Se connecter
S'inscrire





Le fil des News
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Sport
Surveiller les réponses de ce sujet Précédente  1, 2, 3 ... 39, 40, 41, 42  Suivante
Aller à la page :
Auteur Message
Giggs338
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 10 Nov 2017
Messages: 47

MessagePosté le: 04/03/2018 16:58   Sujet du message: OM - FCN : le prono de Cazarre Répondre en citant Signaler un Abus

OM - FCN : le prono de Cazarre

Julien Cazarre livre son pronostic avant le duel entre Marseille et Nantes !

Julien Cazarre s’est rendu au vrai pays des Yankee, sur les terres de Franck McCourt, pour présenter l'avant-match de ce duel entre deux clubs historiques de notre championnat.

Passons les forces en présence, ça ne sert à rien d’en parler parce que ce sont toujours les mêmes (Thauvin est en feu, Mitroglou est nul...), et allons directement au résultat : Marseille est favori donc on va parier… sur le nul. Et oui, c’est aussi ça la logique Cazarre !

Le pronostic de Julien Cazarre

Pariez sur OM - FCN

Notre pronostiqueur fou affirme que Marseille est favori. Le succès des Phocéens au Vélodrome est coté à @1,48.

Pour autant, Julien Cazarre voit Nantes créer la surprise en accrochant le nul. Cela multiplierait par votre mise par @4,30.

Une chose est sûre, il y aura des buts ! Cazarre en imagine quatre (cote à @4,60). Plusieurs options s'offrent donc à vous : le + de 3,5 buts à @2,70, les deux équipes marquent à @1,78, puis le score exact pour les plus tuméraires : le 2-2 est à @16,00 !

Du côté des buteurs, les noms de Sala (@3,15), Rongier (@7,50), Thauvin (@1,98) et Luiz Gustavo (@3,15) ont fuité. Vous pouvez aller jusqu'à combiner les buts des hommes en forme du moment en plaçant un pari sur "Thauvin et Sala marquent au cours du match" à @8,50

Bien d'autres cotes sur ce match vous attendent sur le site !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 05/03/2018 15:53   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Grille n°98 : les gagnants

Pas de 12/12 cette semaine mais quelques 11/12. La cagnotte de la prochaine grille augmente.

Les dieux du foot ont été cléments ce week-end : la plupart des favoris ont gagné, à l’image de Manchester City contre Chelsea, le Real face à Getafe et le Barça contre l’Atletico. Les Verts étaient favoris contre Dijon, régulièrement battus à l’extérieur. fty28 peut en vouloir à Saint-Étienne qui a raté un penalty et gâché plusieurs occasions. Le nul 2-2 lui coûte le 12/12, mais il empoche tout de même 546 € pour 1 € misé : 

Grille 7 : Un samedi soir à 1 260 €

Krissoouu a dû passer un bon samedi soir : avec sa grille à 7 bien corsée, il a transformé 2 € en 1 260 €. Son meilleur coup : cette double croix sur Naples et la Roma, difficile à anticiper pour la plupart des autres joueurs. Incollable sur le ventre mou du championnat, il partira en vacances à Metz et à Angers.

Préparez la grille n°99

Cette semaine, ce seront donc 50 000 € qui seront à remporter avec la grille 12. L’affiche se situera en Italie où l’Inter Milan recevra Naples, déterminé à remporter le titre. Une grille à valider avant samedi 20h.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Giggs338
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 10 Nov 2017
Messages: 47

MessagePosté le: 08/03/2018 17:36   Sujet du message: Top 5 : les coups à tenter en Ligue 1 Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : les coups à tenter en Ligue 1

Vous ne savez pas sur quoi mettre un billet pour vibrer ce week-end ? On vous guide !

Strasbourg - Monaco : Monaco gagne par au moins deux buts d’écart @2,55

En grande forme depuis le début de l’année, le dauphin du PSG a retrouvé l’efficacité offensive qui le caractérisait la saison dernière. Depuis le début de la phase retour, Monaco tourne à 2,5 buts par match en moyenne. Intraitable, le club de la Principauté n’a plus connu la défaite en championnat depuis fin novembre. Alors que Falcao devrait faire son retour, l’ASM se déplacera chez la 18défense du championnat avec l’objectif de creuser l’écart sur les deux Olympique. La victoire simple est cotée à 1,70.

Pariez sur Strasbourg - Monaco

Rennes - Saint-Etienne : Rennes et + de 2,5 buts @3,40

Retrouvées offensivement ces dernières semaines, les deux équipes s’affrontent alors qu’elles sont en confiance : le Stade Rennais a inscrit au moins deux buts lors de ses quatre derniers matchs, tandis que Saint-Etienne a trouvé le chemin des filets au moins une fois dans ses six dernières rencontres. Désormais cinquièmes du championnat, les Bretons n’auront pas le droit à l’erreur s’ils veulent garder leur destin en main dans la course à l’Europe.

Pariez sur Rennes - Saint-Etienne

Dijon - Amiens : Dijon gagne et les deux équipes marquent @3,55

Quatrième meilleure équipe du championnat à domicile, le DFCO possède également la cinquième attaque de l'élite avec 40 buts inscrits. L'équipe d’Olivier Dall’oglio s'avère tout aussi impressionnante offensivement que fébrile défensivement (pire défense de L1). Peu inspiré ces dernières semaines, Amiens se présente à Dijon avec seulement un point d’avance sur la zone rouge. On devrait donc assister à un match ouvert entre une équipe flamboyante à domicile, et une autre en grand besoin de points.

Pariez sur Dijon - Amiens

Toulouse - Marseille : Toulouse @4,40

Troisième du championnat, l’OM traverse actuellement un léger coup de mou physique. Largement battus à Paris puis tenus difficilement en échec à domicile face à Nantes la semaine dernière, les Marseillais devront gérer leur onzième match en 37 jours. Une rencontre qui plus est placée en plein milieu de la confrontation face à Bilbao. Une aubaine pour Toulouse, qui a retrouvé des couleurs depuis l’éviction de Pascal Dupraz. Après avoir battu Nice et tenu tête à Monaco, le TFC peut-il venir à bout de Marseille ? On y croit !

Pariez sur Toulouse - Marseille

Lyon - Caen : Match nul et les deux équipes marquent @4,60

Dix jours après s’être affrontés en Coupe de France, Lyon et Caen se retrouvent en championnat, cette fois-ci au Groupama Stadium. Les Gones, qui n’ont plus gouté à la victoire en Ligue 1 depuis fin janvier face à Paris, voient Marseille et surtout Monaco s’éloigner dangereusement. Pour l’OL, la réception de Caen a donc tout du match piège, d'autant plus qu’il intervient trois jours après un déplacement long et compliqué à Moscou. Les Caennais, confortablement installés dans le ventre mou du classement, n’ont quant à eux rien à perdre. Ils se serviront à coup sûr de cette rencontre pour préparer leur demi-finale de Coupe de France qui les attend face à Paris.

Pariez sur Lyon - Caen

En combinant ce #TopFive, vous pouvez tenter un #MortalCombo avec une cote à 622,96 !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Giggs338
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 10 Nov 2017
Messages: 47

MessagePosté le: 12/03/2018 12:26   Sujet du message: Grille n°99 : les gagnants Répondre en citant Signaler un Abus

Grille n°99 : les gagnants

Jackpot ! Le 12/12 est tombé ce week-end grâce notamment à un but de... Mitroglou.

Bingo : trois parieurs réalisent un perfect ! Un grand bravo à "FAMBA" qui s'offre un beau pactole s'élevant à 13 357 € pour seulement 8 € de mise ! Notre super parieur doit en grande partie son salut à l'immense Kostas Mitroglou, auteur d'un but décisif pour l'OM à Toulouse hier soir. Comme quoi, tout peut arriver dans le football...

"Ciarovitch" a lui aussi eu tout bon. Son investissement de 48 € lui rapporte 13 922 €, en voilà une stratégie rentable !

Enfin, "angyys78" avait quant à lui opté pour une grille système. Grand bien lui en a pris puisque 13 165 € tombent dans sa poche ! 

Grille 7 : la puissance de l'euro 

Du côté des grilles 7, il n’y avait pas que des déçus mardi soir. En effet, "djefinio" a dû arborer un grand sourire toute la semaine puisque sa pièce de 1 € s'est transformée en un magot de 1 390 € !
On notera qu'il n'a coché aucune équipe à domicile et que cette tactique s'est avérée payante : « Not in my house » !

Préparez la grille n°100

20 000 € sont déjà garantis sur la prochaine grille 12 !
Validez votre grille seul ou en équipe avant le samedi 17 mars à 20h00. Bonne chance !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 15/03/2018 15:24   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : les coups à tenter en Ligue 1

Vous ne savez pas sur quoi mettre un billet pour vibrer ce week-end ? On vous guide !

Marseille – Lyon : Marseille vainqueur @2

Sans Fekir. Et avec Genesio. L’OL se déplace au Vélodrome avec deux handicaps de taille. Au vu des dynamiques opposées des deux formations, on imagine mal un succès de l’OL, encore décevant contre Caen dimanche dernier. Troisième meilleure équipe de L1 à domicile, l’OM s’est retrouvé un banc avec les retours en forme de Maxime Lopez et Mitroglou. En face, Traoré et Mariano tirent la langue.

Pariez sur OM - Lyon

Nice - PSG : Nice ou match nul @3

En difficulté en fin de match à Angers, Paris n’est plus aussi serein qu’il y a quelques semaines. Ce déplacement à Nice peut s’avérer piégeux, surtout contre une équipe capable du pire (son début de match à Guingamp) comme du meilleur (sa victoire 5-2 lors du même match). Invaincu en L1 depuis quatre journées, les Niçois ont les moyens de marquer face à ce PSG toujours aussi inquiétant défensivement. Pour les plus optimistes, la cote de la victoire niçoise est tentante à 9,75.

Pariez sur Nice - PSG

Angers - Caen : Ivan Santini buteur @3,25

Le Croate n’est plus titulaire depuis l’arrivée de Crivelli à Caen, cet hiver. Mais la suspension de ce dernier, conjuguée à l’absence sur blessure de Rodelin, fait de Santini le seul atout offensif majeur de son équipe à Angers. Tireur de penalty (cinq de ses huit buts ont été inscrits de cette manière), il abat l’une de ses dernières cartes pour retrouver sa place dans le onze. 

Pariez sur Angers - Caen

Montpellier - Dijon : nul @3,80

Ah, ce 5-3-2 ultra-sexy avec Roussillon et Aguilar sur les côtés… Impossible de ne pas en rêver la nuit. La formule magique connaît pourtant des ratés avec quatre résultats nuls consécutifs en L1. Lille, Strasbourg, Lyon et Lille viennent de partager les points avec Montpellier. Et c’est Dijon (trois nuls lors des quatre derniers matchs) qui se présente ce samedi ! Ce duel entre le 8e et le 10e promet d’être disputé.

Pariez sur Montpellier - Dijon

Premier buteur du match : Emiliano Sala @4,90

Avec 12 buts, Emiliano Sala est évidemment le meilleur buteur nantais. Plus surprenant : il a déjà ouvert le score d’un match à six reprises cette saison, à chaque fois contre des équipes du bas de tableau (Troyes, Metz, Angers, Amiens et Lille). Messi du Multiplex, Sala avait inscrit le premier but du match aller, le 30 septembre, lors d’une victoire nantaise 1-0. La récidive est bien cotée.

Pariez sur Metz - Nantes

En combinant ce #TopFive, vous pouvez tenter un #MortalCombo avec une cote à 363,09 !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 17/03/2018 16:12   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Interview de Mathias Coureur


Globe-trotter du foot, Mathias Coureur a posé ses valises au Kaysar Kyzylorda, au Kazakhstan, où il cartonne. Espagne, foot de l'Est, Martinique, joies et déceptions : un parcours atypique pour un joueur attachant.

Parle-nous d'abord de tes débuts en France, de ta formation au Havre et ton passage au FC Nantes. Là-bas, cela ne s'est pas passé comme prévu. Pourquoi ?

Je suis parti à 12 ans de chez moi. J’ai beaucoup pleuré à l’époque, je me souviens. L’année précédente, Amiens voulait me recruter, mais mes parents avaient refusé parce que j’étais trop jeune. Et lorsque j’ai eu une deuxième opportunité, je leur ai bien fait comprendre que je ne laisserai pas passer l’occasion ! J’avais des propositions de plusieurs clubs en France, mais j’ai choisi Le Havre. Sans regret ! J’ai passé six ans et demi là-bas. Cinq années géniales, puis une année et demi plus compliquée, puisqu’on me faisait comprendre que je passais au second plan. Donc je suis parti à Créteil, à côté de chez moi, ou tout s’est bien déroulé. Comme à Beauvais, en National, où j’ai fait 6 mois au top avant de signer à Nantes le jour du match Nantes - Le Havre. Cela devait être une belle histoire, mais finalement cela s’est très mal passé. Dès le premier entrainement avec les pros, je sens bien que le coach ne veut pas de moi, que je ne suis pas son choix. Moi j’étais jeune, et moralement cela m’a mis un gros coup. Après, je n’ai certainement pas réagi de la bonne façon à l’époque. J’aurais dû lui montrer que j’étais capable de jouer à ce niveau-là, qu’il devait croire en moi. Les torts sont partagés dans cette histoire. C’est 50 % de ma faute, et 50 % de la faute du club qui m’a fait croire que je venais là pour remplacer Da Rocha, que j’aurai du temps de jeu, etc… C’est le plus gros échec de ma carrière, parce que cela aurait pu être un vrai tremplin pour moi. Après ce passage à Nantes, j’ai galèré. Et en grande partie par ma faute, je le répète.

Après des passages réussis en Espagne, une courte pige en Martinique, tu décides d'aller au-delà du Mur : direction l'Europe de l'Est ! Première année à Cherno More Varna en Bulgarie, où tu remportes la Coupe Nationale. Expérience folle, non ?

En Espagne, tout va pour le mieux dans mes deux premiers clubs. Durant deux années de suite, on passe tout près de la montée en seconde division. D’ailleurs à l’Atletico Baléares, je suis élu meilleur joueur par les supporters et termine meilleur passeur décisif. Mais après, j’ai un peu craqué, pour plusieurs raisons, et j’ai décidé de rentrer en Martinique. Je voulais arrêter ma carrière. En venant me ressourcer auprès des miens, je me suis rendu compte de la chance que j’avais d’être footballeur. Donc je repars en Espagne, toujours en troisième division. Paradoxalement, cela ne se passe pas au mieux, mais cette fois, je ne lâche pas l’affaire ! Je bosse en plus des entrainements, je réagis comme un vrai professionnel. Je reçois un appel pour aller jouer en Bulgarie. J’y vais direct. Au départ, je ne joue pas trop. Puis le coach m'installe titulaire, et là je sors une très grosse saison. Je termine meilleur buteur du club, on gagne la Coupe de Bulgarie ! L’année d’après, on remporte la Supercoupe, je termine encore meilleur buteur du Cherno More Varna. Je suis élu meilleur joueur par les fans, les journalistes. Bref, un truc de malade. Plus que ça, je pense que c’est la meilleure chose qui me soit arrivée dans ma vie. Je ne pense pas que j’aurais un jour la chance de revivre ça dans un autre club. Pour l’anecdote, il y a des supporters qui ont milité pour donner mon nom à une tribune, car selon eux j’étais devenu une légende ! Tu vois un peu ? C’est le genre d’expérience complètement inattendue qui te marque à jamais. J’aurais préféré le vivre en France, mais malheureusement je n’ai pas eu cette chance. Donc je remercie infiniment la Bulgarie et le Cherno More Varna, ainsi que la ville de Varna pour ces moments de dingues.

Tu sors d'une première saison pleine avec Kaysar Kyzylorda, 32 matchs et 6 buts au compteur. À quel niveau situerais-tu le championnat kazakh ? 

Oui, superbe première saison. Pas vraiment au niveau des stats, mais plus pour le jeu produit, de mon apport pour l’équipe. J’ai quand même terminé meilleur buteur avec six buts seulement ! D’ailleurs, mon club a reçu une proposition des L.A Galaxy il y a quelques semaines. Preuve que je n'ai pas si mal joué et que le championnat kazakh peut être un « tremplin » si tu fais les efforts. J’espère faire encore une belle saison, mais en scorant un peu plus, cela serait génial. Même si ce dimanche-là, j’ai déconné en loupant un but tout fait dans les dernières minutes du match. Mais cela peut arriver. Je suis un esthète, un amoureux du football. Je ne suis pas obsédé par les stats, même si je sais que c’est primordial, surtout pour un attaquant.

Les loisirs au pays de Borat et Vinokourov, ça donne quoi ?

Pour tout t'avouer, il n'y a pas grand-chose. Au Kazakhstan, contrairement à la Bulgarie, je sors peu. Notamment parce que les gens ici peuvent parfois te mettre mal à l’aise. Comme ils n’ont, pour certains, jamais vu un homme de couleur de leur vie, ils t’interpellent dans la rue pour prendre une photo. Pas parce que tu es footballleur mais parce que tu es noir ou métis ! En fait, c’est plutôt une question de culture et d'ignorance que du racisme pur. Comme il y a plusieurs Français dans l’équipe, on est souvent ensemble, même si on se marre bien avec tous les joueurs, Kazakhs ou pas. La mentalité est différente mais les gens sont gentils.

Tu es né à Fort-de-France et tu as même évolué en équipe de Martinique. Peux-tu nous en parler ? 

Effectivement, et très fier d’être martiniquais ! La sélection me tient à coeur, mais l’entente est loin d’être parfaite entre le staff et moi pour une histoire idiote, une phrase que j’aurais exprimée dans les médias et qui ne leur a pas plu… Alors que moi, je veux juste faire avancer mon île. Ils ont d’ailleurs un peu changé leur fusil d’épaule depuis quelques temps sur la gestion du groupe.
Cela a été une fierté incroyable de porter ce maillot. J’espère un jour avoir la chance de rejouer pour mon île, même si c’est mal embarqué. J’espère sincèrement que l’équipe continuera d’avancer et que des gens comme Frédéric Piquionne, qui ont enfin l’importance qu’ils méritent dans cette équipe, vont pouvoir aider cette sélection à se professionnaliser et a être plus attractive. 

Pourquoi peu de joueurs natifs des Antilles passent-ils le cap du haut niveau ?

Ils ne passent pas le cap parce que les joueurs locaux sont très loin de la France et l’île n’a pas réussi a créer des partenariats forts avec des clubs de Ligue 1 notamment. Nous n'avons pas cela, bien que nous ayons certainement un plus gros potentiel de joueurs qu'en Guadeloupe… Il faudrait aussi que la France nous laisse la possibilité de devenir une équipe FIFA. Des destins peuvent changer grâce à la sélection, comme Kevin Parsemain ou Jordy Delem, qui ont réussi à signer en MLS suite à leurs bonnes prestations en Gold Cup.

As-tu des projets en cours pour l'île ?

Déjà, je le répète, mais la sélection martiniquaise a été une super opportunité de découvrir de nouveaux horizons, d’autres football. Malheureusement, j’ai appris que des responsables de la Ligue martiniquaise avaient des soucis avec moi, pour des raisons que je ne connais pas vraiment puisque ce sont des paroles qui m’ont été rapportées… Je suis ouvert à la discussion. Pour l'instant, cela ne me permet pas d’aider ces jeunes martiniquais à signer pro en Europe. Donc c’est dommage. Mais je crois en l’avenir et j’espère vraiment pouvoir trouver un moyen d’aider notre jeunesse. Et si ça ne se fait pas en Martinique, j’aiderais alors des gens de ma ville, de mon quartier, afin qu’ils puissent réaliser certains de leurs rêves. C’est encore un peu flou mais j’avance dans le processus.

Ton club favori, le PSG, désormais éliminé, qui vois-tu remporter la Ligue des Champions cette année ? 

Ah oui… Mon coeur s’est brisé lors de l'élimination contre le Real ! L’année dernière, j’en ai pleuré. Cette année, j'ai failli lâcher ma larme aussi. Je vois bien le Barça aller au bout. Messi est chaud encore cette année. S’il décide de gagner, il gagne ! Comme je me définis comme un joueur qui aime le ballon, je vais dire Barcelone. Après, le Barça, ce n'est pas trop compliqué. Si tu ne sais pas quoi faire, tu donnes le ballon à Messi. Mais ça me semble assez ouvert cette année, donc on verra bien !

Pariez sur le Vainqueur de la Ligue des champions

Session one-shot « Coureur rapide »

Thierry Henry ou Nicolas Anelka ? 

Anelka ! Une idole de jeunesse et un exemple de réussite. C’est le Al Pacino du football ! Parti de rien, pour arriver tout en haut en restant lui-même.

Beignet antillais ou yaourt bulgare ? 

Tu me poses vraiment la question (rires) ? Team beignet antillais à fond ! Désolé pour mes amis bulgares !

Union Soviétique ou USA ? 

USA !

Ta série préférée ? 

Ma série du moment, c’est « La Casa de Papel » ! Cette série m’a rendu dingue, j’ai dévoré tous les épisodes pendant la préparation d’avant-saison en Turquie ! Après, la série indémodable que je peux regarder tous les jours sans problème, c’est « H ».

Le club de Ligue 1 ou à l’étranger dans lequel tu te vois bien jouer ? 

Le PSG, évidemment ! C’est l'un des rêves que je ne pourrai jamais réaliser. Je n'ai jamais rêvé de Barcelone, du Real, de Manchester United etc… Depuis que je suis tout gamin, c’est le PSG et rien d’autre. Et depuis mes premières interviews, je n'ai toujours parlé que du PSG, tu pourras vérifier. 

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 21/03/2018 16:52   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : les amicaux des Bleus

Blessure d'un cadre, révélation d'un joueur, match charnière : tout peut arriver lors d'un amical. Quel sera le sort de ce France – Colombie ?

Qui a dit que les matchs amicaux n'avaient aucun intéret ? Sûrement pas les parieurs et les footballeurs français. Certaines rencontres disputées avant une grande compétition ont changé le destin de la sélection, en bien ou en mal. Avant France – Colombie, ce vendredi, tour d'horizon des amicaux les plus marquants.

Pariez  sur France - Colombie

Brésil - France (1977)

En 1977, le football français est en jachère. La sélection n’a plus participé à la Coupe du monde depuis 1966 mais l’espoir renaît avec un nouveau sélectionneur, Michel Hidalgo, et des jeunes prometteurs (Platini, Rocheteau, Bossis). Un match va lancer la génération Platini : le 30 juin, les Bleus obtiennent un nul probant (2-2) au Maracana, devant plus de 120 000 spectateurs, grâce à des buts de Six et Trésor. Un vrai exploit. Menés 2-0, les Français trouvent les ressources pour égaliser. Libérés, ils osent davantage, comme le confiera plus tard Marius Trésor : « On a soudain fait jeu égal, on les a moins respectés. Inconsciemment on l’avait trop fait. » Une équipe est née. Quelques mois plus tard, les Bleus obtiendront leur ticket pour le Mondial 1978. Le groupe : Italie, Argentine, Hongrie. Mission impossible ? Plus maintenant.

Corée du Sud - France (2002)

« Zidane il s’est blessé, Zidane il s’est blessé ! » Ce dimanche 26 mai 2002, le tube fait la une des radios. Sorti à la 38minute de ce match contre la Corée du Sud, le meneur de jeu français est touché à la cuisse. Le peuple gronde : pourquoi disputer un tel match à quelques jours du début de la Coupe du monde, sinon pour des motifs économiques ? Les solutions de remplacement inquiètent : Micoud n’a pas la confiance de Roger Lemerre, Djorkaeff est davantage un électron libre qu’un numéro 10, et Christophe Dugarry, testé à ce poste, demeure limité. Annoncée favorite, l’Equipe de France perdra son match d’ouverture face au Sénégal, prélude d’une élimination honteuse au premier tour.

France - Chine (2006)

Le jour où tout a basculé… 7 juin 2006 : 10minute de jeu. Le destin de la France toute entière chavire. Lors d’une rencontre amicale contre la Chine à Geoffroy-Guichard, la jambe de Djibril Cissé se brise sur une action anodine. La suite, tout le monde la connaît… L’ancien Auxerrois cède sa place à David Trézéguet pour la suite d’un match qui verra le mage Zizou rater un penalty qu’il a lui-même provoqué en glissant au moment de frapper. Prémonitoire. Le 9 juillet 2006, Zidane dérape de nouveau, laissant ses partenaires démunis affronter l’immense Gigi Buffon lors d’une séance de tirs au but décisive. Trézégoal échoue. La France se noie dans le chagrin. Douze ans plus tard, difficile de ne pas imaginer Djibril Cissé poser le ballon sur le point de penalty de l’Olympiastadion… Et une étoile supplémentaire au-dessus du coq français.

France - Equateur (2008)

Si Bafé Gomis a plusieurs clubs de cœur, il n’a en revanche qu’une seule nation. Le 25 mai 2008 à Grenoble, la Panthère fête sa première apparition sous le maillot tricolore en remplaçant Djibril Cissé à la mi-temps d’un match face à l’Equateur. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’attaquant des Verts a réussi ses débuts. Ce soir là, il donne la victoire aux Bleus, d'abord d’une puissante frappe du droit en pivot, puis d’une sublime reprise de volée acrobatique. Il faudra attendre quatre ans et une victoire 2-1 en Italie pour revoir Gomis trouver le chemin des filets avec l’Equipe de France. Cela reste à ce jour son troisième et dernier but avec les Bleus, en 12 sélections.

France - Costa Rica (2010)

France – Costa Rica (2-1) voit la première sélection de Mathieu Valbuena, révélé en 2010 avec l’OM. Auteur du but décisif, il valide son billet d’entrée pour la Coupe du monde, une compétition où il jouera un rôle majeur, selon le journaliste Arnaud Ramsay. « Certains sont convaincus qu’il serait à l’origine des révélations de Knysna. » Taupe ou pas taupe ? Quoi qu’il en soit, Valbuena participera à la mauvaise ambiance d’un groupe divisé, où il se fera remarquer par son comportement (lunettes de soleil dans le vestiaire) et ses fanfaronnades.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 22/03/2018 12:16   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Interview du parieur AlsoFine

Mener une vie nocturne devant les matchs du championnat colombien s'avère payant : AlsoFine remporte un Mortal Combo de 9 635, 43 € !

Clément, 24 ans, actuellement en création de projet, connaît un début d’année 2018 tonitruant : son Mortal Combo est le second passé en une semaine !

Reconnais-le : sur le match colombien, tu as misé au hasard, non ?

Absolument pas, je suis énormément les ligues étrangères : l’Angleterre, l’Argentine et la Colombie, notamment. J’ai vu sur Twitter que plusieurs joueurs avaient été étonnés par mon pari en Colombie, or je regarde le championnat assez souvent, la nuit, car j’ai beaucoup de temps libre en ce moment. Pour ce combiné, j’ai choisi quelques matchs étalés sur trois jours.

Sur quel match as-tu le plus tremblé ?

Le dernier, le Gazélec face à l’AC Ajaccio. Le terrain était dans un état pitoyable, une pataugeoire version XXL.

Que vas-tu faire de cet argent ?

Le gain n’est pas encore assez gros pour investir chez Rolex, alors attendons encore un peu !

Quelles sont tes habitudes de parieur ?

Une habitude ? J'élargis mon pari sur quelques jours (sauf quand je joue en simple ou en combiné deux matchs maximum), tout en ayant suivi le fil de l'actualité footballistique. Je tente des grosses cotes assez souvent à moindre coût.

Quel était auparavant ton « meilleur coup » sur les paris sportifs ?

Pas plus tard que la semaine dernière, je touchais une cote à 600. Encore du football, encore un combiné de championnats étrangers… plus Nantes – Troyes.

Quels conseils donnerais-tu à un parieur débutant ?

De ne surtout pas se fier aux côtes. Elles sont souvent trompeuses. Il faut s’intéresser aux équipes plutôt que d’enchaîner machinalement les cotes à 1,20 sur des clubs que l’on ne connait pas. Être spécialiste d’un championnat peu connu est bien entendu un avantage. Je connais des parieurs seulement intéressés par l’argent, mais la passion doit aussi entrer en jeu.

Peux-tu nous donner le score exact de Russie-France, mardi, en amical ?

Je vais dire 1-3 en faveur de la France. Allez les Bleus !

Pariez  sur Russie - France

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Giggs338
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 10 Nov 2017
Messages: 47

MessagePosté le: 23/03/2018 19:33   Sujet du message: France - Colombie : l'avant-match en chiffres Répondre en citant Signaler un Abus

France - Colombie : l'avant-match en chiffres

Statistiques, cotes, coup du soir : voici tout ce qu'il faut savoir avant le match entre la France et la Colombie !

Dix ans après le dernier match entre les deux équipes, Colombiens et Français se retrouvent pour un match amical de gala, de nouveau à Saint-Denis. Aux points, ce sont les Bleus qui mènent face aux Cafeteros avec trois victoires en autant de confrontations. Est-ce assez pour juger la France supérieure à la bande de Falcao ? Pas si sûr.

Deschamps sera-t-il perturbé par le visionnage de Taxi 5 en avant-première ? Réponse ce soir. Quelques jours avant de rencontrer le pays hôte du Mondial, chez lui à Saint-Petersbourg, les Tricolores auront à coeur de marquer les esprits face une équipe colombienne aguerrie lors des grands chocs. Qualifiée sur le fil (4de la poule lors des qualifications), la Colombie voudra montrer qu'elle n'est pas là par le fruit du hasard. La France est cotée @1,48. Pour l'occasion, on vous offre 10 € pour parier sur le match. Comme ça, cadeau.

Le coup du soir

La France gagne et les deux équipes marquent @2,95. Restant sur sept matchs consécutifs sans perdre, la sélection de Deschamps voudra poursuivre sur sa lancée. Lemar, Mbappé, Griezmann et Giroud sont annoncés titulaires ; de quoi prévoir une belle animation offensive. En face, les Colombiens mettent la grosse cargaison : James Rodriguez et Falcao seront en charge de mener la rébellion. Misez 100 € sur une victoire de l'Equipe de France et les deux équipes marquent pour gagner 295 € !

Pariez sur France - Colombie

Les hommes à suivre

1. Radamel Falcao

Fort d'un bilan de 28 buts en 70 sélections, la star de 32 ans évoluant à Monaco revient tout juste de blessure. El Tigre sera sans doute affamé ce soir. Son but est coté @3,25.


2. Kylian Mbappé

Que des n°10 dans ma team ! En tout cas, il y a Kylian Mbappé. Affublé du maillot magique, le petit prince parisien voudra montrer de quel bois il se chauffe. Son but multiplierait votre mise par @2,50.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 25/03/2018 22:39   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Interview de Footballski

Pour se renseigner sur la Russie, pourquoi ne pas directement demander aux meilleurs ? Footballski nous en dit davantage sur le prochain adversaire des Bleus en amical.


Pierre Vuillemot et Vincent Tanguy, deux des contributeurs de Footballski, site spécialisé sur le football d’Europe de l’Est, ont accepté de nous en apprendre davantage sur la sélection russe, opposée mardi à la France.

Pariez sur Russie - France

Qu’est-ce que Footballski.fr ?

Footballski est un site fondé il y a quatre ans. L'objectif est de mettre en lumière les footballs de pays peu ou pas médiatisés en France, que ce soit la Moldavie, la Pologne, la Slovaquie ou encore la Russie ou la Géorgie. Notre grand objectif est d'utiliser ce football pour en faire un prisme à la société et à l'Histoire, permettre de conter des histoires sur cette Europe de l'Est et Europe centrale. Cela se traduit par une volonté de proposer des longs formats, que ce soit des portraits de joueurs, clubs ou encore des expériences sur le terrain et des interviews avec différents acteurs de ces footballs.

Vous interviewez des footballeurs français évoluant en Europe de l’Est. Quelle est votre meilleure rencontre ?

Mathias Coureur est une personne qui a souvent été présente sur le site et a été une belle rencontre humaine. Il a toujours été très agréable avec nous et a su nous accueillir de la plus belle des façons lors de nos reportages en Bulgarie ou au Kazakhstan. À côté de ça, Nicolas Diguiny qui n’est pas forcément le joueur le plus connu, a été une belle rencontre dans le discours porté, l’histoire racontée, sa grande disponibilité et l’échange que l’on a eu sur place, en Grèce.

Quelles sont les forces de cette sélection russe ?

Igor Akinfeev est la grande force de cette sélection. Il reste le leader de cette équipe, dispose d’une grande expérience et a, à de nombreuses reprises, permis d’éviter des déroutes. Lors du dernier match joué, face au Brésil, perdu 3-0, il a notamment effectué de nombreuses parades réflexes afin d’éviter une défaite plus lourde. Reste à voir son niveau dans la prochaine Coupe du Monde … L’épisode de 2014 reste encore dans les mémoires. Cependant, Akinfeev devrait laisser sa place à Lunev contre la France, qui jouera chez lui, devant son public. En dehors de ça, tu as le milieu de terrain, qui est la force de cette équipe, même si ça ne s’est pas vu dernièrement. Pour te citer quelques noms, tu as Golovin, Zobnin, Glushakov ou encore Dzagoev qui sont des joueurs sur lesquels le jeu russe se base ; du physique, de la rapidité et de la contre-attaque.

Et ses faiblesses ?

Le mal russe reste la défense. Depuis les retraites des frères Berezutski et d’Ignashevich, c’est le désert… Cherchesov préfère jouer avec trois défenseurs centraux et les récentes blessures de Dzhikiya et Vasin l’ont obligé à revoir ses choix. Mais cela manque encore d’automatismes. De même, Fernandes, latéral droit du CSKA, est actuellement blessé, ce qui n’arrange rien. Il devrait néanmoins être présent pour le Mondial.

Kokorin, blessé, ne devrait pas disputer le Mondial. Quelles sont les solutions de rechange ?

La première solution est d’utiliser Smolov en pointe avec Miranchuk en soutien. Il est difficile d’en tirer des conclusions actuellement vis-à-vis des prestations contre le Brésil. Après, la seconde solution serait de sélectionner Dzyuba, qui a retrouvé quelques couleurs depuis son arrivée à l’Arsenal Tula. Il pourrait être aligné avec Smolov et servir de point d’appui dans un rôle de pivot afin de permettre à ce dernier de tourner autour de lui. Le problème est que Dzyuba n’est pas le plus aimé des joueurs du côté des supporters et je vois mal Cherchesov l’appeler désormais.

À quel style de jeu doit s’attendre l’équipe de France ce mardi ?

Les Russes s’attendent à un match compliqué, face à une équipe revancharde, physique, rapide et techniquement supérieure. Le schéma de jeu en 5-3-2 devrait être reconduit même si la Sbornaya pourrait (devrait ?) accentuer son schéma sur les côtés et faire déjouer les latéraux français. Cherchesov reste un tacticien, connait la vitesse et les capacités des Français, et va surement s’en méfier.

Les joueurs russes s’exportent rarement. Les hauts salaires du championnat russe sont-ils l’unique explication ?

Outre les salaires, les joueurs russes, en Russie, ont un sentiment de protection du fait de la mise en place de la limite de joueurs étrangers dans l’équipe titulaire (la règle du 6+5). C’est un point qui a souvent été questionné dans la presse et les médias et qui semble devoir évoluer la saison prochaine vers une limite d’étrangers dans le groupe sélectionné et non dans l’équipe titulaire. De plus, les Russes ont également un problème au niveau de l’adaptation et l’acclimatation, l’appel du pays est donc plus fort. Malgré tout, tu as quelques exceptions comme Arshavin, Mostovoï ou Karpin. 

Comment cette Coupe du monde à domicile est-elle accueillie par la population russe ?

Très attendue, tu te doutes bien. Elle est d’abord la première compétition internationale de football à se dérouler sur le sol russe. Les Russes vont donc faire en sorte que cette compétition soit réussie d’un point de vue organisationnel et sécuritaire. Les supporters russes présents à l’intérieur des stades devraient se ternir tranquilles et le contingent policier être suffisamment important pour pallier tout risque. Ici, nous avons des questions sur l’image que la Russie va refléter dans le monde. À côté de ça, les tensions diplomatiques existantes devraient se tasser, notamment avec l’Angleterre. La construction des stades a, elle aussi, fait couler de l’encre, notamment le stade Krestovsky à Saint-Petersbourg, devenu le stade le plus cher de l’histoire, mais tout sera prêt à temps. 

À quelle place vois-tu terminer la Russie dans son groupe composé de l’Arabie, de l’Égypte et de l’Uruguay ?

C’est difficile de prévoir une place pour cette Russie. Le groupe semble abordable, mais y a-t-il suffisamment de certitudes chez les Russes pour pouvoir se targuer d’une place assurée pour la suite de la compétition ? Je ne pense pas. Tu as des joueurs de qualité en face, voire des joueurs en pleine bourre comme Salah, mais j’ai du mal à imager le pays organisateur quitter la compétition dès les groupes. Une seconde place, derrière l’Uruguay, serait acceptable.

Pariez sur Russie vainqueur du groupe A

Session one-shot Franco-Russe

Le pire joueur français récemment passé en Russie

On va prendre le plus récent avec Gabriel Obertan qui ne s’est pas imposé à l’Anzhi Makhachkala. 

Un joueur russe qui ferait du bien à la L1 ?

Fedor Smolov. Un attaquant qui aime les buts, les boites, l’alcool et les femmes. Parfait pour Paris.

Semak ou Sychev ?

Semak, car on a eu l’occasion d’écrire un article sur lui dernièrement.

À quelle place se situeraient les meilleurs clubs russes en L1 ?

Il serait compliqué de rivaliser avec le PSG ou l’AS Monaco. Les meilleurs clubs russes, comme le Lokomotiv, le Spartak, le CSKA, le Zenit ou encore le FK Krasnodar pourraient jouer le Top 5. Le plus compliqué reste pour ces clubs de le faire sur la durée. Le CSKA l’a prouvé face à l’OL qu’il était capable de réaliser des choses, mais sur l’intégralité d’un championnat comme la Ligue 1, cela reste à voir.

J’ai parlé à une Russe sur un site qui me proposait de rencontrer « des filles chaudes dans ma région ». Dois-je la recontacter ?

C'est une vision stéréotypée qui a encore trop cours en Occident, et malheureusement entretenue par certaines filières de trafics d'êtres humains, et qui associent filles de l'est à débats érotiques ou prostitution. Réduire la Russie et les Russes à cela est extrêmement insultant et fait preuve non seulement de sexisme pur et dur, mais d'un ethnocentrisme et d'une ignorance qu'on essaie, sur Footballski, de combattre avec nos propres moyens. Quand on interroge une joueuse de football, on s'intéresse à la joueuse de football, pas à sa plastique, contrairement à certains médias qui ne peuvent s'empêcher de faire du people et des allusions sexistes quand ils évoquent Laure Boulleau.

À défaut, tu peux tout de même essayer l’alcool russe.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Giggs338
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 10 Nov 2017
Messages: 47

MessagePosté le: 26/03/2018 12:04   Sujet du message: Grille n°101 : les gagnants Répondre en citant Signaler un Abus

Grille n°101 : les gagnants

Déception : pas de 12/12 ni même de 11/12 sur les matchs internationaux du week-end.

La remontada colombienne préserve le jackpot. Comme beaucoup, "Stealthfish" a chuté à cause des Tricolores mais aussi d’un match de Serie B. Il se console avec 243 € en poche pour 1 € de mise !

Si "mentalist006" avait quant à lui bien prévu la défaite des Bleus de France, son esprit s'est égaré sur celle des bleus d’Écosse face au Costa Rica... Même lot de consolation pour la même mise.

Grille 7 : mise 12, engrange du flouze

Du côté des grilles 7, saluons la performance d'"Anguillon80" qui a bien commencé sa semaine en empochant 1 840 € avec un investisssement initial de 12 €.

Préparez la grille n°102

50 000 € sont déjà garantis sur la prochaine grille 12 !
Validez votre grille seul ou en équipe avant le samedi 31 mars à 20h45. Bonne chance !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 01/04/2018 16:44   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Interview de Daniel Riolo

Le journaliste Daniel Riolo autopsie le sport français dans son dernier livre. Au sommaire : analyses et avis tranchés, notamment sur le football.

Comment va le sport français ? Puisque tu l’autopsies, cela signifie-t-il qu’il est déjà mort ?

Non, il n’est pas mort. L’idée n’était pas de l’autopsier dans un sens médico-légal mais plutôt, comme la définition grecque d’autopsie le dit : « autopsía », à savoir de « le voir avec mes propres yeux ». C’est-à-dire d’aller enquêter sur la façon dont il fonctionnait, de rencontrer les acteurs des sports choisis pour que chacun me dise l’état de santé de sa discipline, ce qui va et ce qui ne va pas. Il n’y a pas d’état général, il n’y a pas « le sport français se porte bien ou pas ». Cela varie selon les disciplines. Pourquoi cela marche à une période et pas à une autre ? Que font les fédérations pour améliorer ou ne pas améliorer les choses ? Ce n’est pas moi qui livre le diagnostic mais les acteurs sur le terrain. Je ne suis pas médecin. J’ai été docteur poker à une époque alors que je n’avais pas les diplômes (rires). J’ai diagnostiqué en clandestin.

Les JO de Paris 2024 s’apparentent à un défi majeur pour la France. Quel regard portes-tu sur cet évènement ?

2024 focalise peut-être un peu l’attention mais, en même temps, c’est super loin ! Que ça fasse partie d’un programme général, qu’on ait des idées, qu’on ait l’objectif d’atteindre 80 médailles (qui est quand même assez fou, c’est quasiment le double de ce qu’on fait actuellement voire plus), très bien. Mais avant ça, il y a une Coupe du monde de football, il y a mille tournois du Grand Chelem et il y a plein de championnats du monde dans une multitude de disciplines. Il y a aussi d’autres JO, ceux de 2020. Moi, je ne pars pas avec l’optique : « 2024, il faut qu’on performe ! » 2024, ça n’existait pas encore quand j’ai commencé le livre (même s’il y avait des chances que Paris sorte vainqueur de la désignation). Effectivement, quand c’est venu, on s’est dit « tiens, on va aller rendre visite à Estanguet et Gatien pour connaître leur vision », mais ce n’était pas le but. Je voulais vraiment plus m’intéresser aux sports les plus populaires, fédérateurs. Foot, tennis, rugby… Ce n’est pas vraiment des sports olympiques où tu attends des médailles.

L’un des maux principaux du sport français réside dans l’augmentation exponentielle des « sportifs du dimanche » au dépend des « licenciés ». Comment expliques-tu ce phénomène ?

À la limite, c’est tant mieux et c’est tant pis ! C’est mieux si les gens font du sport et c’est tant pis si les fédérations n’arrivent pas à transformer la pratique amateur en licences. Je n’ai pas d’explication sur cet échec. Après, attires-tu un licencié quand ton sportif brille dans une compétition ? Généralement, on le constate : avec les handballeurs, il y a eu par exemple une relation de cause à effet. Chaque fédération mène un petit peu le combat de faire gonfler ses chiffres, parfois artificiellement, comme quand le football décide de récupérer le futsal. Pour les gamins, le moteur reste le rayonnement des sportifs. En ce moment, il parait que pleins de gamins veulent se mettre au biathlon. Mais quand tu n’habites pas dans les Alpes ou dans les Vosges, c’est compliqué (rires).

Cela se ressent aussi sur les rapports entre sport et scolarité, où les conditions ne sont pas optimales pour favoriser l’excellence. Tu prends l’exemple du sport à l’école, enseigné davantage comme de l’éducation physique et non pas comme une discipline compétitive.

Par rapport aux autres pays, traditionnellement, la France consacre moins de place au sport. L’école doit-elle être le moteur pour encourager les élèves à prendre une licence dans un club ? Je ne crois pas. Vraiment, c’est le résultat et la performance dans une compétition qui attire le gamin. Quand il voit le mec briller à la télé, il y va. On explique, dans le bouquin, qu’il y a toujours eu en France un retard culturel sur le sport à l’école. Maintenant, les gamins font davantage de sport à l’école, mais c’est vrai que par rapport à l’Allemagne et compagnie, on est loin.

Tu as repris les codes de Racaille Football Club pour ce nouvel ouvrage, qui semble s’inscrire dans le prolongement de ton bilan sur le football français. Peux-tu nous en dire plus sur le cheminement qui t’a poussé à passer de l’un à l’autre ?

Il n’y pas vraiment de cheminement. Le fait de reprendre les codes couleurs et la police pour ce bouquin, ce n’est rien d’autre que de l’esthétisme. Si je réécris des livres à l’avenir, ils suivront ce modèle. Le foot est le sport que j’ai finalement le moins bossé dans le livre. Je l’ai fait en dernier, j’ai failli me mettre à la bourre car je me suis dit « c’est trop simple pour moi », et je trainais, je trainais… Je baigne tellement dedans que je n’avais pas réellement besoin d’aller rencontrer beaucoup d’acteurs. D’ailleurs, j’avais fait une liste énorme de mecs à rencontrer… et finalement je ne les ai pas vus parce que je savais ce qu’ils allaient me dire. Le foot, je pourrais le faire tout seul. Donc j’ai rencontré des acteurs on va dire secondaires qui n’en étaient pas moins intéressants. Racaille Football Club, je ne l’ai pas abordé de la même façon. C’était vraiment un point précis à un moment où le foot français était malade pour savoir sociologiquement comment il avait évolué. Là, c’est plus un focus sportif. Qu’est-ce qui fait qu’à un moment l’histoire du foot est faite de cette façon ? Pourquoi les résultats de nos clubs ne sont pas bons ? Pourquoi l’Équipe de France a souvent été l’arbre qui cachait la forêt et quelles sont les pistes de réflexion ?

Bosman a-t-il vraiment tué le football français ?

Si aujourd’hui un mec du foot me dit « notre système fiscal est désavantageux », je vais lui dire : « ok, tu as raison. » Effectivement, c’est plus simple d’être propriétaire d’un club en Angleterre ou en Allemagne plutôt qu’en France. Si ce handicap t’empêche de gagner la Ligue des champions ou de battre des gros européens, ok. Comme ils ont plus d’argent que toi et qu’en plus tu es handicapé par les charges, certes, tu as raison. Mais quand ça te conduit à perdre contre des clubs qui ont moins d’argent que toi, et ça arrive très fréquemment, là je dis non.

Quand Aulas dit « je ne peux pas rivaliser avec le PSG » tout en étant à 20 points, cela me pose un problème. Perdre contre la Real Sociedad en tour préliminaire de la Ligue des champions ou contre Moscou en Ligue Europa, ce n’est pas un problème d’argent. Et puis Bosman, d’une certaine façon, a favorisé toute l’économie de nos clubs puisque ça a permis à mille clubs en Europe d’acheter nos joueurs. Et c’est sur la vente de nos joueurs que repose le système économique de la plupart de nos bons clubs. Donc je ne vois pas en quoi Bosman a flingué le football français. Ce qui a flingué le foot français et ce qui lui a fait prendre beaucoup de retard, c’est l’incompétence des dirigeants, de ceux qui ont géré les clubs. C’est l’incompétence de nos centres de formation qui produisaient en masse des joueurs mais pas toujours de très bons joueurs. C’est l’incompétence de la formation de nos entraineurs, qui est fermée et réservée à des anciens joueurs qui pensent tous la même chose. C’est ce qui fait que notre pays n’a jamais produit des entraineurs capables de remporter des coupes d’Europe, que ce soit avec des clubs français ou des clubs étrangers puisque nous n’en avons que deux : Gérard Houiller et Jean Fernandez. Donc ce n’est pas l’arrêt Bosman qui a empêché notre football d’évoluer, ce n’est pas vrai, ce n’est pas possible.

Tu affirmes à plusieurs reprises que la sélection nationale a camouflé la faiblesse du football français à l’échelle du championnat. La réciproque est vraie pour l’Angleterre. Comment analyses-tu cela ?

Je vais faire le parallèle avec le rugby français. Nos clubs sont méga puissants, c’est le championnat le plus riche du monde. On est capable d’acheter les Messi et Ronaldo du rugby. La conséquence de ça, c’est que tu n’as pas donné de place aux jeunes que tu formais car tu étais dans la volonté de résultats avec l’achat de stars. C’est ce qu’ont fait les clubs anglais. Avec tout l’argent qu’ils ont, ils se sont mis à acheter tous les meilleurs joueurs du monde, tous les meilleurs entraineurs. La guerre du banc de touche se trouve en Angleterre aujourd’hui. Ils offrent des salaires énormes. Ça ne favorise pas l’éclosion d’entraineurs anglais. D’ailleurs, ils ont toujours été en retard pour le coaching. Les meilleurs entraineurs anglais sont écossais !  

Historiquement, leur équipe nationale a toujours moins bien fonctionné. L’Angleterre est un football de clubs. C’est une donnée historique, les gens préfèrent leur club à l’équipe nationale. C’est un peu l’inverse en France. Les Espagnols ont eux aussi eu ces difficultés-là, à un moment. Ils avaient leurs deux clubs (Real et Barça) et l’association des deux ne fonctionnait pas car ils ne s’entendaient pas. Le revirement de l’Espagne est récent, il date du milieu des années 2000. C’est l’école Barça qui a révolutionné la sélection espagnole. En 2006, quand ils veulent mettre Zidane à la retraite, ils sortent en 1/8e de finale. En 2002, ils n’existent pas. En 2000, pareil. En 1998, ils sortent contre le Nigéria… Ils ne se prenaient que des bâches.

Neymar est-il l’ambassadeur parfait pour la Ligue 1 ?

Le terme ambassadeur est destiné à l’étranger, donc oui, il l’est. Quand tu as une telle vedette, tu es un peu plus armé pour négocier des droits télé à la hausse sur le territoire et même pour les vendre à l’étranger. Mais ça veut dire qu’il faut envoyer le PSG se balader un peu partout en été et le mettre sur le devant de ta vitrine. Mais tout seul, c’est compliqué. Tu ne peux pas vendre un championnat qu’avec un seul mec. Comme tu ne peux pas le faire avec une seule équipe. Il faudrait des vedettes à Lyon ou à Marseille. L’augmentation des droits TV est la prochaine grande bataille capitale pour l’avenir de notre foot. Les augmentera-t-on grâce à Neymar ? Peut-être. Mais tu ne les vendras jamais mieux qu’avec des résultats. Tu ne vendras jamais mieux le PSG que s’il est fort et qu’il va loin en Ligue des Champions. Parce qu’avoir Neymar et être éliminé en 1/8e de finale… Il vaut mieux aller en ½ finale sans Neymar. Ça veut dire que bientôt il va falloir dire aux supporters de Marseille, Bordeaux ou ailleurs que c’est bien si le PSG va loin en Europe. Quelque part, ça profite à tout le monde. Quand je dis ça, les mecs ne comprennent pas et m’insultent.

Existe-t-il un remède ? Quelles influences extérieures pourraient servir de modèles pour la France ?

Ce qu’ont fait les Anglais avec leur laboratoire de performance pour les JO 2012, je trouve ça bien. C’est ce qu’ils vont essayer de copier. Mais c’est quelque chose qu’on n’a pas l’habitude de faire en France. On a rarement misé sur l’élite. En gros, les Anglais ont sélectionné des sports où ils n’avaient pas de médailles avant et où c’était un peu ouvert. Ils ont regardé les performances mondiales et se sont dit qu’il y avait matière à faire un truc s’ils trouvaient trois mecs en bossant à fond dessus en mettant les moyens. C’était de la mission, de l’objectif calibré. Nous, on a plus l’habitude de bosser sur la quantité que de manière ciblée. Le mode des Anglais a plutôt bien marché.

Après, pour le foot, ce n’est pas bon de vouloir ressembler aux Anglais vu le retard monstrueux qu’on a sur eux économiquement. Il y a beaucoup de regards vers l’Allemagne mais c’est un système un peu particulier, ils n’ont pas d’investisseurs extérieurs. Nous, en gros, en ce moment on est en train de se construire un modèle qui est : nos clubs ne coûtent pas chers, pour 30 ou 40 millions vous achetez un club alors qu’en Angleterre il faut environ un million pour l’acheter. Ça coûte une bouchée de pain, un club en France. Le modèle Monaco a fait fantasmer plein de mecs. Ils se disent tous : « on n’est pas plus cons donc on va le faire. » Sauf que Rybolovlev a injecté un paquet de pognon à son arrivée. Il a pris 300 millions et il ne s’est pas gouré dans les choix.

Session one-shot « Un sport, un mot »

Judo : Derrière Riner attention !

Basket : Après Tony ?

Tennis : Catastrophique ou foutage de gueule.

Natation : On attend la relance…

Handball : Top !

Rugby : Marécageux.

Cyclisme : Des espoirs et rien d’autre.

Athlétisme : Envie d’y croire !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaximeMianat
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 361

MessagePosté le: 03/04/2018 16:41   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Grille n°102 : les gagnants

La grille 12 n'est pas tombée et passe à 100 000 € samedi prochain !

La grille 12 n’est pas tombée ce week-end. La faute à plusieurs résultats surprenants, comme le nul entre Séville et Barcelone ou la victoire d’Amiens à Lille. Bravo aux dix gagnants à 11/12, dont deux grilles système par équipe !

Darkclaude rentabilise sa mise de 20 € avec un gain à 900,13 € et une seule erreur : le nul de Strasbourg contre Metz. La team d’elpistolero1 a financé une grille à 96 € qui a également chuté sur le derby de l’est. Ils se partageront tout de même 1 254,35 €.

Grille 7 : trois vainqueurs pour le prix d'un

Trois gagnants sont à féliciter sur la grille de vendredi ! Okouto06 gagne 3 399,68 € sur ces sept matchs de Ligue 2. Avec une grille système à 150 €, Nikopadrixe obtient 3 108,28 € de gain. Déjà gagnant à 11/12, Darkclaude enchaîne avec un nouveau gros gain sur la 7. Serait-il vaudou professionnel ?

Préparez la grille n°103

100 000 € sont garantis sur la prochaine grille 12 ! On en salive d'avance rien qu'en pensant à ce derby Real - Atletico. Validez votre grille seul ou en équipe avant le samedi 7 avril à 20h. Bonne chance !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Giggs338
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 10 Nov 2017
Messages: 47

MessagePosté le: 08/04/2018 11:59   Sujet du message: OM - MHSC : le prono de Cazarre Répondre en citant Signaler un Abus

OM - MHSC : le prono de Cazarre

Julien Cazarre livre son pronostic avant l'affiche de ce dimanche entre Marseille et Montpellier !

C'est un Cazarre révolté et plus remonté que jamais que l'on retrouve pour présenter l'avant-match de Marseille - Montpellier.

Dans un communiqué solennel, notre parieur fou fait valoir son droit de grève en réponse à la programmation abusive des matchs de l'OM sur Canal+ !

Le pronostic de Julien Cazarre

Pariez sur OM - MHSC

Julien Cazarre se fait couper le sifflet par son équipe technique. Un supporter de l'OM se cache à l'intérieur... Son pronostic est le suivant : succès des Phocéens au Vélodrome, coté à @1,73.

Thauvin, l'homme providentiel des Olympiens cette saison, sera trop court physiquement pour effectuer son retour ce dimanche. En son absence, deux hommes pourraient s'illustrer en marquant : Kostas Mitroglou (@2,10et Dimitri Payet (@3,15). Valère Germain, en concurrence avec l'attaquant grec, bénéficie d'une cote encore plus attractive : une réalisation de l'ancien monégasque boosterait votre cote par @2,45.

Les hommes de Michel Der Zakarian pourraient toutefois poser des problèmes aux soldats de Rudi Garcia. Le nul est à @3,65 tandis qu'une victoire héraultaise multiplierait votre mise par @5,00.

Le suppléant du chroniqueur vedette de J+1 mise sur un succès de l'OM par deux buts d'écart (exactement deux buts d'écart @4,40, au moins deux buts d'écart @2,70). Plusieurs options s'offrent donc à vous : le + de 1,5 buts à @1,25, "les deux équipes vont-elles marquer ?" : non à @1,72, puis le score exact pour les plus téméraires : le 2-0 est à @6,75 !

Du côté de la Paillade, Giovanni Sio pourrait croiser le chemin des filets @2,85. Si Isaac Mbenza trouve la faille, vos gains seront multipliés par @3,85.

Bien d'autres cotes sur ce match vous attendent sur le site !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Giggs338
Staff Winamax
Staff Winamax


Inscrit le: 10 Nov 2017
Messages: 47

MessagePosté le: 10/04/2018 16:16   Sujet du message: Grille n°103 : les gagnants Répondre en citant Signaler un Abus

Grille n°103 : les gagnants

Déception : pas de 12/12 ce week-end ! Cinq parieurs réalisent tout de même un beau 11/12.

Le jackpot reste intact ce lundi. "jamesetla" a chuté à cause du derby madrilène. Il se console avec une belle somme de 2 262,99 € en poche pour seulement 1 € de mise !

"Vinycaponne" a quant à lui choisi de tenter deux grilles pour atteindre le 12/12. Sans succès, la victoire de Valence et le nul de Nice - Rennes lui coutent le "perfect"... Avec deux 11/12, il remporte quasiment 10 000 € : 6 174,16 € d'une part pour un investissement de 48 €, 3 087,08 € d'autre part pour une mise initiale de 24 €

Grille 7 : vendredi tout est permis !

Du côté des grilles 7, saluons la performance de "Bendav65" qui a bien terminé sa semaine en empochant 634,87 € avec une petite pièce de 2 € mise en jeu.

Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin. La grille collective de "Heat62" le prouve : 774,43 € glanés pour un investissement collectif de 48 € !

Préparez la grille n°104

Un pactole de 120 000 € est déjà garanti sur la prochaine grille 12 !
Validez votre grille seul ou en équipe avant le samedi 14 avril à 20h00. Bonne chance !



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Surveiller les réponses de ce sujet Précédente  1, 2, 3 ... 39, 40, 41, 42  Suivante
Aller à la page :
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Sport

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
visit counter