Se connecter
S'inscrire





La partie et le tout
"Parce qu'il n'y a pas que le poker dans la vie"

(Blog de QuantumP.)


Surveiller les nouveaux billets de ce blog
 Chapitre 1 : Première rencontre
Posté le: 13/11/2016 15:16 par QuantumP.
Signaler un Abus




Une présentation s'impose.
Je suis étudiant en école d'ingénieurs (rien que ceci devrait m'obtenir du stacking ou une victoire sur le WiPT) et le poker a été un hobby entre amis depuis longtemps.
Vous l'aurez compris avec mon pseudo et ce livre, je suis passionné par la physique quantique. De plus, je trouve amusant que le poker et la physique quantique aient les probabilités en point commun.

J'ai franchi le cap l'an dernier en m'inscrivant sur Winamax avec l'idée monter une bankroll sans déposer. Vaste programme qui m'a permis de prendre du plaisir sur les freerolls et en argent fictif.
Finalement, pour profiter d'une promo pour les nouveaux joueurs j'ai déposé 15€, soit le minimum, et j'ai reçu 10€ de tickets qui m'ont rapporté autant dans ma bankroll. Je suis plutôt orienté tournois. J'ai beaucoup joué en mtt et sng en play money pour commencer et surtout les sng freerolls.

Avec patience, j'atteins 45€ en juin dernier. J'ai décidé d'en spew la moitié en PLO2 pour voir ce que je valais et obtenir des tickets Super Freeroll.
Après deux Day1 mais pas de Day2 et avoir perdu 7 caves en 1000 mains, je suis bien content de gagner des tickets à la radio Winamax juste avant les WSeries XVI et je remonte à 49€.

Avec la rentrée, je ne joue presque plus jusqu'à un jeudi soir où je lance le tournoi du jeudi. Je n'ai jamais fait top 100 dessus mais je rêve un peu à la table finale récompensée par une qualification pour une étape live du WiPT au choix.
Et puis à force de donner des bad beats tapis couvert préflop (en vrac ATs>KK, A2o>AKo et 99>AA) je commence à y croire.

    (...)


C'est alors que je reçois les As à 15 left



Je finis 3ème et choisis de participer à l'étape de La Villette.
Ce sera mon premier tournoi live. Que d'excitation !

_________

Parce qu'il n'y a pas que le poker dans la vie, je vous propose de découvrir Etienne Klein, physicien et philosophe des sciences, animateur de l'émission La Conversation scientifique sur France Culture chaque samedi. Auteur de nombreux livres comme "Discours sur l'origine de l'univers" ou "Le Facteur temps ne sonne jamais deux fois", vous pouvez trouver un grand nombre de ses conférences sur youtube.

Une petite sélection avec un cours donné à l'Ecole Centrale de Paris et une série de conférences très intéressantes et variées :





 
Soyez le premier à commenter ce billet
 
 Chapitre 2 : La Grande Halle of Cards
Posté le: 20/11/2016 20:54 par QuantumP.
Signaler un Abus

A la fin de mon dernier (et premier) billet, je vous avais laissé avec ma belle performance sur le tournoi du jeudi (3/2389). En plus d’un ticket à 20 €, cette perf m’a qualifié pour l’étape WiPT de la Villette qui s’est déroulée les 5 et 6 novembre derniers. Il s’agissait de mon premier évènement de poker live et je peux vous dire que je n’étais pas très serein à l’idée de me retrouver au milieu de 2000 joueurs, tous plus fishy les uns que les autres.



Pour retrouver des sensations après ma longue coupure due à la rentrée, j’ai décidé de jouer un Monster Stack de 18h avec mon ticket à 20 €. Comme je m’y attendais le niveau était très supérieur au mien mais au moins j’ai pu m’amuser à faire quelques moves malgré un désert de cartes qui ne m’a pas permis de rester très longtemps dans le tournoi.
Afin de me préparer au mieux, je me suis remis à regarder beaucoup de vidéos (et pas seulement le Main Event des WSOP) aussi bien techniques que mentales, surtout pour me rassurer et faire retomber la pression. Finalement c’est en toute détente que j’aborde ce tournoi, j’y vais avant tout pour prendre du plaisir à jouer aux cartes en rencontrant de nouvelles personnes. Pour la perf, on verra déjà si on tient jusqu’à la première pause. C’est parti pour un CR qui j’espère en appellera d’autres.

La veille au soir, l’excitation m’empêche de trouver le sommeil avant une heure contre-indiquée. J’ai pourtant déjà préparé toutes mes affaires afin de ne pas me retrouver dans un rush le matin même : boisson, nourriture, bloc-notes, stylo, convocation, casque audio ah non, on ne va pas passer la journée le casque sur les oreilles !
Je pars de mon campus perdu dans l’Essonne de bon matin pour être en avance sur mon horaire de convocation et je me retrouve sur la grande place avec la fontaine devant la Grande Halle de La Villette. La queue pour entrer est déjà colossale, je ne pensais pas que tout ce monde viendrait aussi tôt !



Après avoir récupéré mon petit bracelet rouge et le petit carton indiquant ma place, je fais le tour des différents stands : la boutique, le bar, l’espace vidéo, le bar des sports, l’expo photo de Caroline Darcourt. Pour passer le temps je lis le petit fascicule distribué à l’entrée avec le rappel des règles et les bons conseils de Guillaume Diaz. Je me dis que ce serait bien d’aller discuter avec d’autres joueurs mais un événement comme celui-ci, c’est aussi l’occasion pour moi de me rappeler que je suis timide et que j’ai beaucoup de mal à parler à des inconnus. Je vais récupérer le sticker wam mais je me contente de quelques mots seulement avec Chriis (c’est donc lui !) et Jack033.
Je commence à m’habituer à l’ambiance de cette immense salle dont les 200 tables sont encore vides pour quelques minutes, j’ai déjà repéré la mienne, et puis enfin l’accès aux tables est ouvert !



Sympa le jeu de cartes et le tapis de souris, il ne me reste plus qu’à acheter une souris pour mon PC portable !
Le show commence avec Patoche et le vainqueur de la dernière édition Cyril Georges, quelques jeunes demoiselles et la totalité du Team Pro. Je m’éclipse rapidement pour prendre une photo avec Jacques Monclar afin de faire rager un pote fan de basket puis je reviens à ma table.
C’est une table plutôt sympathique avec à ma droite une joueuse de club très sympathique et à ma gauche un livetard au visage de boxer et à la main bandée (apparemment il a fait une chute à vélo).

Ce n’est pas tout ça mais on est là pour jouer au poker, je l’avais presque oublié. D’ailleurs je dois deal la première main car je suis au bouton. Étonnamment, tout le monde passe jusqu’à moi, même pas un limp ! Je découvre AQ et décide de relancer mais bien sûr je me trompe dans la valeur des jetons et fait une fausse-relance sans même l’avoir annoncée. Aïe, ce sera juste un call. Le boxeur s’invite à la partie et la big blind check pour nous laisser voir un flop sur lequel je trouve une paire de dames mais ma mise les fait fuir tous les deux très rapidement. Au moins je prends le chiplead de la table tout de suite ! Je ne tarde pas à trouver AK après quelques mains où je découvre que la table est bien nit et pas du tout fishy. J’open et c-bet sur un flop que je n’ai pas du tout touché. Je check back turn avant de trouver un as sur la river et de value bet. Mon adversaire fold et immédiatement mon voisin de gauche s’écrit « As-Roi » en pointant mes cartes.
« Vas-y, montre au moins l’As » et fort de mon manque d’expérience je montre bien sûr mon as. « Le roi maintenant », je ne résiste pas plus. Super, je me fais déjà outplay même sans être dans un coup contre lui … Par la suite, lui et son voisin de gauche ne me feront aucun cadeau. De vrais sharks, j’ai bien déchatté le seatdraw !

Du coup je décide de plutôt essayer de jouer contre mes voisins de droite. La tâche devient plus facile lorsque je reçois AA de big blind après un open du bouton. On est encore très deep, je 3bet assez cher et je suis tout content de pouvoir 5bet shove après le 4bet de mon adversaire. Pas de chance, lui aussi avait les as et on split pour une demi small blind !
Un peu tilté, je fais l’erreur dans les premiers niveaux de jouer loose au bouton et au cutoff mais impossible de gagner un coup contre mes deux voisins de gauche. Au bout d’un moment, énervé de ne rien pouvoir faire contre eux, je 4bet shove avec les 8 au highjack sur un 3bet du bouton. Il tank plusieurs minutes, disant qu’il n’a pas envie de jouer un flip pour une grosse partie de son tapis. Finalement il passe en montrant son AK et me demande si j’avais les dames. Un peu plus à l’aise après avoir gagné ce pot, je parviens à ne pas montrer mes cartes malgré mon voisin de gauche disant que j’ai forcément JJ+.

Enfin c’est la première pause et mon stack se situe autour de 27k pour 20k de départ grâce à ce coup. J’en profite pour sortir et acheter un sandwich dans une supérette à proximité aux prix beaucoup plus intéressants que le bar du tournoi (5€ pour un jambon beurre quand même !).
Après la reprise, de nouveaux joueurs dont FabPSG remplacent les premiers éliminés de ma table. Ils nous parlent des débutants de leur table précédente, mais attention, des vrais ! La valeur des combinaisons et distribuer les cartes n’étaient pas leurs points forts. Il y en a même un qui voulait jouer au 5 Card Draw et s’est mis à distribuer une troisième carte !
Aux blindes 500-1000, je trouve à nouveau AK …
Mon open à 2200 est suivi par mon voisin de gauche. Les blindes passent et sur un flop 776 je décide de c-bet assez cher à 3500 pour le faire passer tout de suite s’il n’a pas quelque chose. Il paye et je check sur un 8 au turn et là je suis totalement pris de court en le voyant faire tapis pour 15k. Je me dis qu’il a le spot parfait pour me bluffer et que j’ai des chances d’être devant. Je compte tout de même mon tapis pour vérifier que je le couvre. A peine lucide, je ne fais pas attention au fait que je n’ai que 2k de plus que lui et je call, me retrouvant en mauvaise posture face à sa PP de 5. J’ai tout de même 12 outs river pour me sortir de là et le sortir du tournoi.     (...)

Malheureusement je tombe à 2400 jetons, soit à peine plus de 2bb. Je suis énormément déçu de ma line, j’aurais aimé pouvoir tenir au moins jusqu’au soir mais l’historique m’a fait craquer. L’erreur du débutant.

Rassurez-vous, ce CR n’est pas encore terminé puisqu’à mon premier coup en big blind avec ce micro stack, je trouve T6dd et engage mon tapis contre un open à 2500 qui me couvre déjà. Je trouve dès le flop un 10 pour me faire doubler face au 88 de mon adversaire. Ouf ! Le coup d’après, je trouve QQ en small blind et tout le monde passe jusqu’à moi (dommage que mon tapis ne soit pas plus conséquent). Bien sûr je push mes 5bb et bien sûr je me fais payer par Q2s, encore un double up ! Un peu plus tard je retrouve QQ au bouton et je 3bet shove après un open de début de parole qui me suit avec JJ. Cette fois je dois deal et tout heureux de dominer mon adversaire, j’en oublie de brûler une carte avant la turn, heureusement je gagne quand même ce coup pour remonter à 23k sur des blindes 800-1600. Je revis et on n’hésite pas à me surnommer Highlander à la table.

Aux alentours de 16h30, alors que j’ai passé tout un niveau sans trouver de spot favorable je découvre A3o au bouton et décide de resteal sur un open du HJ à 4800 sur des blindes 1200-2400. Je commence à me faire du souci en voyant mon voisin de gauche faire tapis par-dessus. Le HJ s’écarte et je me retrouve totalement dominé par ATo. Encore une fois je dois deal en étant moi-même à tapis et je ne suis même pas foutu de faire apparaitre un 3 ou une quinte sur le board pour me sauver. Mon aventure s’arrête là, ce fut tout de même magnifique de pouvoir jouer un gros tournoi. Un rapide coup d’œil au tableau d’affichage pour me rendre compte que je finis aux alentours de la 1100ème place pour 2127 inscrits, tout près de la première moitié sans avoir jamais eu plus de 27k, ce n’est pas si mal.

Le quizz au bar des sports me fait rester un peu plus longtemps. Un misclick sur le quizz poker me fait rater un free bet mais de toutes façons je n’étais pas venu pour cela. Je termine la soirée avec des potes parisiens autour d’un petit verre près du Trocadéro, c’était sympa de les revoir après plusieurs mois. En définitive ce fut une journée riche en événements et émotions, excusez-moi si j’ai fait trop long mais cela me semblait important de faire de l’ordre dans mes souvenirs, même deux semaines après. En espérant avoir rappelé de bons souvenirs à ceux qui y étaient aussi et avoir donné envie à ceux qui participeront bientôt à une étape live du WiPT. Je vous souhaite beaucoup de réussite et peut-être que nous nous retrouverons à l’une d’elle, et que je serai moins timide aussi …

___________

Parce qu'il n'y a pas que le poker dans la vie, je vous propose une chanson du dernier album de Norah Jones. C'est une chanteuse à la fois jazz et blues qui avait connu un immense succès dès son premier album Come Away With Me en 2001. Elle revient cette année avec Day Breaks dont le titre Carry On ne pourra que vous mettre le smile, même face aux pires bad beats !

 
6 commentaires »
 
 Chapitre 3 : Grinding is so overrated
Posté le: 01/01/2017 02:49 par QuantumP.
Signaler un Abus



Cela fait bien longtemps à mon goût que je n’ai pas écrit dans ce blog. Tout n’est pas perdu car je vais pouvoir vous faire un résumé éclair de ces dernières semaines de 2016 sans trop m’épancher sur chacune de mes lubies successives.
EDIT : en fait j’ai fait un gros pavé, désolé :p
Désolé pour ce titre racoleur mais tel un rhétoricien fou je vais vous montrer en 3 points comment un indécis comme moi peut changer rapidement d’avis sur ce qu’il compte grinder. Dans le chapitre précédent, je vous racontais ma première expérience en live lors de l’étape WiPT de la Villette. J’ai notamment pu me rendre compte que j’étais un bon gros linetard tout tremblant à chaque main jouée. Pas l’idéal mais j’espère retenter l’expérience avec une meilleure pokerface cette fois.

Le mini grind
Heureusement, j’avais un programme online. J’avais prévu de jouer N Sit&Go pour voir où je me situe sur ce format. Avec ma BR je me suis limité à des 0,50€ et comme les cours ne me permettent pas d’atteindre un volume phénoménal, j’ai opté pour N = 100. C’est un minuscule sample mais c’était davantage pour un test psychologique que statistique. Et le tout sans tracker ! J’attends pour le moment d’obtenir assez de miles pour en acheter un dans la boutique Winamax mais je commence à me dire que cela risque d’être un peu trop long. J’ai tout noté sur un fichier Excel et cela m’allait très bien. Mais je m’égare !
Vous allez dire « Des S&G c’est bien gentil mais quel format ? Expresso ? DON ? HU ? » Rien de tout ça ! J’ai commencé sur les classiques de 5 à 20 joueurs (2 à 4 ITM) en variant les vitesses turbo et lentes. Quand j’ai débuté sur Wina en play money en janvier dernier c’étaient les formats que je préférais alors autant commencer dans un monde connu, mon jeu contre ce field est quasi automatique et j’ai même atteint mon record de multitabling (10 ! En sachant qu’au dessus de 6 les tables se superposent sur mon petit écran de PC portable). J’avais néanmoins au fond de ma tête l’idée d’aller voir en HU comment ça se passait. En effet après ces 100 S&G j’ai décidé d’en jouer 100 en HU. Pas de déglingos mais des turbo et des semi-turbo pour me forcer à jouer un peu deep, m’éloignant ainsi de ma zone de confort (et de paresse) qui est le push or fold où je me contente de regarder les charts. Malheureusement, certains fish ne l’entendaient pas de cette oreille et ont préféré open shove any2 avec 75bb, ce qui m’a permis de maintenir un ROI (très) satisfaisant.
Pour ceux qui aiment les chiffres :



Ces résultats intéressants m’ont encouragé à m’orienter vers le grind des S&G et c’est satisfait du travail accompli que je terminais ma session le 10 novembre dernier quand soudain …

Le grind des variantes
Les nouvelles variantes étaient là ! En tant que fan numéro 1 d’Alex Luneau depuis que j’ai vu le documentaire Nosebleed j’étais très curieux de découvrir les variantes exotiques préférées du highstaker en manque de coiffeur et de bijoutier. Cet été j’avais essayé le Razz, le Deuce to Seven et le 8-Game en Play Money et j’étais confiant que des débutants encore moins expérimentés allaient venir jouer sans même connaitre les règles de ces variantes.
Beaucoup trop excité pour sit les premières tables de 8-Game en 5ctm/10ctm (2€ la cave) j’ai attendu le 12 novembre pour commencer et comme prévu les fish ont mordu à l’hameçon. Le plus surprenant était de voir les livraisons pendant les tours de NLHE et de PLO. Ils étaient tout contents de pouvoir enfin miser à fond qu’ils faisaient vraiment n’importe quoi ! Petit à petit d’autres tables ont été ajoutées et j’ai pu prendre beaucoup de plaisir en Razz, qui est vite devenu ma variante préférée après que j’ai lâché quelques caves en Deuce to Seven, à cause d’une range d’open predraw beaucoup trop loose. Je vous épargne de l’horreur de mes résultats en 2-7 sur ce sample encore plus ridicule que celui de Razz.



Encore une fois les chiffres ont davantage une portée psychologique que statistique, et aussi pour brag un peu.
Après cette petite aventure en Cash Game, j’ai découvert les MTT de HORSE. Avec un BRM qui m’a paru sage pour un jeu de limit (60 buy-in) je me suis lancé et j’ai perfé dès mon premier essai.



Finalement en MTT de HORSE j’ai eu 4 ITM sur 12 tournois joués. C’est donc sereinement que j’ai enchainé sur les Sit&Go de HORSE ! Pour le moment j’ai un taux d’ITM de 62,5%. J’aimerais pouvoir faire plus de volume dans ce format mais le trafic est extrêmement faible.



Le grind du côté obscur
Parallèlement j’ai fait un dépôt de 50€ sur PokerStars.fr après avoir découvert le programme des MicroSeries. Cette partie mérite sûrement plus de détails tant elle fut intense pour moi.
C’était un soir, le 24 ou le 25 novembre, je n’arrivais pas à me résoudre à aller me coucher et je suis tombé sur le programme par hasard. Aussitôt l’adrénaline m’a pris et j’ai élaboré tout un plan pour monter une bankroll en une semaine avant les premiers Events. Finalement je suis allé me coucher et le lendemain j’ai remis un peu de sens dans mon programme et effectué ledit dépôt. Je me suis limité à 6 tournois pour un total de buy-in de 15 € environ.
Pendant la semaine précédant les MicroSeries j’ai essayé un peu tout et n’importe quoi. J’ai spew 5€ en NL2. Je me suis fait plaisir avec la mission quotidienne en Spin&Go (un format sympathique, surtout en micro vu les fish mais je n’étais pas emballé non plus). Je n’ai pas le détail car mon problème n’était pas de faire un challenge Spin&Go mais de monter ma BR pour m’assurer avant les MicroSeries. J’ai aussi tenté des Sit&Go : KO, DON, classique … Cela m’a bien réussi et c’est avec une roll approchant les 100€ que j’allais entamer les MicroSeries.
Deux jours avant l’Event 1 soit le vendredi 2 décembre, je lance une petite session MTT sur PS parallèlement à mon premier MTT HORSE sur Wina (oui, celui que j’ai ship). Après un rapide busto sur un 0,25€ je me retrouve en bonne position sur un 1€ Re-Entry et le Big Two de 17h. Finalement je fais top 100 sur le Big Two pour moins de 2 BI et je ship l’autre pour près de 10 BI, juste après avoir ship le HORSE. J’étais aux anges.
La semaine qui suivit fut remplie de déceptions par rapport à cette belle journée. Je m’étais pourtant fait un programme clair et même rangé mon bureau !



En même temps que les MicroSeries de PS, Winamax proposait le Xmas Wam. Faisant partie du top 200 des posteurs de l’année j’ai même été sélectionné pour jouer le « Tournoi des Fidèles ». J’ai également joué un Event Horse et quelques autres tournois. Sans succés, pas même un petit ITM Sad .
Résumé des MicroSeries :
- MS 01 Flight 3€ (3 Day 1, qualifié finalement pour le Day 2 mais problème technique) 19€ en remboursement mais grosse déception de ne pas pouvoir jouer le Day 2
- MS 04 KO Progressif 5€. Une prime pour 1,13€
- MS 08 Bubble Rush 2€. Rien
- MS 09 1-Cent. Une dizaine de re-entry pour que dalle
- MS 36 Turbo Rebuy 0,25€. 3 rebuys pour rien
- MS 42 Zoom 3€. Rien mais un format intéressant
Finalement, dans tout cela ce fut plutôt la semaine qui était censée servir de préparation qui fut la plus riche (et enrichissante financièrement). Comme quoi on ne peut jamais prévoir ce qu’il va se passer, surtout en MTT et surtout sur une durée si courte.
Après un tel rush il fallait bien se calmer. Je me suis recentré sur les nouvelles variantes et la constitution d’un groupe de travail Mixed Games m’a bien aidé à apprendre. Le groupe est dynamique, c’est très sympathique et enrichissant (intellectuellement cette fois).
La suite du programme, vous vous en doutez, la fiesta ! Non je plaisante je me contente d’un petit ciné avant le Réveillon. La suite c’est les Winamax Series !!! Il va falloir me qualifier pour tous ces Events dans les nouvelles variantes qui sont totalement hors BRM pour moi. Le challenge Mix 22 est une bonne opportunité. J’espère que tout le travail effectué depuis un mois sur les nouvelles variantes va payer. Une grosse performance serait tellement belle. Mais je m’emballe je crois. Un verre de champagne pour le Nouvel An et un ITM sur le Horse à 10 balles ce sera déjà bien.
Je vous souhaite à tous une heureuse année 2017, que ce soit aux tables ou très loin d’elles.

------

Parce que, vous le savez bien, il n’y a pas que le poker dans la vie.
Alors j’ai décidé d’écrire sur un ce qui, en grande partie à mon avis, fait de moi ce que je suis aujourd’hui : le stoïcisme.
Cette doctrine philosophique remontant à la Grèce Antique est souvent utilisée pour lutter contre le tilt mais bien avant de me mettre au poker online je m’intéressais déjà à ces enseignements et je peux dire qu’ils m’ont bien aidé à passer sans trop de séquelles à travers l’adolescence. Depuis le cours de latin en 4ème lors duquel j’ai entendu le mot pour la première fois, je n’ai pas arrêté de me questionner sur cette doctrine. Qu’apporte-t-elle concrètement ? Comment la respecter strictement ? N’est-ce pas une doctrine de la résignation ? Au vu de tous ses bienfaits, comment se fait-il que si peu de gens s’y essaient ?
Au lieu de m’énerver en voyant des gens s’énerver pour des futilités j’ai commencé à m’en amuser, bien aidé par les leçons de mon livre de chevet : Le Manuel d’Epictète. Son autre nom, l’enkheiridion (poignard en grec ancien), indique bien sa fonction. C’est une arme contre tous les coups du sort. Une arme très puissante.
J’en partage avec vous quelques extraits.
« Ne cherche pas à faire que les événements arrivent comme tu veux, mais veuille les événements comme ils arrivent, et le cours de ta vie sera heureux.»
« C’est le fait d’un homme non formé que d’accuser les autres des malheurs dont il est lui-même l’auteur. »
« Si tu vois un bel homme ou une belle femme, tu découvriras, pour leur faire face, la maîtrise de soi ; que la fatigue vienne, tu découvriras l’endurance ; le reproche blessant, tu découvriras la patience. Et avec cette habitude les représentations ne te captiveront pas. »
« Ce qui outrage, ce n’est pas celui qui insulte ou celui qui frappe, mais l’évaluation qui prononce que ces hommes t’outragent. Quand donc quelqu’un t’a provoqué, sache que c’est ton propre jugement qui t’a provoqué. »
« S’il t’arrive un jour de te tourner au-dehors avec la volonté de complaire à quelqu’un, sache que tu as perdu ton assise. Donc : qu’il te suffise en tout d’être philosophe ; mais si tu en veux encore l’apparence, parais-le à toi-même, et cela suffira. »


A la lumière je vous propose un exercice pratique. Selon vous, ce raton-laveur est-il à plaindre ?

https://www.facebook.com/AnimalsInPredicaments/videos/743571999115646/
 
3 commentaires »
 
Montrer les messages depuis:   
Surveiller les nouveaux billets de ce blog
Poster un nouveau sujet
  
STATISTIQUES
  
  
Visiteurs : 6
  

visit counter