le Saint-Patron indéboulonnable des formats Lowball. - Benjo

Loren Klein (Pot-Limit Omaha)



Vous balader dans les méandres de Hendon Mob vous apprendra que le site de référence niveau statistiques propose des classements sur à peu près tout, y compris les plus gros gagnants par variantes. Ce qui, avouons-le, s'est avéré plutôt pratique au moment d'attaquer la rédaction de ce Top 5. Sauf que pour un jeu aussi populaire que le Pot-Limit Omaha, un bête classement ne suffit pas pour trouver LE représentant numéro 1 de la discipline. Tout en haut des charts, Stephen Chidwick a encaissé la majorité de ce pactole sur un tournoi, le Highroller à 25 000 $ des WSOP 2019, mais l'anglais reste avant tout une figure du No-Limit Hold'em. Le match avait donc lieu un cran plus bas, entre deux figures du poker outre-Atlantique et notamment des WSOP : Tommy Le et Loren Klein. Avec respectivement 2,2 et 2,3 millions de dollars amassés aux World Series rien qu'en PLO, c'est finalement le palmarès qui a tranché, en faveur du second. Il faut dire que l'homme à la casquette MAGA (ce qui ne lui a pas attiré que des fans) a réalisé à l'été 2019 un exploit hors normes, uniquement accompli par Doyle Brunson et Billy Boyd avant lui : remporter au moins un bracelet chaque année, quatre ans de suite. Si ce chiffre nous intéresse, c'est parce que deux de ces titres ont été obtenus en Pot-Limit Omaha : en 2017 sur un 1 500 $ face à 869 adversaires (231 483 $ de gains) et douze mois plus tard sur le tant convoité Championship à 10 000 $, pour un joli million de billets verts, son unique gain à sept chiffres à ce jour. Pour encadrer ces deux bracelets, on se doit évidemment de mentionner le Mixed Hold'em/PLO à 1 500 $ qui a lancé la série en 2016 (241 427 $) ainsi que le Mixed Big Bet à 2 500 $ raflé donc en 2019 (127 808 $), rassemblant sept variantes dont le PLO. Et l'histoire aurait pu être encore plus belle s'il avait converti ses deux autres heads-up, toujours en Pot-Limit Omaha, en 2010 sur un tournoi à 2 500 $ et en 2016 sur le déjà cité Championship, passant tout près d'un doublé en moins d'une semaine. À l'époque, il avait terminé juste devant Tommy Le... qui remportera cette même épreuve l'année suivante. Finalement, c'est un petit monde le PLO... - Flegmatic (Crédit photo : Antonio Abrego / PokerNews)

Andy Beal (Limit Hold'em en heads-up)



Une vieille légende raconte que lorsque Bill Gates se rend à Las Vegas, il ne dit jamais non à une session de cash-game... Mais vous ne trouverez pas le milliardaire dans la section high stakes du casino. Non, le fondateur de Microsoft sait parfaitement se contenter d’une petite partie de Limit Hold’em low cost, aux limites 3$/6$ ou 4$/8$. Impitoyable dans les affaires, Gates redevient un agneau inoffensif lorsqu’il s’assoit à une table, son raisonnement étant que sa fortune est tellement démesurée que jouer la partie la moins chère du casino lui procurera exactement les mêmes sensations que la plus chère… Rien de tout cela avec Andy Beal. Beaucoup moins médiatique que le papa de Windows mais (presque) aussi riche, le banquier et investisseur Texan ne quitte jamais son costume de compétiteur... et il ne lui faudra que très peu de temps après avoir été piqué par le poker pour s’installer aux plus hautes sphères des high stakes.

Se promenant au Bellagio un soir de février 2001 après une journée à négocier différents business deals, le self made man s’assoit à une modeste table de Limit Hold’em 15$/30$. C’est seulement la deuxième fois de sa vie qu’il joue en casino. Son truc à lui, c’était plutôt le black-jack : vingt ans plus tôt, ce mathématicien doué comptait les cartes sans effort, se faisant régulièrement bannir des casinos qu’il plumait ainsi. Mais aujourd’hui, il est beaucoup trop riche pour que la manœuvre le fasse encore bicher. Alors ce soir, ça sera poker. Sauf qu’après quelques orbites (et malgré quelques centaines de dollars gagnés), Beal s’ennuie ferme. Direction l’échelon supérieur et la table à 80$/160$, la moins chère de l’étage high limit. S’emmerdant toujours autant, Andy file au lit… pour revenir le lendemain et s’installer en 400$/800$. Ah, là ça commence à être intéressant : il n’y a que des pros à table, et surtout il y a moins de monde : le rythme de cette partie short-handed est plus nerveux, ça relance à tout va et il est possible de bluffer. Andy Beal s’amuse… et gagne ! Papotant à la sortie avec un des pros qu’il a battus, un certain Todd Brunson, Andy Beal déclare : « La prochaine fois, je veux jouer plus cher. » Haussement d'épaules en face : « OK, pas de problème. » Andy précise sa pensée : « J’aimerais jouer 10 000$/20 000$. » Brunson se retient d’éclater de rire : difficile de prendre au sérieux ce total inconnu proposant de but en blanc de multiplier par 20 des enchères déjà bien élevées. Mais Andy Beal tient parole : le lendemain, il s’installe à la fameuse Table One du Bellagio pour une partie 1 000$/2 000$ contre Doyle Brunson, Chip Reese, John Hennigan, Jennifer Harman, Chau Giang, et Todd Brunson. Beal fait face au all star game de l’époque mais va pourtant insister pour augmenter les enchères à plusieurs reprises, convainquant les pros de grimper jusqu’à 4 000$/8 000$, arrivant quasiment à l’objectif lâché nonchalamment la veille au fils Brunson. Incroyablement, il sort gagnant de cette partie de la mort. Le voilà piqué.

Loi immuable du poker high stakes : le pigeon dicte toujours les règles du jeu. Ainsi, lorsque le riche amateur Andy Beal revient à Vegas en exigeant de jouer heads-up, et uniquement heads-up, les pros s’empressent d’accepter. Ils n’ont pas trop le choix, en vérité. Le milliardaire veut maintenant porter les enchères à 15 000$/30 000$ ! Afin de réunir les fonds nécessaires pour l’affronter à ces limites inédites pour eux, les voilà obligés de mettre leurs bankrolls en commun. Ainsi prend forme « The Corporation », groupement informel des plus gros pros de cash-game de Vegas et de la côte Ouest, qui allaient passer le plus gros des cinq années suivantes à défier Beal chacun à leur tour.



Il faudrait un livre entier pour raconter ces affrontements légendaires, qui n’ont eu lieu que derrière les portes fermées des sections high stakes de Vegas, loin des caméras et des journalistes… et ça tombe bien car il a été écrit, ce bouquin : The Professor, the Banker and the Suicide King, bestseller de Michael Craig à lire absolument mais hélas jamais traduit en français. Ce qu’on en retient : même si au global le génie des affaires Andy Beal a perdu de l’argent contre les pros (combien ? Difficile à estimer, ce milieu opaque conservant toujours une bonne partie de ses secrets) et plus ou moins jeté l’éponge définitivement en février 2006 après une série de sessions cauchemar contre Phil Ivey, il fut loin, même très loin d’être ridicule. Le bouquin théorise carrément qu’après trois ans à fréquenter le plus haut niveau, Beal a fini par connaître les maths par coeur, et développer une stratégie de Limit Hold’em illisible, dénuée de tells et très difficile à contrer. La cible était devenue mouvante : à force de jouer les meilleurs en heads-up, Andy aurait donc fini par devenir l’un d’entre eux. Disposant d’une bankroll illimitée et ayant compris que le seul moyen d’avoir une chance contre les pros était de les prendre à la gorge en jouant toujours plus cher, il leur a donné quantité de sueurs froides, passant tout près de les broke à plusieurs reprises. Citons notamment ce pot de 11,7 millions de dollars – le plus gros de l’histoire du poker ? - gagné le 13 mai 2004, alors qu’il était parvenu à les convaincre de monter les enchères à 100 000$/200 000$. Des enjeux stratosphériques qui restent à ce jour inégalés à une table de poker... Qui a dit que le Limit Hold’em était chiant à mourir ? - Benjo

Franckie O'Dell (Omaha High-Low)



Si le Pot Limit Omaha est bien la superstar du poker à quatre cartes, une autre variante reste très appréciée de bien des spécialistes : l'Omaha High/Low 8-or-Better, souvent abrégé en Omaha High-Low ou PLO8. Et cette variante, un joueur semble la chérir et la maîtriser plus que d'autres : Franckie O'Dell. En effet, sur les 40 titres qu'il a remporté durant sa longue carrière en tournois live (son premier résultat recensé date de 1997), ce joueur américain en a validé pas moins de 15 en Omaha Hi-Lo ! Et encore, on ne compte pas les victoires du Californien dans quelques tournois de PLO8 couplés avec une autre variante, ni celles sur des épreuves de MTT multi-variantes incluant le jeu préféré de notre héros. Mais surtout, parmi tous ses titres dans la variante, Franckie O'Dell a eu à trois reprises l'occasion de se faire tirer le portrait au Binion's puis au Rio après s'être vu remettre un bracelet WSOP en PLO8 ! Cet adepte assumé d'un poker « old school » est le premier, et pour l'instant le seul, à avoir réussi cet exploit dans la variante, les légendes Chris Ferguson, Scotty Nguyen et Daniel Alaei se contentant de deux breloques. Le braquage a commencé dès 2003, avec un sacre sur un 1 500 $ Omaha Hi-Lo Split (pour un gain de 133 760 $), puis s'est poursuivi en 2007 sur un event similaire à 2 000 $ (pour 240 057 $), avant la consécration ultime douze années plus tard : le couronnement dans le plus prestigieux des tournois de la variante au monde, le 10 000 $ Omaha Hi-Lo 8-or-Better Championship. Cet adepte du trash-talk (ce n'est visiblement pas pour rien qu'il a été coaché par Mike Matusow, l'une des autres références de ce jeu), qui selon sa bio sur sa fiche Hendon Mob a fait montre d'un style très agressif pour s'adjuger cette épreuve devant 182 adversaires, encaissa ici 443 641 $, son second plus gros gain sur les presque 3 millions de dollars accumulés depuis le début de sa carrière. Franckie O'Dell pourra-t-il encore repousser les limites de l'Omaha High-Low ? - Rootsah

Larry Flynt (Stud)



Le seul joueur de ce Top 5 dont la vie a été adaptée au cinéma - et par Milos Forman, qui plus est : il est vrai que l’existence de Larry Flynt, décédé en février dernier à l’âge de 78 ans, fut en tous points hors-normes. Naissance dans la pauvreté durant la Seconde Guerre Mondiale, des études abandonnées bien avant le bac, et l’armée dès 15 ans, grâce à des papiers trafiqués… Voilà pour la jeunesse. Un amuse-gueule avant sa vie d’adulte, qu’il va consacrer entièrement au vice et à la luxure, ouvrant ses premiers bars topless avant trente ans avant de se lancer dans la presse papier. C’est le début de la richesse, mais aussi des vraies emmerdes : son Hustler Magazine est la première feuille de chou à montrer du nu intégral, avec organes génitaux bien visibles sous tous les angles. Les années 60 et la libération des mœurs sont derrière nous, mais Larry est encore un peu trop en avance sur l’Amérique puritaine. Résultat : menaces, procès en pagaille, condamnations – à de la prison ferme ! Mais Larry tient bon : se rangeant derrière l’indéboulonnable Premier Amendement de la Constitution US, il défend son droit à la liberté d’expression, fut-elle crue et hardcore. Son combat le mènera jusqu’à la Cour Suprême, qui tranchera en sa faveur en 1988.

Quel rapport avec le poker ? On y vient, le 6 mars 1978. A la sortie d’un des procès cités plus haut, Larry se fait tirer dessus par un fanatique raciste, qui avait coulé une bielle en feuilletant l’un de ses magazines : on pouvait y observer des attouchements interraciaux. Larry survit et prendra publiquement position contre l’exécution de son bourreau, mais il ne quittera plus jamais un fauteuil roulant entièrement plaqué or. On dit que le poker est l’activité la plus violente que l’on peut pratiquer assis : laissant son empire porno prendre tranquillement de l’ampleur (notamment grâce au nouveau et très rentable secteur de la VHS), Larry s’installe donc à la table de poker.



A l’armée, Larry pratiquait le Stud, le format plus populaire à l’époque. Les modes n’y changeront rien : jusqu’au bout, c’est cette variante prisée des joueurs de la côte Est qu’il préférera avant toute autre. Maintenant richissime, c’est contre les meilleurs qu’il se frotte, accueillant les ténors de la discipline directement à domicile : le Larry’s Game devient la partie privée la plus chère et la plus courue des années 80 puis 90, avant de déménager en 2000 dans le tout nouveau Hustler Casino en bordure de Los Angeles. Des générations de pros y ont défilé : Stu Ungar, Doyle Brunson, Barry Greenstein, Ted Forrest, Phil Ivey… « Tous ces mecs nourrissent leurs familles grâce à moi », plaisantait souvent Larry à propos de cette game à 4 000$/8 000$ où il régalait tout le monde en dîners, liqueurs et surtout en jetons. Mais Larry ne faisait pas que perdre contre les pros : il stackait aussi les aspirants pros en quête d’un avenir, comme un certain Thor Hansen, qu’il prit sous son aile lorsque le Norvégien vint s’installer aux States. Peu nombreux sont ceux qui ont eu la chance d’affronter ce personnage hors-normes au cours de son habitat naturel. Sa fiche Hendon Mob ne renseigne que deux résultats hors de chez lui : une finale sur un tournoi à… 30 € (!) à l’Aviation Club de France (!!) en 2008, et une finale en Stud sur l’édition 2000 des WSOP. Il faut dire que Larry a longtemps été banni des Championnats du Monde : lors de l’édition 1988, il avait cru bon, pour gagner un last longer contre Doyle Brunson, de payer en loucedé des joueurs pour qu’ils lui filent leurs jetons… Larry : ça, c'était vraiment trop pervers. - Benjo

Envie de vous spécialiser ? Sur Winamax on joue aussi en Omaha, en Razz, en 5-game, voire en 8-game. Il y a moins de monde, mais les tarifs sont doux et on s'y amuse autant qu'en No-Limit !

Tous nos Tops 5 poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34242

MessagePosté le: 28/04/2021 15:46   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Zumbacafew09 : 'Je suis encore débutant !'

Jérémy a commencé à jouer il y a seulement 18 mois, mais il s’est montré très organisé sur le Million Event des Winamax Series. Entretien avec un vainqueur à 84 027 €.



L’inflation, ça a parfois du bon. Un exemple (au hasard) : les tournois de Winamax. Lorsque nous avons programmé pour la toute première fois un tournoi atteignant le cap symbolique d'un million d'euros de dotation garantie, le prix d’entrée avait été fixé à un niveau élevé : 150 €. Un tarif de pros, du moins pour une épreuve online. Mais nous étions alors en janvier 2014 : entre temps, deux ou trois choses ont changé sur Winamax. Déjà, vous êtes un peu (beaucoup) plus nombreux à fréquenter le lobby MTT qu’il y a huit ans. Ensuite, les formats Flight et re-entry font maintenant partie intégrante du paysage : on compte parfois plus de 40 Day 1 au programme de nos tournois les plus importants. Résultat : tandis que le Million Event version « pro » a explosé et voit désormais son nom précédé d’un chiffre de plus en plus gros (4 millions d’euros garantis aux dernières nouvelles), un Million Event « low cost » est systématiquement programmé pendant les Series, à un tarif de 15 €. Dix fois moins cher, donc dix fois plus accessible aux amateurs, bien entendu. Atteignant le sommet d’une pyramide de plus de 100 000 inscrits sur le Million Event des dernières Winamax Series il y a deux semaines, Zumbacafew09 est l’un de ces récréatifs qui ont goûté à l’extase d’une victoire indélébile et explosé un high score digne des pros : plus de 80 000 €, soit 5 300 fois son investissement de départ.

Joint par téléphone dans l’Ariège, Jérémy (son prénom dans le civil) nous confirme son statut de joueur amateur. Un amateur de 24 ans plutôt « vert », qui plus est. « Je suis encore assez débutant ! Je ne joue au poker que depuis un an et demi. Je suis un joueur de week-end, j’aime bien les tournois à 5 ou 10 euros l’entrée, comme La Fièvre. » 18 mois ? Cela nous ramène à la fin de l’année 2019. De là à imaginer que c’est le premier confinement qui a permis à Jérémy de perfectionner son jeu et poser les premiers jalons d’une perf inoubliable, il n’y a qu’un pas que l’on franchit allègrement. Dans le mille : « Je suis commercial. Un travail où l’on se couche tard et se lève tôt. Mais en mars 2020, mon activité s’arrête complètement. J’ai eu plus de temps à consacrer au poker le soir… » Ce trou dans l’agenda, Jérémy va le remplir avec un joli matelas d’euros : début mai, cet oiseau de nuit atteint le podium d’un Monster Stack de minuit pour 1 500 € (sous son pseudo précédent, Jereems09), avant d’enchaîner une semaine plus tard avec une victoire à 3 500 € sur un autre tournoi pour couche-tard, le Night Club.

Deux belles perfs, pour sûr… mais qui semblent désormais bien riquiqui comparées à l’exploit réalisé sur le Million Event. On vous rebat les oreilles avec les sommes (astronomiques) mises en jeu : peut-être qu’on ne parle pas assez du marathon qu’il faut courir pour aller les chercher ? Douze ou treize heures de jeu dans le cas présent, étalées sur trois jours. Crevant, le Million Event ? Eh bien pas tant que ça finalement, d’après Jérémy : « Ce n’est pas fatiguant, car à mesure que le temps passe, on y croit de plus en plus, l’excitation augmente, on est à fond et petit à petit on commence à se dire qu’on va aller au bout. » Mais d’ailleurs, à partir de quel moment la croit-on vraiment possible, cette victoire ? La réponse vient du tac au tac : « Lorsque je me suis qualifié pour le Day 3. » Il est vrai que Zumbacafew09 figurait en 15e position au chip-count à l’entame du dernier jour… « À ce moment, il ne reste plus que 100 joueurs sur 100 000. Ensuite, à chaque nouvelle pause, je me disais : ‘Je me rapproche. On y est presque.’ »

Son Day 3, joué entièrement sur mobile (« mono-tabling et focus à 100 % »), fut émaillé de multiples embûches. « J’ai été changé de tables six ou sept fois, et je ne recevais pas de bonnes cartes. » Son tapis fond jusqu’à le placer en toute dernière position au classement alors qu’ils ne sont plus que 65 en course. « J’étais au fond du seau ! » Lui est alors servie une main très facile à jouer à fond : As-Dame. Jérémy se retrouve logiquement à tapis. Problème : il doit affronter… deux Rois ! Les cartes défilent à toute vitesse sur l’écran : 4, 4, encore un 4… une Dame… « Je me disais : ‘OK tant pis, finir 65e c’est déjà pas mal.’ » Ouf, un As sur la rivière le remet in extremis sur les rails ! Un peu plus tard, le voilà assis autour de la dernière table avec le deuxième plus gros tapis : 32 BB.


Qui veut aller loin ménage sa monture : la finale de Zumbacafew09 n'a véritablement débuté qu'à la main numéro 86


C’est quoi le plan, quand on débarque pour la première fois en finale de l’un des plus gros tournois de l’année, après avoir surclassé plus de 100 000 joueurs ? Zumbacafew09 va opter pour une approche prudente, sans fioritures inutiles, avec des mains de départ soigneusement sélectionnées et jouées agressivement. Un poker simple et efficace, quoi ! Et pas le pire choix quand on considère la différence de facteur cinq entre la septième place et la victoire, sans compter les primes. « J’attendais les éliminations. De toute façon, je n’ai pas eu beaucoup de jeu, je ne faisais que coucher. » Après les deux premières orbites, plutôt animées (deux éliminations en 15 mains) suivra une très longue phase 5-handed (70 mains). L’augmentation des blindes allait faire mal à tous les tapis, y compris celui du futur vainqueur : Jérémy tombera aussi bas que 8 blindes. Ce n’est qu’à quatre joueurs restants, (après l’élimination de l’ex-Team Pro Florian Decamps) que Zumbacafew09 parviendra à redémarrer le moteur. « J’ai eu cette chance en finale, c’est que tous les coups que j’ai joués se sont bien passés. » Arrivant en heads-up en n’ayant éliminé qu’un seul de ses adversaires en finale, il ne lui suffira que d’un (gros) flip gagnant pour reprendre l’avantage face à Inauspicious, avant de porter le coup fatal deux mains plus tard. Simple, basique… et surtout très lucratif.

Ce titre sur le Million Event (et les 84 000 euros qui vont avec), Jérémy est encore en train de le digérer. Il conviendra de le fêter, mais pas tout de suite. « Je me suis posé tout le week-end, le temps de laisser retomber les émotions. Mais oui, je vais faire profiter les amis et la famille. Mes parents étaient branchés sur Winamax TV… » Et ensuite ? Un projet immobilier, déjà échafaudé avant cette victoire, devrait pouvoir se concrétiser un peu plus rapidement… En attendant, celui qui pratique aussi le football en amateur dans un club de bons vivants (« Je suis fan de l’OM, mon pseudo vient du titre Bande Organisée qu’on chante dans les vestiaires ») compte conserver le pseudo qui l’a rendu célèbre sur Winamax. Jérémy attend avec impatience la prochaine édition des Winamax Series en septembre… mais aussi sa prochaine partie live entre copains. « Ils ne sont pas au courant de ma perf’ ! Comme d’habitude, ils vont me traiter de pigeon, mais moi dans ma tête je saurai que… (rires) »

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 265

MessagePosté le: 27/04/2021 08:22   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Le Check-up : qui bluffe qui ?

Des relances dans tous les sens, sublimées par un hero call de dingue : avec Pierre Calamusa à l'analyse, revivez l'une des mains les plus épiques des Winamax Live Sessions.


Ah, les Winamax Live Sessions. Pour sûr, elles nous ont fait kiffer. Il faut dire que mater des parties filmées de cash-game entre joueurs de tous niveaux et VIP, qui s'écharpent dans une ambiance bon enfant façon home game, avec des milliers d'euros mis en jeu... On ne risquait pas de s'ennuyer. Et évidemment, outre la main de fou qui va nous intéresser dans cet article, on s'y est régalé avec des coups d'anthologie : on vous a déjà raconté les bluffs de Khalid Ayadi contre Davidi Kitai, ce même Kitbul a expliqué le pourquoi de son call devenu légendaire contre Alexandre Luneau, et ce dernier n'a pas manqué de revenir sur ses folds montrueux. Sans oublier les mains rigolotes jouées avec 7-2.

Dans ce nouveau numéro du Check-up, on va donc se rejouer le film d'une main, qui, si elle ne concerne pas les acteurs les plus connus du casting, vaut largement son pesant de cacahuètes. On y retrouve ainsi tous les ingrédients d'un coup explosif : jeu loose, floating, bluff, pour finir en apothéose par un hero call sévèrement burné. Une main qui fait feu de tout bois et dans laquelle un Pierre Calamusa clairement emballé par l'action - il avait assisté à l'échange d'amabilités en direct - va tenter de mettre un peu de logique avec son esprit d'analyse aiguisé.


On se retrouve donc au 8ème épisode de la troisième saison des Winamax Live Sessions. De nouvelles têtes viennent d'arriver à table : Kool Shen, notre rappeur-joueur membre du Team Pro W ; Damien Delbrun, plus connu sous le pseudo Pythonio sur Club Poker, le forum l'ayant choisi lors d'un vote pour qu'il fasse parler son légendaire grain de folie à table ; et enfin Pierre Husson, un régulier des tables hautes limites du Cercle Clichy-Montmartre (qui accueillait le show), sélectionné pour ses compétences en cash game live. Et les deux derniers vont très vite montrer qu'ils ne sont pas venus pour faire de la figuration, puisqu'ils vont s'en donner à cœur joie au bout de quelques mains seulement.

PRÉFLOP

Dans un pot non ouvert (c'est rare !), les deux joueurs se retrouvent en bataille de blindes. Damien complète sa Small blind avec un connecteur suité à deux trous, 8Coeur 5Coeur , tandis que Pierre décide de relancer pour 4 fois le montant de la Big blind avec QTrèfle4Pique. Le qualifié CP s'aligne pour voir le flop.


L'analyse de Pierre Calamusa : 

Le coup se joue 100 BB deep. Le limp de Damien est bon, il a investi 10 € dans le coup et sa main doit être jouée compte-tenu de la cote attractive qui lui est offerte. Le fait que sa main soit suitée et légèrement connectée lui donne une bonne jouabilité postflop. Pierre découvre Q4o et décide de surrelancer pour quatre fois la BB. Ce n'est pas un play que je conseille dans cette configuration : j'étais présent à la table et Damien avait clairement fait savoir qu'il n'était pas question pour lui de jouer scared money, qu'il était là pour faire le show. Face à un adversaire qui n'a visiblement pas l'intention de beaucoup limp/fold, il me parait beaucoup plus judicieux de faire l'inverse que ce que Pierre a fait, à savoir iso-raise très large en value (ce qui revient à merger son range de value/raise). Il vaut mieux inclure dans sa range de bluff des mains plus connectées comme par exemple 63o, qui vont mieux se comporter après le flop que Q4, qui ne floppera aucun bon tirage et qui même dans le cas très favorable où l'on floppe la top paire aura beaucoup de mal à tirer plusieurs streets de value. Sans surprise, Damien paye.

FLOP : 3Pique4Carreau KCoeur

Damien n'a rien de mieux que des backdoors et check, laissant Pierre, qui vient de toucher la seconde paire, effectuer son continuation-bet à 60 €. Son adversaire décide de payer hors de position, avec peut-être une petite idée derrière la tête...

L'analyse de Pierre Calamusa : Très bon flop pour Pierre Husson car il favorise l'agresseur et lui offre une paire. Pythonio check et Pierre c-bet 40% du pot. Rien à redire, c'est le bon play ici, sa paire de 4 a besoin de protection et au cas où elle ne serait pas devant Pierre a encore 5 outs clean pour toucher une très forte main. Surprise, Damien décide de payer ! C'est ce qu'on appelle un reverse float, c'est-à-dire payer sans rien au flop pour soit bluffer son adversaire plus tard dans la main, soit pour toucher une paire ou un tirage et gagner la main à l'abattage. Même si je comprends l'idée, ce move ne me parait pas adéquat : Pierre Husson est un joueur aggressif et plutôt calling station, soit le pire profil possible pour tenter un reverse float ! 

TURN : 3Pique4Carreau KCoeur 8Trèfle

Damien, qui vient de frapper une paire de 8, tapote encore la table, et Pierre Husson propose une toute petite mise de 40 € dans un pot de 280 €. De quoi pousser Pythonio à relancer à 150 €. Pierre ne met pas longtemps pour payer les 120 € manquants. La river promet de faire des étincelles...

L'analyse de Pierre Calamusa : Le tournant est donc un 8 rainbow. J'aime bien la mise de Pierre, elle a pour but de permettre de check/check river au cas où il n'a pas la meilleure main, et elle lui permet de faire folder des mains avec beaucoup d'équité contre sa paire de 4. Surprise, alors qu'il a maintenant touché son 8 et n'a plus besoin de bluffer, Damien relance la petite mise adverse à 150 € ! Ici nous avons soit affaire à un move de fish, soit à un move de génie. À froid, je pense que c'est tout simplement un move génial. Pythonio a parfaitement compris le manège adverse et se situe parfaitement dans la main. Il relance ici pour value ! Pierre Husson paie : sans doute a-t-il bien senti que son adversaire était capable de floater le flop même hors de position, et avait donc beaucoup de mains en bluff. Il a la position, la cote du pot est attractive et il a 5 outs cleans. Call validé !

RIVER : 3Pique4Carreau KCoeur 8Trèfle ACarreau


Sur cet As river qui laisse les mains des deux joueurs en l'état, Damien continue son agression en misant 200 €, un petit tiers du pot. Pierre (si si, c'est bien lui sur la photo ci-dessus, lors des WSOP 2017), qui couvre largement son adversaire avec un stack de plus de 15 000 balles devant lui, réfléchit, et opte pour la solution radicale : tapis ! Au tour de Damien d'entrer dans le proverbial "tank". Fort de sa troisième paire et de ses 1 630 € restants, il trouve assez vite un call, montrant la main gagnante. Il ramasse avec brio un pot de 4 000 € sous le sourire désabusé de Pierre...

L'analyse de Pierre Calamusa : 

En réalité, cet As river est presque une carte neutre, tant il paraît improbable que les deux joueurs jouent de cette façon les mains de leurs ranges comprenant un As.. En effet, si l'on réfléchit bien au coup, aucun des deux joueurs ne peut avoir d'As. Pythonio représente en value des mains comme paire de 8 et mieux, deux paires et brelans, ainsi que des bluffs sans showdown value donc ne contenant pas d'As. Pareil pour Pierre Husson, qui n'a absolument aucune raison de miser une hauteur As au turn, une main qu'il voudrait simplement amener au showdown. Les seules mains contenant un As chez Pierre seraient à priori AK, AA, A3s et A4s soit un nombre réduit de combos. Le play est génial, Damien a immédiatement conscience que cet As est finalement une carte plutôt anodine et mise 200 € pour value. Pierre réalise que sa paire de 4 est battue et que son adversaire est en train de le value bet thin : il réalise alors un coup encore plus génial. Face à ce qu'il a tout de suite interprété comme un blocking bet pour value avec une main moyenne comme un 8 ou un Roi, il tourne sa main en bluff et pousse son tapis ! La table est devenue silencieuse. Pythonio observe son adversaire et la tension est à son comble. Pourtant il ne lui faudra pas longtemps pour jeter un jeton au milieu en guise de call. Incroyable !

LES NOTES DU VIETF0U

Damien Delbrun : 10/10

Tout simplement génial. Il a su avoir un coup d'avance sur son adversaire à toutes les streets ! 

Pierre Husson : 9/10

Un coup joué fort d'un plan presque parfait, qui aurait fonctionné contre 99% des joueurs, sauf que cette fois il est tombé sur plus fort que lui ! Un seul bémol sur le jeu préflop, qui n'est vraiment pas bon.

LE VERDICT DU VIETF0U


Cela aurait pu être un pot de 120 € destiné à rapidement tomber dans l'oubli... Mais c'était sans compter sur nos deux héros aux cœurs vaillants qui ont su en faire une main de légende. C'est un coup de haute voltige entre deux adversaires ayant chacun à leur tour su parfaitement lire et déjouer les plans adverses, et Damien a fait preuve d'un courage hallucinant pour effectuer le bon call river et remporter le pot. Je me rappelle avoir été estomaqué par ce coup d'anthologie... Moi qui n'aurait finalement fait que check/fold au flop, je serais passé à côté d'un pot de 4 000 € !

Coeur TrèfleCarreau Pique


Visiblement, il avait tout prévu, comme il l'explique en débriefant cette main : Damien profite de l'occasion pour faire une petite dédicace en exhibant un tee-shirt moqueur à l'effigie de notre ex-Team Pro Ludovic Lacay. Pythonio finira ces Winamax Live Sessions avec un très joli bénéfice de 3 170 €, lui qui avait démarré avec 2 000 €, et aura porté haut les couleurs de sa communauté (qu'il régale aussi avec ses histoires rocambolesques). Quand à Pierre Husson, malgré ses énormes pilasses de jetons en début de partie, il continuera à distribuer les euros et sera finalement le plus gros perdant de la table avec un déficit de 5 150 €. Vivement la prochaine session...

Et vous, comment auriez-vous joué ce coup ? Réagissez sur nos réseaux !

Le Check-up : tous les articles de la rubrique

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34242

MessagePosté le: 26/04/2021 13:07   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

KING5 : les shérifs ont tiré plus vite que leur ombre

Rosalie, Cap Haddock, Chevre.Miel et les autres n'ont laissé aucune chance à l'équipe de Guillaume Diaz. Ils iront à Vegas jouer en freeroll le Main Event des WSOP !



L'affrontement des deux boss de fin a tourné court. Dans le dernier duel du KING5, les shérifs n'ont pas laissé laissé paraître la moindre faiblesse devant la formation des élèves et potes de Guillaume Diaz, les X-personnes. C'est sur un score sans appel de 5-0 et en un temps record - 41 minutes chrono - que s'est achevée l'édition 2021 du plus célèbre freeroll par équipes du Net. Après des quarts et demi-finales où ils avaient, selon leurs propres mots, "bien galéré" (deux victoires 3-2 à l'arraché), cette équipe poids lourds de top regs online croulant sur les titres et médailles a terminé le travail avec un triomphe aussi propre que rapide.

Cap Haddock, Chevre.Miel, 4Bettencourt, Luxusreisen et IllicoBusto : même si certains ont récemment changé de blaze sur Winamax, tous ceux d'entre vous ayant passé un peu de temps sur nos MTT ou sur Twitch connaissent forcément ces noms, au moins de réputation. Top Shark, Winamax Series, Stream Gang : tous ont portent ou ont porté l'un ou l'autre de ces prestigieux logos à côté de leur pseudo. Mais en définitive, cette nouvelle victoire ne serait-elle pas la plus belle de toutes ? Après tout, le KING5 ce n'est qu'une fois par an, au contraire du Highroller, du Main Event ou même des Series : il n'y a pas plus rare comme logo. Et ce triomphe a quelque chose d'encore précieux, dans ce jeu fondamentalement solitaire qu'est le poker : il est collectif.

La meilleure nouvelle dans tout ça ? Le KING5 n'est pas vraiment terminé. On pourrait même dire qu'il ne fait que commencer. Certes, nous célébrons aujourd'hui ses vainqueurs, les derniers rescapés d'une aventure de plus de trois mois. Mais le meilleur reste à venir. Las Vegas et ses World Series of Poker ! Bientôt, les shérifs traverseront les interminables couloirs du casino Rio pour prendre place à la table du plus beau tournoi du monde. Pendant ce temps, les X-personnes de Guillaume Diaz feront de même sur d'autres épreuves des Championnats du Monde, de même que les équipes éliminées jeudi en demi-finales. Et on ne parle même pas des vainqueurs de l'an passé, les Winteractivity, qui n'ont pas encore profité de leur prix, pandémie oblige. Oui, cent fois oui : c'est une très chouette réunion qui se prépare à Vegas. On ne sait pas encore exactement quand elle aura lieu, mais c'est certain : la prochaine soirée rassemblant tous les joueurs de Winamax présents à Sin City va être d'enfer ! (Note pour Polly : prévois une boîte de nuit deux fois plus grande, steuplé) En attendant, retour sur la finale, ses déçus, ses héros, en textes et en images.

Le KING5 2021, c'était...
[img=img_diamont] 8 143 équipes engagées en freeroll (+43 % d'augmentation !)
[img=img_diamont] 14 semaines de compétition à raison d'un rendez-vous tous les mardis soirs
[img=img_diamont] 200 000 € de dotation
[img=img_diamont] 300 équipes dans les places payées
[img=img_diamont] 8 équipes remportant un total de 40 packages live
[img=img_diamont] 4 équipes qui partiront à Las Vegas disputer les World Series of Poker
[img=img_diamont] 1 équipe gagnante, qualifiée pour le Main Event des WSOP

La finale, match par match

luxusreisen bat volatile38 en 13 minutes et 25 mains (1-0)
Seulement 3 des 30 rencontres jouées lors des quarts et demi-finales s'étaient achevées en moins de 30 minutes. On était donc loin de s'attendre à voir chuter un joueur dès le premier quart d'heure. Et encore moins que ce joueur serait Guillaume Diaz, tout premier représentant du Team Winamax parvenant à atteindre la dernière ligne droite du KING5 depuis sa création en 2008. Placé face à Antoine "luxusreisen" Goutard, notre volatile s'est fait déplumer d'un quart de son stack dès la deuxième main, envoyant deux barrels en bluff avant de battre en retraite sur un shove rivière (les papiers de luxusreisen étaient en règle). Il ne faudra qu'une poignée de mains à Guillaume pour récupérer l'intégralité des jetons perdus... avant d'en lâcher encore plus sur la main #15, là encore suite à une mauvaise rencontre entre un bluff et une top paire. Voyant la moitié de son tapis partir en fumée en moins de vingt mains, volatile38 tentera de vaincre le feu par le feu : avec un autre bluff, à tapis sur la rivière. Son timing n'aurait pu être plus mal choisi : luxusreisen venait de checker un brelan...


FallGirl bat EnfantDuSite en 24 minutes et 39 mains (2-0)
La confiance était désormais du côté des shérifs. Au moment où son partner in love luxusreisen prenait le restant du tapis de Guillaume Diaz, Rosalie "Fall Girl" Petit avait déjà sérieusement entamé celui d'EnfantDuSite grâce à un brelan bien rentabilisé (main #9). Deux paires floppées allaient lui permettre de creuser un peu plus la paroi (main #27), avant que ne tombe du ciel une explosive quinte runner-runner très très bien cachée : avec ses deux paires, EnfantDuSite n'a rien vu venir. Deux buts à rien ! Les shérifs n'étaient plus qu'à un petit point de la victoire.


Chevre.Miel bat AUTOLYSE en 41 minutes et 85 mains (3-0)
Plutôt équilibré pendant une trentaine de mains, ce duel décisif a changé de tonalité lorsque Chevre.Miel est parvenu à poser un bluff bien senti avec un tirage manqué (main #31). L'écart était creusé et malgré de vaillants efforts en position short-stack, AUTOLYSE n'est jamais parvenu à remonter : il suffira de jeter un oeil à la main #44 pour se convaincre que Chevre.Miel était arrivé sur le champ de bataille vêtu de sa tenu de commando. A 21h41, le match était définitivement plié en faveur des shérifs ! Mais d'ailleurs, une finale KING5 qui s'achève dès le troisième duel, est-ce si rare ? Non : la chose s'est produite 5 fois au cours des 8 dernières éditions !


Cap Haddock bat PolOwnedYou en 48 minutes et 124 mains (5-0)
Gagner le KING5, c'est en soi l'assurance d'une soirée inoubliable. Ajoutez à cela l'arrivée de votre troisième enfant, et vous obtenez un vendredi 23 avril 2021 surréaliste, qui restera gravé à tout jamais dans les circuits de Nicolas Burtin. Déjà bien occupé avant même d'avoir ouvert Winamax (entre les enfants et le chien à dispatcher auprès de la famille et une future maman en partance pour la clinique) Cap Haddock n'aura heureusement pas eu à prendre de décisions trop difficiles en finale : solidaires, ses coéquipiers lui ont enlevé un souci de la tête en marquant les trois points de la victoire avant même sa première confrontation all-in. S'excusant presque d'avoir maintenant envie d'en finir, Cap Haddock remontera son déficit avec une top paire barrélée jusqu'à plus soif, puis une paire de 5 jouée à fond pour cent blindes contre As-Valet : ce flip pré-natal accouchera d'un beau 5 sur le board.

Au fait, pour ceux qui se posent la question : c'est un garçon et non, il ne s'appelera ni KING5, ni Leroy, ni Sherif, non mais oh ! A l'heure où vous lisez ces lignes, Axel est peut-être déjà arrivé parmi nous...

Ajattelutapa bat Paapillon en 54 minutes et 108 mains (4-0)
Les deux derniers matches ne comptant plus que pour du beurre ou la gloire (selon votre point de vue), les joueurs pouvaient souffler, s'échanger les compliments de vigueur, et commencer à rêver à voix haute de Las Vegas : 8 des 10 finalistes n'ont encore jamais fait le pélerinage dans le temple du poker mondial. Facultatif ou pas, Ajattelutapa et Paapillon avaient tout de même envie de se battre jusqu'au bout pour le point. Un 3-barrel bluff permettra à Ajattelutapa de prendre le large (main #89), avant une ultime confrontation plus ou moins inévitable sur le flop de la main #109.

Le parcours des shérifs sur le KING5 2021

Stade 1 : Repêchés de justesse en 44e position après six tentatives infructueuses les semaines précédentes ("on connaît les règles, c'est tout !" a rigolé Cap Haddock)
Stade 2 : qualifiés sur le second Stade 2 en 5e place
Stade 3 : qualifiés sur le second Stade 3 en deuxième place
Stade 4 : 3ᵉ sur 50 équipes
Quarts-de-finale : victoire 3-2 contre les One Shot
Demi-finales : victoire 3-2 contre les Deyra c'est pour toi
Finale : victoire 5-0 contre les X-personnes

Winamax TV : le replay

Il faudra nous pardonner, moi et Kinshu : le rythme de la finale fut tellement speedé que les éliminations nous ont souvent pris par surprise au beau milieu de digressions diverses de notre part (par exemple le prix des hamburgers à Vegas, sujet crucial vous en conviendrez). Mais le replay vaut le coup d'œil, ne serait-ce que pour l'interview post-victoire en fin d'émissions : alors que nous nous attendions à conserver en visio uniquement avec le duo Rosalie/Antoine, c'est finalement les visages (heureux) de TOUS les vainqueurs du KING5 qui sont apparus les uns après les autres sur l'écran. Cette belle surprise, on la doit à Rosalie. Merci !






Les rois, euh les shérifs du KING5 2020

Vous connaissez leurs pseudos par cœur si vous scrutez l'actualité MTT sur Winamax. Vous savez à quoi ils ressemblent si vous suivez le concours Top Shark ou les sessions Stream Gang sur Winamax TV. Pourtant, malgré leur palmarès et leur notoriété sur les réseaux, c'est en novices qu'ils se rendront prochainement à Las Vegas. Un seul d'entre eux - Chevre.Miel - a déjà connu l'ivresse de Sin City et la démesure des World Series of Poker. Pour tous les autres, c'est un réjouissant baptême de feu qui se prépare. Étrenner les WSOP par une inscription freeroll au plus beau tournoi du monde, le Main Event ! N'est-ce pas excitant ? Situation sanitaire oblige, on ne sait pas si les shérifs pourront partir à Las Vegas dès le mois d'octobre (pour l'édition 2021 reportée à l'automne), où s'ils devront attendre l'été 2022. Mais qu'importe : on sera avec eux pour vibrer, et on a hâte de tout vous raconter. Vite, vite !



Rosalie "FallGirl" a disputé un match très agressif en finale. "Tout de suite, il y avait beaucoup d'overbets. Je me suis adapté, j'ai commencé à 3-bet." Jusqu'à ce joli setup en guise de dernière main : "J'ai hurlé comme une malade !" C'est à son amoureux Antoine "luxusreisen" Goutard - dont le dernier titre sur les Winamax Series n'est vieux que de huit jours - que l'on doit la formation de l'équipe victorieuse : "C'est une équipe de potes, c'était logique. Je le fais chaque année avec Rosalie. Cap Haddock, il avait sa place assurée. Comme il est très pote avec Illico [Ajattelutapa], il était sûr aussi. Il ne restait plus qu'à convaincre Chevre.Miel de lâcher ses potes. Je pense qu'il ne le regrette pas !"



Chevre.Miel, justement. Le finaliste malheureux de la dernière Top Shark Academy (troisième derrière labrik et On_The_Road) fut, à en croire ses coéquipiers, un facteur déterminant dans la victoire des shérifs. "Il a déroulé ! C'est le MVP : il nous a fait gagner au Stade 3, au Stade 4, et ce soir !" dixit Antoine. "C'est la première fois que j'étais stressé depuis le début du KING5", rétorque Nicolas. "J'ai déjà perdu une finale en début d'année, je voulais pas en perdre deux. J'ai eu du mal à finir : j'avais la peur de conclure, et mon adversaire s'est très bien battu." À la fin, c'est bien lui qui marquera le but en or de cette finale. Un fait d'armes qui vient après deux finales sur le Main Event et deux autres sur les Series en mars puis avril : la déception Top Shark semble désormais bien loin...



Cédric alias Ajattelutapa (ex-IllicoBusto) a lui aussi connu la frustration d'une finale Top Shark perdue, c'était un an plus tôt. Mais au fait, pourquoi ce nouveau pseudo ? "C'est du finlandais ! Ça veut dire 'mindset'. Car mon gros défaut au poker, c'est le mental [rires]. Je voulais un nouveau pseudo un peu bizarre, qui passe inaperçu. J'ai changé juste avant les Series : ça a plutôt bien fonctionné !" Tiens, c'est vrai : incognito, Cédric a ajouté plusieurs deep runs à son tableau de chasse, dont un podium à 10 000 € sur un des derniers events du festival... En revanche, sur le KING5, à entendre les chambrages de ses coéquipiers après la victoire, on a bien l'impression que Cédric a laissé ses camarades bosser. Mais c'est ça qui est bien avec le KING5 : comme lors des travaux de groupe à la fac, on peut très bien récolter la note maximale sans avoir rien foutu !



Vos parents vous ont probablement déjà raconté le jour de votre naissance, dont ils n'ont évidemment oublié aucun détail. D'ici quelques années, quand ce sera le tour du troisième gamin de Cap Haddock, il entendra parler de Stade 1, 2 et 3, d'objectifs à accomplir dans les temps, de coéquipiers qui arrivent en retard et sautent très vite, et de repêchages in extremis. On n'est pas sûr qu'il comprendra tout, mais on a envie de croire que ça le fera marrer... Félicitations, et félicitations, Nicolas !













Le KING5, c'est terminé... Jusqu'à l'année prochaine ! Félicitations aux shérifs, aux X-personnes, et aux 8 183 équipes (plus de 40 000 joueurs) qui ont contribué à faire de ce cru 2021 un millésime d'exception.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 265

MessagePosté le: 23/04/2021 13:46   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Une finale de KING5 au casting de rêve, une Winamax Arena blindée de stars, un Sunday Surprise caniculaire et un Main Event au zénith : on vous déroule le programme d'un week-end chaud, très chaud.

On ne pouvait rêver plus belle finale : ce vendredi à 21h, le dernier acte du KING5 2021 opposera en effet une équipe de sharks menée par le pro W Guillaume Diaz à une team réunissant quelques-unes des plus fines lames des tournois de Winamax ! Comme depuis les quarts de finale, ce dernier affrontement entre X-personnes et Les shérifs se déroulera sous la forme de cinq heads-up tirés au sort opposant les membres de chaque team : EnfantDuSite, Paapillon, volatile38, AUTOLYSE et PolOwnedYou d'un côté, FallGirl, luxusreisen, Chevre.Miel, Ajattelutapa et Cap Haddock de l'autre. En jeu pour l'équipe gagnante : cinq packages pour jouer le Main Event des WSOP en freeroll ! Si les perdants sont d'ores et déjà assurés de jouer deux tournois WSOP à 1 000 $ et 1 500 $ lors de la prochaine session des Championnats du monde, la lutte s'annonce âpre pour remporter ce qui est peut-être la finale la plus relevée de l'histoire du KING5. Et pour ne pas perdre une miette de ce duel déjà historique, on vous donne rendez-vous sur les antennes de Winamax TV dès le coup d'envoi des hostilités pour un Multiplex Poker spécial animé par Kinshu et Benjo. On va se régaler...

Jamais dans son histoire, Winamax TV n'aura étalé autant de millions que ceux qui s'apprêtent à se déverser sur son antenne ce dimanche à partir de 21h. Mais pour une fois, il ne s'agira pas de millions d'euros, mais de followers Twitch, YouTube, Twitter et tout ce que l'Internet moderne compte de réseaux sociaux. Pour sa troisième édition depuis son lancement mi-février, la Winamax Arena déroule le tapis rouge à Squeezie ! Tapis rouge et carte blanche au streamer n°1 de l'Hexagone, pour inviter cinq de ses potes avec qui taper le carton le temps d'un Sit&Go orchestré par le maître de cérémonie Harper. Si vous êtes un habitué du "Twitch game", le listing suivant risque de mettre des paillettes dans vos yeux. MisterMV, MoMaN, Xari, KennyStream et Sofyanlive : un casting de déglingos pour ce qui s'annonce comme une bonne petite partie entre potes. On vous dirait bien de ne surtout pas manquer ça mais on parie que vous avez déjà réservé votre soirée.

On peut l'affirmer : le vainqueur du prochain Sunday Surprise ne se plaindra plus de prendre des coups de soleil. En fait, seulement si cela lui arrive chez lui et durant un an à partir du lundi 26 avril : en effet, le champion du tournoi de dimanche (buy-in de 10 €, 100 000 € garantis) se verra remettre une prime cash de 100 € pour chaque jour où le thermomètre affichera une température d'un minimum de 30°Celsius dans sa commune, et ce durant une année ! Les données de la station météo la plus proche du domicile du gagnant feront foi au moment de lui remettre son pactole, qui lui sera crédité d'un seul coup à la fin des 365 jours, qui s'étendent donc jusqu'au 25 avril 2022. En espérant que notre futur fan des bains de soleil n'habite pas trop au nord...

Les montrueuses dotations des dernières Winamax Series sont désormais de l'histoire ancienne (en attendant la prochaine distribution de millions en septembre), mais sur Wina, on ne cesse jamais de vous proposer des garantis de malade. Et cette semaine, c'est le Main Event qui y a droit, voyant son prizepool assuré grimper à 500 000 € ! À cette occasion, la durée du tournoi sera allongée, il se jouera en format Knockout et proposera pas moins de 12 Day 1 au lieu des six habituels : du dimanche 25 avril à 15h au mercredi 28 à 18h45, vous aurez ainsi moult occasions de vous qualifier pour le Day 2 du mercredi à 21h, avant d'espérer toucher le jackpot lors du Final Day le lendemain. Profitez-en !

Winamax Series, Sunday Funday, Main Event 500K et bientôt Trilogy ! À chaque week-end son nouvel événement en ce printemps qui fait bourgeonner les millions comme les fleurs dans un cerisier. En prévision de cette dernière, qui prévoit d'en distribuer au moins deux du 2 au 13 mai, vous pouvez dès maintenant vous qualifier pour ses trois tournois à 5, 15 et 50 €. Pour ce faire direction nos Expresso Qualifiers avec là encore trois niveaux de buy-in correspondant : 50 centimes, 1,50 € et 4 €. Vous connaissez un meilleur deal en ce moment ? Parce que nous, non...

Outre le Multiplex Poker spécial KING5 ce vendredi soir sur Winamax TV, vous pourrez aussi suivre ce week-end l'un de vos habituels poulains du Stream Gang en action aux tables de Winamax : angelus03198 sera en direct samedi (également sur notre chaine Twitch) pour une session MTT avant la Winamax Arena 100% Youtubeurs dimanche. Il y en aura pour tous les goûts...

Oui, il y a certaines équipes de potes qui s'éclatent sur le KING5 depuis le début de la semaine avec Las Vegas en point de mire... Mais il n'y a pas de raison que vous aussi ne puissiez pas kiffer le poker entre amis ! Et en ces temps de couvre-feu, quoi de mieux que les parties privées sur Winamax ? Tournoi ou cash-game, vous pouvez ainsi créer votre game sur mesure en choisissant vous-même tous les paramètres de votre session (et surtout une bande de joueurs déjantés, qui doivent tous posséder un compte Winamax validé). Tiens, et pourquoi pas mettre en place une cagnotte sur plusieurs parties dont le vainqueur remportera un tournoi à Las Vegas ? On dit ça, on dit rien...

Il est le joueur qui a converti un ticket Freeroll WSeries obtenu à partir d'un bonus de dépôt en le titre le plus prestigieux de l'année sur le 4 Million Event des Winamax Series et un chèque de 300 000 €. Faites la connaissance de Luciano alias Yojimbooo dans le portrait au long cours que nous lui avons consacré. Vous verrez que derrière l'homme qui claque des hero calls avec quatrième paire en beuglant dans le chat des "For the glory!" à tout va, se cache un véritable passionné passé par bon nombre de galères et de remises en question, avec de finalement décrocher un one time attendu depuis plus de dix ans. Déjà notre histoire préférée de l'année.

Oui, on peut sortir d'un cru 2020 où l'on a gagné un Expresso 1 Million et vivre aussi des moments plus difficiles par la suite, notamment mentalement. C'est ce qui est arrivé récemment à Borja Gross, qui, tel un vrai joueur professionnel, a décidé de tout faire pour se remettre sur les bons rails après plusieurs semaines vécues dans une stressante incertitude. Un cheminement qui passe par la mise en place de nouvelles routines, avec en point de mire un objectif ambitieux : courir un Iron Man. Timotyy vous dévoile ses plans dans son dernier blog.

Gang de requins

Les bons grinders s'en sont donnés à cœur joie cette semaine aux tables de Winamax : entre un Juanitoooo au taquet sur les sessions de mercredi et jeudi, notre Top Shark François "On_The_Road" en pleine forme pour fêter son anniversaire aux tables, et un angelus03198 à fond sur les MTT Turbos, nos sharks ont mordu de tous les côtés ! Sinon, notre Top 5 des mains de la semaine a également occasionné quelques plaies difficiles à panser chez certains joueurs...

Bonne chance à tous aux tables et bon week-end sur Winamax !

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34242

MessagePosté le: 22/04/2021 16:12   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Squeezie, une petite partie entre amis

Un tournoi en petit comité... où tout le monde est invité ! RDV dimanche à 21h pour une Winamax Arena 100% Youtubeurs !



Les deux premières éditions de la Winamax Arena mélangeaient allègrement pros de poker, amateurs éclairés, célébrités avides de cartes et "petits joueurs" qualifiés, chacun allumant la webcam pour une Sit&Go joué en ligne, mais avec l'ambiance et la tchatche du live qui nous manque tant en ce moment. Pour la troisième édition, changement de cap : nous avons délégué l'élaboration de la guest list. Pas à n'importe qui, notez. C'est Squeezie qui s'est chargé d'envoyer les cartons d'invitation : on lui a laissé carte blanche. Le résultat ? Une émission 100 % gaming, programmée dimanche à 21h sur Winamax TV et présentée par MC Harper.

Le casting du 25 avril



Squeezie
MisterMV
MoMaN
Xari
KennyStream
Sofyanlive


L'aisance devant une caméra de cet aréopage n'est plus à prouver... mais une fois les cartes distribuées, vont-ils encore faire les malins ? La question n'est pas anodine puisque vous pourrez voter pour votre favori en début d'émission : plusieurs tirages au sort successifs seront organisés, avec à la clé des prix qui iront croissant en fonction du rang final de votre poulain ! Qui va gagner, donc ? Grand manitou de cette troisième édition de l'Arena, Squeezie n'en reste pas moins un joueur ayant encore tout à apprendre du Texas Hold'em : c'était il y a seulement deux mois qu'il a découvert les tables de Winamax. Xari, à l'inverse, sera l'un des clients les plus sérieux de cette table : depuis son apparition surprise au lancement du Winamax Poker Tour en 2016 (qui avait rameuté plus de 10 000 viewers sur le stream), on peut régulièrement croiser "Faker" sur nos tables, aussi bien online que live. Pareil du côté de MisterMV : le spécialiste du speed run fut semi-pro de poker quelques années (ses premières parties remontent à 2003), ne dit pas non à un stream cards up de temps à autre, et connaît comme sa poche nos évènements "en dur". En revanche, du côté de KennyStream, Sofyanlive et MoMaN, c'est l'inconnue : les trois gamers feront leur toute première apparition sur Winamax TV. Mais vous connaissez le poker aussi bien que moi, son joyeux chaos et son incertitude perpétuelle : dimanche, tout peut arriver !

Avant de retrouver la bande de Squeezie, replongez-vous dans l'Arena de mars, featuring Kool Shen, Vinsky, Davidi...


Winamax Arena : rendez-vous dimanche 21h sur Winamax TV !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1483

MessagePosté le: 22/04/2021 08:03   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Yojimbooo : ''Je ne réalise toujours pas ce que j'ai fait !''

Il a remporté le 4 Million Event et un chèque de 300 000 € en freeroll : rencontre avec LE champion espagnol des dernières Winamax Series.

Depuis le 15 avril dernier, le poker espagnol s'est trouvé un nouveau héros. En guise de conclusion à une trentième édition des Winamax Series qui a explosé tous les records, c'est un de nos voisins ibériques qui s'est imposé sur le 4 Million Event, l'épreuve la plus convoitée et la plus richement dotée du festival (plus de 4,5 millions d'euros au final). Un tournoi unique et démentiel dans le paysage du poker online européen, dont les sommes distribuées sont capables de changer une vie, comme celle de son vainqueur, le désormais célèbre Yojimbooo. Pourtant, de lui avant ce Day 3 et cette table finale encore bien ancrée dans nos mémoires, nous ne savions pas grand-chose, sinon rien. Les jours sont passés, l'adrénaline est retombée et nous avons eu l'occasion de nous entretenir avec lui, histoire de démasquer ce super-héros d'un genre nouveau.

Car rares sont les fois où nous avons la chance de vous raconter une histoire comme celle de cet natif des Asturies (région de Gijón et Oviedo, dans le nord-ouest de l'Espagne), qui a vécu la grande majorité de sa vie à Dénia (sur la côte est, au sud de Valence). Luciano alias Yojimbooo restera à jamais sur nos tables comme le joueur qui a converti un ticket pour l'un de nos Freerolls WSeries en le deuxième plus gros chèque jamais distribué sur l'un de nos MTT (derrière le légendaire Dr.Bayard), de presque 300 000 €. Vamos!

Tout a commencé par un dépôt...

"Je venais de signer quelques perfs sur d'autres rooms, attaque le champion, avec quelque chose comme 3 000 ou 4 000 € en quelques semaines. Mais sur Winamax, les résultats ne semblaient toujours pas vouloir m'accompagner, même si je savais que tôt ou tard, la vapeur allait se renverser. Au lancement des Series, j'ai déposé 120 € pour bénéficier du bonus et pouvoir participer aux trois freerolls offrant des places pour le 4 Million Event. Sur les deux premiers, les deux plus gros, je me suis fait sortir à chaque fois rapidement. Mais sur le dernier, qui promettait 80 tickets, cela c'est beaucoup mieux passé et je me suis glissé parmi les qualifiés pour le tournoi le plus important du festival".

C'est donc ici qu'a démarré la folle histoire de Luciano, joueur de 44 printemps qui a dédié beaucoup de ceux-ci à tenter d'atteindre son rêve : devenir joueur de poker professionnel. "Aujourd'hui, le poker est mon unique source de revenus, précise-t-il, même si ma gestion de bankroll laisse grandement à désirer... Je suis un peu paresseux. Dès que j'arrive à gagner un peu d'argent aux tables, j'arrête de jouer... jusqu'à ce que l'argent commence à manquer et alors je m'y remets ! Est-ce que je peux transformer ça en un mode de vie professionnel ? Je ne sais pas. Je me suis toujours considéré comme un passionné poursuivant un rêve."


Le replay intégral du Multiplex Poker spécial commenté par PonceP et Kinshu (la table finale débute à 3'02''44''').


Mais revenons au 4 Million Event, un tournoi pour lequel Yojimbooo nourrissait de grands espoirs dès les premiers instants. "Je savais que je pouvais bien m'en sortir, se souvient-il, qu'obtenir ce ticket était seulement le premier pas vers quelque chose de plus grand. À la fin des Day 1, j'avais le troisième plus gros tapis, avec beaucoup de blindes devant moi et beaucoup de bounties encaissés. Le soir du Day 2 je n'ai ouvert que quatre tables, pour mieux me concentrer. Je n'ai presque jamais quitté le Top 5, jusqu'à la fin de journée où j'ai terminé un peu en-dessous de la moyenne, avec 21 blindes parmi les 54 joueurs restants. J'étais déjà bien détendu, avec un peu plus de 2 200 € de prix assurés et environ 3 000 € de primes dans la poche. C'est au moment d'attaquer le Day 3 que je me suis mis dans des conditions de concentration optimales : je n'ai joué que cette table-là, je me suis enfermé dans ma chambre, sans musique ni aucune distraction susceptible de me déranger".

Reste une question, LA question, que se sont sans nul doute posés beaucoup de ceux qui ont assisté au dénouement de ce tournoi en direct sur Winamax TV (votre serviteur y compris), et que d'autres continuent sûrement de se poser aujourd'hui : comment peut-on atteindre ce niveau de relaxation et de paix intérieure en se retrouvant dans une situation pareille ? "Du moment où il ne restait plus que quatre tables jusqu'à la finale, je n'ai pas vu le temps passer. D'ailleurs, je ne me suis pas rendu compte qu'on était déjà en finale ! J'ai joué sans aucune pression, sans peur, et encore moins une fois arrivé en TF, quand j'ai compris que j'étais assuré de gagner plus de 40 000 €."

Le dauphin devenu requin

Sur le papier, cette théorie sonne bien, mais il faut ensuite pouvoir la mettre en pratique, et gérer parfaitement ses émotions, ce que Luciano assure faire plutôt bien grâce à son passé de joueur d'échecs (nous y reviendrons). "L'ICM est important, bien sûr, mais il est surévalué, n'hésite-t-il pas à lâcher. Nous sommes des humains pas des machines. Nous ne sommes pas régis par les mathématiques mais par nos sentiments, nos impressions subjectives. Pour prendre le contrôle de la table, il ne faut pas jouer en pensant à l'ICM. Il faut jouer avec les cojones !"




Et personne n'ayant ne serait-ce que jeté un oeil à la table finale ne peut dire que Yojimbooo n'a pas respecté ses principes. Une chose est sûre, le futur vainqueur a fait étalage de ses nerfs d'acier pour claquer plusieurs hero calls (voir ci-dessus) représentant virtuellement plusieurs dizaines de milliers d'euros chacun. Mais contrairement à ce que certains ont pu penser, Luciano avait fait ses devoirs, en étudiant quelques-uns de ses adversaires les plus dangereux. "C'est une certitude, la plupart de mes voisins en table finale étaient meilleurs que moi, avoue-t-il. Paslui [Louis Linard NDLR] et Sheev P. étaient excellents mais j'avais beaucoup joué avec les deux avant d'arriver en TF et je savais qu'ils allaient tenter d'abuser d'un profil plus faible comme le mien. Je me suis donc adapté, ce qui a forcément eu un impact sur mes décisions. Je dois quand même admettre une chose : avec le recul, je ne retenterai pas ces hero calls ! À ce moment-là, je jouais pour gagner. J'ai senti que toutes les étoiles étaient alignées et que je me devais de jouer comme ça contre eux pour les battre. J'avais confiance en mes lectures et je me suis contenté de les suivre. Même si cela a mis un peu de temps à se dénouer, parce que personne ne voulait être le premier sortant de la finale, quand les éliminations ont commencé à se succéder, ma confiance n'a fait qu'augmenter. À chaque nouveau palier je me sentais de mieux en mieux. Et en me voyant rivaliser avec ces joueurs que je savais très bons, cela m'a vraiment aidé à croire en moi".

À regarder l'action de l'extérieur, cela paraissait clair que, à partir d'un certain point, Yojimbooo avait éliminé toute la pression inhérente à un tel événement. Qui sait si, aidé par ce petit verre de vin qu'il s'est servi au moment où la finale a enfin commencé pour lui, la cause n'était pas déjà entendue. En lisant le chat de la table, on pouvait aisément percevoir l'excitation et l'enthousiasme de l'Espagnol, répondant à tous ceux qui lui envoyaient un petit mot d'encouragement, célébrant presque chaque pot qui partait de son côté, notamment via trois petits mots passés à la postérité : "For the Glory!". "C'est une situation unique dans une vie et je voulais la vivre le plus spontanément possible. Le silence de mort qui s'installe parfois lors des tables finales importantes m'a toujours dérangé. Ce n'est pas parce qu'on fait le spectacle qu'on ne peut pas être sérieux, et quand on s'est assuré une grosse somme d'argent, je pense qu'il est bon pour tout le monde de traiter l'événement comme une fête. Mais j'ai l'impression d'être resté respectueux de mes adversaires et c'est le plus important".

En route pour une nouvelle vie ?

Ce que Luciano ne pouvait sans doute pas imaginer c'est le résultat final, une poignée de minutes plus tard. Le trophée était sien, accompagné d'un premier prix de presque 300 000 € et du statut de gagnant numéro un du plus gros festival online jamais organisé sur Winamax. Comment pensez-vous que Luciano a réagi à cette victoire ? Une bonne dose de cris, des poings serrés, quelques sauts de joie et une boule de nerfs qui finit enfin par éclater ? Ce fut tout l'inverse. "Je suis resté planté là, pétrifié, comme si rien ne s'était passé. Cela me paraissait "naturel", si je puis dire. Il m'a fallu attendre deux jours, une fois l'adrénaline retombée, pour sentir les émotions m'envahir. J'ai pris le temps de regarder derrière, de me souvenir de tous ces échecs, de ces dix ans passés à ronger mon frein, à entendre des gens qui ne croyaient en moi me dire d'arrêter, d'abandonner mon rêve. Aujourd'hui ce rêve est devenu réalité. Et il pourrait bien changer ma vie."

Une vie qui, effectivement, pourrait bien changer prochainement, Yojimbooo évoquant l'idée de partir loin de l'Espagne pour continuer à jouer sur les ".com", ce qui n'est pas franchement du goût de certains de ses proches. "J'ai toujours reçu l'aide et le soutien de mes parents à chaque fois que j'en ai eu besoin, mais je ne peux pas dire qu'ils ont vu d'un très bon oeil que je veuille me consacrer au poker. Et même maintenant que les résultats sont là, je sais que le regard de ma mère à ce niveau n'a pas changé. Mais avant d'envisager tout cela, je vais sans doute m'autoriser une ou deux choses : une voiture pour commencer, puisque je n'en ai pas, et un voyage en Égypte ou au Japon".

De 64 cases à 52 cartes

Comme bon nombre d'autres grands joueurs de poker avant lui, l'histoire entre Yojimbooo et notre jeu de cartes préféré est étroitement liée à un certain damier noir et blanc de 64 cases. Dès ses 6 ans, Luciano s'est senti attiré par les échecs et y a consacré beaucoup de temps et d'efforts, obtenant de très bons résultats dans des compétitions de renom. Mais c'est précisément suite à l'un de ces tournois qu'il s'est retiré du monde des échecs. "J'avais 24 ans au moment de décrocher une bonne place au tournoi de Benidorm, battant au passage celui qui était alors Champion d'Espagne. Je pensais alors gagner un gros prix mais il fut bien plus modeste qu'escompté. J'en suis ressorti vraiment déçu et j'ai laissé les échecs de côté".

Et avec un chapeau ?

Une déception qui l'a incité à complètement changer d'air, de latitude et de mode de vie. Direction les Pays-Bas, plus précisement à Tilbourg. Une fois sur place, il apprend qu'une entreprise du coin cherche de la main d'oeuvre pour monter des ordinateurs. Il y passe trois ans, avant de redescendre à pied les 1 742 kilomètres qui le séparaient de Dénia, pour travailler "dans ce [qu'il] trouvera".

Nous sommes en 2009, moment que choisit le virus des échecs pour le mordre de nouveau. Luciano se met à fréquenter régulièrement un cyber café pour jouer en ligne, jusqu'à rencontrer un jour quelqu'un en train de jouer au poker sur Internet sur le PC d'à côté. Il se prend alors d'intérêt pour le jeu, apprend les bases et, quelques jours plus tard, dépose ses premiers 10 € sur une room. "J'ai commencé à jouer les tournois de micro-limites, car s'il y a bien une chose qui me stimulait dans le monde des échecs, c'était l'aspect compétitif, que j'ai immédiatement retrouvé dans les MTT. À partir de là, j'ai essayé de mettre en place la méthologie apprise aux échecs et le mental qui va avec. Cela m'a aidé à comprendre le jeu et de continuer à progresser".

De ce cyber café, Luciano n'en a aujourd'hui plus d'un vague souvenir. Reste que ce fut le point de départ d'un rêve, la première pierre vers l'accomplissement d'un objectif vieux de plus de dix ans, qui l'a mené de façon presque prophétique vers ce freeroll et ce premier prix de 300 000 €. For the Glory!

Article original par Álex Hernando pour Winamax.es
Traduction et adaptation par Flegmatic

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1483

MessagePosté le: 21/04/2021 13:04   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

KING5 : packages unlocked!

Il ne reste plus que 8 équipes en lice dont celles de Guillaume Diaz, Cap Haddock, Chevre.Miel, luxusreisen et Rosalie Petit. Prochaine étape : Las Vegas !

Qu'est-ce que la coopération finalement, si ce n'est se tenir tous par la main pour se propulser un à un vers le haut et atteindre des hauteurs insoupçonnées ? En 2019, un titre a épousé très littéralement cette définition, devenant quasi immédiatement un nouveau classique du jeu vidéo co-op canapé, si possible avec quelques bouteilles de boissons plus ou moins alcoolisées à portée de main : Heave Ho. Le dernier-né sans prétention du studio français Le Cartel, qui s'était déjà aventuré trois ans plus tôt dans un autre genre de jeu à partager entre potes, à savoir le beat'em all rétro, avec Mother Russia Bleeds.



Sauf que cette fois, exit les gros personnages musclés qui distribuent tatanes sur tatanes en faisant pleuvoir des gerbes de sang dans tous les sens jusqu'à arriver sur un boss aux proportions dantesques. Heave Ho est un jeu de plateformes dont l'objectif est donc d'aller d'un point A à un point B en franchissant chacun des obstacles dressés devant son chemin, si possible en récupérant au passage les pièces disséminées ça et là. Et ce bien sûr, le plus vite possible, histoire d'améliorer son score à la fin de niveau. Sur le papier, pas grand-chose de nouveau sous le soleil me direz-vous...

Sauf que Heave Ho fait partie de cette tendance très années 2010 de "jeux physiqués", comprenez où la physique est le point prépondérant à prendre en compte pour arriver à ses fins. Mais surtout, et c'est là que repose tout son génie, elle est l'élément qui crée des situations improbables, morts stupides comme rattrapages aux branches de dernière minute. Pourquoi ? Parce que dans Heave Ho, le joueur ne contrôle pas directement son petit personnage difforme en forme de patate, mais chacun de ses deux bras, indépendamment, avec l'obligation d'appuyer sur le bon bouton pour attraper quelque chose (et donc de laisser appuyé pour rester accroché), que ce soit un élément du décor ou... son propre partenaire. Un jeu tout ce qu'il y a de plus débile, à réserver à vos amis qui n'ont pas peur du ridicule et qui aiment autant s'arracher les cheveux que se fendre la poire

D'ailleurs, on parie que c'est exactement comme ça que vous avez choisi en début d'année vos quatre partenaires du KING5. En tout cas, c'est ce que l'on souhaite aux huit équipes qui ont franchi le Stade 4 mardi soir, puisqu'elles s'envoleront ensemble a minima pour le prochain événement live Winamax (avec un package de 1 100 € sous le coude) et ne sont désormais plus qu'à une marche de Las Vegas et des WSOP. Avant d'enchaîner dès ce mercredi avec la fatidique phase des heads-up, on vous présente le casting de ces heureux quart-de-finalistes.

Octogone, sans règles

On peut imaginer que le dénommé Boris Schulz a copieusement engueulé ses coéquipiers au terme du Stade 4 : en dépit de sa victoire et d'un record de 15 kills signés sur son flight (incroyable : il a éliminé presque un tiers des joueurs en lice !), l'équipe Les couilles vides 19 (où l'on reconnaît Timothée "Aziz du Loft" Marlin) ne sera pas à l'affiche des quarts de finale ! La faute à qui ? La faute à des compagnons de route chutant tous très tôt, entre la 36e et la 48e place. On vous l'avait déjà dit et c'était plus vrai que jamais hier soir : à ce stade du KING5, l'exploit individuel compte moins que l'effort collectif ! Même sort pour la formation de Roroflush (qui officie désormais sous le pseudo LeGrandSoir) : Les topregs du MPT s'inclinent en 15e place malgré la belle prestation de jaimeleFlan, runner-up de son flight. Grands gagnants du second Stade 3 la semaine dernière, les Family potes passent à côté de leur match, aucun de leurs membres ne parvenant à aller au-delà de la 17e place. Le Stade 4 a aussi scellé le sort des dernières équipes espagnoles en lice : les formations TeVaMal (17e), Colegas de Aviles (26e), -Alea iacta est- (32e), Escopetas (35e) et TEAM SIMIASSSS (49e) manquent les packages de peu, mais se consoleront avec un bouquet de 100 € de tickets pour chaque équipier, à dépenser sur Winamax.




50 équipes en lice, 42 déçus, 8 qui sabrent le champagne : le compte est bon. Du champagne, Les shérifs en avaient déjà au frais puisque luxusreisen s'était distingué sur la dernière ligne droite des Winamax Series pas plus tard que jeudi dernier. Signataire d'une belle 11e place sur son flight hier, Antoine Goutard a ensuite encouragé deux autres top regs de Winamax : Chevre.Miel et Cap Haddock. Après une cinquième et une première place, respectivement, la qualification de cette formation all stars était assurée : Rosalie "FallGirl" Petit pouvait laisser éclater sa joie sur Twitter.




La belle performance collective des shérifs occulterait presque LA grande nouvelle de ce Stade 4 : pour la première fois depuis la création du KING5 en 2008, le Team Winamax sera représenté en quarts de finale ! Grâce à l'impressionnant tir groupé de Paapillon (vainqueur de son flight), AUTOLYSE (4e) et PolOwnedYou (9e), Guillaume Diaz avance ainsi son pion au tour suivant... sans avoir véritablement fait d'étincelles hier, puisque volatile38 s'est arrêté en 35e place sur son flight. Pas grave : les équipiers des X-personnes ont largement fait le taf. C'est aussi ça la beauté du KING5 !

Les quarts-de-finalistes




Carreau 1ers : X-personnes
Carreau 2e : Pas le compte de papa (NLDR : y a intérêt)
Carreau 3e : Les shérifs
Carreau 4e : 2 + 2 = 5
Carreau 5e : Sharks Of The River
Carreau 6e : One shot
Carreau 7e : Deyra c'est pour toi
Carreau 8e : Les WhaleFishs




KING5 : Les résultats du Stade 4

Vegas ou pas Vegas ?



Étrange machinerie que celle du KING5. Avec ses six étapes de départ étalées sur un mois et demi, elle met très, très longtemps à démarrer. La voilà maintenant en train de surchauffer : après un Stade 4 où 42 des 50 dernières équipes ont volé en éclats, trois soirées suffiront pour arriver au bout de la course et déterminer le vainqueur. Ces soirées, elles s'enchaîneront d'une traite mercredi, jeudi et vendredi.

Terminés, les tournois MTT ! C'est sur le terrain du heads-up que tout va se jouer. Ce soir, les huit dernières équipes se retrouveront à 21 heures pour des duels deep stack (200 BB, rounds de 10 minutes).  L'équipe gagnante du Stade 4 rencontrera l'équipe classée huitième, l'équipe classée seconde affrontera celle classée septième et ainsi de suite. Les règles ne pourraient pas être plus simples : chaque joueur dispute un match, et un duel gagné signifie un point marqué. Pour aller en demi-finales (et par extension à Las Vegas), chaque équipe devra donc marquer au moins trois points. Les équipes éliminées ce soir devront se contenter d'un package pour un évènement live Winamax (valeur : 1 100 € par joueur, tout de même), tandis que les autres pourront commencer à rêver des World Series of Poker !

Toutes les infos sur le KING5
Le fonctionnement du championnat en détail

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtvhttps://operator-front-static-cdn.winamax.fr/img/editorial/2021/04/20/tiktok.png" style="" /> wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 265

MessagePosté le: 21/04/2021 09:58   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Marc&Sophie fait péter l'audimat

Marc&Sophie s'offre son Golden Globe à lui en se voyant remettre le trophée du Main Event pour un gain de presque 40 000 €. Revivez son dernier épisode victorieux en replay.

Visiblement, vous avez bien digéré les Winamax Series : après deux semaines d'interruption pour faire place nette aux beaux events de notre festival printanier, notre tournoi régulier le mieux doté, le Main Event, a en effet connu un joli succès d'audience puisque le garanti de 150 000 € a été largement dépassé, offrant un prizepool de 214 434 €. Cela a permis à 235 joueurs d'entrer dans l'argent, certaines têtes connues comme railerita (11e) ou le membre du Stream Gang VienMonAgno (8e) vivant cependant un scénario frustrant en échouant aux portes de la table finale.

Un dernier acte au casting prometteur, incluant rien de moins que deux des derniers survivants de la Top Shark Academy 2021 (le demi-finaliste Hugo "GoD NaTT" et le finaliste Nicolas "Chevre.Miel") habitués des grosses productions, et qui annonçait un script à suspense avec aucun joueur détaché en tête et des tapis globalement équilibrés. Un dernier constat renforçé dès la seconde main quand le shortstack Eros31 parvient à doubler pour revenir dans la course... Sauf qu'un certain Mark&Sophie, du nom d'une fameuse série française diffusée de 1987 à 1992 sur TF1, n'est visiblement pas là pour écrire une comédie de serie B et prend rapidement l'ascendant grâce à plusieurs pots gagnés, avant que LeCoqGaulois ne chante plus fort que CaputMundi66, premier sortant de cette finale (7e). Mourant après s'être laissé tombé à 2,5 blindes, Eros31 trouve ensuite un joli double-up (main #47) et il faut attendre la main #86 pour que la situation se décante enfin : Marc&Sophie décide de faire le ménage en éliminant du même coup Eros31 (5e) et l'ancien vainqueur du Prime Time LeCoqGaulois (6e et qui doit encore parler aux poules après ce coup), s'octroyant près de la moitié des jetons en jeu à quatre joueurs restants. Deux coups plus tard, il trouve un gros setup en sa faveur (on salue le bon fold de Chevre.miel, main #88) pour éliminer un GoD NaTT pas aidé par les dieux du poker sur ce coup (4e pour 14 398 €).


À ce moment, rien ne semble pouvoir arrêter le chipleader, qui laisse cependant J.Sampaoli mettre Chevre.Miel sur la touche (3e pour 20 207 €). Si lui et God NaTT perfent sans discontinuer sur Wina depuis le début de l'année, ils n'avaient pas encore cartonné sur le plus gros de nos tournois réguliers : l'anomalie est désormais réparée. Avec 58 big blinds chez Marc&Sophie contre 34 chez J.Sampaoli, le heads-up laisse présager d'une belle bataille, mais il va pourtant tourner court au bout de cinq mains seulement sur un nouveau setup en faveur du premier nommé. Vainqueur de l'XTASE il y a trois semaines, Marc&Sophie s'offre le plus gros gain de sa carrière sur Wina avec un chèque de 39 728 €, tout comme son adversaire (28 341 €) dont nous n'avons trouvé aucune trace dans nos archives. On applaudit bien fort deux des révélations de l'année !

Main Event du 18/19/20 avril
1 881 entrées (dont 350 re-entries) - Prizepool : 214 434 €


Classement complet du Main Event


Comme on voit bien que vous adorez notre Main Event, on a décidé de le passer en version XXL : la prochaine édition du tournoi garantira ainsi pas moins de 500 000 euros ! À dotation exceptionnelle, organisation spéciale puisque l'épreuve, joué au format Knockout et toujours accessible via un buy-in de 125 € ou nos satellites à 10 €, se déroulera du dimanche 25 au jeudi 29 avril, avec pas moins de 12 Day 1 répartis du dimanche 15 heures au mercredi 28 à 18h45, avant un Day 2 mercredi à 21h et un Day 3 le lendemain. Alors, heureux ?

Le Main Event sur Winamax

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtvhttps://operator-front-static-cdn.winamax.fr/img/editorial/2021/04/20/tiktok.png" style="" /> wtv

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 265

MessagePosté le: 19/04/2021 11:10   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats d'un 18 avril de Funday

Entre un Sunday Funday stratosphérique et un Sunday Surprise qui enverra son vainqueur en altitude, cette première session dominicale post-Series a atteint des sommets ! On vous la récapitule, replays à l'appui.

La piste aux étoiles

On s'en doutait forcément, mais ce Sunday Funday printanier, organisé dans la lignée de Winamax Series records, a pulvérisé toutes nos attentes. D'abord en terme de chiffres, avec des garantis assez nettement dépassés pour chacun des six tournois concernés et une dotation globale qui a frôlé les 1,4 million d'euros. Ensuite, et c'est ce sur quoi nous allons nous concentrer, au niveau du casting, avec une galerie de têtes connues rassemblées autour de finales de prestige.


Sans surprise, en sa qualité d'épreuve la plus chère de la soirée (malgré son prix d'entrée abaissé de 1 000 à 500 €), c'est sur le Grand Tournament que se concentrent la majorité des "top regs", avec une dernière table composée, excusez du peu, du vainqueur du 3 Million Event Dr.Bayard, d'Hugo 'GoD NaTT' Larachiche, de papafuchs, chipleader au départ du Day 3 du dernier 4 Million Event et enfin de Samy alias 'miles cordis', vainqueur en fin d'année dernière du Battle Royale Funday et qui s'est offert peu après 3h30 du matin un doublé possiblement inédit. Le reg était pourtant bien mal parti, avec un tapis le plaçant parmi les derniers de cordée, qui ira jusqu'à descendre à sept blindes. Il devait donc être tout heureux de gagner un palier en assistant après 36 mains à l'élimination sur un bad beat de Dr.Bayard (7e, 2 878 € + 3 187 €). Deux double ups le remettent dans la course, avant que son voisin de droite Here & Now, en tête depuis le début, n'assoit sa supériorité en signant un strike sur Envie d EPT (6e, 4 080 € + 2 775 €) et GO_UP (5e, 5 762 € + 3 480 €). Un leader qui aurait pu poursuivre son travail de démolition quelques mains plus tard, sans un providentiel Valet tombé au flop pour garder en vie un miles cordis décidément en veine.

À la place, c'est GoD NaTT qui lâche le premier dans cette phase à quatre (4e, 8 116 € + 2 441 €), sur un 3-way all-in permettant à papafuchs de tripler in extremis. De quoi déboucher sur un 3-handed encore plus animé, où tout se dénoue en une quinzaine de mains : un flip remporté par miles cordis (main #89), qui double ensuite de nouveau face à Here & Now (main #94), le retour dans la course de papafuchs (main #98), juste avant un nouveau set up entre miles et Here (main #99), cette fois fatal à ce dernier, qui chute donc sur la troisième marche du podium pour 18 423 €. Avec presque cinq fois plus de jetons que son dernier adversaire, miles cordis ne met que quatre mains à plier l'affaire, laissant papafuchs encaisser son second gain à cinq chiffres de la semaine (20 064 €) tandis que lui décrochait un nouveau trophée et son plus gros chèque chez nous : 33 051 € dont 17 022 € de bounties.

Un tournoi prestigieux mais battu comme à chaque fois à plate couture au niveau du prizepool par l'intouchable duo Battle Royale / Highroller, le premier cité toisant tous les autres de haut en culminant à 283 230 €, grâce à plus de 3 100 entrées. Une affluence démentielle, au milieu de laquelle Oh-Le-Triz a tiré son épingle du jeu après avoir lui aussi démarré sa finale en queue de peloton. Titré sur le premier dimanche des Series, il a d'abord fait le ménage avant de se sortir d'un duel final sous haute tension de plus de cinquante mains contre le tenace Vejalafoo (2e, 17 548 € + 2 561 €). De quoi garnir sa bankroll de 27 492 €, deux semaines après avoir banqué près de 10 000 €. Pas mal pour un mois d'avril encore loin d'être fini !

Peu de têtes connues également sur le Highroller, à l'exception de celui qui s'est tout simplement imposé sur le Colossus pour 120 000 € jeudi dernier, Johnny Deeps. Ce fan du capitaine Jack Sparrow n'a cette fois pu faire mieux que cinquième (5 931 € + 2 169 €), le long d'une finale où son tapis n'a fait que diminuer. Il se consolera en se disant qu'il est tombé contre le futur vainqueur, ignifugo. Un parfait inconnu de nos services mais qui n'a certainement pas volé sa victoire, en menant quasiment de bout en bout, grâce à quatre éliminations en finale, dont pour finir celle d'un I win passé tout près de donner raison à son pseudo (2e, 16 494 € + 2 579 €), lui qui avait déjà terminé runner-up du Purple Sunday Knockout fin novembre. Une entrée dans la cour des champions par la grande porte donc pour ignifugo, qui double presque les 16 495 € à la gagne avec 15 563 € de primes.

Exploit similaire pour MabeuuuNoooo sur le Purple (même si on le suspecte d'avoir changé de pseudo en début d'année), sans référence sur nos tables high stakes jusque-là et qui a semble-t-il remporté son ticket à 250 € sur un satellite à 20 € ! Un investissement de départ multiplié par 1 424 puisqu'à 3h49, c'est lui qui soulevait le trophée et un premier prix total de 28 492 €, composé pour moitié de bounties. Une formidable perf' acquise notamment face aux réguliers Super_Castor (6e, 3 555 € + 1 910 €) et Jimmy J4zz (4e, 7 089 € + 3 673 €) et au très en forme ClassAffair (5e, 5 027 € + 920 €), récent 8e du 4 Million Event. Et dire qu'il était lui aussi short stack avec dix blindes à cinq joueurs restants...

Scénario beaucoup plus tranquille en revanche pour Minivic42 sur l'XTASE, qui a bénéficié assez tôt d'un setup favorable pour s'envoler loin au-dessus de ses adversaires et boucler l'affaire en moins de 60 mains. Victorieux deux jours plus tôt sur le Nitro pour ce qui était alors son meilleur résultat sur nos tables, il n'a pas mis longtemps à le multiplier par près de dix, avec un sacre à 22 860 €, acquis contre un régulier des mid stakes habitué aux places d'honneur (ses cinq plus gros cashes sont des deuxièmes ou troisièmes places), IronLikeLion, qui signe là son premier chèque à cinq chiffres. Terminons avec le Prime Time, petit par son buy-in mais costaud par sa dotation et son field de près de 1 000 entrants qui a à son tour consacré un joueur peu habitué à recevoir de tels lauriers, Dekciwww. Après avoir accumulé depuis février plusieurs victoires et podiums sur des épreuves à 10 et 20 € (Monster Stack, Booster, Tea Time), il signe là son fameux one time, avec un titre sans commune mesure aux précédents qui lui rapporte la bagatelle de 16 636 €.

Retrouvez les replays sur Winamax.fr.




Après avoir savouré ces six replays de folie, quoi de mieux que d'enchaîner avec cinq mains tout aussi dingues grâce à l'incontournable Top 5 de la semaine ? On parie que vous n'avez jamais vu autant de carrés en aussi peu de temps !

frenchgeek va buller en ballon


Des finales sur le Top 50, le Cocktail, la Fièvre ou l'After Work, et ce depuis 2013 tout de même : visiblement, frenchgeek aime passer du temps le nez collé à son ordinateur (et il a eu raison de le faire ce dimanche, puisqu'il a remporté le Sunday Surprise 100K). En tout cas, il a maintenant une occasion rare de lever le museau de son écran, et de le lever très haut : car en plus des 10 172 € récoltés pour sa victoire (dont 3 248 € de Bounties), il remporte un tour en... montgolfière ! Déjà, ce n'est pas banal : mais imaginez qu'en plus de se balader dans cet objet volant écologique, il savourera dans la nacelle, accompagné de cinq de ses proches, un dîner gastronomique au champagne ! Durant une heure et demie, un majordome sera ainsi aux petits soins pour s'occuper du repas tandis que le pilote baladera la petite bande au-dessus des plus beaux paysages de l'Île-de-France. De quoi en prendre plein les yeux et les papilles... Avant de retourner tranquillement retrouver ses chers écrans.

SUNDAY SURPRISE 100K 10 € - 13 833 inscriptions - Prizepool 124 497 €
Vainqueur : frenchgeek - 6 924 € + 3 248 €

Propres comme des sous neufs


Double finaliste du Main Event, finaliste et vainqueur du Highroller Funday cette année, Mick0411 ajoute un autre joli résultat à son palmarès avec l'XTREM, où l'on retrouvait Sundazed en finale (4e), tout comme un certain GilouAA58300 qui termine tout en haut du Top 50 : le double vainqueur Wina Series semble avoir bien récupéré du marathon et poursuit ainsi son rush. Un palmarès que METLAAAA, inconnu chez nous, ouvre lui visiblement après s'être battu comme un lion dans le Gladiator, tout comme Alphatauris qui a très vite enclenché le Starter et ZzwoufwoufzZ qui a foncé droit au but dans le Go Fast.

Vainqueur de La Fièvre et d'un event Winamax Pokus à 20 €, BrOlyBZH29 a mis la barre un peu plus haut en débouchant le Magnum suite à un deal à deux avec Tarot4rollz (runner-up pour 3 705 €). Ancien demi-finaliste d'un 2 Million Event (c'était en novembre 2019) puis finaliste Prime Time au début du mois, MyRecovery est allé au bout dans le Rush Hour. Vainqueur Ninja, Monster Stack 10 € ou encore 3e d'un Marathon Event lors des dernières Wina Series, Inauspicious n'a pas raté la tournée de Shooter tandis que YakariPush, très en forme ces derniers temps (victoire et seconde place Highroller, secondes place Gladiator et Battle Royale entre autres), a tiré dans le mille avec le Monster Stack 50 €.


Et ça continue encore et encore...

Titres dans le Tea Time et l'XTASE, finale sur l'XTREM ou le Marathon Championship des Series en 2020 : visiblement, StopHit88 n'a pas l'intention d'arrêter sa moisson de titres puisqu'il s'offre l'After Work de dimanche. Même son de cloche pour PicorNasal : déjà vainqueur Series, Nitro et finaliste Gladiator en avril, il se paye cette fois le Tea Time. Tarn9 a vu du pays dans le Flipper, et BOOKY02B a bien fait de miser sur le Dernier Round, tout comme Rom&MomProno sur le Pour la Daronne. L'ex-vainqueur Payback ou Le Totem PasPlusFish a encore montré, si besoin en était, qu'il n'était pas moins bon que tout le monde dans La Fièvre, crame x a mis le feu dans le Night Club, et Sam_Lowry semble avoir enfin trouvé chaussure à son pied dans le Monster Stack 10 €...

Bravo à tous pour vos perfs' du week-end et bonne chance aux tables de Winamax cette semaine !

Tous les tournois Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 265

MessagePosté le: 16/04/2021 14:24   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end de Funday sur Winamax

Les Winamax Series sont mortes... vive le Sunday Funday ! On vous déroule le programme d'un week-end qui pourrait bien vous emmener haut, très haut...

Vous venez de remplir vos poches de sesterces durant cette quinzaine de Winamax Series ? Cela tombe bien : bankroll renflouée et confiance au zénith sont les deux meilleurs compagnons à une table de poker. Vous avez connu un festival désastreux à deux doigts de l'énorme cagoule ? Laissez le passé derrière vous, remettez le facteur sur le vélo et repartez de l'avant pour effacer cette frustration. En clair, il n'y a pas de meilleur moment pour se lancer à l'assaut du Sunday Funday printanier qui se présente ce dimanche ! Car le concept lui, reste celui qui fait le succès de l'offre depuis les temps immémoriaux : six tournois disponibles à moitié prix et des dotations boostées pour culminer cette fois-ci à 1 150 000 €. Prime Time, XTASE, Battle Royale, Highroler, Purple et Grand Tournament : six fois plus de fun en perspective pour continuer de surfer sur les zéros !

Vous avez déjà mangé dans les airs ? Ah oui, le fameux plateau-repas dans un avion low-cost, entassé avec vos compagnons de vol… Le Sunday Surprise, lui, voit les choses en grand, bien plus grand, pour le prochain décollage du vainqueur de dimanche (10 €, 100 000 € garantis) : pour lui, les plats seront gastronomiques, et il ne mangera pas à côté d’inconnus mais bien installé avec cinq de ses proches. Et surtout, ce vol exceptionnel aura lieu... dans une mongolfière ! Tout en admirant les plus beaux paysages de la région parisienne vus d’en haut, notre champion se délectera ainsi d’un super dîner au champagne. On parie qu'il ne sera pas en retard au décollage ?

Davidi Kitai en héros d'une session Top of the Pok, c'est toujours un événement. Mais alors quand en plus l'apparition du Génie coïncide avec un dimanche soir de gala comme le Sunday Funday, vous pouvez être sûr de voir du beau poker jusqu'au bout de la nuit. Avant cela, son collègue du Team Winamax Aladin Reskallah lui aura chauffé le créneau sur Winamax TV, avec une soirée en direct ce vendredi soir, suivi 24 heures plus tard de l'ami Angelus. Le tout, à partir de 21h, histoire d'occuper vos longues soirées printanières confinées.

À moins que vous ne préféreriez les passer à taper le carton avec vos potes. Comment ça, ce n'est pas possible à cause des mesures sanitaires actuelles ? Vous n'avez jamais entendu parler des tournois et tables de cash game privées sur Winamax ? En No-Limit Hold'em ou dans la variante exotique de votre choix, de 25 centimes à 100 €, quelques clics suffiront pour mettre sur pied la partie de vos rêves et inviter une sélection de potes triés sur le volet. En revanche, on vous laisse gérer le trash talk entre vous...

Avec plus de 28 millions d’euros distribués sur les 199 tournois au programme durant douze jours, c'est une édition record des Winamax Series qui vient de s'achever. Et pour boucler ce déferlement de titres et de gros chèques, Yojimbooo a écrit la belle histoire du festival en s’adjugeant le 4 Million Event KO pour 300 000 € de gains, le tout après avoir remporté son ticket originel pour... 0 € ! D’autres heureux gagnants se sont également régalés dans les autres tournois Flights conclus ce jeudi, sans oublier une dernière fournée de champions des tournois sur un jour. On vous a récapitulé toutes les infos à retenir de ce mémorable Final Day dans notre récap’, agrémenté de tous les replays qui vont bien. Attention, ça dépote : âmes sensibles s'abstenir...

Il est presque passé inaperçu au milieu du déluge de millions qui s'est abattu durant les Winamax Series mais le deuxième Expresso à 1 000 000 € de l'année est tombé samedi dernier sur une table Nitro à 100 €. Pour découvrir en replay comment ce petit veinard de poas771 a réussi à banquer le jackpot de 800 000 €, et en attendant la toute première table à deux millions, on vous dirige vers notre article publié en début de semaine.

C’est vrai, ils ont quand même l’air de se la couler douce, les joueurs pros de poker. Mais méfiez-vous des apparences : tout n’est pas rose dans leur vie de gambleur, par exemple pour notre Team Pro Leo Margets qui a connu son lot de galères depuis le début de sa carrière. La Catalane a d’ailleurs décidé de vous raconter les pires prises de tête de ses années poker dans son dernier blog. Maintenant, vous saurez.

Les Oscars des Series

Notre semaine de vidéos est évidemment floquée du sceau des Winamax Series, à commencer par le replay intégral d’une ardente dernière soirée commentée par Kinshu et PonceP. Dans le Multiplex Poker de lundi, on a aussi interrogé Guillaume Diaz sur sa nuit de folie conclue par un titre et une seconde place contre Romain Lewis. Un Volatar qu’on retrouve également lors de son deep run sur le Highroller, tout comme LeVietF0u en action sur ce même tournoi. On termine avec un Top 5 des mains de la semaine qui va vous mettre la tête au carré, et sublimé par un fold distingué...

Bonne chance à tous aux tables et bon week-end sur Winamax !

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1483

MessagePosté le: 15/04/2021 13:11   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

KING5 : un Top 50 qui fait du bruit

Guillaume Diaz, Roroflush, Chevre.Miel et la pensionnaire du Stream Gang Rosalie : les regs se bousculent au Stade 4 du KING5.

Vous vous souvenez de Final Fantasy Crystal Chronicles ? Non, ce n'est pas une question piège, et on ne vous en voudra certainement pas d'avoir oublié ce spin-off, comprenez un épisode à part de la mythique saga créée par Square, sorti en 2004 sur Nintendo GameCube et "remaké" l'an passé sur Switch, PS4 et mobiles. Alors pourquoi ressortir cette vieillerie du placard me direz-vous ? Parce qu'au-delà de son statut vidéoludique disons oubliable, FFCC avait fait un pari, celui d'un épisode de Final Fantasy multijoueurs jouable en local... à l'aide de Game Boy Advance reliées à la console de salon par des câbles dédiés. Autant dire qu'il fallait être un jeune joueur fortuné, ou à défaut convaincant (merci papa, merci maman) pour profiter à fond de l'expérience avec ses amis, telle qu'elle avait été pensée par les développeurs.



Car le cristal du titre n'est pas là que pour servir de trame narrative, il est aussi au cœur du gameplay. Littéralement. Pour parcourir le monde hostile du jeu, recouvert du miasme, un étrange brouillard toxique qui menace d'engloutir les villes, le cristal est votre seul allié, créant une bulle de protection autour de vous et de vos petits camarades. Problème : il faut le déplacer en même temps que votre groupe pour conserver votre essentielle zone de confort. De la même manière que vous devez au moins voler les blindes à chaque orbite pour conserver un tapis décent à même de vous permettre de résister à vos adversaires.

C'est ici que la coopération rentre pleinement en ligne de compte. Même dans les moments les plus tendus, quelqu'un doit se dévouer pour transporter le cristal, ce qui l'empêche alors de pouvoir se battre ou utiliser quelque capacité que ce soit. Un sens du sacrifice doublé d'une nécessité d'entraide. Mais la collaboration ne s'arrête pas là. Même si FFCC est plus proche d'un hack'n slash à la Diablo que d'un RPG classique au tour par tour, chaque joueur garde un rôle bien défini au sein du groupe, le plus souvent déterminé par la race de son personnage. Mais en plus de ce traditionnel partage des tâches entre soigneur, magicien offensif et spécialiste du corps à corps, il est aussi possible de renforcer les sorts alliés en en lançant plusieurs dans la même zone, voire d'en créer de nouveaux en cas de combinaison spécifique.

Si vous étiez encore en course sur le KING5 ce mardi en vue d'une qualification pour le Stade 4, l'heure est maintenant venue de vous poser la question suivante : quel rôle avez-vous tenu cette semaine ? Celui du bon petit soldat qui sacrifie le beau jeu afin d'essayer de mener les autres à bon port ? Le pompier de service qui éteint les feux et soigne ses partenaires en cas de coup dur ? Le guerrier brutal qui fonce dans le tas à la recherche du kill ? Ou le mage plus en retrait qui frappe peu mais toujours juste ? Quoi qu'il en soit, on espère que vous avez réussi à amener votre cristal au niveau suivant.

Vingt familles, cent bonheurs

Toutes les familles heureuses se ressemblent, mais chaque famille malheureuse l'est à sa façon, écrivait Tolstoï. Malheureux, les Family Potes ne l’ont pas été hier, avec deux membres – morata et MR.Doni - atteignant le top 10 de leurs flights respectifs. Peu importe qu’aucun des trois autres ne soit parvenu à aller au-delà de la 117e place : avec 1 406 points, la smala se qualifie aisément pour le Stade 4 et termine en tête des 280 équipes engagées hier, loin devant les X-personnes, classées juste en dessous en grande partie grâce à la victoire de… volatile38, tiens tiens. Au milieu d’une quinzaine Series aussi chargée que lucrative (un titre et une place de runner-up face à Romain Lewis), le pro du Team a donc trouvé un peu de place dans son agenda surbooké pour mettre tout le monde d’accord dans notre freeroll par équipes.




Guillaume Diaz n’est pas le seul requin MTT ayant deep run le KING5 hier au beau milieu de ses douze tables Winamax Series, à en juger par la flopée de tweets de célébrations apparus sur notre écran ce matin. On prendra pour exemple Chevre.Miel (tiens, un autre joueur révélé par le concours Top Shark), remercié par la coéquipière FallGirl suite à sa sixième place sur son flight. Nicolas emmène donc avec lui Les shérifs (Rosalie, Cap Haddock, luxusreisen et Ajattelutapa - sacré assemblage !) au Stade 4.




En deuxième place du flight E, juste en dessous de Volatar, un pseudo bien connu des anciens se rappelle à notre bon souvenir : celui de Roroflush. Quasiment dix ans après avoir rangé stylo et appareil photo pour franchir le pas vers le métier de joueur pro, l’ancien « couvreur » - devenu papa entre temps, félicitations (tardives) - continue de gagner sa vie cartes en mains. Sous le pseudo LeGrandSoir, il avance Les topregs du MPT (où l’on reconnaît un autre blaze familier, celui de Clément « SMC Michigan ») d’un pion supplémentaire vers Las Vegas.

Elles figurent aussi dans le top 20 : LesChèvresBluffeuses, les Nosebide L’école Gus Hansen souhaite promouvoir un poker vitaminé et coopératif »), Les 5 faons tactiques (« Tout peut arriver dans la vie, la preuve, on réunit rennais et nantais au sein du même crew »), Los churros (où l’on retrouve un ancien de Wam-Poker, domino7) et enfin les 2 + 2 = 5. Le compte est bon !




C’était la dernière fois que les filets de (re)pêche du KING5 permettaient aux équipes classées hors des clous de se sauver in extremis : à partir de la semaine prochaine, tout faux pas sera fatal (voir plus bas) ! Parmi les dix équipes repêchées grâce à l’addition de leurs scores sur les deux Stade 3 : Dans la tête d’une Kro, Les 2be5, Les Whale Fish ou encore les WU TANK TANK CLAN.

KING5 : Les résultats du Stade 3-2 et le repêchage

On poursuit, mais sans "continue"



Terminé, le droit à l’erreur ! La semaine prochaine, il vous faudra être au taquet total : seulement 8 équipes sur les 50 au départ du Stade 4 se qualifieront pour les quarts de finale. Oui, vous ne serez que 50 joueurs sur vos tournois deepstacks, tous faisant partie d’équipes ayant tout de même franchi les trois premiers stades de ce KING5 : autant vous dire que le niveau sera forcément plus relevé et qu’il faudra jouer votre meilleur poker pour vous qualifier avec votre team. Et à partir de ce mardi 20 avril et jusqu’à la fin de la compétition, il n’y a plus de phase de repêchage ! Le jeu en vaut la chandelle : les membres des huit équipes qui iront au Stade 5 seront assurés de gagner chacun un package live pour les prochains Winamax SISMIX et Winamax Poker Open, avec toujours dans le viseur les WSOP. Une chose est sûre, tous les joueurs en lice pour ce Stade 4 ont déjà mis un assortiment de ticket d’une valeur de 100 € dans la besace… Mais ce n’est que le début de la belle histoire ! Allez, briquez vos manettes, et bonne chance à tous !

Toutes les infos sur le KING5
Le fonctionnement du championnat en détail

Les pages à suivre

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2, 3 ... 356, 357, 358  Suivante
Aller à la page :
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
visit counter