Se connecter
S'inscrire





Le fil des News
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2, 3 ... 334, 335, 336  Suivante
Aller à la page :
Auteur Message
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 523

MessagePosté le: 17/05/2019 16:35   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Des tournois en soldes, des satellites pour les WSOP et une bonne dose de bonne humeur sur Winamax TV : ce week-end, vous êtes pourris gâtés !

Sunday Surprise

Vous rêvez de participer aux World Series of Poker mais vous avez peur de vous faire dévorer par les meilleurs joueurs de la planète ? Rendez-vous dimanche à 20h30 sur le Sunday Surprise muni d'un billet de 10 € et vous allez pouvoir vous entraîner sans pression avant, peut-être, de remporter votre billet pour le voyage de votre vie ! Le vainqueur s'envolera à Las Vegas disputer deux Events des championnats du monde en complet freeroll, en plus d'avoir pris la plus grosse part des 50 000 € de dotation minimum du tournoi. Musclez-vous le poignet, les bracelets ne vont pas tarder.

Sunday Funday

Le dimanche n'est pas forcément le jour de la déprime, surtout pour nous autres joueurs de poker. Encore moins cette semaine, avec un programme aux petits oignons qui va transformer votre Sunday en Funday. Le Battle Royale (19h), le Prime Time (20h30) et le HighRoller (21h30) cassent les prix avec des buy-ins divisés par deux, de respectivement 100 €, 25 € et 125 €. Et pour ne rien gâcher, leurs garanties prennent un petit coup de boost puisqu'ils promettront tous les trois 50 000 € de prizepool minimum garanti. Vous allez enfin pouvoir flirter avec les highstakes sans risquer de trop vous cagouler.

WSOP

Il fait rêver ce Sunday Surprise, mais seul un joueur parmi les milliers de participants décrochera son sésame pour le temple du poker. Et vous n'êtes pas du genre à jouer des coudes au milieu de la foule pour obtenir votre dû, même si vous aimeriez bien aller faire un tour au Rio taper le carton pendant les World Series of Poker. Ça tombe bien, Winamax est le seul site français à vous qualifier directement pour les championnats du monde en partenariat exclusif avec les WSOP. Rendez-vous à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit sur nos Expresso Qualifiers à 6 € qui peuvent vous faire gagner votre package à 11 000 € pour le Main Event. Tout ce qu'on vous demande en échange, c'est une petite photo avec votre logo W lors de la remise du bracelet.

Kool Shen Show

Quoi de mieux pour se mettre dans un bon rythme avant le SISMIX qu'un Kool Shen Show 100 % rap français ? Kool Shen reçoit Zoxea et Busta Flex, briscards du hip-hop de l'hexagone depuis de nombreuses années, pour faire le point sur la production dans le rap et la filiation, discuter de la tournée NTM et faire le tour de leur actualité sur le plateau de Winamax TV. Sans oublier l'incontournable mix de DJ James en conclusion de l'émission. Programmez le réveil à 19h, la bonne humeur est garantie pour le reste de la soirée.

MounFight

Juste après Kool Shen, c'est un autre poids lourd de sa catégorie qui investira le studio de Winamax TV : Moundir est de retour pour une nouvelle édition du MounFight avec un casting deluxe : trois qualifié(e)s online et PsYkO17 vont se frotter à notre aventurier des heads-up en direct à partir de 20h30. Préparez les éponges, ça va transpirer.

Top 5

Cette 50e édition des WSOP tiendra-t-elle ses promesses ? Les Français vont-ils rentrer les valises chargées de breloques ? Le Team Winamax va-t-il tout rafler ? Phil Hellmuth remportera-t-il son 17e bracelet après son 1 324e pétage de plomb en direct ? Découvrez le Top 5 de nos prédictions à quelques semaines du grand barouf annuel des championnats du monde à Las Vegas.

Aladin

Mais au final, c'est comment la vie d'un joueur de poker ? Une question toute bête qui demande une réponse plus complexe qu'il n'y parait. Aladin Reskallah l'a souvent entendue, et il a profité du blog du Team pour y répondre une bonne fois pour toutes.

Les vidéos de la semaine

On vous laisse avec vos rendez-vous hebdomadaires de la semaine : le Top 5 des coups les plus dingos et le dernier (petit papillon parti trop tôt) épisode du parcours de Guillaume Diaz sur le Monster Stack des WSOP à Dans la Tête d'un Pro.






Bonne chance aux tables et bon week-end !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1112

MessagePosté le: 16/05/2019 17:47   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : Nos prédictions pour les WSOP

Que faut-il attendre de la 50e édition à venir des World Series of Poker ? A deux semaines du départ pour Vegas, nos reporters jouent les devins, avec plus ou moins de sérieux.

Tous les ans, à mesure que s'approche la date fatidique du lancement des World Series of Poker, c'est la même excitation. Las Vegas, les salles pleines du Rio, des dizaines de milliers de joueurs venus des quatre coins du globe en quête du trophée ultime : le bracelet de Champion du Monde. Comme depuis 2007, l'équipe des reporters Winamax sera sur place pour vous faire vivre l'événement de l'intérieur, à grand renfort d'articles, chroniques, interviews, vidéos et émissions spéciales, pour 44 jours de reportage en continu à partir du 3 juin. Parce que chaque année les dynamiques sont différentes et que chaque nouvelle mouture des WSOP apporte son lot de belles histoires, de surprises et de polémiques en tous genres, mais aussi et surtout, avouons-le, parce qu'on a voulu se faire plaisir, chacun des cinq futurs envoyés spéciaux à Sin City s'est livré au jeu des pronostics, sans rien se refuser. En attendant de pouvoir vibrer tout l'été, venez rêver avec nous.

Álex : vamos España!

Ces WSOP 2019 seront spéciaux pour moi. C'est la première fois que je couvre en entier le plus beau festival du monde. Au total, environ 45 jours sans interruption, au cours desquels je concentrerai mon attention sur les nombreux joueurs espagnols en quête de succès dans La Mecque du poker. Mes prédictions se concentreront sur cette Armada qui, j'espère, sera invincible !

Encouragés par les bons résultats obtenus lors de l'EPT Monte-Carlo, je suis persuadé que les nôtres vont réussir de belles choses à Vegas. L'an passé, Mario Prats avait remporté le seul bracelet espagnol de l'été. Cette année, j'ai envie de croire que nous allons faire mieux : je table sur deux titres WSOP ! Si je devais me mouiller sur les noms (et quelle meilleure occasion que maintenant), je parierais sur Juan Pardo et Vicent Boscà, deux joueurs qui seront présents sur toute la période, avec d'excellents résultats récents, aussi bien en live qu'online. À côté d'eux, je place bien sûr ma confiance en d’autres joueurs de talent tels que Sergio Aido, Juanki Vecino, Lánder Lijó, Jonathan Concepción, Javi Gómez, Ramón Colillas, sans oublier nos deux W rouges Adrián Mateos et Leo Margets (pardon à ceux que je n'ai pas mentionné ici - je vous aime tous).

Mais s'il y a un tournoi sur lequel nous voulons toujours voir briller les joueurs de notre pays, c'est bien le Main Event. L’année dernière, le Last Spaniard Standing était Samuel Bernabéu, tombé trop tôt, en 30e position. Je pense qu'en 2019, on peut faire beaucoup mieux ! Quitte à me lancer complètement, je vais miser sur l'accension en finale de Sergi Reixach, qui avait déjà signé un beau deep run en 2016.

Pour finir avec des chiffres, je suis prêt à parier que l'affluence globale de cette édition sera supérieure aux précédentes, malgré une très belle offre de tournois en dehors de Rio. Je serai d'ailleurs aussi attentif à ce que font les Espagnols dans les casinos du Strip comme le Venetian, le Planet Hollywood, l’Aria ou le Bellagio. Buena suerte a todos!

TapisVolant : #TeamCouvreurs en force !

Et si l’année 2019 était l’année des reporters ? Après la récente place de runner-up de notre confrère du Team PMU Greg Ceran-Maillard sur le WPT Deepstacks de Deauville (70 000 € !), ceux que l'on appelle les couvreurs auront à coeur de confirmer cet été à Las Vegas. Parce qu’en marge des bracelet au Rio, que nous allons raconter jour après jour dans ces colonnes, Sin City offre à tous la possibilité de trouver son bonheur dans les différents casinos de la ville. Greg, qui "ne manquerait pour rien au monde les tournois à 150 $ de 21h au Caesars Palace", loteries qu’il a dealé à plusieurs reprises, profitera de son état de forme actuelle pour tenter sa chance sur des buys-ins entre 400 et 1 000 $ à l’Aria ou au Venitian.

Sans faire de folies, la famille des reporters présents sur place devrait arpenter les festivals plus modestes pendant ses jours off, à commencer par les Grand Poker Series du Golden Nugget, sur lesquels s’étaient illustrés Flegmatic et votre serviteur en dealant un 150 $ à 1 944 entrants en 2017, mais également sur les Deepstack Extravaganza organisés comme chaque année au Venitian, paradis pour les joueurs de mid-stakes. Si vous nous voyez là-bas cette année, on n’y sera pas pour faire de la figuration !

Veunstyle : un Baumann de tête

Un soir de juillet 2012 à Las Vegas. Sur le parvis du Rio, les larmes coulent à flots chez les spectateurs français. Les WSOP sont terminés d’une part et, de l'autre, Gaëlle Baumann vient de finir 10e du Main Event. Un demi million de dollars de gains mélangés à un gigantesque sentiment de frustration : un cocktail mi-réjouissant, mi-triste pour celle qui a intégré le Team Winamax quelques mois plus tôt.

Mais les dieux du poker n’ont pas de mémoire et sept ans après ce terrible échec, celle qu’on ne présente désormais plus dans le monde entier et qui a bien roulé sa bosse depuis, marche dans des traces que l'on pensait effacées depuis… les siennes ! Non vous ne rêvez pas, en ce matin du 12 juillet 2019, Gaëlle est à nouveau sur la voie royale de la table finale. Sauf qu'à 01h12 très précisément, après avoir devancé près de 11 000 joueurs - record absolu en 50 ans d'histoire du Main Event des WSOP - le parcours d'O RLY prend un virage qu’elle ne connait que trop bien : direction ce fameux mur de la 10e place, en plein dans les portes de la table finale du plus beau tournoi du monde. Le coup fatidique ? Un full aux As battu.... par un carré ! Cela ne vous rappelle rien ?

Dans les tribunes, Harper est en miettes, inconsolable comme jamais, arrachant les longs cheveux de Davidi Kitai à défaut des siens. À côté, après avoir parié 95% de sa bankroll que sa pote du Team arriverait jusqu'en finale, LevietF0u est devenu LevietM0u. Même Mark Newhouse (deux fois 9e du Main Event en 2013 puis 2014) y va de son petit tweet cinglant : "You lost, bro @_O_RLY" Puis, comme une tornade qui vient dévaster Las Vegas, Stéphane Matheu annonce au micro de Kara Scott sa démission au monde entier, en direct sur ESPN : "I assume pleinement ze responsability of cet échec, et I shoot ze conclusions, en me retirant definitely de la vie pokeristique after the final table."

Un coup de tonnerre qui bouclera un été agité pour le Team Winamax. Trois fois encore cette année, Romain Lewis va caresser l'espoir d'un bracelet WSOP sans pouvoir l’accrocher à son poignet ; Ivan Deyra remportera lui sa première breloque, sur le 400 $ Online pour 67 022 $ et Guillaume Diaz va offrir au monde 43 épisodes de Dans la Tête d’Un Pro grâce à ses 33e, 47e et 52e places sur trois tournois à 1 000 $. Beaucoup de positif en soi, mais la coupe sera pleine pour le coach historique du Team Winamax, qui passera dans la foulée le relai à son successeur spirituel João Vieira, auteur d'un été à 42 ITM, un nouveau record. L’été se terminera donc de façon cruelle pour le clan français, avec une signature qui ressemble de plus en plus à un autographe officiel : "Gaëlle Baumann, 10e."

Flegmatic : le carnage de John Rambo

Le plan com' est parfaitement huilé. Un peu plus d'un mois après avoir fait monter de plusieurs crans le niveau de testostérone sur la Croisette, où il a présenté sous un tonnerre d'applaudissements musclés la cinquième partie de son biopic, Rambo V: Last Blood, l'inénarrable John Rambo prend l'avion direction Las Vegas. Dans son viseur, un seul tournoi : le Salute to Warriors, nouvelle épreuve ajoutée au programme de cette cinquantième édition des World Series. Ouvert à tous, cet Event promet de reverser 40 $ sur les 500 de chaque ticket d'entrée à une association de vétérans de l'armée américaine et s'achèvera le 4 juillet, jour béni du fameux Independence Day, la fête nationale américaine. Le couteau entre les dents pour son premier tournoi WSOP, l'ami Johnny se faufile tant bien que mal au coeur des lignes ennemies, perd son marcel vert entre deux bad beats mais parvient par se hisser jusqu'en finale, puis enfin en heads-up.

Torse bombé dehors, malgré les tentatives d'expulsions répétées d'agents de sécurité qui ne font pas le poids, ne lui reste plus qu'un seul adversaire à affronter et non des moindres : John Smith, vétéran comme lui de la guerre du Vietnam, double runner-up du Heads-up Championship en 2015 et 2016. Largement en sous-nombre en jetons, Rambo fait alors flèche de tout bois, comble l'écart et porte le coup de couteau final sur un hero call avec troisième paire, suite à un énième bluff de Smith.

Invité dans la foulée sur le tournoi réservé aux vainqueurs de bracelet, John Rambo renfile son costume d'Expendable, atteint de nouveau la TF mais s'incline cette fois en cinquième place, se faisant sauter dans un 3-barrel bluff avec 8-3 - sa main fétiche, année de sortie de son premier film - contre le carré floppé de Phill Hellmuth. Cette fois, c'était pas son tournoi. Titré deux semaines plus tôt sur le Poker Players Championship après avoir craché au visage d'un Daniel Negreanu hilare lors du heads-up final, le Poker Brat s'offre ensuite quant à lui son 17e bracelet. Sur sa photo de vainqueur, il apparaît torse nu, biceps bandés et bandeau rouge autour du crâne. Le retour en force de la folie Rambo.

Benjo : 5 bracelets français, minimum !

7 juin 2019. Casino Rio, Las Vegas. Anthony Picault est arrivé pile à l’heure dans l’Amazon Room : comme d’habitude, on lui a réservé une place de choix sur les gradins de la table finale. Au fil des étés, c’est devenu une tradition : le joueur amateur est systématiquement présent dans le rail pour soutenir les Français tout près d’un bracelet. "Tonyleon" est presque devenu une mascotte au sein du clan tricolore. Un soutien de toujours. Celui qui n’oublie jamais de mettre dans sa valise le drapeau bleu-blanc-rouge. Un motivateur de troupes. Un railbirder pro, quoi ! Qu’il connaisse ou pas le poulain assis autour de la table finale, que nous ayons affaire à un 1 000 $ Turbo ou la TF du Main Event, il est là. Son emploi du temps le lui permet : depuis des années, il ne joue plus de tournois, préférant désormais le cash-game et ses horaires plus flexibles. Mais en ce 13 juin, pas de chance : la finale de l’Event 28, un NLHE à 1 000 $, tourne court pour Erwann Pécheux, éliminé dès la deuxième main sur un banal coin-flip (AK contre les deux Valets de Manig Loeser, décidément en pleine bourre après sa victoire à l’EPT Monte-Carlo). Libéré de ses obligations de railbird, Anthony pense déjà au Venetian, où l’y attend une belle partie de PLO 2$/5$. Dans le couloir, Erwann l’arrête. "Merci, ça fait toujours plaisir d'être soutenu !" Les deux discutent quelques instants. Puis Erwann se sauve : "Je vais late reg le Millionaire Maker. Il y a encore plus de monde que les années précédentes !" Anthony le regarde partir, hésite un instant, puis se lance à sa poursuite. "Attends-moi !" Un million de dollars garantis pour le vainqueur d'une épreuve à 1 500 $ l’entrée : pourquoi ne pas mettre les cash-games en pause aujourd’hui ? Cinq jours plus tard, les objectifs des photographes seront bien trop petits pour capturer les dizaines de Français massés derrière Anthony Picault, bracelet en main et large sourire sur le visage…

La victoire d’Anthony marquera le coup d’envoi d’une véritable razzia tricolore sur les bracelets des WSOP 2019. Trois jours après Anthony, Ivan Deyra remportera le sien sans quitter la villa du Team Winamax, triomphant du PLO 6-max online les pieds dans la piscine, une assiette pleine de merguez à portée de main. Le H.O.R.S.E. à 10 000 $ verra la victoire d’un des meilleurs spécialistes de variantes qu’a jamais connu le poker français, le vétéran David Benyamine, qui signera-là un épatant come-back après plusieurs années de disette, onze ans après sa victoire en Omaha High-Low. En cette 50e édition des WSOP, le Seniors Event reviendra comme par hasard au joueur classé 50e sur la All Time Money List tricolore… un certain Michel Leibgorin, grand habitué de Las Vegas depuis plus de 15 ans. Sur le monumental Monster Stack, un ancien Top Shark nommé Ludovic Riehl fera mieux que Guillaume Diaz en 2018, allant jusqu’au bout d’un field de 7 000 joueurs et prouvant qu’il y a une vie après le Team Winamax. Enfin, sur le Main Event, Benjamin Pollak signera une nouvelle perf’ à sept chiffres, suffisante pour lui permettre de prendre la première place de la All Time Money List française. Mais Pollak ne gagnera pas le Main Event, en tout cas pas cette fois : pour sa seconde finale sur le Big One en trois ans, il devra se contenter de la huitième place. Son bourreau, en direct devant les caméras d’ESPN ? Un certain Moundir Zoughari, dont l’accession en finale du plus gros tournoi du monde va faire exploser les scores d’audience du streaming en France et provoquer un regain d’intérêt national pour notre jeu favori… La suite, on ne vous la spoilera pas : il faut tout de même garder quelques surprises en stock !

En attendant le lancement de notre reportage spécial WSOP début juin, faites vos prédictions ! Réagissez sur TwitterFacebook ou Wam-Poker.

Tous nos articles Top 5

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34061

MessagePosté le: 13/05/2019 18:29   Sujet du message: MTT : les résultats du 12 mai Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 12 mai

Vainqueur du Sunday Surprise, Pevipe remportera toute l'année 100 € pour chaque jour où le thermomètre atteint 30° dans sa ville. Pour info, il habite au sud de l'Espagne. Gloups.



Il n'a plus qu'à espérer du soleil. Beaucoup de soleil. En remportant le Sunday Surprise de dimanche soir, Pevipe empoche, en plus d'une somme rondelette (9 306 € après un deal conclu avec RABBIVEGAS) une proposition freeroll qu'il ne peut pas refuser, du genre ce celles où il n'y a rien à perdre et tout à gagner : au cours des 365 prochains jours, Winamax lui offrira 100 € par journée où le thermomètre de sa ville atteint les 30°.

Nous avons vérifié : Pevipe joue sur Winamax depuis la ville de Murcie, au sud-est de l'Espagne. A priori un endroit idéal pour remporter le Sunday Surprise d'hier soir : ces jours-ci, les températures dépassent déjà les 26 degrés, et le chiffre fatidique devrait être atteint dès mercredi ! "En février, ils ont déjà 30° certains jours", nous glisse un collègue ibérique du support. Madre de Dios, ne répétez pas ça au service comptabilité !

SUNDAY SURPRISE 10 € - 7 675 inscriptions (dont 1 669 re-entries) - Prizepool 69 075 €
Vainqueur : Pevipe - 9 306 € (après deal avec RABBIVEGAS)

High Stakes : Alexandra G persiste et signe

Une semaine à peine après avoir remporté le Battle Royale (et trois mois après s'être adjugé l'XTASE), Alexandra G continue de maîtriser son sujet sur nos tournois dominicaux les plus chers. Cette fois, c'est sur le Highroller que l'on retrouve ce pseudo au sommet (14 286 €), après 69 mains d'une TF entamée avec 32BB : découvrez-là ci-dessous en replay avec cartes dévoilées. Sur le podium, on salue le toujours présent EN_VACANCES (3e pour 7 227 €) et RealJ0hnD0e (runner-up pour 10 168 €).




HIGHROLLER 250 € - 261 inscriptions (dont 54 re-entries) - Prizepool 60 552 €
Vainqueur : Alexandra G - 14 286 €

BATTLE ROYALE 200 € - 332 inscriptions (dont 53 re-entries) - Prizepool 61 088 €
Vainqueur : B.LUBZSINSKY - 5 007 € + 6 484 €

XTREM 100 € - 420 inscriptions (dont 96 re-entries) - Prizepool 37 800 €
Vainqueur : Sh0rebreak - 7 550 € (après deal avec simbakubwa)

XTASE 100 € - 439 inscriptions (dont 87 re-entries) - Prizepool 39 510 €
Vainqueur : lioasroi - 3 065 € + 2 014 €

PRIME TIME 50 € - 1 774 inscriptions (dont 356 re-entries) - Prizepool 79 830 €
Vainqueur : luckydeman - 5 248 € + 4 302 €

WSOP : ValueMerguez grille la concurrence



Ivan "Value Merguez" Deyra a rejoint dimanche le club des qualifiés Winamax pour le Main Event des World Series of Poker. Il est le septième joueur à signer cet exploit depuis le lancement de notre campagne pour Vegas (exclusive en France, on le rappelle), et le deuxième du Team Winamax après Sylvain Loosli. Après avoir battu Sky Man en heads up et en attendant le départ pour Vegas, Ivan va pouvoir tranquillement établir le planning des barbecues dans la villa du Team, où il est chaque année le cuistot attitré pour tout ce qui a trait aux grillades. Vivement !

Ce dimanche marquait aussi l'ajout d'un deuxième satellite WOP reservé aux side events, en plus de celui habituellement programmé le mardi soir. Il a souri à Saperlipoket (probablement à prononcer avec l'accent de Marrakech) vainqueur devant cobra273x - ce dernier manque de peu un second package WSOP, quelques semaines après avoir ship sa qualif pour le Main Event. Au programme pour Saperlipoker : l'énorme Little One for One Drop à 1 111$ l'entrée, et le Double Stack, un deepstack à 1 500 $. Miam !



Satellite Main Event WSOP 500 € - 22 inscriptions (4 re-entries) - Prizepool 11 000 €
Vainqueur : Ivan "ValueMerguez" Deyra - package Main Event WSOP (11 000 €)

Satellite Side Events WSOP 125 € - 45 inscriptions (8 re-entries) - Prizepool 5 130 €
Vainqueur : Saperlipoket - package Side Events WSOP (5 130 €)



Les bourrins, les bûcherons, les bouchers, les barbares et les brutes épaisses : ils ont leur place dans le Top 5 des mains de la semaine, autant que les poissards, les pas en veine, les perdus, les peintres et les piteux. Envoyez nous vos coups les plus WTF à multiplex@winamax.fr.




Un pseudo surgi du passé



On a du se pincer au moment de découvrir les résultats du Cocktail : au sommet, un certain Kariboo86. Ce pseudo rappelera peut-être des souvenirs aux plus anciens d'entre vous : Julien (son prénom dans le civil) fut un temps l'un de nos meilleurs joueurs de MTT sur Winamax, ce qui lui valut une invitation pour faire partir de l'écurie Local Heroes, sorte de volet online du Team Winamax qui n'existe plus aujourd'hui.





Tous les tournois Winamax


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 523

MessagePosté le: 10/05/2019 16:44   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Un Sunday Surprise caniculaire, des WSOP à la carte, les derniers préparatifs pour le SISMIX... Plus de doute : ce week-end, l'été est arrivé sur Winamax.

Sunday Surprise

Oubliez vos convictions environnementales le temps d'un tournoi : dimanche, le réchauffement climatique aura du bon pour le vainqueur du Sunday Surprise (20h30, 10 € et 50 000 € garantis). Il recevra 100 € pour chaque jour où la température dépasse les 30° dans sa commune pour l'année à venir ! Vous êtes chauds ?

Qualifs WSOP

Le grand bal des qualifications pour les championnats du monde continue de battre son plein : chaque dimanche à 21h, vous pouvez décrocher la lune en remportant votre package à 11 000 € pour le Main Event des WSOP et disputer le tournoi dont rêvent tous les joueurs de la planète. Qualifiez-vous à partir de 10 € pour disputer le satellite à 500 € pour rentrer dans la cour des grands par la petite porte. Vous pouvez également gagner votre package pour seulement 6 € et en une poignée de minutes sur nos désormais incontournables Expresso Qualifiers, à la manière de River4max, premier veinard à avoir chopé le jackpot.

NOUVEAU ! Nous avons rajouté un second satellite Side Events WSOP le dimanche à 21h (en plus de ce lui du mardi) L'entrée est à 125 € pour obtenir votre package à 4 450 € comprenant les entrées au 1 111 $ Little One for One Drop et au 1 500 € NLHE Double Stack des championnats du monde. See you in Vegas !

SISMIX

On y est : J-10 avant la giga fiesta du SISMIX Costa Brava. Si les qualifications online sont désormais terminées, vous avez encore jusqu'au vendredi 17 mai pour vous inscrire en ligne et vous pouvez acheter votre entrée au Main Event et au High Roller dans notre boutique jusque dimanche 12 mai, histoire d'éviter de faire la queue sur place. N'oubliez également pas que des satellites pour le Main seront programmés sur place, ça vaut le coup d'y tenter sa chance. Allez, on se dépêche de boucler sa valise et on se retrouve autour d'un mojito autour de la piscine ? Hasta la vista !

Multiplex

Dimanche, LeVietF0u débarque sur le plateau du Multiplex Poker pour illuminer votre début de soirée à partir de 19h. Le plus truculent membre du Team Winamax pourra débrief son challenge fou, fou, fou qu'il a disputé toute la semaine sur les tables de PLO5 et faire le tour de l'actu en compagnie de vos hôtes de la soirée, Harper et Flegmatic.

Top of the Pok

À 20h30, c'est au tour de Top of the Pok d'investir Winamax TV pour une nouvelle session de tournois dominicale en compagnie d'un requin en la matière, Nicolas Burtin, que vous connaissez certainement mieux sous le pseudo énigmatique (ou pas) de "0647966152". Le joueur régulier des plus hautes-limites vous montrera tout son talent sur les plus belles tables de la soirée et vous pourrez l'affronter sur le traditionnel tournoi privé "Top of the Pok" à 21h30 (mot de passe : winamaxtv) pour tenter de gratter un des nombreux tickets ajoutés au prizepool.

Top 5

Rome ne n'est pas faite en un jour, et le poker non plus figurez-vous. Découvrez les acteurs des étapes marquantes de la construction du jeu sur lequel nous passons tous beaucoup trop de temps dans le Top 5 des inventeurs du poker.

Blog

La saga palpitante de la rencontre entre Pierre Calamusa et Tony Miles se termine dans le quatrième épisode de l'American Story du VietF0u sur le blog du Team. Epilogue ou début d'une nouvelle histoire, à vous de juger.

Vos vidéos du week-end

On termine en beauté avec le Top 5 des plus folles mains de la semaine, le septième épisode de Dans la Tête d'un Pro de Guillaume Diaz sur le Monster Stack des WSOP et l'aftermovie du week-end magique de la dixième édition du Winamax Club Trophy.



Bonne chance aux tables et bon week-end sur Winamax !


Sunday Surprise

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34061

MessagePosté le: 10/05/2019 16:15   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : Les inventeurs du poker




Texas Hold'em, tournoi, satellite, télévision, jeu en ligne : tour d'horizon des pionniers du poker et des inventions qui ont marqué à tout jamais notre jeu préféré.

Texas Hold’em : le grand flou



Un jeu aussi riche et complexe que le poker n'est pas apparu en un jour : plusieurs siècles de tâtonnements ont été nécessaires pour qu'il arrive à sa forme actuelle. Il a d'abord fallu que quelqu'un se réveille avec l'idée de peindre des motifs sur des plaques de bois (c'était en Chine, aux alentours du 9e siècle) : les cartes à jouer étaient nées. Avance rapide jusqu'au 18e siècle : nous autres Français commençons à utiliser des petits objets de différentes formes et couleurs pour compter les points lors de nos parties de cartes. Hop, voilà les jetons ! Traversons l'Atlantique, direction le Mississippi. C'est là que les Américains vont reprendre à leur compte et triturer les règles d'anciens jeux de cartes joués dans les salons bourgeois de la vieille Europe (le poque français, le primero italien, le brag anglais) et se servir des jetons pour y incorporer la mise, et donc le bluff ! L'ajout de cet élément capitaliste, introduisant la cruciale notion de risque, sera déterminant pour démarquer le poker de tous les autres jeux. Nous étions en pleine Ruée vers l'Or, l'Amérique sauvage était le terrain de toutes les entreprises les plus dangereuses : l'époque se prêtait parfaitement à l'émergence du poker, qui se répandit rapidement à travers les saloons, sur les bateaux, dans les casernes et les exploitations minières. En 1850, le jeu de 52 cartes était la norme depuis longtemps, et pour la première fois était publié un livre de règles mentionnait l'existence du tirage de cartes au poker fermé.



Tout cela est fascinant, mais ne nous dit pas qui a inventé la forme de poker la plus populaire aujourd'hui, aussi simple à apprendre que complexe à maîtriser : le Texas Hold'em. Un comble : tout le monde en connaît désormais les règles, sans vraiment savoir d'où il vient. Une seule chose est sûre : le Texas Hold'em (2 cartes cachées en main, 5 cartes ouvertes au milieu) est le rejeton du Stud à 7 cartes né pendant la guerre de Sécession. Pour le reste, les sources sont rares et se contredisent. Prenons-en une très officielle : le gouvernement du Texas, qui a adopté en 2007 une résolution reconnaissant la ville de Robstown comme étant celle où fut jouée la toute première main de Texas Hold'em, "au début du 20e siècle." Une déclaration qui ne se base sur aucun fait historique prouvable, et qui sent le coup de pub à plein nez : entre les années 1900 et la fin des années 50, très rares sont les témoignages de parties de poker jouées avec deux cartes en main et un flop au milieu de la table. Dans son autobiographie The Godfather of Poker, Doyle Brunson (photo) explique avoir joué pour la première fois au Hold'em aux alentours de 1958. Le jeu s'appelait alors "hold me darling", et Texas Dolly en est certain : "cette variante venait tout juste d'être inventée."



Si l'on jette un œil à la liste des membres du Poker Hall of Fame (sorte de galerie des immortels du poker, créée en 1979 au casino Binion's Horseshoe), on remarque que la promo 1980 ne comporte qu'un seul nom, intronisé de façon posthume : Blondie Forbes (photo). Décrit comme un de ces "road gamblers" qui sillonnaient l'Amérique à la recherche de parties, Forbes est crédité comme ayant inventé le Hold'em... à une date qui reste à ce jour inconnue ! Autre professionnel de la glorieuse époique des hors-la-loi, Felton "Corky" McCorquodale avait fait partie des premiers entrants au Hall of Fame un an plus tôt (posthumément aussi), ayant été reconnu comme ayant amené le Hold'em à Las Vegas. En ce qui le concerne, on a une idée plus précise du moment : c'était aux alentours de 1963.



Fascinés par cette variante no limit où il fallait souvent miser lors de quatre tours d'enchères consécutifs pour aller jusqu'au bout d'une main (multipliant ainsi les possibilités de gains - et de pertes !), des joueurs pros de l'époque comme Crandell Addington, Johnny Moss, et Amarillo Slim ont rapidement fait du Hold'em leur jeu préféré. Le point commun entre tous ces joueurs qui ont les premiers défendu et popularisé le Hold'em : tous venaient du "Lone Star state", autrement dit le Texas. Voilà qui explique l'origine du nom... sans pour autant dissiper les nombreuses zones d'ombres subsistant autour de la variante numéro 1 du poker.

Les tournois : Tom Moore et Vic Vickrey (Reno, 1969)



Vrai ou faux ? Le concept de tournoi de poker est né en 1970 à Las Vegas, en même temps que les World Series of Poker. La vérité se situe quelque part entre les deux. Beaux joueurs, les organisateurs du plus ancien festival de poker l'admettent eux-mêmes sur leur site officiel : en lançant les WSOP en 1970 au sein de son Binion's Horseshoe, Benny Binion s'était fortement inspiré d'un évènement auquel il avait été invité un an plus tôt à 700 kilomètres de Las Vegas, à Reno (Nevada). La "Texas Gamblers Reunion" était le bébé de Tom Moore, patron du Holiday Casino et Vic Vickrey, gambler réputé dans le milieu. Les deux avaient de grands projets et une belle idée : réunir pour la même partie, étalée sur plusieurs jours, la fine fleur des joueurs de cash-games de l'époque : Jimmy "The Greek" Snyder, Doyle Brunson, Puggy Pearson, Amarillo Slim... et Benny Binion, donc. Deux douzaines de joueurs en tout. Pour des raisons oubliées de l'histoire, il n'y eut jamais d'autre édition de cette réunion entre texans : l'année suivante, Binion (qui cherchait desépérément un concept qui pourrait permettre à son petit casino de sortir du lot au milieu des gros établissements qui commençaient à fleurir dans le Las Vegas de l'époque) reprit le flambeau avec la bénédiction de Moore et Vickrey.



Avec les WSOP, Benny Binion (photo) obtint le succès que l'on connaît... même si les premières éditions des WSOP furent balbutiantes. Ainsi, la première édition des Championnats du Monde ne fut qu'un simple cash-game réunissant une poignée de joueurs (7 selon Wikipedia), à l'issue de laquelle on demanda à chacun de voter pour celui qui leur avait semblé le meilleur. Anecdote connue de tous : tout le monde vota pour lui-même, forçant Binion à reposer la question, en leur demandant cette fois de voter pour le deuxième meilleur joueur. Johnny Moss fut cette fois élu haut la main. L'année suivante, le format freezeout fut instauré, avec un droit d'entrée de 5 000 $. Désormais, perdre ses jetons signifiait l'élimination définitive de la partie : le concept de tournoi tel qu'on le connaît aujourd'hui était véritablement né (L'idée est attribuée à Puggy Pearson, vainqueur de l'édition 1973 du Main Event, année où d'autres variantes apparurent au programme) L'emblématique bracelet, lui, ne fera pas son apparition avant 1976, et ce n'est qu'en 1978 que le prize-pool du Main Event commencera à être divisé entre les meilleurs joueurs, remplaçant l'impitoyable format winner take all qui était la règle jusque-là. L'histoire retiendra que l'Irish Poker Open fut le tout premier festival de poker organisé en Europe, lancé en 1980 par Terry Rogers, bookmaker Irlandais qui faisait le voyage à Vegas chaque année pour proposer des cotes sur les participants des WSOP. Le festival existe encore aujourd'hui.

Les satellites : Eric Drache (Las Vegas, 1983)



1983. Les WSOP fêtent leur 14e édition et au sein du clan Binion, le constat est plutôt amer : leur beau festival de poker peine à intéresser les foules. Certes, la victoire en 1972 du charismatique Amarillo Slim, grand dadais au look de cow-boy et aux punchlines bien dosées, lui a valu quelques invitations dans les talk shows nationaux, et les équipes de CBS Sports se sont pointées au Horseshoe l'année suivante pour filmer de près cette population étrange que sont les joueurs de poker pros. Malgré cette publicité gratuite, les chiffres des WSOP ne décollent pas. En 1982, l'affluence au Main Event a certes dépassé pour la première fois les 100 joueurs, mais cela reste bien en deçà des ambitions des Binion. Pire : les amateurs sont aux abonnés absents, condamnant les requins à se manger entre eux. D'ailleurs, ce sont toujours les mêmes pros qui gagnent : Johnny Moss, Doyle Brunson, Bobby Baldwin, ou ce gamin de New York, Stu Ungar, qui a pris tous les vieux texans par surprise en remportant le Main Event deux années de suite en 1980 et 1981.



10 000 dollars pour se payer le Main Event en 1983, cela représente 25 500 dollars d’aujourd’hui. Une sacrée somme que seuls quelques riches businessmen peuvent se permettre d'aligner pour avoir le privilège de flamber contre des joueurs dont plumer les fish est le métier. Comment faire venir plus d'amateurs aux WSOP ? Entre en scène Eric Drache (photo). A 40 ans, Drache est un joueur de Stud accompli mais a d'autres ambitions : loin de vouloir se cantonner à un rôle de joueur, c'est du côté des coulisses qu'il lorgne. Par chance, les bosses de Las Vegas se sont entichés et voient en lui un manager dans l'âme : ils lui confient la gestion de la salle de poker du Golden Nugget, puis des World Series of Poker. Pressé de trouver une idée pour booster l'affluence du Main Event, Eric Drache se réveille un matin avec une idée limpide, miraculeuse, qui allait impacter vingt plus tard le monde du poker au-delà des rêves les plus fous de Benny Binion : pourquoi ne pas réunir dix joueurs autour d'une seule table, chacun payant 1 000 $ pour disputer en vitesse un mini tournoi ? Le gagnant de cette partie repartira ainsi avec une enveloppe de 10 000 $ qualificative pour le Main Event, en ayant investi seulement un dixième de la somme.



Coup sur coup, Eric Drache venait d'inventer le Sit&Go et le satellite. Tom McEvoy fêtera la naissance de ce concept lumineux en devenant aussitôt le premier vainqueur du Main Event issu d'un de ces tournois de qualification. Si l'impact de cette invention restera limité au cours de ses premières années d'existence (ce n'est qu'en 1991 que le Main Event franchira la barre des 200 joueurs), son génie deviendra évident avec l'avènement du poker en ligne au début des années 2000, et la victoire de Chris Moneymaker en 2003, premier qualifié Internet de l'histoire à soulever le trophée. L'année suivante, l'affluence sur le Main Event triplait, portée par des centaines de satellites en ligne, et pas moins de quatre qualifiés online étaient présents autour de la finale, dont le vainqueur Greg Raymer.



De nos jours, l'invention d'Eric Drache (qui a rejoint le Hall of Fame en 2012 après s'être reconverti dans la production télé d'émissions cultes comme Poker After Dark ou High Stakes Poker, et nous a offert un très beau moment lors de la finale de Stud des WSOP 2009) reste le moyen le plus sûr de participer au Big One à peu de frais. De nombreuses variantes se sont développées (satellites multi-tables, double shootouts, Expresso, voire même des freerolls comme le KING5 de Winamax) mais les bons vieux Sit&Go une table restent légion au Rio durant les semaines précédent le coup d'envoi. Le jour de la fermeture des inscriptions, on peut chaque année assister à des scènes d'une frénésie sidérante : des Sit&Go "flash" à 1 000 $ durant en tout et pour tout... une seule main !

Pour vous qualifier sans quitter votre fauteuil, rendez-vous sur Winamax, partenaire exclusif des WSOP sur le territoire français.

La télévision : Henry Orenstein (1997)



On l'a vu, la télévision s'était intéressée au poker dès les années 70, les chaînes CBS puis ESPN diffusant annuellement des montages des meilleurs moments des WSOP de l'époque, le plus célèbre d'entre eux restant la dernière main du Main Event 1988, un slowplay de Johnny Chan face à Erik Seidel immortalisé dans Les Joueurs. Mais tout cela restait encore très rudimentaire et superficiel : on avait l'impression de regarder un documentaire plutôt qu'une véritable compétition.



Tout cela a changé grâce au génie d'un fabricant de jouets d'origine polonaise nommé Henry Orenstein (photo). Réfugié aux Etats-Unis après avoir survécu aux camps de concentration nazis, Orenstein avait gagné son premier million de dollars en concevant des poupées moins chères que les modèles les plus en vogue de l'époque. Détenteur de plus de cent brevets (dont celui des jouets Transformers), Orenstein était aussi un passionné de poker, habitué des salles de Los Angeles et Las Vegas durant les années 90, et détenteur d'un bracelet remporté en Stud en 1996. Frustré par les émissions de l'époque, c'est lui qui eut le premier l'idée d'une table de poker adaptée à l'installation de mini-caméras devant chaque joueur, permettant de filmer leurs cartes cachées et de les transmettre à une régie.

Déposé en 1994, le brevet US5451054A fut mis en application pour la première fois en 1997, lors de la première saison de l'émission britannique Late Night Poker (à laquelle participait un certain Michel Abécassis) Elle allait se généraliser grâce au succès du World Poker Tour (succès immédiat dès 2002) avant de conquérir tous les circuits majeurs.



Intronisé dans le Poker Hall of Fame en 2008 et aujourd'hui âgé de 95 ans, Henry Orenstein trouve encore le temps de taper le carton, en témoigne une 8e place lors de l'épreuve de Stud à 10 000 $ des WSOP 2014.

Sur Internet : Randy Blumer et Planet Poker (1998)



Passe-temps préféré de l'Amérique, le poker n'a pas manqué le train de l'informatisation galopante des années 70 et 80 : bien rares sont les ordinateurs et consoles de jeu n'ayant pas eu droit à un ou plusieurs logiciels de poker. Mais évidemment, il ne s'agissait-là que de poker en play money, hors ligne et sans réel enjeu (sauf, à la limite, si l'on mettait la main sur l'un de ces softs de strip poker douteux avec leurs gros pixels à quatre couleurs - les geeks de plus de 30 ans parmi confirmeront). Pour jouer au poker avec de vrais humains devant un ordinateur, il a fallu attendre les années 90 et l'IRC (pour Internet Relay Chat, l'ancêtre des Discord, Slack et Facebook Messenger d'aujourd'hui). Là encore, ce n'était que du play money primitif, même si quelques geeks assidus de l'époque sont par la suite devenus de grands champions, comme Chris Ferguson.



Le poker en ligne real money est officiellement né le 1er janvier 1998 sur un site nommé Planet Poker, avec une partie de Limit Hold'em aux enchères 3$/6$. A cette époque, le No Limit était encore très d'être la tendance dominante, les WSOP n'attiraient pas plus de 400 joueurs, et seules les universitaires et les militaires avaient accès à l'Internet en haut débit. Malgré cela (et malgré d'innombrables problèmes techniques propres à toutes les entreprises pionnières), le site fondé par l'Américain Randy Blumer (photo) a rapidement prospéré, et fait des envieux : dès 1999, un premier concurrent apparaissait : Paradise Poker.



Dans le monde du business, les premiers arrivés ne sont pas souvent ceux qui repartent avec le plus gros magot. Rapidement dépassée par des concurrents tirant les leçons des erreurs de jeunesse de Planet Poker, la salle de Blumer stoppa ses activités en real money en mars 2007, après presque dix ans d'activité, six mois après le vote aux USA de la loi UIGEA, qui restreignait drastiquement les flux financiers entre les banques US et les sites de jeux en ligne offshore. A ce moment, l'industrie du poker en ligne pesait déjà plusieurs milliards de dollars, happés par des sites arrivés bien plus tard : PokerStars, Party Poker... Pas rancunier, Blumer est resté en contact avec le poker, offrant ses services de consultant à différents sites, et atteignant la deuxième place du Sunday Million de PS en 2007. En attendant une prochaine inclusion dans le Poker Hall of Fame, il peut se consoler avec la reconnaissance des joueurs online, qui ont voté en masse en 2015 pour l'introniser à son pendant online, l'Internet Poker Wall of Fame...

Tous nos articles Top 5

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34061

MessagePosté le: 07/05/2019 11:06   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 5 mai

Tandis que Naza114 atteignait la 2e place de notre Grand Tournament mensuel à 1 000 €, JoaoBarbosa disputait trois finales et remportait le Highroller. Vous l'avez compris : pour gagner hier, il valait mieux s'appeler João.



Les délices de la Thaïlande s'offrent à matt95fr, le vainqueur du dernier Sunday Surprise, après un deal à 4 et un duel rondement mené contre curevor - un sacré client : vous vous rappelez peut-être de sa victoire sur le Highroller Million lors des Winamax Series de janvier 2018. Entre la visite de la mégalopole Bangkok, une croisière le long des khlongs et quatre nuits de farniente au bord des plages de Phuket, c'est un séjour bien rempli qui attend notre heureux vainqueur. Et comme d'habitude, cela se passera aux frais de la princesse, en plus des 9 451 € de la victoire !

SUNDAY SURPRISE 10 € - 8 400 inscriptions (dont 1 829 re-entries) - Prizepool 75 600 €
Vainqueur : matt95fr - 9 896 € (après deal à 4)

Grand Tournament : l'exploit de Chichenitza



Le premier dimanche du mois est toujours un jour particulier pour les pros et les amateurs de tournois chers. C'est ce jour-là que nous proposons le seul et unique tournoi à 1 000 € l'entrée du mois : le fameux Grand Tournament. Emprunté à un site archéologique incontournable pour quiqconque visite le Mexique, le pseudonyme du vainqueur de l'édition de mai - Chichenitza - ne nous est pas familier : aucune trace de ce nom dans les archives de nos compte-rendus dominicaux. Mais il ne fait peu de doutes que nous avons affaire là à un joueur sérieux, très sérieux. Pour au moins trois raisons :

1/ Chichenitza est arrivé en finale du Highroller avec le 6e tapis parmi les 7 derniers joueurs : à peine 8 blindes !
2/ C'est avec 4 fois moins de jetons que son dernier adversaire qu'il a entamé le duel final.
3/ Le nom de ce dernier adversaire ? Joao Vieira, alias Naza114. Autrement dit l'un des joueurs de MTT les plus performants et les plus craints de l'histoire du poker en ligne.

Bravo à Chichenitza, qui remporte 35 141 € ! Pour découvrir comment il s'est sorti de ce guêpier, jetez-vous sur le replay avec les cartes révélées :





Habitué des titres et finales dominicales sur Winamax, Joao Vieira a encore mouillé le maillot hier soir


JoaoBarbosa sur tous les fronts

Sur les autres gros tournois de dimanche, JoaoBarbosa passe une soirée exceptionnelle avec, dans l'ordre, une 7e place sur l'XTREM (1 244 €), un podium sur le Battle Royale (5 926 €) et enfin la victoire sur le Highroller (15 644 €). Rien que ça ! Pour des raisons de confidentialité, on ne saurait vous confirmer si derrière ce pseudo se "cache" le premier vainqueur portugais de l'histoire sur le circuit EPT (c'était à Varsovie, en 2008), mais au pôle rédac' on a envie de dire (sans avoir vérifié) que c'est bel et bien le cas : celui qui se cache derrière ce pseudo semble disposer d'un certain talent pour le Texas Hold'em sans limite de pot. Pendant ce temps, l'incontournable MAMARAZZI s'est défait du très en forme Ya 2 ecoles en heads up de l'XTASE, et le Prime Time est revenu à LucienMain.

GRAND TOURNAMENT 1 000 € - 145 inscriptions (dont 32 re-entries) - Prizepool 137 750 €
Vainqueur : Chichenitza - 35 141 €

HIGHROLLER 250 € - 292 inscriptions (dont 60 re-entries) - Prizepool 67 744 €
Vainqueur : JoaoBarbosa - 15 644 €

BATTLE ROYALE 200 € - 414 inscriptions (dont 82 re-entries) - Prizepool 76 176 €
Vainqueur : Alexandra G - 6 049 € + 6 795 €

XTREM 100 € - 484 inscriptions (dont 123 re-entries) - Prizepool 43 560 €
Vainqueur : GIBILY - 9 246 €

XTASE 100 € - 462 inscriptions (dont 88 re-entries) - Prizepool 41 580 €
Vainqueur : MAMARAZZI - 3 218 € + 4 076 €

PRIME TIME 50 € - 1 866 inscriptions (dont 359 re-entries) - Prizepool 83 970 €
Vainqueur : LucianMain - 5 531 € + 3 913 €



"JoaoBarbosa" est-il vraiment Joao Barbosa ? On n'en sait rien, mais ses perfs d'hier soir nous laissent rêveurs

On connaît les derniers qualifiés du SISMIX

Les qualifications en ligne pour le SISMIX Costa Brava se sont terminées dimanche soir avec les victoires de LjmD, TWINS666 et 4-2sokmydick sur le satellite rebuy à 10 € et celles d'Osito444 et Sissendeux sur le satellite à 125 € pour le Highroller. Dire que les qualifs' pour notre premier tournoi jamais organisé en Espagne ont bien marché relève de l'euphémisme : vous avez été plus de 400 à décrocher votre siège au cours des trois derniers mois ! C'est un record absolu pour un évènement Winamax "en dur" : il est maintenant temps pour nous de faire un très gros virement au Gran Casino Costa Brava, et de compter les jours qu'il nous reste avant d'envahir Lloret de Mar (14 !) Si vous n'avez pas réussi à décrocher votre siège en ligne, quelques satellites live seront organisés sur place du 20 au 26 mai. Pendant que je vous tiens, nous avons récemment publié la FAQ officielle du SISMIX, bourrée à craquer d'infos utiles : si vous avez prévu de venir, sa lecture est indispensable.

Du côté de la campagne WSOP, exclusive en France, bravo à Fran6lallan : le fan de l'auteur/compositeur/interprète/gilet jaune aux cuissardes est devenu hier le sixième joueur à remporter sa qualification pour le Main Event. A partir de cette semaine, l'escarcelle de qualifiés va grossir à rythme bien plus soutenu : nous venons de lancer les Expresso WSOP ! Pour 6 €, quelques minutes pour suffiront pour, peut-être, partir à Vegas et jouer le plus beau tournoi du monde...



Satellite Winamax SISMIX Costa Brava 10 € - 193 inscriptions (116 add-ons) - Prizepool 3 735 €
LjmD, TWINS666 et 4-2sokmydick - packages SISMIX Main Event (1 100 €)

Satellite SISMIX High Roller 125 € - 32 inscriptions (2 re-entries) - Prizepool 3 648 €
Vainqueurs : Osito444 et Sissendeux - ticket SISMIX Highroller (1 000 €)



Satellite Main Event WSOP 500 € - 28 inscriptions (6 re-entries) - Prizepool 13 160 €
Vainqueur : Fran6lallan - package Main Event WSOP (11 000 €)



Depuis un hero call foireux jusqu’à un carré battu en passant par une Royal Flush rentabilisée au maximum, tout ce que le poker a de plus fou est dans notre Top 5 des mains de la semaine. Envoyez nous vos moments les plus violents (dans un sens comme dans l'autre) à multiplex@winamax.fr.






Les regs répondent présent



Pas mal de multirécidivistes dans la liste des gagnants en mid-stakes d'hier, à commencer par le vainqueur du Top 50 TriiperShhht, que l'on a déjà vu trois fois au sommet d'une épreuve Winamax Series au cours des 12 derniers mois. Gagnant sur le Team Time, salmorejoooo avait déjà ship le Highroller en janvier de cette année, tandis qu'Y.TheSnaiL poursuit sur sa bonne lancée en remportant l'After Work quelques mois après avoir atteint la TF du Main Event. Aussi, bravo à elfenekXII, sacré pour la deuxième fois sur La Fièvre en 2019.





Tous les tournois Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 523

MessagePosté le: 03/05/2019 17:09   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

On vous envoie en Thaïlande, en Espagne et à Las Vegas tout en vous faisant vibrer à distance depuis Monte Carlo : préparez votre passeport, ce week-end, vous allez voyager.

Sunday Surprise

Et si on arrêtait de guetter le retour du soleil pour aller directement chercher l'été là où on est sûr de le trouver ? Rendez-vous dimanche à 20h30 sur le Sunday Surprise pour commencer la saison des barbec' et de la crème solaire en avance : pour 10 €, le vainqueur remportera un voyage en Thaïlande qui risque de faire pâlir de jalousie vos potes. Et c'est en bonus de la plus belle part des 50 000 € de dotation minimum garantie.

Main Event

Chaque semaine, vous lisez avec envie le récap' hebdomadaire du Main Event en rêvant d'y voir un jour inscrit votre pseudo ? C'est peut-être votre tour ce week-end : on a décidé de casser les prix en faisant passer exceptionnellement le buy-in de notre plus beau tournoi hebdomadaire de 125 € à 50 € ! Rendez-vous dimanche à 16h pour le Day 1A pour tenter de gratter votre part des 100 000 € de dotation minimum à moindre prix. Et si vous êtes encore un peu juste en gestion de bankroll, des satellites vous envoient sur la Rolls de nos tournois réguliers pour une bouchée de pain tous les jours.

SISMIX

Dernier appel, dernier appel ! Tous les joueurs qui n'ont pas encore obtenu leur ticket pour participer à la grande fiesta du SISMIX Costa Brava du 20 au 26 mai à LLoret de Mar sont appelés à se présenter pour le tout dernier satellite à 10 € Rebuy programmé dimanche, à 21h15, ou sur nos Expresso Qualifiers à 6 € qui tourneront encore à plein régime jusque lundi. Passé ce délai, il ne vous restera plus qu'à vous brancher sur le coverage et le streaming du festival le plus taré de l'année avec une paquet de mouchoirs pour sécher vos larmes. Buena suerte !

Coverage EPT

Aladin Reskallah est en train de vivre et de nous faire vivre un rêve éveillé à l'EPT Monte Carlo. Encore en course à 20 joueurs restants, le double vainqueur de la Top Shark a toutes les cartes en main pour taper la perf' de sa vie, et tous ses fans retiennent leur souffle. Pour revivre et ne pas manquer une miette de son parcours incroyable, rendez-vous sur le coverage de Flegmatic, envoyé spécial à Monaco. On croise les doigts pour le second génie du Team, et on n'oublie pas non plus le High Roller à 25 000 € du festival. C'est l'heure de frotter la lampe et d'exaucer des voeux.

Sats WSOP

Ça vous dirait de vous enfermer dans une salle sur-climatisée pendant des heures en plein mois de juillet ? Sur le papier, c'est pas très sexy, mais si je vous précise que c'est pour participer au Big One, le plus beau tournoi de la planète, le Main Event des WSOP, avouez que ça fait tout de suite beaucoup plus envie, non ? Ça tombe bien, dimanche à 21h, vous pouvez remporter votre package à 11 000 € pour le tournoi dont rêvent tous les joueurs de poker pour 500 € sur notre satellite hebdomadaire. Et si c'est peu cher à votre goût, passez pas nos satellites à partir de 10 € et décrochez le bracelet à moindre prix. Good luck !

Marvin Dupre

Comme chaque dimanche, on vous attend à partir de 19 heures pour une soirée de poker sur Winamax TV. On commencera en douceur avec un Multiplex Poker pour faire le tour de l'actualité en compagnie de Harper qui recevra Gaëlle Baumann, tout juste rentrée d'un joli EPT Monte Carlo (4 ITM en 4 tournois). Ce sera bien entendu l'occasion de causer du festival, avec un petit duplex prévu avec Flegmatic. À 20h30, changement de décor avec un Top of the Pok musical puisque Marvin Dupré tentera sa chance en direct sur les plus beaux tournois de la soirée. Pourvu qu'on chante de joie avec notre WIP réguliers des perfs' sur nos tables.

Top 5

Si on joue à ce jeu, c'est certainement qu'on est tous un peu sado-maso, n'est-ce pas ? Offrez-vous un petit plaisir coupable en grimaçant de malaise devant notre Top 5 des moments les plus gênants des WSOP en vidéo.

Blog

Mais comment se préparer de manière optimale quand on est professionnel de poker ? Si vous en êtes déjà à vous poser cette question, ou simplement si vous êtes curieux de connaître les secrets des meilleurs, prenez des notes en lisant le dernier blog d'Adrien Delmas.

Pour finir en douceur et en vidéo

On allait pas vous laisser filer sans vous offrir le best-of de la semaine en vidéo. Au menu des réjouissances, le Zap désormais mensuel de Winamax TV et un épisode 6 toujours aussi passionnant des pérégrinations de Guillaume Diaz à Dans la Tête d'un Pro. 







Bonne chance aux tables et bon week-end sur Winamax !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 523

MessagePosté le: 02/05/2019 18:31   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : Malaise TV - WSOP Edition

Là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir, sauf au poker. Offrez-vous une bonne dose de malaise avec le Top 5 des moments les plus gênants des WSOP en vidéo.

Top 5

Le poker télévisé est un spectacle d'interactions sociales. Si le public s'est passionné pour un simple jeu de cartes en le découvrant sur le petit écran, c'est pour son mélange unique d'émotions, de rencontres et d'action. Ajoutez une pincette de trash-talk et des personnalités hors du commun qui disputent les championnats du monde, et vous obtenez la parfaite recette pour un TV-show détonnant. Sauf que si vous forcez un peu trop la dose sur un des ingrédients, vous risquez de vous retrouver avec un plat indigeste et un grand moment de gêne pour l'éternité. Découvrez notre Top 5 des moments les plus malaisants des WSOP, garanti 100% cringe et Phil Hellmuth-free (parce qu'il mériterait un Top 5 à lui seul).

Just shut up, man

Vous êtes au Day 5 du plus beau tournoi de la planète, le Main Event à 10 000 $ des WSOP. Il ne reste plus que 100 joueurs à battre avant de réaliser le rêve de tout joueur de poker. Avec 60 blindes, vous avez toutes les raisons de vous concentrer à 100 % pour sortir votre A-game. C'est alors qu'on décide de vous envoyer en feature-table, sous le feu des projecteurs.

Il en faut plus pour déstabiliser le professionnel américain Kyle Keranen. Comme par exemple croiser la route de l'amateur Curtis Rystadt. La philosophie de ce dernier est claire : il est là pour s'amuser et prendre du plaisir, quitte à être le seul. Son flot de paroles ininterrompu et ses blagues vaseuses semblent ne faire rire que lui et il parvient même à faire perdre patience à notre professionnel aguerri. S'ensuit une jolie guéguerre teintée de trashtalk bancal, jusqu'à un final sanglant. Il ne pouvait en rester qu'un, on vous laisse découvrir lequel.





You lost bro

Pas besoin de vous raconter l'histoire dans les détails, ce "you lost bro" a dû vous rafraîchir la mémoire. Pour ceux qui n'étaient pas nés en 2012, il reste 50 joueurs en course dans le Main Event des WSOP et l'australien David Balkin se voit plutôt beau avec son brelan de Dix floppé face à l'As-Valet de coeur de Gaëlle Baumann. À tel point que lorsqu'il pousse la française à tapis à la river et entend "call" immédiatement, il célèbre un peu vite le pot de plus de 7 millions de jetons qu'il pense avoir remporté.

Sauf qu'il n'a pas vu que la turn et la river ont apporté des nuts providentiels à notre Team Pro. Sobrement, Rob Salaburu le fait redescendre sur terre avec une phrase qui est depuis devenue une des plus célèbres de la planète poker. Beau joueur, l'australien félicite tout de même O RLY dans la gêne générale, avant de s'incliner en 18e position du Main au Day 7. Une vidéo à voir ou revoir, ne serait-ce que pour l'apparition bonus d'un Harper encore chevelu à fin.



Where's the f***g cocktail, man ?

Scotty Nguyen est un grand champion, personne ne dira le contraire. Avec 47 victoires sur le circuit live, plus de 12 millions de dollars de gains et cinq bracelets WSOP à son poignet en une trentaine d'années, son entrée en 2013 au Poker Hall of Fame est pour le moins méritée. Sauf que Scotty est aussi connu pour ses écarts à la table, souvent à cause de sa tendance à se rafraîchir le gosier avec une bière pendant qu'il tape le carton. Et en cas de deeprun, ce qui est souvent le cas avec le champion américain, les bières s'accumulent et la fatigue se fait sentir.

Comme en 2008, lors de la finale du hautement prestigieux H.O.R.S.E. à 50 000 $, au cours de laquelle Scotty va déraper à de nombreuses reprises, invectivant autant ses adversaires que les serveurs peu enclins à participer à son enivrement. L'américain Michael DeMichele en fera particulièrement les frais, sans toutefois se départir de son respect pour un adversaire largement au-delà de la limite autorisée d'alcool dans le sang. Ça n'empêchera d'ailleurs pas Scotty de remporter le tournoi, 2 millions de dollars et son cinquième bracelet devant des spectateurs franchement gênés de voir leur idole sous cet angle. Il s'excusera pour son comportement quelques jours après sa victoire. C'est pardonné, baby.







Bulldozer

'Il doit y avoir un fan-club d'Hevad Khan quelque part, mais on dirait qu'il n'est pas encore arrivé au Rio." Le commentateur d'ESPN Lon McEachern l'a bien compris, le cirque d'Hevad Khan n'amuse que lui. Nous sommes au Main Event de 2007 et on n'entend que ce jeune joueur de 22 ans, ancien professionnel de StarCraft reconverti dans les cartes.

Il faut dire qu'il a une façon bien à lui de célébrer chaque pot remporté, composée d'applaudissements, de hurlements et de danses avec le mobilier proche, au grand détriment des joueurs qui essaient de se concentrer sur leur tournoi. À tel point que l'année suivante, une règle à son nom interdira désormais toute célébration trop bruyante. En attendant, Hevad a tout de même terminé à la sixième place du Big One, empochant plus de 950 000 $ à l'époque, avant de complètement disparaître de nos radars après 2009. Croyez-moi, s'il était encore sur le circuit, on l'aurait entendu.





Like a boss

Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, William Kassouf a marqué le Main Event 2016 de son empreinte en ne laissant personne indifférent. Tout au long de son parcours, l'anglais a enchaîné les controverses, accumulé les avertissements des tournament directors, foutu ses adversaires en tilt et alimenté les discussions de toute la sphère du poker. Si les spectateurs se sont régalé de son trash-talking poussé à l'extrême, les joueurs qui se sont retrouvé à sa table ont moins apprécié les longues minutes qu'il a pris pour chacune de ses décisions. Au point d'entendre systématiquement "time" dès que c'était à son tour de jouer à partir du Day 6.

Jusqu'à cette fameuse main, face au canadien Griffin Benger qui va tout simplement péter les plombs et dire tout haut à l'anglais ce que tous les joueurs qui ont croisé sa route pensaient tout bas. Acting pour faire sortir William de ses gonds ou vrai tilt, difficile de le savoir. Toujours est-il qu'au terme de ce sacré setup qui marquera la fin du Main Event de Kassouf en 17e position, c'est le canadien qui a vraiment manqué de classe. Check your privileges, Griffin.



Et vous, quel est votre Top 5 ? Réagissez sur TwitterFacebook ou Wam-Poker !

Tous nos articles Top 5

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34061

MessagePosté le: 29/04/2019 18:26   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 28 avril

Alors qu'Ivan Deyra disputait la finale du Highroller entre deux tournois de l'EPT Monaco, cobra273x remportait sa qualif pour le Main Event des WSOP, une semaine après avoir gagné celle du SISMIX. On fait le point.



Statistiquement, il y a très peu de chances que VAI SAFADAO, le vainqueur du Sunday Surprise de dimanche, ait déjà posé ses valises au sultanat d'Oman, petite nation de 5 millions d'habitants nichée nentre l'Arabie Saoudite et l'Océan Indien. Tant mieux : ses décors naturels, riches et colorés, qu'il découvrira en freeroll grâce à Winamax, n'en sera que plus belle. Bon voyage !

SUNDAY SURPRISE 10 € - 7 358 inscriptions (dont 1 576 re-entries) - Prizepool 66 222 €
Vainqueur : VAI SAFADAO - 9 451 € après deal

High Stakes : Ivan Deyra brille depuis Monaco

Chez les grinders qui alternent sessions en ligne et gros festivals live, il y a deux écoles. Certains gardent l'ordinateur éteint le temps de leur voyage, tandis que d'autres alternent entre les deux et lançent une session depuis la chambre d'hôtel à leur retour du casino, particulièrement en cas d'élimination rapide du tournoi "en dur". Ivan Deyra appartient à la seconde catégorie : pas trop occupé par l'EPT Monte Carlo dimanche soir (foncez sur notre reportage !), notre amateur de merguez favori s'est hissé en finale du tournoi le plus cher de la soirée. Semi-spoiler : Ivan n'a pas gagné, victime d'une belle horreur. Scrollez pour découvrir l'identité du vainqueur : pour le reste, on vous offre ci-dessous le replay intégral de la table finale.

Déjà vu en haut de l'affiche sur le Grand Tournament et le Magnum, Grand Squale ajoute l'XTREM à sa collection tandis que simbakubwa s'adjuge l'XTASE. Fait notable : son dernier adversaire, thejack33, est arrivé jusqu'à la deuxième place sans éliminer un seul joueur. Son total de bounties pointe donc à zéro ! Il récolte tout de même 3 050 € en gains "réguliers".

Du côté du Battle Royale, bravo à MyDbag, sacré après avoir battu AMOLINE07 sur le dernier duel. Enfin, le Prime Time revient à RazvuQQ, sacré vainqueur sur le coup de trois heures du matin.

HIGHROLLER 250 € - 263 inscriptions (dont 55 re-entries) - Prizepool 61 016 €
Vainqueur : Chul0issi - 14 396 €

BATTLE ROYALE 200 € - 359 inscriptions (dont 64 re-entries) - Prizepool 66 056 €
Vainqueur : MyDbag - 5 390 € + 6 801 €

XTREM 100 € - 417 inscriptions (dont 98 re-entries) - Prizepool 37 530 €
Vainqueur : Grand Squale - 8 145 €

XTASE 100 € - 437 inscriptions (dont 84 re-entries) - Prizepool 39 330 €
Vainqueur : simbakubwa - 3 051 € + 4 023 €

PRIME TIME 50 € - 1 563 inscriptions (dont 298 re-entries) - Prizepool 70 335 €
Vainqueur : RazvuQQ - 4 591 € + 2 403 €

Costa Brava ou Vegas ? cobra273x a choisi les deux





Deversée via Twitter peu avant une heure du matin, la joie de Julien Montais faisait plaisir à voir. Le grinder basé à Lille venait de réaliser le rêve de tous les joueurs de poker : décrocher le sésame pour le Main Event des World Series of Poker, via notre satellite hebdomadaire à 500 €. Pas une mince affaire, car cobra273x était d'abord passé par une qualif' préliminaire à 100 €, et a du ensuite battre 25 adversaires sans avoir le moindre droit à l'erreur : le satellite pour le Big One était en winner take all - autrement dit : tout pour le vainqueur ! Son dernier adversaire, attachement, récolte tout de même 1 220 € en guise de lot de consolation : de quoi remettre une pièce dans le jukebox dimanche prochain, peut-être ?

cobra273x est l'un des joueurs en forme du moment : avant d'aller à Vegas, il aura l'occasion de disputer un beau round d'échauffement puisqu'il a gagné son ticket pour le SISMIX la semaine dernière ! Il sera rejoint par balbaloo, RunToMalta et BIG TILTS, vainqueurs de la qualif d'hier (encore un carton : 3 537 € dans le prizepool de ce satellite à 10 € l'entrée !) Malgré un buy-in supérieur (125 €), le satellite pour le Highroller attire aussi les foules : deux tickets ont été distribués hier. Bravo à ShowdownPkr et ITM EN NTM !

Envie de les rejoindre ? Les qualifications en ligne pour le SISMIX prennent fin le dimanche 5 mai !



Satellite Winamax SISMIX Costa Brava 10 € - 176 inscriptions (108 add-ons) - Prizepool 3 537 €
balbaloo, RunToMalta et BIG TILTS - packages SISMIX Main Event (1 100 €)

Satellite SISMIX High Roller 125 € - 26 inscriptions (3 re-entries) - Prizepool 2 964 €
Vainqueurs : ShowdownPkr et ITM en NTM - ticket SISMIX Highroller (1 000 €)








Satellite Main Event WSOP 500 € - 26 inscriptions (4 re-entries) - Prizepool 12 220 €
Vainqueur : cobra273x - package Main Event WSOP (11 000 €)



Un déchaînement de bad beats, un florilège de rivières assassines, un déferlement de violence pokeristique. Votre plaisir coupable de la semaine : le Top 5 des coups les plus fous joués sur Winamax. Envoyez nous votre plus grosses joies et peines à multiplex@winamax.fr.






Les autres tournois : tableau d'honneur pour Ya 2 ecoles



On l'a récemment vu aux avants-postes d'un Monster Stack à 50 € des Winamax Series d'avril : le coach et streamer Ya 2 ecoles a remporté deux tournois de rang hier, le Rush Hour et le Flipper. Pendant ce temps, cobra273x se régale sur le Monster Stack à 10 €, remporté dans la foulée de sa victoire sur le sat WSOP !





Tous les tournois Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1112

MessagePosté le: 25/04/2019 17:58   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : Les finalistes improbables

Personne ne sait comment ils sont arrivés là (eux non plus, parfois !), mais ils nous ont plus marqué que le vainqueur : découvrez notre sélection de ces ovnis rafraîchissants.

Le casting parfait d'une finale de tournoi de poker consiste en un subtil mélange des genres. Bien sûr, il faut des joueurs professionnels connus et reconnus, pour s'assurer un bon niveau technique et un randam médiatique au sein de la communauté et des médias spécialisés. Histoire d'ajouter une touche de glamour et un retentissement plus large, une ou deux stars extérieures sont évidemment un plus, même si elles se font (de plus en) plus rares. Et puis arrive enfin notre petit préféré, celui que l'on attend toujours mais qui ne vient pas à chaque fois. Celui dont on se souvient, qui sort de nulle part pour marquer la dernière table et le tournoi tout entier de son empreinte. Peu importe au fond qu'il ne gagne pas, il est l'agitateur, le vent d'air frais, le souffle nouveau, l'inconscient parfois. Quel que soit le nom qu'on lui donne, lui, c'est ce finaliste improbable que l'on ne souhaite pas forcément avoir à sa table, mais dont le nom nous arrache un petit sourire à sa moindre évocation. Suivez-nous dans un voyage dans le temps aux frontières du réel.

Telly Savalas (WSOP Stud Hi-Lo, 1985/1987)

Au-delà d'être le seul à ne plus être de ce monde, le premier pensionnaire de ce Top 5 est sans nul doute aujourd'hui le plus méconnu. Pourtant, Aristotelis Savalas, dit Telly, a connu ses heures de gloires sur grand et petit écran entre le milieu des années 1960 et la fin des années 1970. Membre du gang culte des Douze Salopards en 1967 aux côtés notamment de Charles Bronson et Lee Marvin, il incarne deux ans plus tard le méchant Blofeld face à James Bond, ici sous les traits de George Lazenby, dans Au Service Secret de sa Majesté. Son rôle le plus célèbre arrive à partir de 1973 et pour les cinq années à suivre, celui du lieutenant Kojak dans la série policière du même nom. En 1985, il se rend à Vegas, selon ses propres mots rapportés par le magazine People pour "faire des recherches" en vue d'un film qu'il s'apprête à tourner sur Nick 'the Greek' Dandolos. Fou de blackjack - "à une époque, certains casinos ne me laissaient pas rentrer" - il ne faut que quelques jours à Telly pour se laisser gagner par le démon du jeu, quand il s'inscrit à un tournoi de Stud Hi-Lo Limit à 1 000 $ qui se soldera par une médaille de bronze pour 15 000 $. Les deux tiers de cette somme seront investis et perdus dans la foulée sur le Main Event à 10 000 $, mais cela n'empêche pas Telly de remettre le couvert deux ans plus tard, en se classant cinquième du même tournoi. Les premières vraies perfs aux WSOP d'une personnalité issue du monde du cinéma, bien avant les finales de James Woods et les pitreries de Matt Damon.

Guy Laliberté (WPT Bellagio, 2007)

Si aujourd'hui Guy Laliberté est une figure connue, reconnue, respectée et estimée au sein du microcosme pokeristique, en avril 2007, le Québécois n'est encore "que" le richissime co-fondateur et propriétaire du Cirque du Soleil, dont la troupe a déjà tournée dans tous les continents avec plus d'une vingtaine de spectacles différents. À l'époque, sa fondation One Drop, désormais partenaire majeur des WSOP, n'en est qu'à ses balbutiements et sa passion pour le poker est totalement inconnue du grand public. Jusqu'à cette étape à 25 000$ d'un World Poker Tour alors au sommet de sa gloire, organisée au Bellagio. Alors qu'il vient tout juste de découvrir notre jeu favori, Guy Laliberté s'empresse de venir se mesurer aux meilleurs joueurs de la planète et s'invite même jusqu'en cinquième place, derrière le grand vainqueur, un certain Carlos Mortensen. Les 700 000 $ qu'il y remporte sont presque anecdotiques, au vu de sa fortune et des sommes astronomiques qu'il s'apprête à perdre dans les mois et années qui suivent. Que ce soit en live, dans la très select Bobby's Room ou devant les caméras de High Stakes Poker ou online, aux tables les plus chères de Full Tilt Poker, le Québécois est LA baleine qu'il faut absolument se farcir. Certains, comme Tom Dwan, ne s'y sont d'ailleurs pas trompés et "lui doivent" presque intégralement leurs débuts de carrière. Pour la petite histoire, cette première ligne n'est pour l'instant accompagnée que d'une seconde, une cinquième place signée en 2012 sur le Big One for One Drop à un million de dollars, tournoi qui n'aurait jamais vu le jour sans lui. Et au vu du calendrier surchargé du milliardaire, qui n'a même pas honoré de sa présence l'édition 2018, faibles sont les chances de le voir atteindre une troisième TF de sitôt.

Krisztian Gyorgyi (Main Event EPT Monte-Carlo, 2018)

Sans transition aucune, passons d'un extrême à l'autre, avec un joueur qui nous a offert sans nul doute l'un des moments les plus réjouissants de l'année pokeristique 2018. Qualifié, comme beaucoup d'autres, pour le Main Event de l'EPT Monte-Carlo grâce à un Spin & Go à 5 € - la déclinaison au pique rouge de nos Expresso Qualifiers - Krisztian Gyorgyi ne compte pas la moindre ligne Hendon Mob à son palmarès quand il se présente dans la Salle des Étoiles de la Principauté. Face à un field extrêmement relevé, le Hongrois inexpérimenté franchit les étapes une à une, pique un sprint dans la salle en plein Day 4 après avoir remporté un coup pour sa survie, devance notamment Adrián Mateos (13e) et Davidi Kitai (11e) et gagne sa place autour d'une table finale de rêve, aux côtés des superstars Ole Schemion, Patrik Antonius et Davidi Peters.


C'est à ce moment-là, en fin de Day 5, à neuf joueurs restants, qu'il claque LE bluff de l'année, mettant en jeu son tournoi avec une main qui nous est forcément chère, 7-2 off. Tape sur le torse façon King Kong, checks à ses voisins de table et nouveaux bros préférés Schemion et Antonius, taunt en hongrois lâché à toute la salle : Krisztian Gyorgyi attire toute l'attention et les caméras à lui, avant de chuter en cinquième place le lendemain, sur un flip moustache qui peine à rendre hommage à son tournoi plein de panache. Non content d'avoir transformé son billet de 5 € en gain à 184 000 €, Krisztian Gyorgyi, jeune qualifié sorti de nulle part, est tout simplement passé à la postérité dès son tout premier tournoi live. Pas un mince exploit.

Guy Noblet (Finale Winamax Poker Tour 2017)

Depuis ce fameux 14 mars 2017 au Cercle Clichy-Montmartre, il existe un avant et un après Guy Noblet. Avant même de prendre place autour de la dernière table de la Finale du Winamax Poker Tour, ce dernier tranchait avec ses concurrents grâce à un style tout à fait personnel. "Je ne vous dirai rien !", avait-il ainsi lâché à un Benjo tentant de brosser sa biographie et qui n'obtiendra même pas un âge où une ville de naissance. On pensait être au bout de nos surprises, mais Guy Noblet avait réservé sa plus belle représentation pour le lendemain, grâce à une technique de jeu jusque-là jamais vue et que personne n'a, à ce jour, tenté de reproduire. Limp/shove préflop, donk shove flop, turn ou - plus souvent - river, c'est bien simple, Guy n'avait qu'un seul mot à la bouche : "tapis". Impossible de garder un compte fiable du nombre de fois où il l'a prononcé et très compliqué pour ses adversaires de s'adapter, l'action ne se prolongeant que très rarement jusqu'au showdown. Chipleader une bonne partie de la journée, déconcertant à cause de son jeu imprévisible, c'est, comble de l'ironie, avec les papiers en règle et l'épée à la main qu'il se fait éliminer en deux temps par le futur vainqueur Jérémy Saderne, d'abord avec deux paires max contre quinte, puis avec top paire contre overpaire. Sans regret apparent, avec le sourire et une aura toujours nimbée de mystère - il ne nous en apprendra pas plus sur lui après sa sortie -, Guy Noblet s'incline finalement en troisième place pour 54 000 €, non sans être devenu entre temps la superstar de notre streaming, le chouchou de nos colonnes et le dynamiteur fou de cette finale. Reverra-t-on un jour un Guy Noblet autour d'une dernière table d'un tournoi réputé ? Rien n'est moins sûr, mais on peut toujours espérer.

John Hesp (Main Event WSOP, 2017)

Vous vous souvenez du vainqueur du Main Event des WSOP 2017 ? Non ? C'est mal mais on vous pardonne. En revanche, à côté de nos Frenchies Antoine Saout (5e) et Benjamin Pollak (3e), on est prêt à parier que vous avez parfaitement en tête le visage, le chapeau, les chemises et le nom de celui qui a terminé quatrième, l'inimitable John Hesp. Et pour cause, ce sympathique et flegmatique amateur britannique de 64 ans avait offert la véritable belle histoire de la 48e édition du Big One. Les raisons à cela étaient multiples. Ultime amateur en course au milieu d'une horde de professionnels chevronnés, le doyen des premiers July Nine faisait pâle figure avec ses adversaires, du haut de ses sept lignes Hendon Mob, toutes collectés sur des tournois à 10 £ (si, si) dans le petit casino de sa campagne anglaise, du côté de Hull. C'est pour accomplir un vieux rêve et le rayer de sa liste de choses à faire avant de mourir que John Hesp a pris part au Main Event, afflublé à chaque nouvelle journée d'une nouvelle tenue bariolée. Numéro 1 à l'applaudimètre au moment de prendre place autour de la table finale, adoubé par des stars comme Phill Hellmuth et Phil Galfond, qui voient en lui le vent de fraîcheur dont le poker a besoin, soutenu publiquement par le commentateur officiel des WSOP Norman Chad, qui arbore à son tour des chemises chamarrées du même goût douteux, l'homme à la Delorean démarre pied au plancher en montrant un bluff dès la première main, avant de se frotter d'un peu trop près au futur vainqueur Scott Blumstein (oui, c'était lui). Saluée comme il se doit par une déferlante de respect et d'admiration, sa sortie - pour 2,6 millions de dollars tout de même ! - attriste la planète poker autant qu'elle la subjugue. Preuve supplémentaire, s'il fallait, que le poker a et aura toujours besoin des amateurs pour transcender son simple cadre et nous faire vivre des émotions inégalées. À John Hesp et à tous ceux qui comptent bien marcher dans ses traces : merci !

Et vous, quel est votre Top 5 ? Réagissez sur TwitterFacebook ou Wam-Poker !

Tous nos articles Top 5

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1112

MessagePosté le: 23/04/2019 12:39   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 21 avril

IHateSundays, MamkunValueB et Matofs : tels sont les trois gros vainqueurs d'une session dominicale placée sous le signe du Sunday Knockout. Rembobinons le film ensemble.

Trois tournois phares de notre grille, garantissant chacun au moins 100 000 € de dotation, tous joués en format K.O. 6-Max à re-entries illimités : cette nouvelle édition du Sunday Knockout était aussi alléchante sur le papier qu'elle le fut sur nos tables. Au total, près de 370 000 € ont été distribués, permettant de sacrer trois des quatre plus gros gagnants de cette session.

Le premier va devoir commencer par se trouver un nouveau pseudo. Parce qu'après s'être extirpé d'un énorme field de plus de 12 000 joueurs, avoir bataillé jusqu'à trois heures du matin, collecté 3 173 € de bounties avant de décrocher la première place du Sunday Surprise pour 6 176 €, on voit mal comment IHateSundays a pu détester ce dernier dimanche en date. Il s'offre en tout cas son plus gros gain sur nos tables, en plus d'un joli cadeau : ses invitations pour les 52 prochaines éditions de notre tournoi surprise, avec 50 € de bonus en cash pour chaque élimination signée de sa souris. He's gonna love Sundays.

SUNDAY SURPRISE 10 € - 12 500 inscriptions (dont 4 076 re-entries) - Prizepool 112 500 €
Vainqueur : IHateSundays - 6 176 € + 3 173 € (bounties)

Sans grande surprise, le plus gros tournoi porte le nom d'un genre de jeux vidéo ultra populaire depuis quelques années - en même temps que celui d'un excellent film de Kinji Fukasaku -, nous parlons bien sûr du Battle Royale. Déjà très couru en temps normal, il a cette fois dépassé les 130 000 € de dotation, dont la plus grosse partie a trouvé preneur lors d'une finale riche en rebondissements.

Arrivé avec une petite vingtaine de blindes, MamkunValueB a vite refait son retard, avant de tracer sa route avec un stack jamais mirobolant mais toujours confortable. Assez loin derrière Vidagambler au départ du heads-up final (35 BB contre 100), il prend là encore son mal en patience, pour inverser la tendance et engranger 8 796 € de bounties, en plus des 9 801 € de la première place. Chipleader et dominateur durant la majorité de la TF, Vidagambler se console avec, lui aussi 9 801 €, ainsi que 4 937 € de primes.





À noter autour de cette finale la belle prestation de Marvin 'BOA.DAMMIT' Dupré. Dans le peloton de queue à sept joueurs restants, notre WIP chanteur est tout de même parvenu à éliminer ImNotaBot1 (7e, 1 720 € + 1 007 €), avant de se faufiler jusqu'en quatrième place, pour ne sortir qu'à cause d'une vilaine rencontre entre ses As et la paire de 4 de Vidagambler. Déjà vainqueur du Go Fast plus tôt ce mois-ci, Marvin encaisse un total de 6 285 €, soit son plus gros cash sur Winamax. Pour admirer en détail sa prestation et celles de ses petits camarades, ça se passe via le replayer ci-dessous.

BATTLE ROYALE 200 € - 716 inscriptions (dont 187 re-entries) - Prizepool 131 744 €
Vainqueur : MamkunValueB - 9 801 € + 8 796 €

Troisième tournoi, et non le moindre, à l'affiche de ce Sunday Knockout, le Prime Time a lui aussi allègrement dépassé son prizepool garanti. Au beau milieu de la nuit, c'est finalement Matofs qui a décroché la timbale. Habitué des tournois à moyennes limites, finaliste du Sunday Surprise en février dernier, il décroche cette fois le pactole de 7 896 €, agrémenté de 4 736 € de bounties. Bravo à nos trois champions et à bientôt pour un nouveau Sunday Knockout !

PRIME TIME 50 € - 2 779 inscriptions (dont 686 re-entries) - Prizepool 125 055 €
Vainqueur : Matofs - 7 896 € + 4 736 €

Highstakes : South 1 Boy garde le cap

Il 'nétait pas boosté à 100 000 € de dotation garantie, mais le Highroller a tout de même fait pleuvoir les euros ce dimanche. Demandez à South 1 Boy par exemple, qui est sorti vainqueur d'une dernière table particulièrement relevée où se sont notamment retrouvés TheSlimShady (7e, 1 855 €), M.Anttonen (4e, 5 310 €) et MegaLowBoy (2e, 10 527 €). Trois habitués qui n'ont pas réussi à contrecarrer les plans de notre champion, reparti avec les 14 789 € de la victoire.

Pendant ce temps, la doublette XTREM/XTASE a couronné à quelques minutes d'intervalle Kroat. et Myrkridia. Le premier l'a emporté face à, entre autres MegaLowBoy encore lui (7e, 571 € + 368 €) et MrLambi (5e, 1 120 € + 286 €) pour un total de 6 063 €, quand le second a signé un deal avec Bruney21 (2e, 6 221 €) pour engranger 7 253 €.

HIGHROLLER 250 € - 271 inscriptions (dont 55 re-entries) - Prizepool 62 872 €
Vainqueur : South 1 Boy - 14 789 €

XTREM 100 € - 422 inscriptions (dont 76 re-entries) - Prizepool 37 980 €
Vainqueur : Kroat. - 2 950 € + 3 112 €

XTASE 100 € - 395 inscriptions (dont 92 re-entries) - Prizepool 35 550 €
Vainqueur : Myrkridia - 7 253 € (après deal)

Satellites : de la Costa Brava au Nevada

Vous le savez si, comme nous, vous comptez les jours : le Winamax SISMIX Costa Brava, c'est dans moins d'un mois ! Preuve que l'échéance approche, vous pouvez désormais tout savoir des réjouissances qui vous attendront du 20 au 26 mai à Lloret de Mar. Même aussi près de ce grand rendez-vous du poker francophone, il est encore possible de vous y qualifier pour peu de frais. Pastor10 et Burazazu ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, tenant bon jusqu'au bout du satellite à 10 € organisé chaque dimanche, décrochant chacun un package à 1 100 € pour jouer le Main Event. En parallèle, Be_Careful s'assurait sa place à 1 000 € sur le Highroller de notre festival. Enhorabuena tíos!

Satellite Winamax SISMIX Costa Brava 10 € - 142 inscriptions (89 add-ons) - Prizepool 2 952 €
Pastor10 et Burazazu - packages SISMIX Main Event (1 100 €)

Satellite SISMIX High Roller 125 € - 14 inscriptions (3 re-entries) - Prizepool 1 596 €
Vainqueurs : Be_Careful - ticket SISMIX Highroller (1 000 €)

Alors que certains rêvaient d'Espagne et de Méditerranée, d'autres n'avaient d'yeux que pour le désert du Nevada et son improbable oasis fait de lumières criardes et de casinos-hôtels démesurés : Las Vegas. Et pour cause puisque ce dimanche marquait une nouvelle étape dans la campagne de qualifications pour le Main Event des World Series of Poker. Profitant d'un field réduit ayant occasionné un très leger overlay, La-Dinguerie a dominé sa petite vingtaine d'adversaire, pour faire main basse sur le package à 11 000 €, comprenant son entrée à 10 000 $ pour le Big One. Cela valait donc amplement le coup de signer l'unique re-entry de tout le tournoi ! À très vite au Rio.

Satellite Main Event WSOP 500 € - 23 inscriptions (1 re-entries) - Prizepool 11 000 €
Vainqueur : La-Dinguerie - package Main Event WSOP (11 000 €)


Carrés à la pelle et livraisons : voici les maîtres-mots de notre Top 5 de la semaine. Continuez à nous envoyer vos pires et meilleurs mains, en écrivant à multiplex@winamax.fr.


Les autres gagnants de dimanche : pêche miraculeuse pour Fisherman11

Il a payé 10 € pour tremper sa ligne, attendu un peu plus de sept heures et trente minutes, avant de ressortir de l'eau un coffre contenant un jackpot de 7 826 €. Cette belle histoire, c'est bien sûr celle de Fisherman11 sur la Fièvre, qui s'invite parmi les plus gros gagnants de cette session. La pêche fut également bonne dimanche soir pour l'irréductible BETAUTOMATIX, titré sur le Top 50 pour 4 606 €, ou encore pour Jmtonfric34, vainqueur de l'After Work (4 129 €), suite à un arrangement financier avec diehardand (2e, 3 623 €). Le reste des résultats se lit comme suit :



Tous les tournois Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1112

MessagePosté le: 19/04/2019 16:08   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Le Sunday Knockout, la finale du KING5, des sats live en pagaille et la première d'Aladin Reskallah dans Top of the Pok : joyeuses Pâques sur Winamax !

Vous aviez prévu de profiter de votre week-end de Pâques pour partir à la chasse aux oeufs dans le jardin ? Si oui, bravo, vous êtes dotés d'un jardin et avez donc réussi votre vie. Si non, cela tombe plutôt bien puisqu'on vous a prévu un programme sur mesure ce dimanche, à partir de 19 heures. Mieux, il tient en deux mots : Sunday Knockout. Le temps d'une session dominicale, le Battle Royale (19h, 200 €), le Prime Time (20h30, 50 €) et le Sunday Surprise (20h30, 10 €) deviennent tous des tournois Knockout 6-Max à rentries illimités, garantissant un minimum de 100 000 € de dotation chacun ! Cerise sur la carabine, en plus d'un pactole qui promet d'être démesuré, le vainqueur du tournoi surprise recevra ses invitations pour les 52 prochaines éditions et remportera 50 € de bonus en cash pour chaque joueur éliminé de sa main. Les oeufs en chocolat et l'agneau attendront bien une année de plus.

Cela faisait un moment que vous connaissiez le programme poker du SISMIX Costa Brava. A J-30 avant le coup d’envoi, au tour du volet "fiesta" de se dévoiler, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’à l’image d’une bonne paella, le mélange sera de mise à Lloret de Mar ! Ainsi, des DJ rock, hip-hop et electro vont joyeusement cohabiter avec un groupe de swing, une chanteuse jazz, des danseurs de rumba et une tête d’affiche venue de Tomorrowland. Entre deux pas de danse au bord de la piscine, vous tenterez de gagner la compétition la plus prestigieuse de la semaine (le Winamax Beer Pong Open) et vous dégusterez moult tapas et cocktails, et même une paella géante offerte le vendredi soir. Pour notre premier tournoi en Espagne, on était obligés !

Bref, de quoi vous donner, si ce n’était pas déjà le cas, l'envie de remporter votre ticket, en satellite classique ou en Expresso. Vous êtes déjà plusieurs centaines à avoir ship votre qualif’, mais l’échéance se rapproche : les qualifications fermeront le dimanche 5 mai ! Pendant ce temps, les inscriptions directes restent ouvertes sur le site officiel du Gran Casino Costa Brava.

Parce que tout le monde n'a pas la chance de pouvoir jouer le Main Event des WSOP en freeroll (voir plus bas), notre campagne de qualifications pour le plus beau tournoi de la planète continue ! Comme depuis plusieurs semaines, la route vers Vegas s'ouvre dès 18 heures avec trois super sats à partir de 50 €, avant le grand feu d'artifice, le véritable satellite à 500 € de 21h15, garantissant un package d'une valeur de 11 000 €. Car bien sûr, nous ne vous offrons pas que le siège pour le Big One, mais aussi 2 000 € en cash, vos invitations pour la Players Party Winamax et une assistance bilingue de votre descente de l'avion à votre inscription. Allez, à cet été !

C’est ce vendredi soir que l’on connaîtra l’équipe gagnante du KING5 2019, en direct sur Winamax TV ! Plus de 4 400 équipes (22 000 joueurs) étaient au départ de notre monumental freeroll par équipes le 5 février dernier : elles ne sont aujourd’hui plus que 2 à pouvoir prétendre au titre, à Las Vegas et au Main Event des World Series of Poker ! Certes, l’équipe qui sortira battue des 5 duels éliminatoires de ce soir partira aussi à Vegas (pour jouer 2 side events des WSOP), mais l’enjeu reste colossal : le plus beau tournoi de poker du monde est le rêve et objectif de tout joueur de poker qui se respecte.

Alors, qui pour le titre, entre les dézanuseurs toulousains (oui, c’est comme ça qu’ils s’appellent), vainqueurs hier de la dernière équipe espagnole, et les Chakistipophtis, vainqueurs à l’arraché des chatons chatteurs en demi-finales ? Réponse ce soir dès 20h50 sur Winamax TV : Benjo et PonceP commenteront en direct l’intégralité des 5 duels !

Après des mois d'absence et une attente insoutenable pour tous ses fans, c'est avec un immense plaisir et une excitation non moins grande qu'on vous annonce la grande première d'Aladin Reskallah sur le plateau de Top of the Pok ! Le (double) vainqueur de la Top Shark Academy est de retour dans l'hexagone, et on n'allait pas laisser passer cette occasion de l'inviter sur Winamax TV pour une session en direct devant nos viewers. Rendez-vous à 20h pour lui adresser toutes vos félicitations et surtout à 21h30 pour lui faire la peau sur le tournoi privé de l'émission (mot de passe : winamatv). Un seul mot pour conclure : enfin !

Le séminaire du Team Winamax démarre lundi et on sait que vous rêveriez d'être une petite souris pour y assister. Rassurez-vous, on envoie du beau monde sur place : j'accompagnerai Harper et son vidéaste Yohan sur place pour vous ramener un max' de souvenirs. Et pour vous faire patienter, on vous propose un Multiplex spécial directement sur place. Rendez-vous lundi ou mardi (la date est encore à définir) sur Winamax TV pour vivre la désormais incontournable semaine de team building qui réussit si bien à nos pros. Pour vous rafraîchir la mémoire, relisez le reportage de Benjo lors de la dernière édition. S'ensuivra le lancement du marathon de tournois de l'été avec une mise en bouche à l'EPT Monte Carlo avant le feu d'artifice aux WSOP de Las Vegas, sans oublier un petit détour par Lloret de Mar, évidemment. En espérant que le fameux run good post-séminaire de l'an passé avec la victoire de Guillaume Diaz à l'EPT National recommence...

Le poker aussi a ses anti-héros. Découvrez notre sélection des cinq bad boys les plus inoubliables du poker au cinéma dans notre Top 5 de la semaine.

Quand Davidi Kitai nous dresse le portrait-robot du joueur idéal en se focalisant sur les qualités les plus sous-estimées, cela donne une lecture riche, passionnante, et forcément indispensable. Le Génie ne s’exprime pas souvent, alors quand il le fait, on s’arrête, on se pose, et on prend des notes. Attention pavé, mais pavé de qualité. Ca se passe sur le blog du Team.

Dans le ventre d'un Pro

Nombreuses furent les sagas à nous avoir tenus en haleine cette semaine et pas uniquement celles avec des dragons et de l'inceste. Les festivités ont démarré dès lundi avec la suite des aventures de Guillaume Diaz sur le Monster Stack des WSOP, pour un quatrième épisode de Dans la Tête d'un Pro particulièrement riche, avant que Pierre Calamusa ne vienne ajouter une touche supplémentaire de drama, le temps d'une formidable empoignade avec Uber Eats durant le dernier Top of the Pok. Enfin, notre Top 5 hebdomadaire est venu parachever cette grande oeuvre avec, en guise de point d'orgue, l'un des calls les plus monstrueux des Winamax Series signé, cela va de soi, du Génie Davidi Kitai. Et en plus, notre série à nous ne s'arrête pas dans cinq semaines...




Bonne chance à tous et bon week-end sur Winamax !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 523

MessagePosté le: 18/04/2019 17:51   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : les super-vilains du poker

Pas besoin de super-pouvoirs pour coller un gros bad beat de l'espace ! Découvrez notre Top 5 des méchants de cinéma qu'on préférerait ne jamais croiser à notre table.

Top 5

Il n'y a pas que dans les films Marvel que les super-vilains nous font frissonner au cinéma : le poker aussi a eu droit à ses antagonistes marquants. À défaut d'avoir une cape, ils ne sont pas moins impitoyables et capables de tous les coups bas pour mettre au tapis les héros de nos films préférés. Découvrez notre Top 5 non-exhaustif et hautement subjectif des plus gros bad-boys du poker sur grand écran.

Angel (Maverick, 1994)

Angel

Bret Maverick gagne sa vie en arpentant les saloons du Far West. Joueur professionnel de 5-card draw (le bon vieux poker fermé des familles), Maverick a plus d'un tour dans sa botte et manie aussi bien les jetons que le six-coups, ce qui est souvent bien utile dans son corps de métier, surtout à cette époque. Bret ne grind pas que pour le plaisir de se remplir les poches : ce compétiteur vise à participer au Main Event dont tous les joueurs rêvent, le High-Roller de l'ouest, un ancêtre fictionnel des WSOP au prix d'entrée de 25 000 $ de buy-in (cela représenterait plus de 800 000 $ aujourd'hui !) organisé sur le Lauren Belle, un bateau à vapeur voguant sur le Mississippi.

Non sans quelques turbulences, Makerick parvient à se hisser en finale du tournoi et se retrouve face à Angel, anti-héros de service, aussi malhonnête que mauvais perdant. Du peu que l'on connaît du lascar, la moralité semble l'encombrer au moins autant que l'hygiène, et si un As ne traîne pas dans sa manche, il peut toujours compter sur un croupier véreux pour compléter sa main avec la carte du dessous du paquet. Bref, le dernier mec qu'on veut voir à une table.

 La réplique qui tue : "J'ai failli me faire pendre une fois. Ça m'a pas franchement gêné."

 Point fort : a déjà réussi à faire carré avec deux As de coeur.

 Point faible : un peu excité de la gachette quand il est en tilt.

 Le secret pour le vaincre : fermez les yeux et appelez la bonne carte. Et gardez la main sur votre colt, au cas où votre one-outer tombe.

 Son destin (SPOILER !) : Descendu par Maverick après s'être pris dans la tronche un setup de malade (quinte flush contre quinte flush !), mais c'est bien Angel qui avait dégainé le premier.

Interprété par Alfred Molina

Lancey "The Man" Howard (Le Kid de Cincinnati, 1965)

Lancey Howard

Au beau milieu de la Grande Dépression des années 30, Eric "The Kid" Stoner gagne sa vie aux tables en tant que crack local du 5-Card Stud à la Nouvelle-Orléans. Quand il apprend que Lancey "The Man" Howard, célèbre pour être le meilleur de la discipline, est arrivé en ville, Le Kid saute sur l'occasion pour l'affronter. Avec l'appui de son vieil ami Shooter, dont la rancune tenace garde un mauvais souvenir d'un coup de chance qui lui avait fait perdre un heads-up face à The Man il y a quelques années, il organise une partie privée high-stakes pour détrôner le Roi.

Le climax du film est dans ce duel symbolique entre deux générations, celle du young gun ambitieux et du vieux fusil qui n'a plus rien à prouver. Le Kid joue pour la gloire avant les dollars, au point de refuser l'aide d'un croupier complice de Shooter. Mais en réalité, c'est lui qui a le plus à perdre dans ce heads-up culte.

 La réplique qui tue : "Tu es bon, Kid. Mais aussi longtemps que je serai dans le coin, tu ne seras jamais que le second. Et tu vas devoir apprendre à vivre avec."

 Point fort : une poker face à toute épreuve et une bankroll à cinq chiffres (ce qui est beaucoup pour l'époque)

 Point faible : a tendance à trash-talk ses adversaires après les avoir slowroll

 Le secret pour le vaincre : beaucoup y ont laissé leur bankroll, les autres cherchent encore.

 Son destin (SPOILER ) : Surprise ! Le boss de fin n'est PAS vaincu à la fin du Kid de Cincinnati. Le personnage de Steve McQueen se fait terrasser par The Man sur la main finale, après une confrontation à dormir debout : full contre quinte flush en Stud à 5 cartes. Autrement dit un coup qui n'arrive que dans les films.

Interprété par Edward G. Robinson

Jean-Paul Martoni (La Cité de la Peur, 1994)

Martoni

En plein festival de Cannes, le politicien Jean-Paul Martoni est éclaboussé d'une sombre accusation de meurtre d'un député peu favorable à son projet immobilier de transformation de la plage de Cannes en parking, pourtant ambitieux et certainement aussi respectueux de l'environnement que du paysage. Reconnu sur les marches du palais, il s'enfuit arme à la main avant de prendre en otage la sympathique attachée de presse Deray, Odile Deray.

C'est le début de la descente aux enfers pour notre personnage qui commencera par tirer dans les deux genoux (faute d'en avoir plus) du commissaire Bialès, avant d'abattre le projectionniste (par ailleurs suspecté d'être un serial-killer) Emile Gravier.

 La réplique qui tue : "Dites au préfet que je veux un hélico dans dix minutes sinon j'la bute."

 Point fort : bluffe beaucoup.

 Point faible : bluffe beaucoup.

 Le secret pour le vaincre : à défaut de faucille, un bon coup de marteau fera l'affaire.

 Son destin (SPOILER) : Martoni termine sa déchéance dans les mains de la police, avant d'être gratifié d'un jaillissement de joie sur son costume trois-pièces, en provenance de l'acteur Simon Jeremi, comme d'habitude hyper content.

Interprété par Jean-Christophe Bouvet

Teddy KGB (Rounders, 1998)

Teddy KGB

On a beau avoir un don pour le poker, si on ne suit pas un minimum de bankroll management, on n'échappe pas à l'implacable réalité de la variance. Un concept pourtant basique que Mike McDermott semble avoir oublié quand il décide de tenter un shot avec l'intégralité de ses 30 000 $ durement grindés à la table de Teddy KGB, patron d'un cercle de jeux new-yorkais underground et figure locale de la mafia russe. Un vilain setup plus tard, et notre héros se retrouve broke et résolu à se tenir désormais éloigné des tables.

Mais c'était sans compter la sortie de prison de son vieil acolyte Lester "Worm" Murphy, bien décidé à lui remettre le nez dans les cartes, quitte à le lui casser. Maintenant endetté jusqu'à la moelle, Mike n'a plus le choix et décide de défier Teddy dans le heads-up de la dernière cagoule, afin de rembourser les conneries de son pote et récupérer ses trois stacks de "high society".

 La réplique qui tue : "Il m'a battu. À la régulière. Paye-le. Donne-lui son argent."

 Point fort : il joue à la maison.

 Point faible : ce type est bourré de tells de force

 Le secret pour le vaincre : un paquet d'Oreo et une bonne lecture comportementale devraient suffire.

 Son destin : Teddy KGB termine le film au tapis, décavé par un Mike McDermott ayant enfin pris sa revanche, et réagit de façon étonnament fair play, pour quelqu'un appartenant à la frange la plus sanguinaire du crime organisé New Yorkais.

Interprété par John Malkovich

Le Chiffre (Casino Royale, 2006)

Le Chiffre

James Bond, nouvel agent double-zéro des services secrets britanniques, fout en l'air les plans du terroriste financier Le Chiffre en contre-carrant un attentat qui vise la destruction d'un avion de ligne Skyfleet. Le vilain Albanais y laisse toutes ses économies (plus de 100 millions de dollars) et décide de rebuild en organisant une partie de poker au buy-in plutôt high-stakes de 10 millions de dollars.

Ça tombe bien, notre agent secret se débrouille bien en No-Limit Hold'Em et il décide donc de tenter sa chance dans ce Very Big One for One Drop au format winner-take-all (histoire d'ajouter un peu plus de variance). On ne sait pas si James respecte les 1% de bankroll pour buy-in, toujours est-il qu'il parvient à coller un setup de malade à notre balafré entre deux crises cardiaques. Non sans lui épargner le plus beau slowroll de l'histoire du cinéma.

 La réplique qui tue : "Vous avez dû croire que je bluffais, M. Bond."

 Point fort : jeu parfaitement équilibré et notions de GTO avec quinze ans d'avance.

 Point faible : gestion de bankroll catastrophique et fâcheuse tendance à essayer de tuer ses adversaires.

 Le secret pour le vaincre : une vodka martini ("- Au shaker ou à la cuillère ? -Qu'est ce qu'on en a à foutre ?")

 Son destin : Le Chiffre se fait froidement abattre par Mr White, deus ex machina commandité par les créanciers du Chiffre, alors qu'il s'apprêtait à priver James Bond de ses bijoux de famille. C'était moins une.

Interprété par Mads Mikkelsen

Ils ont failli figurer dans ce Top 5 :

Pat Poker, le redoutable adversaire de Lucky Luke, qui termine souvent recouvert de goudron et de plumes; Fred, interprété par Jean-Pierre Darroussin dans Cuisines et Dépendances (1992), éternel pique-assiette qui s'endette à tout-va mais finit par raser la vedette de la soirée; Harry La Hache, interprété par P.H. Moriarty dans Arnaques, Crimes et Botanique (1998), qui triche sans vergogne pour plumer Eddie; Mr. X, interprété par Michael Cerra dans Le Grand Jeu (2018, dont vous pouvez relire la critique de Flegmatic), un personnage hautement antipathique qui ressemble à s'y méprendre à un certain Tobey Maguire ; Phil Hellmuth Jr. (1964-?), interprété par lui-même, personnage incroyable de mauvaise foi qu'il arrive à tenir depuis maintenant trente ans sur le circuit.

Et vous, quel est votre Top 5 ? Réagissez sur TwitterFacebook ou Wam-Poker !

Tous nos articles Top 5

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 523

MessagePosté le: 15/04/2019 17:34   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 14 avril

KingFusion s'offre un énorme Sunday Surprise tandis qu'Arbok triomphe d'un Highroller atypique. Pendant ce temps, Sylvain Loosli décroche la qualif' WSOP après sa 3e tentative. On fait le point !

La première session dominicale post-Winamax Series... Aussi appelée : le calme après la tempête. A chaque fois, c'est la même chose : l'affluence est au rendez-vous, mais pas mal des grands vainqueurs sont absents. Ils se reposent après 12 jours et 12 nuits de grind non-stop. Dans le compte-rendu ci-dessous, vous ne retrouverez donc pas les JeneVEUXplus, Sissendeux, rLewis et autres Kitbul : hier soir, ils se reposaient. Tant mieux : cela fait un peu de place pour les autres !

Sunday Surprise

Difficile d'éviter les clichés au moment de vous parler du dernier vainqueur en date du tournoi le plus surprenant de vos dimanches, le Sunday Surprise. La victoire de KingFusion n'a pas été instantanée, loin de là : il en a fallu, de la pellicule, et plus de 6 heures lui ont été nécessaires pour mettre en boite le field de plus de 8 000 participants. Mais au bout du compte, rien de négatif, bien au contraire : avec 10 859 € de prix, un chèque qu'il pourra mettre dans un cadre (cela représente beaucoup d'argent(ique)), notre gagnant a rempli son objectif, sans avoir à faire de retouches à son oeuvre, et ajoute un sacré tirage collector à son album de souvenirs... en plus de se voir offrir un appareil photo dernier cri de la part de Winamax, complet avec deux objets de compète, les cartes mémoires, et le sac à dos pour transformer tout ça. On dit cheeeeeeeeeeeeeese.






SUNDAY SURPRISE 10 € - 8 013 inscriptions (dont 1 687 re-entries) - Prizepool 72 117 €
Vainqueur : KingFusion - 10 859 €

Highstakes : Arbok les a tous attrapés

Arbok

Etrange édition du tournoi quotidien le plus cher de Winamax. Les demi-finales se sont quelque peu éternisées : il était plus tard que d'habitude quand la finale a débuté. Forcément, les tapis étaient peu profonds et Arbok, le vainqueur, avait un stack difficile à gérer (17 BB) face à une table plutôt relevée. Cela ne l'a pas empêché de rester patient, attendant de tomber à moins de dix blindes pour trouver un double-up plutôt chanceux. A peine 40 mains plus tard (durant lesquelles on a observé l'élimination en 4e place du chip-leader Avale Ma QUE), le duel final face à 2IgnaRoller2 pouvait commencer. Avec 80 mains jouées, le moins qu'on puisse dire est qu'il fut âprement disputé. Normal pour le tournoi offrant la plus grosse gagne de ce dimanche. On vous laisse découvrir ça avec le replay ci-dessous.

HIGHROLLER 250 € - 295 inscriptions (dont 62 re-entries) - Prizepool 68 440 €
Vainqueur : Arbok - 15 806 €


Le Battle Royale a vu la victoire de l'homme au pseudo en forme de cri de Tarzan (OIiOOioiOIIO, 11 461 €), au terme d'une finale où l'on retrouvait C. Dumitrel2 (runner-up), curevor (3e), ou encore EN_VACANCES (5e)

Sur l'XTREM, Lee Mahongl a patiemment ébarbé un field de 409 inscrits pour s'adjuger plus de 8 000 €. Le frangin XTASE est pour I AM GROOOT (6 478 €), qui se défait en heads-up d'Eledredon. Enfin, le plus gros 50 € de la soirée (le Prime Time de 20h30) revient à DrZiesel (10 071 €) qui avait manqué de peu un titre Winamax Series en  janvier sur une épreuve de la même gamme.

BATTLE ROYALE 200 € - 328 inscriptions (dont 57 re-entries) - Prizepool 60 352 €
Vainqueur : OIiOOioiOIIO - 4 955 € + 6 506 € (bounties)

XTREM 100 € - 410 inscriptions (dont 87 re-entries) - Prizepool 36 900 €
Vainqueur : Lee Mahongl : 8 015 €

XTASE 100 € - 431 inscriptions (dont 73 re-entries) - Prizepool 38 790 €
Vainqueur : I AM GROOOT : 3 012 € + 3 466 €

PRIME TIME 50 € - 1 709 inscriptions (dont 311 re-entries) - Prizepool 76 905 €
Vainqueur : DrZiesel : 5 045 € + 5 026 € en primes

 




Après avoir marqué les Winamax Series de son empreinte (2 titres et une place en finale du 2 Million Event), Davidi Kitai a collecté pas moins de trois trophées au Belgian Poker Awards ce week-end. Ont été célébrées ses perfs de 2018 (le Génie a terminé une année de plus au sommet du classement GPI Belge), mais aussi l'ensemble de sa carrière (10 millions de dollars de gains depuis 2006) et une popularité intacte, en témoigne le trophée "People's Champion".
 


Satellites : plutôt Vegas ou Costa Brava ?

SISMIX Costa Brava

Alors qu'il est maintenant possible de décrocher son sésase pour le SISMIX Costa Brava via les Expresso (6 € par tentative, et grosso modo autant de minutes nécessaires pour empocher son package), les satellites classiques continuent d'attirer du monde. La preuve avec les deux éditions de dimanche soir : trois packages ont été distribués sur le 10 € qualificatif pour le Main Event (bravo à l'ancien candidat Top Shark Jofa39, FoldYourNut et aalexisgg), et autant sur le sat' pour le Highroller : on salue bien bas U8Ederix, le vainqueur Winamax Series .Maracana et susic10, qui remportent chacun un buy-in à 1 000 € pour l'épreuve high stakes de notre premier festival organisé en Espagne (et dans le cas de susic10, il s'agit d'un re-entry puisque le monsieur avait déjà remporté la qualif HR du 24 mars. Hé bé.)

Satellite Winamax SISMIX Costa Brava 10 € - 202 inscriptions (122 add-ons) - Prizepool 4 023 €
Jofa39, FoldYourNut et aalexisgg - package SISMIX Main Event (1 100 €)

Satellite SISMIX High Roller 125 € - 31 inscriptions (6 re-entries) - Prizepool 3 534 €
U8Ederix, .Maracana et susic10 - ticket SISMIX Highroller (1 000 €)

WSOP

Nerveux. Ce n'est pas le qualificatif que l'on appliquerait le plus volontiers pour décrire Sylvain Loosli en 2019, lui qui traîne sa bosse dans les hautes sphères du poker mondial depuis maintenant 5 ans. Mais on se plaît à imaginer que l'ami Looslar' a du sentir un petit piquotement au moment d'attaquer le heads-up final de notre troisième qualification hebdomadaire pour le Main Event des World Series Of Poker.

 

Sylvain Loosli

Pourquoi ? Parce le toulonnais a commencé la campagne de qualification 2019 en terminant en 3e place du premier satellite, avant de chuter sur la dernière marche du second la semaine dernière. Jamais deux sans trois ? Faisant fi des expressions toutes faites, Sylvain a cette fois-ci vécu la conclusion recherchée, se débarrassant d'--Aria-- aux alentours d'une heure du matin pour s'offrir la qualification pour le tournoi qui l'a révélé aux yeux de la planète poker (4e en 2013).

A noter que pour --Aria--, perfeur régulier que nous avions interviewé en octobre dernier, la déception est à relativiser : la forte affluence a permis de constituer une seconde place à 7 330 €. Largement de quoi remettre une pièce dans le jukebox la semaine prochaine, ou dès ce mardi, avec nos qualifs réservées aux Side Events des WSOP.

Satellite Main Event WSOP 500 € - 39 inscriptions (10 re-entries) - Prizepool 18 330 €
Vainqueur : Sylvain Loosli - package WSOP 11 000 €
 




Avant de remporter son siège pour le Main Event des WSOP, Sylvain Loosli avait souffert en passant la semaine dernière par la case "bad beat", comme on peut le voir dans notre Top 5 hebdomadaire. Coup de génies, coups du sort, pétage de plomb ou de bankroll, nous réclamons à corps et à cris vos mains les plus folles : envoyez les à multiplex@winamax.fr.






Les autres gagnants de dimanche

Tiger Woods

Les joueurs ci-dessous peuvent se vanter d'avoir écrit leur nom au palmarès des MTT Winamax le même jour qu'un évènement appelé à rester graver dans l'histoire du sport : la victoire du revenant Tiger Woods sur le Masters d'Augusta. Son premier titre majeur en 11 ans ! Bravo champion.
 


Tous les tournois Winamax



Benjo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1112

MessagePosté le: 12/04/2019 16:17   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

L'arrivée tant attendue des Expresso SISMIX, la suite de nos sats pour les WSOP et un dimanche soir de folie sur Winamax TV : il y a plein de bonnes raisons d'attendre ce week-end sur Winamax.

La vraie vie, c'est bien. Mais pouvoir la capturer avec un boîtier d'appareil photo doublé de deux objectifs de qualité tout ce qu'il a de plus professionnelle, c'est bien aussi - non vous ne nous ferez pas dire mieux. Après ce dimanche, le vainqueur du Sunday Surprise (20h30, 10 €) va pouvoir se prendre pour (notre photographe préférée) Caroline Darcourt et ramener des images inoubliables de ses futurs déplacements. Le prochain trou noir qui passe n'a qu'à bien se tenir.

Las Vegas, vous en rêvez ? Grâce à nos satellites à destination des World Series of Poker, vous pourrez peut-être bientôt découvrir Sin City de vos propres yeux. Ce dimanche à 21 heures, notre tournoi qualificatif hebdomadaire à 500 € rempile pour une nouvelle édition. En jeu, grâce à un partenariat exclusif en France, un package d'une valeur de 11 000 € comprenant votre entrée pour le plus beau tournoi de la planète, le Main Event des WSOP ! Trop cher ? Pas de problème, des super sats vous attendent dès 18 heures à partir de 50 € l'entrée. See you in Vegas!

Jusqu'à aujourd'hui, vous pouviez vous qualifier pour le Winamax SISMIX Costa Brava à partir de 10 €, via notre satellite dominical de 21h15 et ça, c'était déjà drôlement chouette. Mais maintenant, vous pouvez tenter votre chance contre six petits euros, et en Expresso ! Ça se passe directement sur le lobby, en cliquant sur l'icône Expresso SISMIX, et ça tourne 24 heures sur 24. Qué rico!

Il s'est fait plus discret que ses partenaires du Team Romain Lewis et Davidi Kitai pendant les Winamax Series alors, pour se rattraper, Pierre Calamusa s'invitera dimanche sur le plateau du Multiplex Poker. En compagnie de Benjo et Veunstyle, LeVietF0u reviendra sur ses (mes)aventures des derniers mois, tout en commentant l'actualité poker de la semaine écoulée. Ah et on vous a dit qu'il y aura des tickets à gagner ? Soyez de la partie dès 19 heures sur Winamax TV.

Directement dans la foulée, Moundir chausse les gants, pousse à fond Survivor dans les enceintes de Winamax TV et s'en va montrer à une poignée de viewers triés sur le volet ce que signifie vraiment avoir l'oeil du tigre. Vous l'avez compris, votre rendez-vous mensuel Mounfight revient à partir de 20h30, avec le fidèle PonceP en guise de maître de dojo et Daniel LaRusso des temps modernes. Let's get ready to rumble!

Une fois n'est pas coutume, commençons l'un de ses paragraphes par une mauvaise nouvelle : les Winamax Series, c'est terminé. Dans le cas très hypothétique où vous ne faites pas partie des quelques 150 champions à avoir inscrit leur nom (jusqu'à quatre fois pour certains d'entre eux) au palmarès de cette édition d'avril, ou que vous n'avez pas réussi à gober une part conséquente des plus de 13,8 millions d'euros distribués pendant dix jours, vous avez peut-être eu la chance d'assister en direct jeudi soir au sacre de Hu_Punisher sur le 2 Million Event, pour plus de 160 000 €. Toujours pas ? Alors n'hésitez pas à jeter un oeil à notre article récapitulatif ainsi qu'à ceux écrits tout au long du festival. Et ne vous inquiétez pas, on remet le couvert dès septembre !

Que ce soit en home game, par texto, dans un casino, sur le chat Winamax ou sur l'un de nos festivals, vous avez forcément déjà entendu certaines des répliques de notre Top 5 des phrases les plus tiltantes. Une lecture indispensable pour gommer d'éventuelles mauvaises habitudes de votre répertoire et vous éviter de passer pour le fish de la table.

Un joueur de poker moderne doit-il viser la perfection ? Si vous avez répondu "oui" à cette question, alors vous feriez mieux de passer quelques minutes sur le dernier blog d'Ivan Deyra. Après, et seulement après, pourrez-vous entamer votre chemin vers l'excellence.

Living on video


Guillaume Diaz. Guillaume Diaz everywhere. Alors qu'il fait la joie des spectateurs du monde entier au sein la nouvelle saison de Dans la Tête d'un Pro sur le Monster Stack des WSOP, volatile38 ne se prive pas d'étaler son talent devant les caméras de Top of the Pok, où il récemment remporté le Magnum en direct. Autant de vidéos à voir et à revoir en attendant de découvrir la suite en début de semaine prochaine. Entre deux sessions de prises de notes, pensez quand même à faire retomber la pression devant notre dernier Top 5 en date.



Bon week-end à tous et bonne chance sur Winamax !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2, 3 ... 334, 335, 336  Suivante
Aller à la page :
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
visit counter